Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Attacker You! – Jeanne et Serge de Jun Makimura et Shizuo Koizumi

Titre : Attacker You! – Jeanne et Serge

Auteurs : Jun Makimura et Shizuo Koizumi

Editeur vf : BlackBox

Année de parution vf : 2020

Nombre de tomes vf  : 2 (série terminée)

Résumé : Au collège Hikawa, on ne plaisante pas avec le volley-ball ! Les joueuses de l’équipe féminine s’entraînent d’arrache-pied en espérant défendre un jour les couleurs du Japon. C’est pourquoi la capitaine de l’équipe voit d’un mauvais œil l’arrivée soudaine de Yû, une nouvelle élève débordante de naïveté et totalement novice en la matière. Pour prouver qu’elle mérite sa place tout autant que les autres joueuses, Yû devra se consacrer corps et âme à cette discipline pour laquelle elle se prend de passion. La route jusqu’aux Jeux olympiques de Séoul sera longue. Mais heureusement, le beau Sô, qui joue dans l’équipe masculine, n’est jamais loin pour la conseiller et l’encourager

Mes avis :

Tome 1

J’ai toujours été fan de mangas sportifs sous toutes leurs formes. Enfant, j’étais scotchée devant Olive et Tom, L’école des champions, Les attaquantes, Jeu set et match, Touch, Cynthia ou le rythme de la vie et bien sûr Jeanne et Serge. Alors quel bonheur de retrouver cette série dans sa première version, la version manga avec les deux tomes de Jun Makimura et Shizuo Koizumi publiés simultanément par Black Box.

Si j’ai été ravie de retrouver Jeanne et Serge en manga, j’étais un peu plus soucieuse concernant l’édition après ma déconvenue avec Creamy que j’avais trouvé cher pour ce que c’était… Ici, pas de mauvaise surprise. Oui, l’édition est coûteuse mais c’est plus en accord avec contenu que pour Creamy car les volumes sont bien épais. Le seul défaut, c’est que plusieurs pages manquent de netteté, mais je ne sais pas si c’est dû à l’éditeur ou au matériau d’origine, vu que le manga date quelque peu.

En effet, la série, publiée originellement en 3 tomes mais regroupée en 2 ici, est parue au Japon entre 1984 et 1985 (je n’étais même pas née !) dans le magazine shojo Nakayoshi qui appartient à l’éditeur Kodansha et qui a plutôt l’habitude de titres destinés à un tout jeune public féminin. On a pu y trouver Candy, Sakura, Chocola et Vanilla, Sailor Moon, Shugo Chara, les Tokyo Mew Mew et actuellement il publie #Cooking Karine.

Ce fut donc un vrai plaisir de retrouver un shojo vintage, old school mais surtout un shojo sportif. Dans le même genre, j’ai autrefois adoré découvrir la version papier de Cynthia ou le rythme de la vie : Hikari no Densetsu, qui fut un énorme coup de coeur aussi bien émotionnellement que sportivement et graphiquement. Dans une moindre mesure, c’est aussi ce que j’ai ressenti ici.

En lisant Attacker You!, j’ai pris plaisir à retrouver l’ambiance du dessin animé Jeanne et Serge. J’ai aimé redécouvrir Jeanne, c’est-à-dire Yû en vo. C’était vivifiant de la voir découvrir ce sport, se prendre de passion pour lui et faire ses premières armes. On la voit entrer au collège, entrer dans le club, se faire des amies et des rivales, côtoyer des coachs fantastiques et épanouissants. Très vite le volley prend une place importante dans sa vie, avec ses entraînements et ses matchs. Mon seul regret est que ceux-ci sont montrés assez brièvement, en quelques cases, et pas du tout au long cours comme dans le dessin animé ou plus récemment dans le manga Haikyu qui traite aussi de ce sport.

