Livres - Jeunesse / Young Adult

Albums Little Urban : Pacetogrela / Animal – Le jour où je suis devenu loup

Exif_JPEG_420

Nouvelle fournée de jolis albums des éditions Little Urban qui sort aujourd’hui en librairie et qui sera parfaite pour faire vivre des aventures drôles et printanières aux petits comme aux grands. Je vous invite à venir les découvrir !

couv67032504

Titre : Pacetogrela d’Anthony Naulleau

Auteur : Anthony Naulleau

Editeur : Little Urban

Date de parution : 7 mai 2021

Nombre de pages : 32

Histoire : Il était une fois un gros ogre tout rouge descendu de sa montagne. Venu croquer les enfants tout crus comme des chouquettes ? D’une seule main, HOP, comme du pop-corn au cinéma ? N’importe quoi ! Pas cet ogre-là !

Mon avis :

Le titre de cet album et sa couverture m’ont de suite intriguée, le titre parce qu’il n’était pas si simple à prononcer et sembler cacher quelque chose et le dessin de la couverture parce que j’ai trouvé amusant de voir ces enfants se faire manger. La curiosité l’a donc emporté et j’ai dévoré cette nouvelle histoire.

Pacetogrela est le premier album d’Athony Naulleau, un jeune artiste drôle et touche à tout, passionné de BD et d’illustrations, qui est parti à Montréal où il découvrit l’improvisation théâtrale et où il co-réalisa son premier court-métrage. Mais il n’avait pas oublié ses envies de raconter des histoires sous forme de dessins, c’est donc après avoir développé un tait spontané et plein d’humour, inspiré de ses dessinateurs préférés qu’il est venu proposer son premier projet à Little Urban qui l’a accepté.

Album grand format, Pacetogrela nous invite à découvrir un ogre pas comme les autres, un ogre sorti tout droit de l’imagination d’un groupe d’enfants qui adorent jouer ensemble et s’inventer des histoires les uns aux autres et les uns avec les autres.

exrTbHGmf2PXqqhhDYdkRV18odao91kd-page2-1200

Le texte est court mais percutant, la mise en page extrêmement maligne joue sur les retournements de situation incessants de cette écriture d’un personnage à douze mains. C’est extrêmement drôle et surprenant. On se demande sans cesse sur quoi cela va bien pouvoir déboucher et ce que tel ou tel enfant va pouvoir trouver à redire pour contre-carrer l’idée du précédent. En plus, l’histoire est rythmée par une petite ritournelle qui va très vite faire sens jusqu’à un final parfaitement trouvé (et super tendre) !

L’album d’Anthony Naulleau est ainsi conçu comme un court spectacle humoristique loufoque à destination des enfants. On sent l’influence de ses passions et les idées qu’il a su y puiser. C’est original et ça sort clairement du lot, invitant les enfants à laisser libre court à leur fibre artistique.

Graphiquement, j’ai eu l’impression d’être face à un nouveau Sempé, tant les personnages me faisaient penser au Petit Nicolas et à sa bande de joyeux loustiques. On retrouve ce trait extrêmement simple mais expressif avec des personnages aux nez reconnaissables et aux bouches toujours grandes ouvertes ou étirées par un large sourire. La colorisation à l’aquarelle et à l’encre de Chine à la plume est charmante. Cela donne une atmosphère amusante et fraiche, légèrement rétro comme si on était dans les années 50 avec pourtant des enfants de notre temps.

Cet album est comme un doux bonbon sucré au goût de revenez-y qui ne donne qu’une envie, prendre la plume entre amis !

Je remercie les éditions Little Urban pour leur confiance et cet envoi.

TB lecture

couv15850176

Titre : Animal : Le jour où je suis devenu loup

Auteur : Amélie Graux

Editeur : Little Urban

Date de parution : 7 mai 2021

Nombre de pages : 44

Histoire : Être sauvage, être libre. Justement, ça fait un moment que Simon en a assez d’obéir aux ordres de tout le monde, sous prétexte qu’il est un enfant. Furieux, il décide de partir détour et sans retour pour vivre seul, en pleine nature.

