Livres - Romance

Les filles bien ne tombent pas amoureuses des mauvais garçons d’Emily Blaine

Titre : Les filles bien ne tombent pas amoureuses des mauvais garçons

Auteur : Emily Blaine

Éditeur : Harlequin (&H)

Années de parution : 2017

Nombre de pages  : 277

Histoire : Je m’appelle Abby Harper et je suis celle qui sauvera votre carrière. Mon job ? Enjoliver, camoufler, désamorcer. En bref : effacer vos faux pas, gommer vos erreurs et vous coller une auréole sur la tête. Dans mon domaine, je suis assez douée. Enfin, c’est ce que je croyais jusqu’à ce qu’on me confie le cauchemar de tout attaché de presse : Garrett McIntyre. Une gueule d’ange à la réputation démoniaque : alors qu’il était sur le point de devenir l’enfant chéri d’Hollywood, il a insulté tout le gratin pendant la cérémonie des oscars et a taillé la route, abandonnant sa carrière prometteuse. Aujourd’hui, on me demande de le faire revenir. Et comme j’ai l’impression que convaincre monsieur « j’ai été élu deux fois l’homme le plus sexy de l’année » ne sera pas si simple…

Mon avis :

Emily Blaine est une autrice dont j’aime beaucoup la plume légère et piquante depuis que je l’ai découverte. Ainsi quand j’ai envie d’une romance drôle et légère, c’est vers elle que je me tourne maintenant. J’ai beaucoup aimé sa saga Colocs et j’ai trouvé Toi. Moi.Maintenant ou jamais très sympa aussi. Je partais donc confiante. Ce ne fut pas tout à fait ça malheureusement…

Le gros problème avec ce nouveau roman, c’est sa brièveté. L’autrice a choisi d’écrire une histoire courte, en soit pas de problème si c’est bien écrit. Le hic, c’est que ça la pousse à aller trop vite et que ça m’a empêchée de trouver son histoire crédible. Je m’explique.

Nous suivons Abby, attachée de presse très douée, qui doit reprendre le dossier d’une star d’Hollywood qui a claqué la porte de manière tonitruante quelques mois plus tôt : Garrett McIntyre. Elle a trois jours pour le convaincre de revenir à Los Angeles pour participer à une avant-première, lui qui n’a plus envie d’entendre parler de cet univers. Un terrible défi à relever quand on a face à soi un type aussi têtu que sexy et piquant qui aime nous faire tourner en bourrique.

En soi, j’ai beaucoup aimé la dynamique entre les deux héros. C’est très drôle de voir Garrett mener sa barque et rendre folle Abby et son célèbre sang froid parce qu’il ne veut pas céder. Le hic, c’est que tout se déroule en l’espace de seulement 3 jours et franchement, je n’ai pas cru une seconde à cette star qui craque pour une banale attachée de presse qui n’a rien de particulier pour sortir du lot. Je n’ai pas cru non plus une seconde qu’elle puisse tomber amoureuse de lui alors qu’elle ne sait presque rien de lui. Tout va beaucoup trop vite à mon sens. On parle de sentiments alors que rien ne montre qu’il s’est passé quelque chose pour qu’ils puissent vraiment les développer. Qu’ils ressentent de l’attirance l’un pour l’autre, je veux bien l’entendre et le croire, mais de l’amour, il ne faut pas exagérer ! Ce fut le gros point noir de ma lecture. J’aurais aimé que la temporalité du roman soit plus longue, que l’autrice fasse entendre la voix intérieure de Garrett ou alors qu’elle soit honnête et parle de désir et non d’amour.

En dehors de ça, je les trouve mignon ensemble sur ce fond de : « Attrape-moi si tu peux ! Ah non, je ne veux pas ! Ah si, je veux !« . Ça nous fait tourner en bourrique, tout comme Abby. Garrett a vraiment un sacré caractère, peut-être un poil trop dirigiste vis-à-vis des femmes à mon goût, mais c’est tout. Leur relation est tendre mais aussi volcanique, les scènes de sexe sont fort sympas du coup, et en plus on a droit à un petit bonus à la fin. Garrett est un beau personnage, avec des convictions en ce qui concerne sa vie, mais également un côté protecteur prononcé pour Abby qui ne l’empêche pas de la laisser commettre ses propres erreurs.

J’ai trouvé le cadre hollywoodien très bien exploité. C’était intéressant de suivre le boulot d’une attachée de presse et d’entendre les critiques qui vont avec, car l’autrice est loin de proposer une vision idyllique de ce monde. Au contraire, c’est une critique au vitriol qui en est fait aussi bien du côté d’Abby que du côté de Garrett, acteur de son état. Ça parle donc tragédie des paparazzis, drame du mensonge et de l’hypocrisie partout dans ce milieu, perte de soi dans tout cet univers factice, etc. Et l’autrice oppose ça à l’envie du héros de trouver son havre de paix pour être heureux plus simplement. C’est classique mais joliment fait et la fin hyper happy end met du baume au coeur, entre les deux scandales haut en couleur des héros.

Ainsi, même si je n’ai pas été convaincue par la romance, qui méritait clairement mieux, j’ai trouvé l’univers intéressant, alors que clairement il ne m’attirait pas au début. Une preuve que malgré tout Emily Blaine est vraiment une bonne autrice de romances contemporaines.

Ma note : 13 / 20

4 commentaires sur “Les filles bien ne tombent pas amoureuses des mauvais garçons d’Emily Blaine

  1. Ah, dommage que tu n’aies pas aimé autant que moi.
    L’univers change de d’habitude, c’est clair.^^

    C’est vrai que, parfois, les choses vont vite… Le coup de foudre est une facilité qui m’agace aussi. Je me souviens que cela m’avait gênée que l’on parle d’amour trop tôt. Comme tu dis, de l’attirance, oui… mais pas plus ! Cela dit, ce point noir ne m’a pas autant fait défaut qu’à toi. J’espère que le prochain de l’auteure te plaira davantage. Lequel as-tu prévu ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s