Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

The Ancient Magus Bride, psaume 75 : Jack l’éclair et l’incident des fées de Mako Oikawa, Yu Godai et Koré Yamazaki

Titre : The Ancient Magus Bride, psaume 75 : Jack l’éclair et l’incident des fées

Auteurs : Mako Oikawa (Dessin), Yu Godai (Scénario) et Koré Yamazaki (Supervision)

Editeur vf : Komikku

Année de parution vf : Depuis 2020

Nombre de tomes : 3 (en cours)

Histoire : Des enquêtes palpitantes en plein New York dans le monde de The Ancient Magus Bride !
L’explosive Jack et son frère Larry sont des détectives pas comme les autres dans la ville de New York. Ils s’occupent d’affaires qui ont trait à la magie comme celle d’un jeune garçon dont la caméra qui a été mystérieusement trafiquée lui permet de voir tous les êtres surnaturels qui l’entourent !
Mais un jour, c’est une affaire d’une tout autre dimension qui va leur tomber dessus. Un certain Lindel qui vient d’Europe et qui est un gardien de dragons a trouvé des œufs très rares, mais ces derniers lui ont été dérobés par des trafiquants et seraient sur le territoire américain. Une chasse palpitante va commencer pour les deux détectives qui cachent de nombreux secrets !

Mon avis :

Tome 1

The Ancient Magus Bride est une série dont j’apprécie beaucoup l’univers fantastique, légèrement hors du temps et très marqué « merveilleux » avec ses êtres surnaturels, ses slays vega, fées et autres créatures. J‘ai déjà testé et trouvé sympathique le premier spin-off sorti chez nous qui se déroule en France : Le bleu du magicien. J’étais donc curieuse de voir ce qu’allait nous réserver celui-ci et j’espérais vraiment qu’il évite la répétition que je craignais.

Très bonne surprise que Jack l’éclair et l’incident des fées qui se détache clairement de ses grandes soeurs pour nous embarquer dans un récit entre le polar et la fantasy urbaine telle que j’ai pu la lire dans nombre de sagas de bit-lit. Je ne m’y attendais pas.

Aux manettes, nous retrouvons Mako Oikawa, l’autrice de Grendel, pour les dessins, et son trait est toujours aussi singulier. Au scénario, c’est un petit nouveau pour moi : Yu Godai, qui élabore une aventure qui fait bien référence aux aventures de détectives urbains que l’on peut connaître. Tout cela sous le regard de Koré Yamazaki qui les chapeaute et dont on retrouve l’un des personnages.

Après la France, l’histoire est cette fois délocalisée à New York et pour marquer le coup, nous sommes dans une ambiance totalement différente des précédents. J’apprécie vraiment qu’à chaque aventure correspond une culture, un pays et donc une ambiance et surtout un coup de crayon différent. Ici, le trait de Mako Oikawa se fond à merveille dans cette ambiance de polar urbain à l’ancienne, avec un côté un peu brouillon qui fait écho à la vie dans les bas-fond de N.Y. qui n’a rien à voir avec le côté plus policé de ceux où les aventures se déroulent dans le beau Paris ou l’enchanteresse campagne anglaise.

Le titre tient d’ailleurs énormément du polar. Nous nous mettons dans les pas de Jack l’éclair, une détective chargée d’enquête que seul quelqu’un avec son pédigrée peut résoudre. En effet, changelin, c’est-à-dire enfant fée ayant été échangé contre une enfant humain pour vivre parmi eux, elle est l’une des rares capables de naviguer comme ça d’un monde à l’autre. Elle est donc l’agent parfait pour régler des affaires à cheval sur ces deux espaces si différents. Elle est pour cela accompagnée de celui avec qui elle avait été échangée : Larry, qui lui peut se transformer en un loup bien utile lorsqu’une patte armée est nécessaire. Ce duo fonctionne à merveille dans l’action comme dans la vie quotidienne où leur complicité éclate à notre regard lors des scènes les plus banales.

