Séries Tv - Films

Visionnages de la semaine 2020 – 48

89197bbb-8d92-4bc1-955b-a6e9b7c15b3d

La nouvelle de la semaine, c’est que Noël est maintenant dans moins d’un mois et les vacances aussi ! Et têtue comme je suis, j’ai encore voulue tenter des romances de Noël, à mes risques et périls 😅 A côté, pour avoir ma doser de sang et de chair qui gicle, j’ai poursuivi The Boys, qui est vraiment une bonne série défouloir. Mais ayant terminé tout ça, il va me falloir une nouvelle série à regarder. J’ai le choix entre du mignon, de l’historique ou de l’espace. Rendez-vous la semaine prochaine pour voir quel aura été mon choix.

Bonne fin de weekend et bonne lecture à tous !

(Cliquez sur les titres pour voir de quoi ça parle)

 Hostiles de Scott Cooper (2017) avec Christian Bale, Rosamund Pike, Wes Studi…

Même si ce n’est pas le genre d’histoire que je préfère, avec le casting de ce film, j’ai eu envie de me laisser tenter par un western. Si j’ai lu des amateurs du genre se régaler avec ce film, ce ne fut pas mon cas. Je l’ai trouvé extrêmement long, limite contemplatif parfois, avec peu de dialogues et tout ça m’a profondément ennuyée, alors que l’idée de fond était belle. Les acteurs étaient cependant convaincant, Rosamund Pike en tête, mais ce n’était clairement pas pour moi. D’autres plus sensibles à ce genre d’ambiance aimeront assurément.

En 1892, un légendaire capitaine de l’armée américaine accepte à contrecoeur d’escorter un chef de guerre Cheyenne et sa famille, désireuses de retourner sur leurs terres tribales. Sur le chemin, qui va les emmener du Nouveau Mexique au Montana, ils doivent faire preuve de solidarité pour survivre à l’environnement et aux tribus Comanche qu’ils rencontrent, en compagnie d’une veuve dont la famille a été assassinée.

 Juste à temps pour Noël (TV) de Sean McNamara (2015) avec Eloise Mumford, Michael Stahl-David, Christopher Lloyd…

Je suis un brin têtue donc j’ai encore insisté et essayé de regarder quelques romances de Noël. Celle-ci mettant en scène des amis de toujours et une certaine forme de voyage dans le temps, je pensais qu’elle me plairait. Erreur, je me suis encore copieusement ennuyée face à tant de mièvrerie et de cliché. Par contre, j’ai bien aimé Michael Stahl-David.

La veille de Noël, une jeune professeure est demandée en mariage par Jason, son petit ami, dans un restaurant, alors qu’elle vient de se voir offrir un poste dans une grande université quelques heures auparavant. Sans lui avoir donné de réponse, elle part se promener pour réfléchir et rencontre un drôle de personnage qui lui fait faire un bond de trois ans dans le temps.

 À la maison pour Noël (TV) de David Winning (2018) avec Megan Park, Josh Henderson, Lindsay Maxwell…

Seconde tentative, un brin meilleure que le précédente, grâce à une histoire plus rythmée et plus drôle, où un homme et une femme se rencontre lors d’un périple pour tenter de rentrer chez eux malgré une tempête de neige. L’un est un chanteur ultra sexy mais simple et humble, l’autre la propriétaire d’une grande usine de confiture qui doit évoluer. Le duo fonctionne très bien. C’est fleur bleu mais mignon tout plein. J’ai juste trouvé la fin un peu plate…

Cara est confrontée à un Noël doux-amer depuis le décès de sa mère. En volant vers l’Oklahoma, elle rencontre le chanteur de country Heath, qui fait également face à des vacances difficiles depuis la mort de son père.

