Séries Tv - Films

Visionnages de la semaine 2020 – 42

89197bbb-8d92-4bc1-955b-a6e9b7c15b3d

Une petite semaine de visionnages bien sympathiques mais totalement légers vient de s’écouler, qui m’ont permis de bien décompresser avant les vacances, malgré la déception du film que j’ai regardé, mais j’étais prévenue. En attendant, débutent 2 semaines de vacances pour moi. Je ne sais pas encore ce que je vais y regarder mais j’ai repéré plusieurs séries sur le câble qui devraient les occuper, comme Révolution qui vient de sortir. On en reparle bientôt 😉 Un programme pour ceux qui sont comme moi en vacances ?

Bonne fin de weekend et bonne lecture à tous !

(Cliquez sur les titres pour voir de quoi ça parle)

 Le Docteur Jivago de David Lean (1965) avec Omar Sharif, Julie Christie, Geraldine Chaplin…

Après avoir vu Lawrence d’Arabie et Le Pont de la rivière Kwaï du réalisateur, il me fallait voir ce long très long métrage qu’on me recommandait souvent. Si je dois reconnaitre que je salue les qualités techniques, photographiques et scénaristiques du film, je dois aussi avouer que ce n’est pas exactement le cinéma que j’aime. J’ai trouvé le temps très très long lors des trois heures et quelques du film et pourtant je l’ai regardé en deux fois. Je ne suis pas non plus une fan de tout le mélodrame que contient l’histoire, en particulier de l’adultère qui vraiment ne constitue pas une belle romance pour moi. Mais cela tient vraiment de mes goûts à moi, parce qu’honnêtement, la fresque de cette révolution russe est très bien retranscrite dans les paysages, les décors et les histoires. A vous de vous faire votre avis ^^

Le docteur Jivago est enrôlé de force dans l’armée au début de la révolution d’Octobre. Commence un long exode qui le sépare de la femme qu’il aime. Ce médecin russe idéaliste sera ballotté dans les remous de l’histoire, entre une vie conformiste auprès de son épouse et une passion aventureuse avec sa maîtresse.

 Tesla de Michael Almereyda (2020) avec Ethan Hawke, Eve Hewson, Jim Gaffigan…

Ici par contre, je peux clairement dire que ce biopic, inspiré de la vie du scientifique Nikola Tesla, n’a rien de fantastique. La réalisation est plate comme le jeu des acteurs (désolée pour Ethan Hawke qui se retrouve mêlé à ça…). La narration qui se veut originale ne l’est pas et agace. Franchement, j’ai largement préféré The Current War qui évoquait également cet homme, c’était mieux écrit et mieux joué.

 Emily in Paris – Saison 1 Épisodes 1 à 10 *Saison finie*

J’ai tellement entendu parler de cette série qu’il fallait que je me fasse un avis. Cela n’a effectivement rien d’exceptionnel, c’est même franchement mauvais aussi bien dans le jeu (ou la direction ?) des acteurs, l’écriture des dialogues et du scénario et même la photographie tellement clichée. Cliché c’est le mot qui définit le mieux la série avec kitch. C’est une vision totalement faussée de Paris, des Parisiens et de la France, mais à un tel point que ça m’a beaucoup fait rire au final. Cependant, je se rempilerai pas pour une saison 2 si elle a lieu, ne poussons pas.

 The Spanish Princess – 2×01 Camelot ~ Ma note : 15 / 20

Ici, c’est avec grand plaisir que je retrouve Catherine d’Aragon, première femme d’Henry VIII. On assiste avec elle au début du règne de ce futur grand monarque. Un épisode consacré à ses premières maternités, à ses tentatives pour s’imposer à la cour et garder sa place, tandis que d’autres puissances montent et qu’Henry se montre déjà un brin volage et imprévisible. J’ai aimé retrouvé ce ton et cette ambiance et il me tarde déjà de voir mis en scène la suite de sa tragique histoire. Ce sera la dernière saison à lui être consacrée.

 Dickinson – Saison 1 Épisodes 1 à 10 *Saison finie*

Emily Dickinson est une autrice dont la vie et l’oeuvre me fascinent. J’avais été intriguée par A quiet passion qui décrivait sa vie, mais c’était trop austère. Cette fois, je suis à nouveau déçue par cette série mais pour des raisons inverses. La forme bien trop légère gâche tout. Il faut énormément faire le tri entre le jeu totalement exagéré, les anachronismes qui sont légions et la légèreté des intrigues pour trouver des éléments intéressants dans tout ce bazar. Dommage parce qu’avec Emily il y avait un vrai beau potentiel dramatique à exploiter entre ses sentiments ambigüe envers sa meilleure amie/belle-soeur, sa relation complexe avec son père, son amour maudit pour le beau Ben, ses visions de la mort, son club de Shakespeare, ses poèmes, etc. J’aurais vraiment aimé aimer.

  Bons visionnages à vous aussi. A la semaine prochaine.

clap-de-fin-i-love-cinema-potzina

14 commentaires sur “Visionnages de la semaine 2020 – 42

    1. Exactement, ce n’est pas le genre de cinéma que j’aime. Même si je reconnais que c’est très réussi, je trouve aussi ça très daté et à l’heure actuelle, je verrais plutôt ce genre de longue fresque historique tenir sur une série plutôt qu’un film aussi long ^^!

      J’aime

  1. On entend tellement parler d’Emily in Paris mais en ayant vu seulement la bande annonce, j’ai compris que ce n’était pas pour moi. Et quand on m’a parlé de tous les clichés sur Paris et la France, j’ai été contente de ne pas m’y mettre, je suis sûre de ne pas apprécier 😆

    Aimé par 1 personne

  2. Aïe aïe c’est vrai que Tesla n’est vraiment pas terrible. J’ai personnellement été hyper déçue, d’autant qu’habituellement j’aime bien l’acteur donc j’y allais au moins confiante le concernant.
    The spanish princess du coup ça a un rapport avec la série The white princess ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s