Livres - Romance

Les Greycourt d’Elizabeth Hoyt

Titre : Les Greycourt

Auteur : Elizabeth Hoyt

Editeur vf : J’ai Lu – Pour Elle (Aventures & Passions)

Année de parution vf : Depuis 2019

Nombre de tomes vf :  2 (en cours)

Histoire : Depuis l’aube des temps, une communauté secrète œuvre à défendre la liberté des femmes.. Initiée dès son plus jeune âge, Freya de Moray est devenue leur informatrice. Pour sa nouvelle mission, elle se rend près de la frontière écossaise où, sous l’apparence d’une simple dame de compagnie, elle se mêlera aux invités d’une garden-party pour enquêter sur un parlementaire aux idées rétrogrades. Mais à Lovejoy House, Freya retrouve également Christopher Renshaw, à qui elle voue une haine viscérale depuis le drame qui a brisé leurs deux familles quinze ans plus tôt. Or, l’homme qu’il est devenu va troubler ses sens, au point de mettre en péril ses convictions et son combat militant…

Mon avis :

Tome 1 : Ma sorcière adorée

Cela faisait un certain temps que je n’avais pas plongé dans un roman d’Elizabeth Hoyt, qui est pourtant l’une des premières autrices à m’avoir fait découvrir les romances historiques pour adultes. Et sans le savoir, j’ai eu du nez, car le premier tome de cette nouvelle saga qui trainait dans ma PAL depuis 2 ans, ne va voir sa suite arriver chez nous que ce mois-ci ^^!

Elizabeth Hoyt, c’est l’autrice de trois sagas que j’ai beaucoup aimées : Les trois princes (3 tomes), La légende des quatre soldats (4 tomes), Les fantômes de Maiden Lane (12 tomes). Elle propose toujours des histoires un petit peu âpre avec des personnages matures qui ont bourlingué, ce qui me plaît énormément.

Dans Les Greycourt, on découvre au fil de ce premier tome, qu’elle met en scène une bande d’amis et de proches qui ont tous vécu le même drame dans leur enfance / adolescence / à l’aube de l’âge adulte, c’est selon. Marqués, leur vie a pris un tournant radical depuis qui leur rend le pardon difficile et qui les a bien endurcis.

Premier tome d’une telle saga oblige, Ma sorcière adorée prend beaucoup de temps, peut-être trop parfois, pour nous poser ce décor, un peu au détriment d’une romance, qui si elle m’a séduite, est allée un brin trop vite aussi pour totalement me conquérir comme d’autres de l’autrice.

Pourtant les personnages choisis par l’autrice avaient tout pour me plaire. Freya, une belle rousse écossaise, vit sous un prête nom comme dame de compagnie alors qu’elle est elle-même fille et soeur de Duc. Pourquoi ? Parce qu’elle est également la Macha (= l’espionne) d’une sororité secrète dont le but est d’aider les femmes en détresse : Les Femme Sages. Alors qu’elle mène a bien sa dernière mission, elle tombe littéralement par hasard sur une vieille connaissance : Christopher Renshaw, devenu Duc entre temps, mais surtout un des responsables des malheurs de sa famille. Lui, ne la reconnait pas, mais ils se recroisent lors d’une autre mission de la jeune femme et elle a bien du mal à retenir sa haine à son encontre.

Avec cette relation tout feu tout flamme et pleine de haine, l’autrice frappe fort. Les échanges entre les héros sont piquants, Freya est une superbe héroïne forte et courageuse, mais terriblement têtue donc ça fait vraiment des étincelles entre eux. L’idée d’instaurer un huis clos dans lequel se mélange cette envie de vengeance, ce désir bouillonnant ainsi que l’enquête de Freya, est excellent pour faire monter la mayonnaise et ça prend très bien. D’emblée, on est happé par les échanges vifs des héros et surtout par la fougue de la jeune fille, qui sait aussi bien se battre avec ses poings qu’avec sa langue. Cependant, face à elle, Christopher fait presque un peu falot et c’est là où le bas blesse. Leur relation se veut piquante mais ne l’est pas à 100% car il manque des éléments à notre cher Duc pour avoir tout le répondant nécessaire.

Cependant suite à un revirement assez rapide et soudain au milieu du tome, la dynamique change et alors l’autrice donne plus la pleine mesure de ce à quoi elle nous a habitués dans ses autres romances. Elle développe alors les thèmes de l’image de la femme savante vs la femme sorcière, de l’égalité des sexes dans et hors mariage, du partenariat homme – femme, c’est résolument moderne, à l’image de la société à laquelle appartient Freya. Christopher perd alors sa fausse image de voyou pour montrer l’homme tendre, affectueux, aimant et généreux qu’il est, ce qui change tout. Le couple devient alors plus intéressant, plus équilibré aussi et ses disputes autour des questions de confiance et d’égalité ont plus de sens.

Je dois reconnaitre que j’ai quand même passé un très bon moment de lecture en partie également grâce à tous les autres personnages qui les entourent. La chienne de Christopher tient une place tout particulière dans l’histoire et j’ai adoré celle-ci, ce qui est assez rare de la part d’un chien chez moi pour le souligner. J’ai aussi beaucoup aimé le rôle joué par les autres invité de cette garden party où ils se retrouvent coincés et obligés de se côtoyer. Dans l’ensemble, ils sont bien plus ouverts d’esprit que ce à quoi on est habitué dans ce type d’histoire. On retrouve en plus une autre connaissance des héros, qui promet d’être toute aussi haute en couleur que Freya et qui sera l’héroïne du tome 2. Ils participent vraiment à la réussite de cette histoire.

