Livres - Fantasy / Fantastique

Les Lames du Cardinal de Pierre Pevel

Titre : Les Lames du Cardinal

Auteur : Pierre Pevel

Éditeur : Bragelonne (grand format) / Folio SF (poche)

Années de parution : 2011

Nombre de tomes  : 3 tomes ou 1 intégrale (série terminée)

Histoire : Paris, an de grâce 1633. Louis XIII règne sur la France et son éminence Armand Jean du Plessis de Richelieu gouverne avec lui. Personnalité des plus puissantes et des plus menacées de son temps, le Cardinal doit se garder de tous ceux qui jalousent l’influence qu’il exerce sur le roi, et se prémunir contre les attentats ourdis par les ennemis de la France, au premier rang desquels l’Espagne et sa Cour des Dragons. Car dans cet univers, des intrigues alliant espionnage, politique et sorcellerie menacent de faire vaciller le trône !
Or, en cette nuit de printemps 1633, Richelieu décide de jouer une carte maîtresse et reçoit en secret un bretteur exceptionnel, un fidèle parmi les fidèles dont le dévouement lui a autrefois valu d’être trahi et déshonoré : le capitaine La Fargue, chef des Lames du Cardinal !
En effet, l’heure est venue de reformer cette élite secrète autrefois dissoute dans l’opprobre et la raison d État : des combattants hors du commun, une compagnie d’aventuriers, d’espions et de fortes têtes rivalisant d’élégance, de mystère… ou de paillardise, qui ne redoutent aucun danger.

Mon avis :

Pierre Pevel est un auteur de fantasy français reconnu pour son style depuis des années. Je n’avais pas encore eu la chance de le lire, mais en amatrice de belle plume, j’ai décidé d’enfin sauter le pas cet été et quel ravissement !

Pour cela, j’ai choisi sa saga dont je me sentais la plus proche : Les Lames du Cardinal, une courte trilogie se déroulant du temps de Richelieu mais où des dragons se sont immiscés dans la géopolitique européenne. Une très belle surprise ! J’ai enchainé les tomes en quelques jours tant la plume est simple et addictive, sans fioriture et pourtant très bien travaillée, retranscrivant à merveille la gouaille des personnages. J’avais vraiment l’impression de me retrouver dans un mix des Trois Mousquetaires et de Nicolas Le Floch avec des dragons. J’ai adoré !

Les trois romans sont courts et se lisent donc rapidement. Ils sont en cela aidé par le rythme incessant que l’auteur insère dans les aventures de ses héros. Dans chacun des tomes ils vivent dans aventures rocambolesques au service du Cardinal et de la France. Pouvant se lire indépendamment, ensemble ils forment une vaste toile politique et humaine passionnante à suivre pendant laquelle on s’attache énormément aux personnages mis en scène.

Ceux-ci, même si on pourrait croire qu’ils sont rapidement esquissés, sont au final très attachants. Ils forment une troupe d’élite, secrète, au service de Richelieu. C’est l’équipe de choc parfaite pour les missions délicates, un peu comme les Mousquetaires de Dumas. L’auteur leur attribue d’ailleurs certaines de leurs caractéristiques. Il y a plein de clins d’oeil à ce sujet qui m’ont séduite. Ce sont des personnages simples mais humainement très intéressants et l’auteur les fait évoluer au fil des tomes, au point qu’on a vraiment l’impression de suivre un groupe d’amis au final. J’ai beaucoup aimé les interactions qu’il y a entre eux, mais également leurs parcours plus individuels et les meilleurs tomes furent ceux qui les mettent, eux, au coeur de l’histoire.

Les antagonistes sont aussi très bien dessinés. Nous découvrons une première organisation qui crée bien des soucis à Richelieu et ses semblables dans le premier tome. Puis au fil des aventures, ceux-ci se montrent être plus sombres, plus complexes, plus nombreux et secrets qu’on ne l’aurait. C’est une vraie organisation tentaculaire qui se dévoile et qui m’a énormément plu parce qu’elle cache en fait une nouvelle espèce : les dragons qui sont à la fois tels qu’on les connait mais aussi des êtres dotés d’une vive intelligence pour la politique et l’intrigue. Ce sont eux qui mènent la danse en coulisses. Ils forment une entité secrète, pesante et effrayante que j’ai adoré entrapercevoir progressivement.

Les aventures auxquelles nous allons assister sont donc un mélange de combats de cape et d’épée tels qu’on les connait déjà, et de manigances politiques ainsi que de moments mystiques, pour donner un résultat que je ne crois pas avoir lu ailleurs avant. Ça m’a donné un sentiment de familiarité et d’originalité mélangé vraiment séduisant et surprenant. Chaque tome fut donc une excellente lecture pour cela.

Le premier tome fut une superbe découverte, mon aventure préférée parmi les trois. J’ai adoré la plume très vive et expressive de Pevel. Son univers mélange de dragons et de cape et d’épée est très réussi et addictif. L’aventure est menée tambours battants. Les personnages ont du panache. Et le final donne terriblement envie de se jeter sur la suite. Seul point négatif, c’est trop court, on en veut plus !

Je suis restée sous le charme de l’univers, dans le deuxième tome qui le développe plus, mais j’ai moins aimé l’intrigue. L’auteur s’empêtre dans les données politiques et géopolitiques ce qui gêne la fluidité de l’action et rend la lecture plus lourde donc moins prenante. Dommage. Seul le final était dynamique comme j’aime et on reste toujours dans le flou avec ce que cache le héros…

Le dernier tome offre une synthèse des qualités et défauts des deux premiers. C’est ultra dynamique et à partir du moment où ça touche les membres des Lames, c’est passionnant. L’intrigue politique est mieux gérée aussi. J’adore l’univers qui se développe de plus en plus. Pevel gère super bien le mélange dragons et cape & épée. La fin est juste un peu trop rapide et il me manque quelques réponses.

Ainsi, j’ai dévoré cette trilogie. J’ai fait une très belle découverte en la personne de Pierre Pevel. C’est un écrivain qui sait jouer de ses classiques pour se les approprier et imaginer des univers originaux et familiers à la fois. Tel un scénariste de cinéma ou de série télé, il a le don pour découper les scènes, maintenir un rythme haletant, créer des personnages marquants en un rien de temps et mener en parallèle une aventure courte et un fil rouge plus long et conséquent, sans parler qu’il sait écrire des dialogues vraiment savoureux. Ce fut un excellente découverte, que je compte bien poursuivre avec ses autres oeuvres !

Ma note : 16 / 20

20 commentaires sur “Les Lames du Cardinal de Pierre Pevel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s