Livres - Fantasy / Fantastique

Les Dieux Sauvages de Lionel Davoust

Titre : Les Dieux Sauvages

Auteur : Lionel Davoust

Editeur : Critic / Folio SF

Année de parution : Grand format 2017-2020 / Poche depuis 2020

Nombre de tomes : 4 (série terminée) / 2 (en cours)

Histoire : Mériane est une trappeuse, une paria, une femme. Autant de bonnes raisons d’en vouloir aux Dieux qui ont puni le peuple de la Rhovelle pour les fautes de ses aïeux. Car depuis la chute du glorieux Empire d’Asrethia, le monde est parcouru de zones instables qui provoquent des mutations terrifiantes, les gens ont faim, et une religion austère qui prêche la haine des femmes soutient un système féodal.
Pourtant, quand les Dieux décident de vider leur querelle par l’intermédiaire des humains, un rôle crucial échoit à Mériane. Pour elle débute une quête qui la verra devenir chef de guerre et incarner l’espoir de tout un peuple.

Mon avis :

Tome 1 : La Messagère du Ciel

Il y a 3 ans, je découvrais avec plaisir la plume de Lionel Davoust dans Port d’âmes, un titre où son style m’avait ravie, notamment grâce à un univers original, mais où je n’avais pas du tout été emportée par l’histoire qui est trop renfermée sur elle-même et qui manquait de lyrisme et d’épique pour moi. C’était bien fait, c’était sombre, c’était dangereux, mais ce n’était pas ce que j’attendais et j’étais ressortie un peu déçue surtout que l’univers antérieur était prometteur, lui. Je ne voulais donc pas rester sur une défaite.

La Messagère du Ciel, premier tome de la quadrulogie des Dieux sauvages était parfaite pour me remettre le pied à l’étrier, puisque se déroulant dans le même univers, l’Evanégyre, imaginé par l’auteur et qu’on retrouve dans chacun (ou presque) de ses titres. La Messagère du Ciel se déroule près de 500 ans avant Port d’âmes dans l’ancien Empire d’Asrethia, après la chute de ce dernier, tandis que deux divinités se livrent à un affrontement sans pitié en utilisant les hommes et autres créatures à leur service pour les départager.

————————-

La plongée dans l’univers des Dieux sauvages ne fut pas simple. J’ai trouvé les cent premières pages environ très touffues et parfois confuses, remplies de nom et de concepts pas toujours explicités. En plus, je n’ai remarqué que très tardivement la présence en fin de tome d’une toute toute légère aide… Parfois, je me dis qu’il serait bien de rappeler au début justement que cela existe, mais ce n’est qu’un détail. Bref, l’entrée en matière ne fut pas simple. Pour autant, j’ai très vite saisi que j’étais en présence d’un univers qui allait me fasciner.

En effet, Lionel Davoust nous propose un titre de fantasy épique dans un cadre moyenâgeux encore barbare par bien des aspects, où la politique mais surtout la religion sont très présents et saisissants. Peut-être est-ce l’influence des premières couvertures du titre chez Critic mais j’avais presque le sentiment de me retrouver dans quelque chose de vraiment primitif et c’est assez rare dans mes lectures pour me dépayser.

Pour porter ce récit, l’auteur offre une ribambelle de voix à suivre. Au début, le changement très fréquent de narrateur me perdait. On passait d’une jeune femme un peu sauvage vivant en lie de la société, à un jeune héritier qui ne veut pas l’être, ou encore au frère d’un roi dément, à la femme de celui-ci ou encore à un noble rebelle, sans parler d’un chef de guerre ennemis dans une société mi-bestiale mi-zombie fort étrange. J’avais du mal à suivre. Mais petit à petit, je me suis laissée enivrer par leurs aventures très immersives.

————————-

Il faut dire que pour nous faire entrer dans son univers complexe, l’auteur, chose rare, offre un début de saga extrêmement rythmé. Passé ces premières pages assez denses, l’action monte et monte jusqu’à un pic épique dès le milieu de ce premier tome. J’ai trouvé ça surprenant et culotté ! J’ai adoré. Il repose ensuite le rythme avant de repartir à l’assaut pour les dernières pages. Un sens du rythme que j’ai rarement trouvé et que je salue tant il m’a fascinée, associé en plus à un sens de la mise en scène excellent, comme lors de la scène représentée en couverture. C’était palpitant à suivre.

