Livres - BD / Illustrations

L’Âge d’Or de Cyril Pedrosa et Roxanne Moreil

Titre : L’Âge d’Or

Auteurs : Cyril Pedrosa et Roxanne Moreil

Editeur vf : Aire Libre

Année de parution vf : 2018-2020

Nombre de tomes vf : 2 (série terminée)

Histoire : La légende parle d’un « âge d’or, où vallées et montagnes n’étaient entravées d’aucune mu-raille. Où les hommes allaient et venaient librement… » Mais ce temps lointain est bien révolu. Le royaume est accablé par la disette et les malversations des seigneurs de la cour. À la mort du vieux roi, sa fille Tilda s’apprête à monter sur le trône pour lui succéder. Avec le soutien du sage Tankred et du loyal Bertil, ses plus proches conseillers et amis, elle entend mener à bien les réformes nécessaires pour soulager son peuple des maux qui l’accablent. Mais un complot mené par son jeune frère la condamne brusquement à l’exil. Guidée par des signes étranges, Tilda décide de reconquérir son royaume avec l’aide de ses deux compagnons. Commence alors un long périple, où leur destin sera lié à « L’âge d’or » ; bien plus qu’une légende, bien plus que l’histoire passée des hommes libres et de leur combat, c’est un livre oublié dont le pouvoir est si grand qu’il changera le monde.

Mon avis :

Tome 1

Superbe objet livre qui a de suite fait parler de lui et remporté plusieurs prix dont le Landerneau BD en 2018, le Prix BD Fnac et France Inter en 2019, L’Âge d’or était un titre qui m’intriguait autant qu’il m’intimidait et le prix élevé de l’objet (32€ le tome…) me faisait sans cesse repousser sa découverte jusqu’à ce qu’on me l’offre à Noël. Je remercie vraiment Santa Claus pour ça !

Une fois n’est pas coutume, je vais d’abord parler de l’objet livre que j’ai trouvé très beau. Une édition classique oui, mais une couverture qui émerveille, une reliure solide pour soutenir un volume très épais imprimé sur un papier de qualité qui devrait bien traverser les âges et une impression top quand on voit le rendu des couleurs qui parsèment l’ouvrage. Ça me donne envie d’avoir plus de titres comme ça dans ma bibliothèque.

Il fallait au moins ça pour porter la beauté du travail graphique de cette oeuvre. En effet, toute droite inspirée des tapisseries médiévales, celle-ci est un chef d’oeuvre en elle-même même si on n’arrivait pas à comprendre le texte. J’ai trouvé le travail de Cyril Pedrosa fabuleux. On pourrait en parler pendant des heures mais il y a surtout deux aspects que j’ai trouvé encore plus marquants que les auteurs : son utilisation de la couleur et sa narration graphique. A travers de grands aplats de couleurs souvent vives et des jeux de camaïeus très riche, il pose une symbolique visuelle très forte tout au long de son récit, au point de la rendre plus forte que des mots. Sa narration graphique très moderne où il fait évoluer le même personnage à plusieurs endroits au sein de la même case est tout droit inspirée des tapisseries médiévale et renforce le sentiment qu’un bon dessin en dit plus qu’un long discours. C’est très fort !

Tout cela m’a beaucoup fait penser à Peau d’Homme d’Hubert et Zanzim dans lequel j’avais également retrouvé certains de ces points. Mais c’est surtout le travail dans l’animation de Michel Ocelot qu’il m’a semblé retrouver ici lors du déplacement des silhouettes sur les décors ou dans l’importance des couleurs. Ainsi, on peut avoir un dessin qui n’est pas parfaitement académique et avoir une richesse graphique encore plus marquante !

Mais au-delà de la prouesse graphique qui est assez magistrale, l’histoire inspirée des chansons de gestes du Moyen-Âge et des récits des troubadour est vraiment très bien contée et menée. Sur le fond assez classique d’une héritière qui se fait éclipser au profit de son jeune frère et qui va tenter de reprendre son trône, les auteurs proposent une aventure à mi-chemin entre le récit de chevalerie et la portée d’un discours contestataire moderne.

C’est assez dense à lire. On passe beaucoup de temps à admirer les dessins, à en lire les moindres détails qui contribuent à la richesse du récit. Les décors sont d’ailleurs particulièrement immersifs et leur lecture plonge le lecteur dans l’histoire comme s’il en était lui-même acteur. Les auteurs ont parfaitement digéré ce qui fait l’essence des récits épiques de chevalerie et nous le retranscrivent ici entre politique et magie frémissante. Complots, jeux de pouvoir et trahison sont à l’ordre du jour.

Pour autant, la lecture est pleine d’allant, très dynamique et parfaitement rythmée par les différents moments de l’intrigue : découverte de l’univers, trahison, fuite dans une forêt mystérieuse, rencontre d’un groupe de femmes hors du commun, re-fuite, retrouvailles avec un vieil ami, nouvelle quête. Et pendant ce temps-là, le fil rouge est une grogne populaire qui monte, qui monte. J’aime beaucoup ce sentiment de révolte qui fait écho à celui de l’héroïne tout en étant différent car du tout issu des mêmes endroits.

Ce premier tome est en quelque sorte une longue mise en bouche où la tension monte progressivement, où l’héroïne est peu à peu prise dans une spirale malgré elle, sous le regard de ses fidèles amis, où le peuple de plus en plus en colère est de plus en plus visible. La question est : que va-t-il ressortir de tout ce bouillonnement dans le second et dernier tome ? Le peuple va-t-il se joindre à l’héroïne ou est-ce l’héroïne qui va se joindre à eux ?

Beaucoup de belles promesses, des thèmes qui me parlent sur l’oppression du peuple et des femmes, une ambiance fantastique mystérieuse et sombre réussie, et surtout un travail graphique incroyable. Il n’en faut pas plus pour que j’aie un coup de coeur !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

13 commentaires sur “L’Âge d’Or de Cyril Pedrosa et Roxanne Moreil

  1. On t’a fait un superbe cadeau !
    Cela fait longtemps que je ne m’y suis pas plongée, mais ado, j’adorais les récits de chevalerie.
    Et j’aime beaucoup les quelques exemples d’illustrations que tu as mises, notamment au niveau de la richesse et profondeur des couleurs.

    Aimé par 1 personne

  2. Magnifique diptyqye en effet qui allie la beauté et la pertinence graphique au service d’une ambiance avec un propos resolument moderne, liant presque legende et science fiction… un must-read pour tous, quelles que soient les habitudes graphiques!

    Aimé par 1 personne

      1. Oui! Très différente mais aussi belle. Ceci dit toutes les médiathèques de France et de Navarre ont le diptyque (comme à peu près tous les albums de Hubert et de Zidrou…). Ce qui me désole c’est que vue la pagination il est peu probable de voir arriver une intégrale un jour…

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s