Livres - Jeunesse / Young Adult·Livres - Science-Fiction

Phobos de Victor Dixen

 

Titre : Phobos

Auteur : Victor Dixen

Editeur : Robert Laffont (grand format) / PKJ (poche)

Année de parution : 2015-2017 (grand format) / Depuis 2019 (poche)

Nombre de tomes : 4 (série terminée)

Histoire : Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Mon avis :

Tome 1

Phobos est encore l’une de ces séries qui a fait grand bruit à sa sortie et qui a son petit fandom sur la toile, au point que plus j’avais envie de m’y lancer, plus je repoussais de peur d’être déçue. C’est l’effet que me fait souvent le trop de succès d’un titre >< J’ai donc attendu et attendu, puis le titre est sorti en poche et la tentation s’est faite plus grande. Finalement, une amie IRL qui a complètement craqué pour la série m’a convaincue par son enthousiasme à me lancer !

Phobos est donc une saga terminée en 4 tomes + une préquelle disponibles en grand format, elle est toujours en cours en poche mais devrait se terminer d’ici la fin de l’année d’après les dires de l’éditeur. Nous la devons à Victor Dixen, auteur déjà connu auparavant pour plusieurs saga jeunesse dont Le Cas Jack Spark et Animale. Phobos est sa troisième grosse saga destinée à ce public et alors qu’avant il était plus orienté fantasy et fantastique, il s’attaque à la SF cette fois !

Sorte de mélange de La Sélection, de Hunger Games et de Divergente, Phobos met en scène une bande d’adolescents marginaux presque adultes qui sont sélectionnés pour embarquer à bord d’un vaisseau pour être les pionniers qui peupleront Mars. Mais ça ne s’arrête pas là, la société à l’origine de ce voyage a décidé de bien se faire du fric sur leur dos et a organisé une vraie télé réalité autour de ce périple, mettant en scène des séances de speed-dating orbitale pour créer les futurs couples. Cependant, un autre mystère plane autour de cette mission, que Léonor, l’héroïne de l’histoire, va peu à peu découvrir.

L’écriture de Victor Dixen n’a rien d’originale, on sent parfaitement les influences et emprunts de l’univers qu’il met en place, mais c’est pourtant une lecture ultra addictive, un vrai page-turner comme je n’en avais pas lu depuis un petit moment pour cette tranche d’âge. Ainsi, j’ai dévoré ce tome un, malgré les rebondissements que je voyais venir de loin et les personnalités ultra stéréotypées des personnages, rien à faire, je ne pouvais pas lâcher mon tome et heureusement, j’ai le deuxième sous la main. Mais pas les autres malheureusement et je sens que ça va être terrible !

Ce premier tome est une belle mise en bouche, un peu longue peut-être quand on réalise ce qu’il s’est vraiment passé au final, mais nécessaire pour exposer l’ensemble des personnages : 6 garçons et 6 filles dans l’espace, plus certains des organisateurs et leur famille sur Terre. Je ne dirai pas que l’univers est dense et complexe, mais il est tout de même riche à découvrir, l’auteur alternant entre les moments « champ » (= dans l’espace) et « hors champ » (sur Terre), alternant les rencontres des différents futurs couples et la vie à bord des filles, alternant la vie de directrice du projet de Serena et ses magouilles en dehors pour camoufler tout ça. Du coup, l’intrigue est riche de plusieurs fils menés de front et tous bien travaillés. J’ai trouvé ça assez fort.

En revanche, pour le moment je suis moins séduite par le travail fait sur les personnages. En dehors de Léonor qu’on suit la majeure partie du temps, je n’en ai trouvé aucun de vraiment remarquable. On survole trop chacun d’eux et comme ils sont nombreux, l’auteur a voulu leur attribuer des caractéristiques fortes pour qu’ainsi on se rappelle facilement de chacun, mais ça les rend malheureusement un brin caricaturaux aussi bien chez les filles que les garçons. Il y a Kris, la meilleure amie fleur bleue de Léo, qui a eu le coup de foudre pour le prince des neiges russe : Alexei ; Elizabeth, la ballerine qui cache bien son jeu ; Fangfang, la surdouée des Maths qui a craqué pour Tao le Chinois secrètement paraplégique ; Safia l’indienne, défenseuse des droits des femmes, qui a trouvé son pendant pour lutter contre les traditions en Samson, le Nigérien ; Kelly, la Canadienne un peu garçon manqué qui a détesté Mozart, le rebelle des favelas, au premier regard ; Kenji le japonais geek à moitié autiste (cliché qui m’a le plus agacé !) et encore le bel Américain Marcus qui aime bien jouer les magiciens et a des tatouages très poétiques un peu partout sur le corps. Chacun porte le poids d’un lourd passé encore secret, du moins, c’est ce qu’on nous dit car au fil des rencontres, j’ai quand même trouvé qu’on en apprenait peu sur eux ou en tout cas qu’on restait trop factuel et qu’on ne creusait pas vraiment leur personnalité.