J’ai beaucoup aimé la narration à l’ancienne de ce titre. J’ai vraiment eu l’impression de me retrouver dans l’un de ces vieux polars d’autrefois. Le premier chapitre nous plonge directement dans l’univers au détour d’une enquête sans grande conséquence qui est surtout là pour permettre de faire connaissance avec l’univers et les personnages. C’est dynamique, rythmé et entêtant. Une utilisation judicieuse est faite de la magie, souvent entre les mains de Jack et les pattes de Larry. Au fil des enquêtes qui vont parsemer ce tome, nous allons apprendre à apprécier ces derniers et découvrir la complexité de leur personnalité, enfin surtout celle de Jack, mais en évoquant son passé, nous en apprenons également plus sur Larry. J’ai juste hâte de le voir autrement que comme un acolyte rigolo et pratique.

Jack, elle, porte la série sur ses épaules pour le moment. C’est un personnage intéressant car, un peu comme Chise, elle a été élevée dans le monde des humains et a découvert l’envers du décor bien plus tard. Avec elle, on a donc une vision différente de ce qu’il se passe. Son utilisation de ses pouvoirs joue de son surnom et me plait bien. C’est un personnage à fleur de peau et cela se reflète dans toutes ses facettes. Elle est fonceuse et maladroite mais très humaine.

Les enquêtes ont quelque chose d’assez classiques, entre un objet possédé, un objet volé à retrouver, un homme corrompu et une femme trahi par celui qu’elle aime. Ce sont des tropes du genre, mais ce n’est pas pour autant désagréables, au contraire quand c’est bien fait, ça donne l’impression de se retrouver en terrain connu. Je me suis donc sentie dans mes petits souliers.

En plus, les auteurs utilisent intelligemment un univers déjà connu en lui donnant une ambiance propre, en ajoutant de nouvelles créatures qui y font sens (les changelins, le centaure, les rats récolteurs d’information…). L’intrigue qui sert de fil rouge reprend un personnage connu de la saga principale et il y est brièvement fait référence mais sans que cela perturbe l’identité propre de ce nouveau titre.

Je pense que du point de vue de la construction et de l’univers, ce premier tome m’a fait encore plus forte impression que Le bleu du magicien, l’autre spin-off. J’attends cependant de voir le développement avant de m’emballer parce que j’avais été un peu déçue la dernière fois. En tout cas, ce qui est certain, c’est qu’une nouvelle fois, cette série propose un univers propre et ne tombe pas dans le piège de la redite ou de la copie vide de sens, et ça j’aime !

(Merci à Komikku et Sanctuary pour cette lecture)

Tome 2

J’avais déjà dit lors de la lecture du premier tome que je trouvais ce spin-off bien plus convaincant que son aîné Le bleu du magicien, je ne peux que confirmer cela grâce à un tome 2 qui m’a embarquée haut la main dans des aventures trépidantes !

L’univers très pulp de la série, très américain aussi et très polar à l’ancienne, est quelque chose que j’adore littéralement ! En plus, les auteurs font ressentir cela jusque dans les dessins dans lesquels on retrouve de grosses influences américaines venant des comics, notamment avec ce trait léché et surtout très très noir, presque liquide tant il est fluide. C’est vraiment particulier mais moi, j’adore !

L’histoire, elle, n’est pas en reste. Une grosse grosse partie du tome est consacrée à la suite de l’affaire de l’oeuf de dragon volé. Cela se déroule comme dans les polars à l’ancienne avec une enquête pleine de rebondissements où personne n’est celui qu’on croit qu’il est. Si vous avez vu L.A. Confidential, vous comprendrez 😉 Le fantastique est parfaitement dosé pour apporter le petit truc en plus dans cette enquête déjà très dynamique et vive en elle-même. Les auteurs emploient à merveille les caractéristiques de Jack et son lien avec les deux mondes – fée et humain -, ainsi que les liens qu’elle a ainsi tissés : avec son »frère », avec les êtres surnaturels, avec Lindel… Cela confère vraiment une chouette atmosphère et cela rend la lecture prenante et surprenante.

L’enquête en soi est classique, son dénouement est sans surprise, mais c’est la mise en place et la forme que cela prend tout du long qui rendent cette lecture vraiment chouette. Les auteurs en plus ne se contente pas d’une enquête banale pliée en moins de deux, ils prennent le temps de développer celle-ci et de faire grandir leur héroïne et les liens de celle-ci avec les personnages croisés, ce qui lui donne l’aspect d’une petite cheffe de bande magique. Le parallèle avec certaines séries de Bit-Lit que j’aimais lire autrefois est vraiment tout trouvé et pertinent ici, même si on n’a pas du tout le côté sexe et sexy de celles-ci, ce qui n’est pas pour me déranger, ça change.