Mais venons-en un peu au cadre de cette histoire. La Messagère du Ciel se déroule dans un ancien Empire qui a chuté, désormais partagé en plusieurs unités géographiques tantôt alliées tantôt en conflit. Au coeur de tout ça, la maison royale de Rhovelle, dont le roi Eoel II est souffrant depuis des années, tandis que sa femme Izara dirige à travers un conseil de régence où siègent plusieurs puissants dont Luhac, le frère du roi, et le jeune Juhel, duc de Magnésie qui vient d’hériter du titre. Depuis plusieurs décennies, ils vivent dans la crainte d’un phénomène contre lequel ils ne parviennent pas à lutter : les Anomalie, des sortes de trous spatio-temporels qui se déplacent et transforment la plupart des êtres qui y pénètrent en leur conférant des « difformités » diverses et variées. Ils doivent également affronter les forces voisines des Mortes-Couronnes l’Armée de la Nuit, dirigée par Ganner, le prophète du dieu rival au leur, prend les armes et se lance à l’assaut de leur pays. Le tout pendant que des Ducs rebelles remettent en cause l’autorité de la famille royale. Bref, beaucoup de mouvements en perspective.

Mais de tout cela, Lionel Davoust fait une histoire parfaitement cohérente, simple et passionnante à suivre. La complexité apparente de l’univers s’éclaire au fil des chapitres pour mettre à jour des rouages parfaitement détaillés par l’auteur et qui se mettent en branle à la perfection. C’est juste passionnant et fascinant de voir comment tout s’imbrique.

————————-

Mais l’histoire ne serait rien, comme bien souvent, sans ses personnages et c’est là que j’ai pris le plus de plaisir. Car au delà de la politique du royaume, des complots des Ducs, des assauts lancés par les ennemis et du mystère de ses anomalies, c’est dans l’utilisation de la religion dans cet univers que j’ai trouvé que l’auteur s’accomplissait. 

En effet, l’héroïne de son récit n’est ni plus ni moins qu’une nouvelle Jeanne d’Arc, sauf qu’à la différence de celle-ci, Mériane n’est pas du tout croyante, bien au contraire et qu’elle remet fortement en question l’ordre de la société dans laquelle elle vit, établi par une religion on ne peut plus patriarcale. Elle est fascinante. J’ai adoré suivre une héroïne qui lutte contre ce destin que les dieux tentent de lui imposer. Elle se retrouve d’un coup, sans l’avoir demandé, à entendre directement dans sa tête la voix d’un dieu qu’elle méprise et dont elle ne veut pas. Celui-ci veut faire d’elle son Hérault, elle refuse ce titre masculin pour s’auto-proclamer plutôt Messagère. J’adore cette femme ! C’est une féministe avant l’heure.

Et les aventures qu’elle va vivre ne sont ni plus ni moins qu’une réinterprétation de celles de notre Jeanne d’Arc nationale. Elle va d’abord ne pas être cru, bien sûr, par l’Eglise du grand dieu Wer, qui va la rejeter. Embarquée de force dans cette histoire, elle va donc devoir se trouver des alliés de circonstance et elle profitera de ce nouveau statut non seulement pour aider le peuple de Rhovelle mais aussi pour aider ceux plus petits et plus proches d’elle. Toute la dernière partie du roman est assez fascinant dans sa construction en miroir avec ce qu’on sait de l’épopée de Jeanne et qui nous est promis pour la suite de l’histoire dans les prochains tomes. Ça donne hâte de les découvrir !

Mais en plus de cette si belle héroïne, l’auteur n’a pas fini d’inventer des personnages solides et charismatiques dans chacun des camps. J’ai été fascinée par la figure de Ganner, le Chef du clan adverse, qui règne sur un peuple d’espèce de zombie créer par son Dieu, Aska. Les Dieux eux-même qu’on entend lors de bref interludes sont plein de nuances et fascinent. Je serais bien en peine de dire lequel je soutiens tant je le trouves fourbes tous les deux dans leurs échanges et actions.