Ainsi ce premier tome permet surtout de rencontrer tout le monde, de se familiariser avec eux, avec leur environnement, les règles du jeux (qui appelle qui lors de la séance de speed-dating, quelle place au classement des coups de coeur ou au classement des sous versés pour les trousseaux, etc) mais on ne voit pas encore bien les relations qui pourraient se tisser et qui rendraient le récit plus profond. J’espère que cela interviendra dans le deuxième tome.

Pour l’instant, l’intrigue, elle, est prenante. Il y a d’un côté les pseudo-drames entre les filles, avec certaines qui sont prêtes à tout pour trouver chaussure à leur pied, et d’autres qui découvrent ce qu’elles pensent être l’amour – permettez-moi s’être plus sceptique pour ma part à ce sujet-. Et d’un autre côté, nous suivons sur Terre, l’enquête autour de la disparition de certains membres fondateurs du projet, apprenant peu à peu, en suivant les traces de Serena les nombreux secrets qu’elle cache. Ce qui est malin, c’est d’y ajouter un contre-regard avec le fils d’un de ses acolytes et sa propre fille à elle, qui vont sûrement proposer d’autres aventures et rebondissements dans les prochains tomes. Tout cela se mélange pour une intrigue qui se veut dure, où les manipulations et les traitrises sont légion, le tout pour le profit d’un petit nombre, sur un mode très cynique. Classique, déjà vu, mais j’aime.

Avec un premier tome plus que prometteur, Victor Dixen a su me convaincre de poursuivre cette saga spatiale pour adolescents où j’ai beaucoup aimé la critique faite de la télé-réalité et du monde pourri des adultes qui ne courent qu’après la gloire et les profits. Je reste un peu sur ma faim quant aux personnages et à leurs relations qui ont été plus que survolées pour le moment, mais il y a de belles promesses. L’auteur sait en plus ménager son suspens en nous assenant un final qui sonne comme un coup de gong et donne envie de se jeter sur le tome 2. Ça tombe bien, je l’ai avec moi ^^

Tome 2

Reprenant la même recette que lors du tome 1, Victor Dixen nous assène encore un tome d’une efficacité diabolique.

Il nous avait laissés en plein suspense à la fin du tome 1, l’auteur reprend son intrigue exactement au même point, pour continuer à dresser le portrait cruel de cette aventure spatiale et médiatique comme jamais on n’en a connu. J’ai apprécié dans cette suite de retrouver un rythme rapide, plutôt haletant, même si après avoir refermé le tome, je trouve encore qu’il ne s’est pas passé tant de choses que ça au final tant chaque moment ou presque est passé sous la loupe ce qui grossit le nombre de pages.

L’intrigue reste cependant prenante avec une alternance entre ce qui se passe avec nos pionniers, les avancées de la terrible Serena et la fuite d’Andrew et Harmony. Tout s’équilibre bien et surtout les intrigues se renvoient bien la balle, créant un tout parfaitement cohérent. Alors certes, je préfère certaines parties à d’autres mais c’est vraiment une question de goût.

Par exemple, j’ai une large préférence pour l’intrigue qui concerne Serena. Je trouve ce personnage vraiment diabolique et donc fascinant. Elle a une capacité rare à rebondir. A l’inverse, la fuite d’Andrew et Harmony est on ne peut plus classique malgré les révélations sur l’addiction de cette dernière. Ils m’ont donc laissée assez indifférente jusqu’au grand final où là leur intervention frappe un grand coup ! Quant à nos chers pionniers, là il y aurait beaucoup à dire mais pour faire cour, on les découvre enfin ensemble hors du Parloir et cela fait des étincelles. C’est parfois intéressant mais bien souvent beaucoup trop « ado » pour moi avec des pseudo drames inintéressants et qu’on pourrait éviter : mensonges, jalousie, amour contrarié… D’ailleurs, les dialogues ne sont pas vraiment au niveau à ces moments-là et m’ont fait lever les yeux au ciel plus d’une fois…

