Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Plongée dans la nuit de Goumoto

Titre : Plongée dans la nuit

Auteur : Goumoto

Editeur vf : Taifu (Yuri)

Année de parution vf :  Depuis 2020

Nombre de tomes vf  : 2 (en cours)

Histoire : Tsukiko Yano vient d’être transférée dans un nouveau lycée. Aussi superbe que taciturne, elle n’a que peu d’interactions sociales avec les autres et ne se lie à personne, jusqu’à ce jour où, en rentrant, elle passe devant la piscine de l’école. Elle y rencontre Aya Utsumi, une élève de sa classe à qui elle n’avait jamais fait attention, occupée à nager avec grâce dans le bassin. Fascinée, Tsukiko se rapproche sans le vouloir de cette fille libre et dénuée de tact et apprend à la connaître petit à petit. Elle, dont le monde intérieur n’était que nuit, découvre un nouvel univers fait d’eau et peuplé d’innombrables créatures marines…

Mon avis :

Tome 1

Depuis quelques temps, je me plais à découvrir pas à pas les yuri (manga mettant en scène des relations ou sentiments lesbiens) de chez Taifu. Plongée dans la nuit est leur dernier titre en date qui sort aujourd’hui (sortie repoussée à cause du Corona…) et c’est la poésie de sa couverture qui m’a attirée.

Avec Plongée dans la nuit, nous plongeons dans les méandres des sentiments adolescents. Tsukiko est une métis un peu taciturne qui a du mal à aller vers les autres. Un jour, elle tombe sous le charme de sa camarade Aya alors que celle-ci est en train de nager dans la piscine du lycée, sa grande passion. Elle se retrouve alors à la suivre du regard et à se poser mille questions sur elle sans trop comprend pourquoi.

Avec ce titre, Goumoto propose une lecture tout en douceur, tout en nuances et surtout tout en poésie. Les deux héroïnes, Aya et Tsukiko sont des adolescentes différentes de ces héroïnes très ouvertes qu’on rencontre souvent. Elles ont du mal à communiquer, à s’ouvrir aux autres voire à sortir de leur bulle. Leur rencontre et leur découverte vont donc être très progressives mais ce ne fut pas pour me déplaire. Pour conter cela, l’autrice use de toute sa palette de métaphores autour du milieu aquatique et des vampires. C’est superbe ! Cela donne une touche calme et poétique, limite philosophie.

Ainsi avec ces deux jeunes filles, on s’interroge sur l’appartenance à un groupe, est-ce absolument nécessaire à l’épanouissement personnel ? On s’interroge aussi sur l’amitié, est-ce mal de vouloir rester seul ? On s’interroge sur le regard des autres, doit-il nous guider dans nos choix ? On s’interroge aussi parfois sur les limites floues entre amitié, fascination et amour. C’est très pertinent et cela offre une belle image de l’adolescence, cet âge des questionnements.

Cependant de tout cela découle une certaine lenteur voire une certaine mollesse qui pourra en agacer certains. Les héroïnes sont souvent passives et attentistes. On a envie de les secouer, de les pousser à se parler, à s’ouvrir. Il y a énormément de non-dits. On joue beaucoup sur les regards, les frôlements mais surtout les sentiments intérieurs difficilement exprimés si ce n’est par des gestes et attitudes involontaires. Il faut être très patient et attentif lors de cette lecture pour vraiment saisir tous les petits indices disséminés par l’autrice, mais pour ma part j’ai beaucoup aimé.

L’ambiance est d’ailleurs ce qui est le plus réussi ici. Grâce à son superbe coup de crayon, Goumoto a de suite frappé les esprits. C’est doux, calme, avec plein de rondeurs et de volutes. Elle joue sur la passion de l’une des héroïnes pour la natation pour mettre à fond ce milieu en avant et ça rend à merveille. Elle joue aussi du look un peu rétro de Tsukiko (qui m’a rappelé les personnages de Très cher frère de Riyoko Ikeda) et de la signification de son prénom pour aussi s’amuser avec des métaphores autour des vamp’. Alors les cases ont beau être parfois un peu dépouillées, il y a un tel jeu dans la composition de l’ensemble que ça m’a enchantée !