Le dernier chapitre, lui, relance l’histoire après la fin surprenante de l’histoire précédente qui a chamboulé la petite vie de Jack et qui avait laissé entrevoir de grandes possibilités chez elle, en plus de ses capacités de détectives. Cela se veut sombre et dérangeant, pile ce que j’attends dans cette série, mais à nouveau avec une teinte pulp très américaine notamment grâce au décor. Toutefois les auteurs restent japonais dans l’âme et l’épisode de la course poursuite du chat le fait bien sentir, tant cela rappelle dans la mise en scène certains mangas/animes comme C.C.Sakura ou Le Royaume des Chats, et là c’est une teinte très japonaise.

Jack l’éclair est donc actuellement le titre qui m’emballe le plus dans la franchise « The Ancient Magus Bride ». Le titre d’origine décroit un peu depuis son entrée dans l’arc « école des sorciers ». Le bleu du magicien n’a pas su tenir ses promesses à mon goûts. En revanche, ici, on a vraiment quelque chose d’original qui sait s’inspirer des codes d’autres titres pour mieux développer son propre univers et j’adore celui-ci !

Tome 3

Troisième tome, troisième très bonne lecture, qui confirme tout le bien que je pense de cette série à l’ambiance polar fantastique. J’ai de plus en plus l’impression d’y sentir l’influence d’Aki Irie (Le monde de Ran, Dans le sens du vent), une mangaka que j’adore, alors forcément je me régale.

Pourtant la structure est ultra simple et classique. Nous suivons les aventures de Jack, la détective, et de son acolyte Larry, le loup garou. Les enquêtes s’enchaînent flirtant entre monde humain et fantastique. Souvent, elles n’ont aucun lien entre elle mais sont bien menées et riches en enseignement. Cependant, un petit fil rouge semble se dessiner ici.

En effet, on ouvre le tome avec une histoire un peu plus longue mettant en scène les chefs de de deux gangs voulant régner sur Chinatown : une renarde et un tigre. Jack est censée être le juge de leur rencontre mais tous deux cherchent à l’entourlouper et à entourlouper leur adversaire. Tromperies et surprises sont au rendez-vous pour une histoire pleine de punch et de mordant. Cependant, on découvre que quelqu’un agite les ficelles dans l’ombre.

Ce dernier semble également présent dans d’autres affaires de Jack et c’est là que le mystère commence à s’épaissir. J’aime assez le format épisodique des enquêtes de Jack vu que c’est propre à son métier. J’ai trouvé celle où elle aide la cousine de son coursier centaure toute attendrissante car elle parlait de l’amour humain – être surnaturel. J’ai été touchée par celle où Larry se fait pour ami un gosse dans le besoin, embarqué contre son gré par les affaires d’une petite bande de voyou. Mais, c’est chouette aussi quand un fil rouge apparait au milieu pour sembler nous entraîner dans quelque chose de plus sombre et consistant.

Cette figure qui apparait au détour des affaires est très trouble. On ne sait pas bien de quel côté elle penche mais elle semble vouloir entraîner Jack dans ses histoires, alors forcément ça promet.

En plus, il faut dire que l’ambiance polar à l’ancienne et à l’américaine est quand même super bien travaillé dans cette série. On sentirait presque les volutes de fumée et ce voile translucides permanent qui permet de couper et faire le lien en même temps entre les deux univers. C’est enivrant. Elle a vraiment un trait enrobant et très pulp et punchy à la fois, un peu comme Aki Irie que je citais en introduction et donc je ressens de plus en plus l’influence aussi bien dans les compositions graphiques que narratives avec ce mystère insaisissable entre monde fantastique et monde humain. Énigmatique !

Jack l’éclair assoit de plus en plus sa place de série chouchou pour moi dans les spin-off de Magus Bride, voire même indépendamment de ça car le titre c’en est vraiment détaché maintenant pour offrir son propre univers et sa propre ambiance.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

© Koré Yamazaki 2019 © Mako Oikawa 2019 © Yu Godai 2019 / © Komikku éditions 2020

2 commentaires sur “The Ancient Magus Bride, psaume 75 : Jack l’éclair et l’incident des fées de Mako Oikawa, Yu Godai et Koré Yamazaki

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s