En revanche, si je dois retenir une chose en plus de l’excellence de la narration et du rythme de l’intrigue, c’est l’imagination dont a fait preuve Victor Dixen dans l’écriture de son univers. Il a vraiment pensé celui-ci dans les moindres détails et c’est passionnant de le voir insérer à de nombreuses reprises des informations sur le fonctionnement des installations, ou encore des découvertes technologiques. Et même sans cela, j’adore la façon dont il a imaginé leur voyage, leur arrivée, leur vie sur Mars mais aussi l’organisation de la télé-réalité et tous les autres petits détails qui enrichissent le récit en décrivant leur quotidien. C’est vraiment rarement aussi poussé dans ce type de texte pour la jeunesse, je trouve alors je tiens à le saluer.

Ce deuxième tome m’a donc à nouveau fait passer un très bon moment de lecture. Les pages se sont enchaînées et si je n’ai pas été passionnées par les personnages adolescents et leurs relations trop mélodramatiques et surjouées à mon goût, en revanche, je suis fan de l’univers et de l’antagoniste principale, qui file des frissons. Belle pioche !

32 commentaires sur “Phobos de Victor Dixen

  1. Ton avis me donne envie de relire la série (que je n’avais pas finie d’ailleurs). J’ai lu les tomes 1 et 2, mais je ne suis pas allée plus loin. Victor Dixen est doué je trouve pour savoir tenir ses lecteurs en haleines et trouver des sujets qui plairont.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour le compliment !
      J’avoue que je n’attendais pas grand chose et j’ai été agréablement surprise notamment par l’univers imaginé.
      Même si le cliffhanger est moins rude que le précédent j’ai quand même très hâte de lire la suite 😁

      Aimé par 1 personne

  2. Au vu de son succès, je pensais que je ne pourrais être que déçue et finalement, j’ai adoré ces deux premiers tomes. Le mélange s-f/romance/action fonctionne bien et puis l’histoire est très addictive. Apres le tome 1, j’avais hâte de continuer pour en découvrir davantage sur les personnages car, comme tu le soulignes, on ne sait pas grand chose sur eux à part pour Leo.

    Aimé par 1 personne

  3. Le côté Hunger Games et Divergente me fait un peu peur quand même…. il faut voir si ça ne tourne pas que autour de la romance et des speed-dating toutes les semaines. J’espère qu’il y a une bonne histoire quand même (surtout que tu dis que les persos sont pas ouf).

    Aimé par 1 personne

    1. Perso, je trouve l’univers vraiment chouette mais c’est vrai que la romance peut sembler prendre pas mal de place, peut-être trop parfois, mais comme ça se lit bien, c’est passé crème. Je me suis plus intéressée à l’univers qu’aux romances, un comble pour la fan du genre que je suis ><

      Aimé par 1 personne

      1. Ouep, carrément ! Mais du coup ce sera en poche, car apparemment les tomes restants sortiront dans l’année (puis faut que je fasse des économies, j’ai quelques gros livres et intégrales à prendre.. 😂)

        Aimé par 1 personne

      2. Haha finalement tu cèdes aux sirènes des éditions poches, bravo ! Je fais de même dès que je peux, entre le prix et la place…
        En tout cas, j’espère que je serai de bon conseil avec celui-ci ^-^

        Aimé par 1 personne

  4. Je suis très contente que le rythme, l’univers et les personnages aient su te plaire autant qu’à moi. Comme toi, j’ai aimé l’antagoniste principale ! Les premiers phobos sont géniaux !!! Je regrette néanmoins les derniers tomes… J’espère donc que tu apprécieras plus que moi ! Bonne future lecture !

    Aimé par 1 personne

  5. Eh bien, je ne pensais pas que tu apprécierais cette saga, mais je vois que toi aussi tu t’es laissé prendre au jeu ^^. Il faut dire qu’elle a de sacrés atouts, mais comme tu le dis, certaines choses comme les mélodrames amoureux et les personnages pas toujours très développés rebutent un peu !
    J’ai hâte de connaître ton avis sur la suite, car j’ai trouvé que la fin de la série s’essoufflait malgré un nombre de pages toujours plus important 😉.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s