Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Beast Complex de Paru Itagaki

annonce-beast-complex-ki-oon

Titre : Beast Complex

Auteurs : Paru Itagaki

Editeur vf : Ki-Oon (seinen)

Année de parution vf : 2021

Nombre de tomes vf  : 1 / 3 (en cours)

Résumé : Découvrez les origines du monde fascinant de Beastars !
Lorsque herbivores et carnivores cohabitent, leurs relations sont souvent complexes, parfois intenses. Quelles que soient les règles adoptées, les barrières restent difficiles à faire tomber et chacun tente à sa manière de briser le carcan des idées reçues…
Un lion peut-il tisser des liens avec une chauve-souris dont les parents ont été dévorés par un fauve ? Qu’adviendra-t-il de l’amitié entre un petit tigre et un enfant castor quand ils grandiront ? À quoi ressemble la relation d’un dromadaire et d’une louve, où désir sensuel et appétit carnivore s’entremêlent ? Fraternité, amour, camaraderie… autant de sentiments partagés par tous, qui vont au-delà des apparences.
Et si la bestialité permettait de redécouvrir l’humanité ? À travers six histoires courtes passionnantes, Paru Itagaki pose les bases de l’univers de sa retentissante série Beastars. Tout y est : le campus mixte, le marché clandestin, les tabous sociétaux et, surtout, les personnages attachants qui échappent à tous les clichés… Beast Complex, première publication d’une jeune autrice au talent incroyable, est un concentré de tout ce qui fait la saveur de son œuvre !

Mon avis :

Tome 1

Depuis le premier tome, j’ai eu un coup de foudre pour l’univers de Beastars et les valeurs portées par son autrice. Alors forcément si l’éditeur propose de revenir à la source de ceux-ci avec les histoires courtes ayant précédé l’écriture de cette grande série, je ne peux qu’être partante ! Et je les remercie de m’avoir fait confiance, en me l’envoyant.

Nous voici donc quelques temps avant Beastars. L’autrice avait envie de longue date de se faire plaisir avec une histoire mettant en scène des animaux dans une société qu’ils composeraient. Un éditeur lui fait confiance, ce qui lui permet de ce lancer peu avant la sortie du célèbre Disney Zootopie qui semble être totalement dans la même veine. Une concomitance surprise qui n’enlève rien à la puissance de l’oeuvre de Paru Itagaki.

Les six histoires, que nous allons suivre ici, ont donc été pour la plupart écrites avant Beastars et tout comme elle, elles font déjà preuve d’une belle force. Dans un style proche des Fables de La Fontaine, l’autrice met en scène à chaque fois un duo composé d’un carnivore et d’un herbivore. Elle y déploie déjà les thèmes qui lui seront chers également par la suite : amitié, amour, nourriture (parfois avec les deux utilisés ensemble), lutte contre les préjugés…

Ces histoires sont courtes mais vraiment réussies. Elles sont souvent amusantes, jouant sur un humour noir, comme lorsqu’un grand crocodile, au sens de l’humour douteux, fait équipe avec une frêle gazelle au caractère assuré qui compte bien ne pas se laisser faire lors du tournage de son émission de cuisine. Ainsi, le ton est souvent doux-amer. Cependant l’autrice, avec son sens de la mise en scène qu’on lui connait dans Beastars, parvient déjà en l’espace de quelques pages à nous embarquer et à nous attendrir avec chacun de ses héros le temps d’une histoire, notamment grâce à des situations vraiment bien trouvées, même si toutes les histoires ne se finissent pas toujours bien.

Nous y découvrons ainsi les prémices de Beastars avec un campus mixte, le marché noir, les tabous entre carni et herbi. On y retrouve aussi des personnages tout aussi attachants, qui se posent de vraies questions sur leur nature, celle des autres, et leurs relations entre espèces différentes. C’est un concentré de tout ce qui fera le succès et la qualité de Beastars ensuite, même si les histoires sont inégales. Il y a tout de même une belle variation des lieux, des âges et des ambiances.

Le dessin, lui, se fait parfois hésitant. Il n’est pas aussi métaphorique et fort, mais il propose déjà de belles idées. Il y a notamment un fort joli travail sur les logos au début de chaque chapitre.
Les premières histoires sont un peu légères côté dessin. Il y a peu d’arrières-plans et le trait est assez simple. Cela s’enrichit graduellement au fil des chapitres, notamment avec les deux derniers qui sont bien plus riches de ce côté-là. Je n’ai pas été étonnée d’apprendre qu’ils avaient été publiés après le début de Beastars.