Mon avis :

Quand j’ai vu la couverture printanière et aventureuse de ce petit album, j’ai tout de suite qu’il était fait pour moi. J’avais découvert le travail d’Émilie Graux il y a quelques années avec C’est pas moi, c’est mon loup !, chez Milan, où elle était illustratrice. J’en avais adoré le trait très drôle et coloré, un peu naïf et enfantin. J’ai donc été ravie de la retrouver ici dans une aventure qu’elle a menée de A à Z.

Depuis une dizaine d’années, Émilie Graux est une illustratrice et autrice prolifique. Elle a plus d’une vingtaine de titres à son actif, donc je vous laisse découvrir la liste ICI. On y retrouve des imagiers, des albums pour faire découvrir la vie aux plus jeunes sur différentes thématiques de leur quotidien et quelques uns seulement de vraies aventures à suivre. Au fil des livres, elle a développé un style graphique bien à elle que j’affectionne beaucoup : dessins aux traits ronds et régressifs, couleurs douces mais vivantes semblant provenir de crayons de couleurs, et surtout beaucoup d’humour et de cocasserie.

couv53884769 couv75405246

Dans l’album qu’elle sort cette année aux éditions Little Urban, c’est un doux esprit d’aventure qui l’a saisie avec son nouvel héros : Simon. Simon est un petit garçon qui rêve de voyage, d’évasion dans des contrées sauvages tel Davy Crockett. Alors par un bel après-midi de printemps il décide de partir à son tour à l’aventure.

J’ai beaucoup aimé la construction de cet album. L’autrice démarre en nous présentant son jeune héros qui perçoit le monde qui l’entoure comme rempli d’injonctions et de contraintes. C’est charmant de voir cela du point de vue d’un enfant et l’autrice apporte la loufoquerie nécessaire avec la façon dont celui-ci perçoit le monde avec sa famille ressemblant plus à une bande d’animaux sauvages.

Puis un jour, lui aussi a une idée, il veut retourner à la nature. Il ouvre alors la fenêtre de sa chambre et voit le monde aventureux qui s’ouvre sous ses yeux. Il prend alors la décision d’aller découvrir le monde et prépare son expédition. Tout cela est raconté avec beaucoup de sérieux, puisque à travers le regard de ce jeune enfant, mais aussi avec un décalage savoureux quand on s’aperçoit d’en quoi consiste son expédition. C’est donc avec un doux sourire plein de bienveillance qu’on lui suit dans ses préparatifs et ensuite dans ses premiers pas, puis au fur et à mesure que l’aventure grandit.

Amélie Graux nous invite à voir le monde très très proche de nous avec un autre regard, un regard plein d’imagination pour nous faire découvrir tous les trésors qu’il recèle. Ainsi l’extérieur de nos fenêtres peut très vite se transformer en univers plein d’endroits à explorer et nous faire vivre de grands moments pour peu qu’on ait de l’imagination comme Simon. Avec lui, j’avais presque l’impression de suivre les Enfants Perdus de Peter Pan et leur célèbre chanson A la file indienne. C’était vraiment savoureux avec une belle dose de loufoquerie et cocasserie qui m’ont beaucoup fait sourire 😀

Animal : Le jour où je suis devenu loup fut donc une charmante aventure d’évasion à hauteur d’enfant qui invite tout un chacun à voir le monde qui l’entoure différemment et invite surtout les enfants et les parents à retrouver la joie de s’amuser en extérieur ! On valide +++

Je remercie les éditions Little Urban pour leur confiance et cet envoi.

TB lecture

6 commentaires sur “Albums Little Urban : Pacetogrela / Animal – Le jour où je suis devenu loup

  1. Si la construction du premier m’intrigue, c’est peut-être le fond du deuxième album qui me tente le plus.
    Quant au titre Pacetogrela, ça me fait penser à Pantagruel dont je ne garde pas un bon souvenir, mais heureusement, l’album a l’air bien plus sympa

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s