En revanche, je me suis sentie obligée de comparer avec l’animé et je n’ai pas compris le focus que les français ont fait dans cette histoire sur la relation Jeanne/Serge, car franchement, dans le manga, ce n’est pas du tout le coeur de l’histoire. Cela passe même totalement en arrière-plan, Serge étant juste l’élément déclencheur, mais pas forcément romantique, de la passion de l’héroïne pour ce sport. Ce n’est d’ailleurs pas la seule différence entre l’animé et le manga. La figure du coach est très différente, ce n’est pas le tyran de l’animé, c’est même plutôt une figure positive. Je ne me rappelais pas non plus que Jeanne était particulièrement grande dans l’animé alors qu’ici c’est un élément clé. Voilà pour les points saillants, pour le reste c’est assez fidèle avec mes souvenirs dans son déroulé.

Ici, on parle donc de passion, de volley, d’amitié, de dépassement de soi, comme dans les shonen sportifs finalement. Mais vieux titre et surtout faible tomaison oblige, la narration est un peu précipitée, un peu rapide. Tout s’enchaîne vite, trop vite. Yu progresse rapidement, les matchs et événements s’enchaînent sans nous laisser trop le temps de voir ou de souffler. J’aurais aimé voir plus de séquences de jeux, car quand c’est le cas, c’est très sympa. On a même quelques explications techniques assez savoureuses en off sur les différents rôles et postures des joueurs au fil des chapitres. Mais l’ensemble manque un peu de liant. Le seul fil rouge qui apparait, c’est de dépasser la fameuse Eri (Mari Takigawa en vf) aux côtés de Nami (Peggy Hayase). D’ailleurs, on est presque dans une ambiance à la Très cher frère (avec relations lesbiennes plus ou moins assumées) par moment ^^

Les dessins, eux, sont superbes : avec des cases bien remplies, un trait dans la veine de Lady Oscar, un beau dynamisme dans les cases et une héroïne qui claque quand elle joue, l’autrice mettant bien en avant son charisme. Cependant la mise en page chargée pourra déplaire à certains, je le conçois, car il faut être habitué à cette narration qui virevolte en tout sens parfois. Personnellement, je trouve ça très vivifiant et plein de poésie, très riche et fluide. J’aime beaucoup. 

Je remercie donc Black Box de nous avoir proposé un beau titre vintage de qualité ici, qui certes à ses défauts, notamment dus au format court, mais qu’une partie des fans de l’animé attendaient. J’espère que tout comme moi ils ont su apprécier !

Tome 2

Cette seconde partie qui fait directement suite est cependant dans un tome un peu moins épais que le premier et se révèle un peu moins bien construite pour moi.

J’ai trouvé cette fois que le rythme était encore plus rapide et en même temps étrangement il se passe moins de choses que dans le premier tome, ce qui donne un sentiment de trop peu assez contradictoire.

Les chapitres sont centrés sur l’intégration de Yu et Nami dans une équipe lycéenne de haut niveau car elles cherchent à rattraper Eri qui fait déjà partie de l’équipe nationale. Nous suivons donc rapidement leur ascension au niveau lycéen pour se faire remarquer et intégrer à leur tour l’équipe nationale.

Les ressorts sont les mêmes que ceux rencontrés auparavant ici et dans d’autres titres. Les héroïnes dont s’affirmer face à leurs rivales, gagner leur place dans une nouvelle équipe où elles sont les petites dernières, faire parler leur talent et le polir, ne pas prendre la grosse tête et savoir se remettre en question. Ainsi même si le manga va vite, il est assez complet et on retrouve bien l’ambiance du dessin animé, les brimades en moins dans l’ensemble puisque les entraîneurs ont tous des figures plutôt positives ^^

Graphiquement, c’est toujours un bonheur. J’ajoute cette fois que les phases de jeux sont vraiment agréables à regarder car si l’autrice ne nous permet pas de suivre des matchs points par points, elle fait des poses sur les moments clés, toujours en les variant pour que ce ne soit pas linéaire. Cependant les postures des joueuses sont parfois vraiment bizarres tant les corps sont tordus mais on ressent bien leur passion et les liens qui se nouent entre elles, et c’était ce que je cherchais.