C’est la première fois depuis longtemps que je ressors aussi convaincue par un yuri. J’ai vraiment beaucoup aimé le ton lent et tranquille de cette histoire ainsi que l’ambiance poétique et presque philosophique voulue par l’autrice. C’est une belle romance qui s’annonce entre deux héroïnes dont le calme et l’absence de verbiage étonne et fait plaisir. Je suis conquise.

Tome 2

C’est avec bonheur et douceur mais un peu désorientée que j’ai retrouvé la suite de Plongée dans la nuit, qui prend tout son sens ici.

Goumoto se plait à perdre un peu son lecteur dans ce nouveau tome qui relève en grande partie du récit tranche de vie sans que la moindre romance pointe vraiment le bout de son nez. Les deux héroïnes, Aya et Tsukiko, ne sont plus les seules à avoir le haut de l’affiche. Elle le partage désormais avec certaines de leurs camarades de classe tout aussi perdues qu’elles dans les affres de l’adolescence. J’ai aimé ce dépaysement et la rencontre de ces nouvelles jeunes filles. Cependant le brièveté de leurs apparitions fait souvent que l’on a du mal à s’attacher à elles et à leurs problèmes même s’ils sont réels, ce qui est un peu frustrant.

Il y a d’abord la volage Hanano qui cherche encore ce que signifie l’amour mais qui lui accorde un place bien trop importante dans sa vie sûrement pour répondre à une certaine norme de la société. Elle m’a amusée par son piquant et son audace. Elle est à la fois mature et immature. C’est un personnage que j’aimerais revoir.

Il y a ensuite Maihara et Shinonome, deux passionnées de théâtre aux antipodes l’une de l’autre. La première, réservée, a du mal à trouver sa place et à être reconnue dans son club, ce dont elle souffre. La seconde, pétillante voire mordante, a su attendre son moment pour se faire remarquer et ne comprend pas ceux qui ne se démènent pas. Là aussi, si j’ai été touchée par le mal être de Maihara, on reste trop en surface et ça va bien trop vite pour en dire plus, alors j’espère que les revoir.

Et puis, nous retrouvons bien sûr Aya et Tsukiko mais c’est assez compliqué et ambigu entre elles. J’ai eu l’impression qu’il y avait de l’eau dans le gaz entre elles tout du long et ce n’était pas des plus agréables. L’autrice rend donc à merveille les tensions que l’on ressent parfois entre amies, parce que soyons honnête on est 100% dans du platonique dans ce tome… Aya a du mal à supporter l’indifférence de Tsukiko mais elle s’y prend mal pour la faire réagir, du coup on sent la frustration monter en elle, ce qui ne la rend pas des plus sympathiques. Tsukiko, elle, reste fidèle à elle-même, observatrice qui cherche à analyser sans en avoir les clés. Elle fait très passive pour ne pas dire hautaine, ce qui ne la rend pas des plus sympathiques elle non plus. Et pourtant malgré ça, je me suis retrouvée à lire ce tome avec plaisir parce que j’aime voir ces personnages atypiques en action, j’aime le côté tranche de vie qui me rappelle Aria, j’aime l’ambiance très particulière du titre.

Mais surtout, je me suis à nouveau régalée des compositions graphiques de l’autrice qui manie la métaphore à longueur de page. La faune et la flore marine n’ont pas de secret pour elle et toute situation est bonne pour sous entendre énormément de chose en arrière-plan par son dessin très typée Art Nouveau. Personnellement, je suis fan. Je lui trouve une grande richesse, une vraie originalité et une portée poétique qui me touche.

Ainsi, même si le titre peinerait peut-être à séduire les amateurs de yuri en recherche de romance franche et ouverte entre les deux filles, de mon côté le fait qu’il rompe avec ce schéma pour proposer plutôt un message sur l’adolescence, ses difficultés à grandir et à échanger, me plait énormément.

(Merci Taifu et Sanctuary pour cette lecture)

Ma note : 15 / 20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 commentaires sur “Plongée dans la nuit de Goumoto

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s