 His Dark Materials – Episode 2 x 03 : Theft ~ Ma note : 16 / 20

La série monte vraiment crescendo au fil des épisodes cette saison. Je trouve l’entremêlemant entre les différentes lignes de l’intrigue passionnante. J’ai été ravie de voir Scoresby partir à la recherche de Lyra. Les aventures de celle-ci à Oxford avec ceux qui la poursuivent et ceux qui la soutiennent dans ses recherches sur La Poussières sont entraînantes. Par contre, il y a toujours zéro alchimie entre Will et Elle, et ça pèse sur l’intrigue, tout comme les Daemons bien trop absents…

 The Spanish Princess – Épisode 2 x 07 : Faith ~ Ma note : 15 / 20

Je vais me répéter mais cette déchéance du couple Henry – Catherine est vraiment fascinante à regarder. C’est assister à une chute annoncée et voir tous les pions se mettre lentement en place. Dans cet épisode, j’ai encore été frappée par la détresse de celle-ci. Ce qui arrive à Stafford qui avait tenté de l’aider est tragique. Quand on connait un peu l’histoire, on voit bien des arrangements faits pour la fiction, mais ça ne rend pas celle-ci moins passionnante et dramatique, au contraire, on voit certaines grandes figures près d’Henry mettre un pied dans l’engrenage qui les perdra. J’adore !

 The Boys – Saison 1 Épisodes 4 à 8 + Saison 2 Épisodes 1 à 8 ~ Ma note : 15 / 20

Lors de la saison 1 j’avais trouvé le début percutant, puis j’avais eu un petit coup de mou, avant un final explosif. Lors de la saison 2, ce fut différent, j’ai longtemps trouvé cette suite molle et sans intérêt mais les derniers épisodes qui montent crescendo m’ont fait mentir, grâce à la personnalité tordue de Homelander et d’une certaine nouvelle. J’aime vraiment beaucoup la façon dont les héros sont montrés, pour certains, comme de vrais psychopathes qui cachent bien leur jeu, pour d’autres devant s’arranger avec leurs valeurs pour survivre. On voit bien qu’ils ne sont pas aussi tout puissants qu’on voudrait le croire. J’aime beaucoup l’univers créé autour de leurs origines, ce qu’on apprend au fil de la saison 2. L’arrivée de Stormfront est d’ailleurs une bouffée d’air frais, c’est un joli pendant à Homelander. Je suis plus réservée quant à nos gentils anticonformistes, ça rame sérieusement de leur côté, même si les créateurs prennent ainsi le temps de développer la personnalités et les interactions de chacun.

Pour résumer, un bon début, de bonnes idées, des fins de saisons marquantes et quelques scènes bien crades dans les épisodes, mais un scénario qui rame un peu autour de tout ça et qui manque parfois un peu d’audace. Quitte à faire des supervilains psychopathes, il ne faut pas que leurs pires horreurs restent dans leur tête !

  Bons visionnages à vous aussi. A la semaine prochaine.

clap-de-fin-i-love-cinema-potzina

15 commentaires sur “Visionnages de la semaine 2020 – 48

  1. Contente de voir que The Boys arrive à te convaincre malgré les défauts que tu relèves. C’est vrai que Homelander est tellement marquant que certains personnages ont du mal à garder le même niveau ><

    J'essaye aussi les films de Noël sur Netflix depuis quelques jours et ce n'est pas terrible… Soit je n'ai pas l'esprit de Noël cette année, soit la qualité n'est pas au rendez-vous 😕

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, je suis critique, mais j’ai passé un bon moment avec The Boys. Clairement Homelander les éclipse tous ><

      Pareil, j'arrive pas vraiment à trouver des films de qualité dans ceux que je regarde…

      J'aime

  2. Ah les téléfilms de Noël… Pas toujours facile de savoir ceux qui valent le plus le coup d’œil^^

    De mon côté, il y en avait un que j’avais bien aimé qui s’intitule « Il était une fois à Castlebury ». On y retrouvait Katie McGrath (Merlin/Supergirl), Sam Heughan (Outlander) et Roger Moore. Après, j’ai bien aimé le casting, donc ça aide aussi^^

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s