Ainsi, même si ce n’est pas le meilleur début de saga que j’ai pu lire chez Elizabeth Hoyt, Ma sorcière adorée m’a tout de même beaucoup plu grâce au caractère fougueux de l’héroïne et au caractère moderne de son histoire sur fond d’entraide entre femmes. Je regrette juste un héros maladroitement écrit au début de l’histoire qui a rendu le couple un peu déséquilibré, heureusement l’autrice rattrape cela ensuite. Cependant premier tome oblige, l’exposition du cadre de la saga mange en partie l’espace de la romance et donne le sentiment que celle-ci manque d’approfondissement. C’est donc une potentielle très bonne série qui ne demande qu’à déployer ses ailes dans le second tome qui s’annonce tout aussi mouvementé.

Tome 2 : Parce que je vous aime

Après un premier tome fort séduisant qui promettait de belles aventures tortueuses au sein de cette nouvelle famille que nous allions suivre, il a tout de même fallu attendre 2 ans avant de pouvoir découvrir Hawthorne et Messalina. Cependant, je ne suis aucunement déçue car ils ont pleinement tenu leur promesse et que j’ai frôlé le coup de coeur !

Présenté dans le tome 1 comme le sbire de l’horrible oncle des frères et soeurs Greycourt, j’attendais de voir avec impatience comment il allait se transformer en héros de cette romance avec l’aînée des deux filles ! Et Gideon emporte facilement la palme dans ce tome. J’ai adoré découvrir cet ancien enfant des rues qui s’est élevé à la force de ses poings, qui rêve de mener sa vie en homme libre et sur un pied d’égalité avec tous, hommes pauvres comme hommes riches. On sait dès le début qu’il est fasciné par Messalina et cela va être le point de départ de tout.

En effet, les débuts ont de quoi surprendre, puisque tout démarre alors que Gideon, sur ordre de son patron, a enlevé Messalina pour la force à l’épouser. Celle-ci contrainte accepte et commence alors une drôle de relation entre eux. Honnêtement, j’avais vraiment peur de ne pas aimer car le mariage forcé c’est tout sauf mon truc. Sauf que Gideon n’est pas le bourreau auquel on s’attendait et Messalina n’est pas la fille faible qu’on pouvait craindre. C’est là tout le génie de l’autrice.

Elle va aussi nous faire suivre au fil du tome un couple qui apprend à se découvrir derrière les faux semblants. Gideon ne force jamais Messalina. Celle-ci apprend à découvrir l’homme derrière le sbire de son oncle. Elle le découvre très humain et attentionné, faisant attention aux animaux, aux femmes et aux enfants, voulant construire sa propre vie mais ayant du mal à se détacher de son maître. Elle se retrouve ainsi peu à peu séduite et fond aussi bien devant l’homme qu’elle craque devant le séducteur. J’ai adoré cette lente valse des sentiments de sa part.

Lui, se montre donc attentionné, mais il écoute également ses conseils, car il souhaite devenir un homme du monde pour mener ses affaires. Ils forment donc peu à peu en plus d’un couple sur le papier, un vrai duo complémentaire. J’ai adoré découvrir ses multiples facettes : les affaires qu’il mène en essayant de rester fidèle à ses principes, son terrible passé d’enfant des rues, ses sentiments naissants sur lesquels il a bien du mal à mettre des mots et surtout ses tergiversations vis-à-vis de son employeur à cause de Messalina.

L’autrice nous entraine ainsi dans une belle romance au sein d’un couple marié, mélangée à des histoires de famille toujours aussi compliquées où les frères et soeur de Messalina vont venir aussi bien semer la zizanie qu’aider le couple. Cela donne un récit touchant, émouvant, profond mais également dynamique où l’aventure est au rendez-vous. Le mélange entre la romance, les affaires diverses de Gideon et les interventions des Greycourt fonctionne à merveille. Les pages défilent à toute vitesse et on est de plus en plus séduit par les héros. Reste que le fil rouge des histoires de famille reste un peu flou. On se demande encore ce que peut bien mijoter Julian pour contrarier à ce point son oncle. Gideon est également en danger et on se trompe longtemps sur les origines de cette menace avant la surprise finale, c’est très bien fait. Enfin, l’autrice n’oublie pas ce qu’elle a tissé dans le premier tome et elle nous fait recroiser Freya et ses femmes sages. J’aime quand un auteur n’oublie pas ce qu’il a écrit auparavant et fait du lien.

Avec ce deuxième tome, j’ai adoré voir naitre l’amour entre deux êtres que tout opposait. J’ai été touché par ce héros venant de la rue dont le coeur s’ouvre peu à peu. J’ai fondu devant lui avec l’héroïne, une femme forte et sincère, dont les sentiments m’ont ému. Les mystères, les affaires ont peuplé cette histoire d’aventures de même que les interventions des membres de la famille Greycourt. Vu le caractère haut en couleur de chacune des femmes découvertes dans cette saga, j’ai hâte de découvrir maintenant l’histoire de Lucrétia, la petite soeur à la langue bien pendue de Messalina !

Un commentaire sur “Les Greycourt d’Elizabeth Hoyt

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s