Qu’ajouter de plus si ce n’est que j’ai été comblée d’avoir entre les mains à la fois un shojo sportif, chose bien trop rare, et un shojo vintage, une rareté également à mon grand désespoir. Le seul gros défaut, c’est que le manga s’arrête bien trop tôt et que c’est frustrant. Je trouvais déjà enfant que l’animé aurait dû se poursuivre, le manga s’arrête encore plus tôt. J’en voulais plus ! Alors si vous êtes comme moi, foncez sur Hikari no Densetsu, qui certes traite d’un autre sport, mais propose un récit vintage et encore plus riche et réussi mais surtout complet 😀

Ce diaporama nécessite JavaScript.

16 commentaires sur “Attacker You! – Jeanne et Serge de Jun Makimura et Shizuo Koizumi

  1. J’ai d’excellents souvenirs de l’anime (que je dois avoir encore quelque part…). Ça me donne bien envie malgré les points que tu soulèves de découvrir le manga d’origine ! Merci pour cet instant nostalgie !

    Aimé par 1 personne

    1. Haha je garde aussi de très bons souvenirs de l’anime surtout pour la partie sportive, qui donnait vraiment envie de se mettre à ce sport, c’est ce qui m’a vraiment craquer.
      J’espère que tu auras l’occasion un jour de le découvrir en version papier 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Quand j’ai lu ton article j’ai eu les génériques de tout les animes que tu cites qui sont venus tout seul dans ma petite tête ^^
        Oui ça donne envie de le lire faut juste que je saute le pas de BlackBox j’ai lu quelques avis sur l’éditeur qui me freine un peu malgré tout donc à voir…

        Aimé par 1 personne

      2. Comme ça je ne suis pas la seule xD
        Clairement, si le catalogue de BlackBox était plus accessible en librairie et avec un meilleur rapport qualité/prix, je piocherais encore plus dedans ^^

        Aimé par 1 personne

  2. En voyant les couvertures et en lisant le résumé, j’ai de suite pensé à Olive et Tom (le seul du genre que je connais) et en commençant à lire ta chronique, je me suis rendu compte que je n’étais pas trop loin de l’idée 🤭 en tout cas, on sent a travers tes écrits que tu as passé un très bon moment à travers ses pages 🙂

    Aimé par 2 personnes

    1. Haha oui c’est dans la veine des titres sportifs comme Olive et Tom même si vu que c’est un shojo, on est plus dans la psychologie des personnages et un peu moins dans le sport côté ratio, par rapport au titre précité ^^
      Effectivement ce fut un très bon moment 😀

      Aimé par 1 personne

    1. Tu as le droit ! (Bon c’est pas bien mais bon ><)
      Je préférais aussi Olive et Tom parce qu'il y avait plus de sport et que je faisais du foot, mais avec le recul je trouve quand même Jeanne et Serge super chouette 😉

      Aimé par 1 personne

  3. Le titre Jeanne et Serge vient de l’Italie.
    La série animée Attacker You est arrivée en Italie en 1986 avec le titre Mila e Shiro (Mila et Shiro) sur la chaîne Italia 1 du groupe télévisuel Mediaset de Berlusconi. Le titre italien veut donner l’idée d’une romance.
    La série est ensuite arrivée en France en 1987 sur La Cinq (de Mediaset), et les producteurs de l’époque se sont calés sur la version italienne et ont gardé un titre avec deux prénoms.
    Et en Espagne, sur Telecinco (de Mediaset), c’était Juana y Sergio.

    On retrouve le même schéma avec Olive et Tom qui vient de l’Italie avec Holly e Benji.
    C’était l’époque où les prénoms japonais étaient souvent modifiés pour le public européen.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s