Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Candy de Yufuko Suzuki

Titre : Candy

Auteur : Yufuko Suzuki

Editeur vf : Taifu (Yuri)

Année de parution vf : 2011

Nombre de tomes vf  : 2 (série terminée)

Histoire : Kanan Miyamoto du club de tir à l’arc est l’idole du lycée et reçoit beaucoup d’attention de la part des autres filles. Elle prend ça à la légère, mettant cela sur le manque cruel de garçons.
Un jour pourtant, Chiaki Bashiyo, une élève de terminale, lui fait une déclaration. Troublée, Kanan ne sait pas si elle doit prendre cet aveu au sérieux…
L’amour finira par lui faire changer d’avis.

Mon avis :

Tome 1

Grâce à une amie qui a trouvé ce titre dans une boîte à livres, je poursuis ma découverte des yuri (mangas mettant en scène des relations lesbiennes) avec Candy de Yufuko Suzuki, courte série en 2 tomes parue chez Taifu en 2011, ce qui date un peu ^^

Avec ses couvertures toutes douces et pastel, la mangaka donnait le la pour une romance lycéenne assez classique entre deux jeunes filles allant dans un lycée non mixe dont les sentiments allaient vite les mettre dans l’embarras. L’héroïne Kanan est un vrai garçon manqué, membre du club de kyudo (tir à l’arc japonais), qui va recevoir une déclaration inattendue d’une fille qu’elle considère hors de sa portée. Cela va la faire réfléchir et lui donner envie de découvrir si relation il peut y avoir entre elles.

J’ai beaucoup aimé le ton donné à cette romance par l’autrice. Au début, on découvre quelque chose de très classique, avec des sentiments intenses et doux à la fois. Les deux jeunes filles ne se posent pas de questions avant de se lancer et leur histoire démarre vite. Les premiers émois, effleurements et baisers arrivent très rapidement. Mais pour autant l’histoire se veut plus profonde car arrive tout aussi rapidement la question de l’acception d’une relation homosexuelle dans une société tout sauf tolérante. Avec subtilité, l’autrice nous fait comprendre que l’amour des deux héroïnes ne sera peut-être pas très bien vu de tous et qu’il faudrait qu’elles le cachent, sauf que ce n’est pas du tout ce qu’elles ont envie de faire malgré ce que peuvent leur dire leurs proches. Petite parenthèse au passage sur la meilleure amie de Kanan, que j’adore. Elle a tout de la Gals des années 90, franche, sûre d’elle et de ses opinions, elle se moque des autres, et sa relation amoureuse est tout sauf clichée. Excellent !

Sans pour autant jouer les fières à bras revendicatrices, on les voit donc vivre au grand jour leur belle romance, toute douce et mignonne qui fleure bon l’adolescence et les hormones, car elles ont beau être deux filles inexpérimentées en la matière, elle ne seront pas en reste pour exprimer leur désir de manière concrète. La mangaka ne nous prend pas pour des oies blanches et ça fait plaisir. On a ainsi de belles pages avec l’expression des sentiments et envies de chacune.

La seule chose qui m’a peut-être dérangée et fait sortir de l’histoire à plusieurs reprise, c’est le choix de faire de l’une d’entre elles un vrai garçon manqué avec tous les codes que cela comprend. Ça m’agace qu’on ne puisse pas montrer juste deux filles amoureuses sans forcément vouloir donner à l’une des caractéristiques que l’on attribue habituellement aux garçons dans les mangas. Je trouve ça dommage. Pour autant, le couple est juste adorable et je trouve qu’il y a un bon équilibre entre les deux.

Comme je l’imaginais avec les couvertures, les dessins sont tout doux. J’aime beaucoup les illustrations d’ouverture des chapitres et leur air mélancolique. Le reste est un peu plus classique et moins marquant par contre. C’est beau, mignon, bien fait, mais déjà vu et revu, et sans recherche particulière côté composition.

Candy est un nouveau titre qui me réconcilie avec les yuri. Moi qui souvent suis mal à l’aise en lisant ce type de récit, ce ne fut pas du tout le cas ici, peut-être à cause de l’héroïne très masculine. L’aspect classique de l’intrigue cache une thématique vraiment intéressante et pertinente sur l’acceptation d’un couple homosexuel dans le Japon contemporain.

Tome 2

Je ferai moins de louanges à ce second tome qui a un peu cumulé des ressors scénaristiques que je n’aime pas…

Tout d’abord, l’histoire va très vite, trop vite. C’était déjà un peu le cas avant, ça s’accélère ici. On sent que l’autrice manque de pages et veut tout caser, quitter à faire des ellipses inadéquates ou à pousser ses héroïnes à aller trop vite dans leur couple, perdant la douceur des débuts et son ambiance si particulière.

Mais surtout, on nous ajoute un côté dramatique totalement inutile et que j’ai trouvé illogique par rapport au début. Les héroïnes se mettent à douter pour des broutilles alors que ça se passait très bien entre elles. Du coup, on a droit à des longueurs et trop de chouineries. Leur allant et ardeur des débuts se perd un peu en cours de route. L’ajout d’une rivale, plus que glauque, qui aurait dû être dénoncée à la police, m’a beaucoup dérangée. Je n’en ai pas vu l’intérêt dans la trame narrative, elle aurait largement pu être remplacée par un personnage plus positif et moins cliché.

La question si intéressante de l’acception de l’homosexualité dans une société aussi fermée est également un peu oubliée en cours de route malheureusement. C’était pourtant le point fort de la série. Heureusement, le couple reste adorable et touchant. J’ai donc basculer là-dessus pour réussir à apprécier la série jusqu’au bout. Malgré une fin précipitée, j’aime assez le dénouement qui leur choisi, sauf un certain changement des rôles que je trouve encore une fois inadéquat.

Alors si je ne me suis pas sentie mal à l’aise lors de la lecture de ce titre comme ce fut le cas dans d’autres yuri, j’ai quand même le sentiment que l’autrice a un peu joué à la girouette dans ce second tome et c’est bien dommage. Elle a perdu le fil de son histoire et de ses personnages en cours de route. Les personnages ajoutés furent trop clichés et n’ont pas enrichi la trame principale. Je ne suis donc qu’en partie convaincue par cette courte série. Il y avait des choses prometteuses dans le premier tome, donc tout espoir n’est pas perdu !

Ma note : 13,5 / 20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

© Yufuko Suzuki 2012

 

15 commentaires sur “Candy de Yufuko Suzuki

    1. Salut, en gros je vais dans « Ajouter un média » puis j’ajoute ou sélectionne mes images avant de cliquer sur « créer une galerie » sur la gauche.
      Ensuite la page change et je dois recliquer sur « créer une galerie » mais en bas à droite cette fois.
      Enfin je vais dans le panel droit et dans « Type », je sélectionne « Diaporama ».
      Attention j’utilise l’ancien éditeur/créateur d’articles, alors je sais pas si c’est dispo autrement ^^!

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s