————————

Je vais maintenant revenir rapidement sur chaque histoire :

1e Histoire : Le lion et la chauve-souris
C’était touchant de suivre un lion, métaphore de l’ado en construction, qui avait peur de sa nature profonde. On le voit apprendre au contact d’une chauve-souris qu’il peut être celui qu’il veut et pas seulement celui que les autres voient en lui. J’ai trouvé que c’était une belle mise en bouche, nous permettant de découvrir l’univers de Paru Itagaki.

2e Histoire : Le tigre et le castor
On entre un peu plus dans les thématiques chères à l’autrice avec cette belle amitié interespèce entre deux jeunes d’une dizaine d’années. C’était touchant de voir ce jeune tigre qui refuse de se comporter comme on l’attend d’un carni, et qui préfère devenir fort pour protéger et rester avec son ami herbi.

3e Histoire : Le dromadaire et la louve
Voici mon histoire préférée du volume. Elle a une ambiance vieux polar romantique que j’adore. C’est une histoire plus mature, entre deux adultes, sur l’ambivalence entre désir sexuel et faim animale. J’ai trouvé l’écriture de l’autrice plus fine sur le comportement de ses héros et il y a une jolie mise en abyme sur le travail de l’écrivain et du journaliste qui ne devrait pas juste rapporter des faits divers comme tout le monde, sans recul.

4e Histoire : Le kangourou et la panthère noire
Nous sommes un peu dans la même ambiance avec cette histoire qui se veut plus sombre, plus mature et un peu désespérée. La mangaka y aborde la terrible réalité du marché noir et des gangs dans une ambiance étouffante un peu à la Kowloon et à la Léon de Besson.

5e Histoire : Le crocodile et la gazelle
J’en ai déjà parlé plus haut mais cette histoire, même si elle est celle que j’ai le moins aimé, est peut-être celle avec le plus d’humour. Elle traite avec un humour noir du carnivorisme et de la carniphobie. C’est à la fois original par son univers télévisuel et classique dans son format avec cette battle en direct entre un carni et une herbi qui s’oppose par leur philosophie de vie / de cuisine.

6e Histoire : La renarde et le caméléon
Cette dernière histoire rappelle également tout un aspect de ce que sera Beastars avec ce romantisme maladroit entre deux lycéens et la terrible vie au lycée avec son harcèlement quand on est différent, son mal être et ses jeux de domination. J’ai beaucoup aimé le duo et notamment la douceur de la renarde envers le caméléon pour le pousser à être lui-même, à s’assumer avec ses qualités et ses défauts. C’est une jolie histoire pour apprendre à être soi-même, à s’accepter et à lutter contre ceux qui veulent nous imposer une image ou une façon d’être.

————————

Je ressors totalement conquise de cette lecture si riche. J’ai aimé ce côté Fable qui se dégage de ce travail sous forme d’histoires indépendantes dans un même univers avec une petite morale qui apparait à chaque fois. J’ai aimé voir évoluer le trait et la composition de l’autrice. J’ai aimé voir les prémices des thèmes qui me toucheront tant dans Beastars. Après, je trouve le titre inégal et moins fort que son petit frère, mais ça reste fort intéressant pour découvrir la genèse d’une oeuvre et le parcours d’une artiste.

(Merci à Ki-Oon pour cette lecture)

d5231753ae7e4296153d8df898259a24

>> N’hésitez pas à lire également les avis de : L’Apprenti Otaku, Vous ?

14 commentaires sur “Beast Complex de Paru Itagaki

  1. J’ai enfin pris le temps de venir te lire, c’était pas trop tôt !

    Tu connais déjà mon point de vue sur la question, dailleurs on est plutôt en phase je pense. Même si de mon côté tout le positif serait encore plus positif j’ai l’impression, et jattenuerai également les petits reproches.
    Mais il me semble que sur l’essentiel, on est d’accord et on considère cette extension de Beastars excellente et à lire si on aime la série mère.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, j’ai failli attendre xD
      Je confirme que j’ai souvent tendance à être plus nuancée et toi plus enthousiaste, mais l’essentiel c’est d’être d’accord sur la grande qualité des oeuvres de Paru Itagaki, définitivement une autrice à suivre ☺️

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s