Du côté des alliés, comment ne pas succomber pour le doux et timbré Darèn, qui accompagne notre Elue. J’aime qu’un auteur mettent délibérément en avant quelqu’un souffrant de troubles mentaux comme lui, sans le nier et sans le dénigrer. J’ai aussi apprécié frère Leopol, un croisé, dont l’évolution est peut-être prévisible mais intéressante et surtout dont le passé lui donne une autre envergure que ce qu’on pouvait croire au début.

Je suis plus réservée pour ce qui est des nobles de ce cher royaume. Si la reine est un personnage comme je les aime, une femme forte, maligne, qui ne se laisse pas dicter sa conduite tout en restant aimante. J’apprécie moins les Ducs autour d’elle et leurs rejetons. J’ai l’impression d’y voir des figures plus classique, du frère blasé par la vie qui se laisse porter, au duc rebelle qui prend les armes mais échoue lamentablement. J’attends de voir et mes espoirs reposent notamment sur la nouvelle génération.

Enfin, il y a le mystérieux duo Chunsène – Nehyr, la première étant une vagabonde originaire de Mandre et la seconde une éclaireuse et archère. Elles avancent au milieu de ce monde en pleine agitation, traversant les conflits pour … faire je ne sais trop quoi. J’ai l’impression d’avoir manqué d’attention avec elles et j’ai juste retenue que Nehyr était la seule à voir Chunsène, ce qui est fort mystérieux.

————————-

Ainsi, ce premier tome fut un franc succès pour moi. J’ai adoré le cadre brutal et mystérieux imaginé par l’auteur, mais également l’héroïne forte et féministe, porteuse d’un vrai message, qu’il a imaginée. J’ai trouvé ce premier tome original aussi bien de par sa construction, avec ce point culminant dès la première moitié, que par ses propos, avec cette revisite maligne de la figure de Jeanne d’Arc et de sa quête. Lionel Davoust m’a alpaguée pour de bon et je ne suis pas près de lâcher l’affaire !

>> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : BlackWolf, Célindanaé, Les Chroniques du Chroniqueur, Dup, Dionysos, Fantasy à la carte, La Geekosophe, Joyeux Drille, Laird Fumble L’Ours inculte, Phooka,  Symphonie

15 commentaires sur “Les Dieux Sauvages de Lionel Davoust

  1. Maintenant que j’ai lu ton avis, je comprends ton enthousiasme pour ce roman.
    L’univers a l’air génial, l’utilisation de la religion intéressante, mais j’avoue que c’est ce que tu dis de l’héroïne qui me donne le plus envie ! Quant au duo féminin dont on ne sait pas trop à quoi il sert, ça m’en rappelle un autre 🙂 Peut-être que parfois à trop multiplier les personnages, certains pâtissent d’un manque d’attention non pas du lecteur, mais de l’auteur(e).
    En tout cas, le roman est tentant.

    Aimé par 1 personne

    1. Haha oui on est là dans le haut haut du panier et avec une écriture vraiment adulte, c’est pour que notre LC même si j’ai beaucoup aimé fait quand même un peu pâle figure en comparaison ^^!
      Je suis bien d’accord avec toi, plus on multiplie les personnages plus c’est dur de leur donner à tous la place qu’ils méritent…

      Aimé par 1 personne

  2. C’est vrai que le début n’est pas simple. Pour tout dire je l’avais abandonné vers la page 50 lors de mon premier essai, n’arrivait pas à m’intéresser à ce qui s’y passait xD
    Mais j’en ai juste conclu que ça n’était juste pas le bon moment pour le tenter et je l’ai remis dans ma PAL.

    Contente de voir que ça t’as plu 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Je regarde à chaque fois dans chaque roman fantasy et sf s’il n’y a pas un glossaire ou autre aide à la fin du livre, c’est vrai que ça pourrait être dit en début de livre.
    Je ne connaissais pas du tout mais tu me donnes très très envie de le lire. Je vais vraiment m’y intéresser.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s