Livres - Science-Fiction

Les Naufragés de Velloa de Romain Benassaya

Titre : Les naufragés de Velloa

Auteur : Romain Benassaya

Editeur : Critic / Pocket (SF)

Année de parution :  2019 / 2021

Nombre de pages : 553

Histoire : XXVIIIe siècle. Suite à la destruction de la Terre, Mars et Vénus régentent le système solaire et protègent jalousement leur surface des milliards de réfugiés condamnés à l’errance et la précarité.
Quand l’agent martien Mark Slaska découvre la preuve que l’Embrun 17, un vaisseau de naufragés à qui Vénus a refusé l’asile, a rejoint l’étoile Sigma Draconis quatre cents ans plus tôt, une vive stupéfaction s’empare des deux planètes-forteresses. Comment un appareil à peine capable de franchir la distance Terre-Vénus a-t-il pu parcourir une distance de près de 20 années-lumière de manière quasi-instantanée ? Existe-t-il une force, dans l’orbite de l’étoile, qui les y aurait invités ?
Martiens et Vénusiens décident d’organiser une mission conjointe vers le système de Sigma Draconis. Mais, derrière l’entente de façade, les représentants des deux peuples sont bien décidés à découvrir la force mystérieuse qui se cache dans l’orbite de l’étoile, et s’en emparer pour assoir la domination de leur camp.

Mon avis :

Romain Benassaya est un jeune auteur de science-fiction français qui me tente depuis qu’il a publié Pyramides chez Critic il y a quelques années. En bonne fan de mythologie égyptienne, j’étais intriguée de voir ce qu’il en ferait en SF mais l’occasion ne s’est jamais présentée. Alors quand j’ai eu l’opportunité de découvrir sa plume dans son tout dernier livre adapté au format poche, j’ai craqué et je suis ravie de l’avoir fait. Merci aux éditions Pocket pour ça !

Romain Benassaya en bon fan de Frank Herbert et Dan Simmons, comme il le revendique, offre une aventure fort divertissante mais qui recèle également une belle profondeur malgré peut-être un petit problème de rythme qui nous laisse sur une impression de précipitation à la fin.

—————–

Nous sommes dans un futur pas si lointain, au XXVIIIe siècle, la Terre est désormais inhabitable et les Hommes ont émigré sur Mars, Vénus, Mercure et d’autres planètes et satellites. Cependant l’humanité n’a rien perdu de sa bêtise et elle offre désormais un visage fort sectaire, l’élite, ou du moins celle qui se considère ainsi, étant allée vivre sur Mars et refusant de se mêler aux autres, même s’ils sont en difficulté sur leur planète. Dans ce contexte, une mission est envoyée vers une planète lointaine où une technologie dont Mars aurait bien besoin serait peut-être présente, mais lorsqu’ils approchent ils font une drôle de découverte.

J’ai beaucoup aimé la double narration mise en place par l’auteur qui permet de découvrir peu à peu l’entrelacs politique, social et religieux de cette intrigue qui débute tel un space opera mais ce termine en planet opera de belle facture. On y découvre le présent et le passé des membres clés du vaisseau à destination de Velloa, puis de l’une des habitantes de cette planète, la petite Danaya, qui va se révolter contre l’ordre établi sur sa planète.

La découverte de cette planète et de ceux qui la peuplent est l’un des éléments qui m’a le plus plu. Je suis toujours fascinée par la découverte de nouvelles sociétés imaginées par les auteurs de SF et ici, on sent clairement les influences des grands auteurs qu’a lu Romain Benassaya : Simmons, Herbert et bien sûr Lovecraft. Nous découvrons sur Velloa une société, issue des survivants d’un premier vol vers cette planète, qui fait tout reposer sur la religion et plus particulièrement le mythe d’Adrastée, une ancienne déesse terrestre inusité désormais. Son clergé dirige chaque pan de la société et en particulier contribue au fort contrôle des naissances, ce qui sera à l’origine de la révolte de l’une des héroïnes : Danaya. Son histoire va se mêler de manière plutôt inattendue à celles de Mark, Linea et Karen, des membres du vaisseau en approche, qui vont descendre sur Velloa. Ensemble, ils font partir à l’aventure et découvrir les secrets insoupçonnés de cette planète sur fond de civilisation mystérieuse à la Lovecraft, mais aussi d’IA, et autres discussions sur l’âme, les dieux, etc.

—————–

Même si nous retombons sur des thèmes assez classiques en SF que sont les sociétés sectaires, la lutte contre l’arbitraire, le contrôle des naissances, la terraformation ou encore la religion et les IA, Romain Benassaya mélange très bien tout ça pour développer une histoire divertissante, rythmée et prenante où il nous fait voyager. Son aventure est complexe, elle mélange découverte de la planète et ses mystères, plan de rébellion contre Mars et plan de sauvetage de Mars qui est attaquée de l’intérieur par un mystérieux virus.

Les personnages sont tout aussi contrastés, notamment les membres du vaisseau spatial, qui ont chacun des choses à cacher et pour lesquels on se demande jusqu’au dernier moment quel est leur camp et quels sont leurs désirs cachés. Ils ont chacun un côté baroudeur fort appréciable dans ce type d’histoire et sont fidèles à eux-mêmes de bout en bout, ce que j’apprécie. Cependant, ces mêmes personnages ne sont pas du tout attachants. Étrangement dans ce roman, soit les personnages ont des pensées complexes comme les membres du vaisseau, soit ils sont attachants comme Danaya, mais jamais les deux en même temps… C’est un peu dommage.

L’histoire, elle, a un soucis de rythme à mes yeux. Même si elle est menée d’un bon pas, mais à plusieurs moments j’ai ressenti de vrais creux où l’histoire se traînait, et à l’inverse les 100 dernières pages font un peu précipitées tant toutes les révélations et actions clés sont condensées à ce moment-là alors que certaines informations auraient très bien pu être distillées avant sans grand préjudices. De plus, il m’a longtemps manqué un sentiment de wow, de vertige. J’avais plus la sensation d’être dans une aventure de conquistadors version futur. Heureusement les éléments propres à me faire décoller sont tous arriver sur la fin, mais j’aurais aimé leur échelonnement pour me faire rêver de bout en bout. J’aurais moins eu le sentiments de ressentir quelques facilités scénaristiques fort à propos.

—————–

Les naufragés de Velloa m’a donc fait passer un très bon moment. Ce fut une aventure classique mais fort divertissante où j’ai aimé le mélange des thèmes, où j’ai apprécié la réflexion sur la religion dans ce cadre hautement technologique et où les perspectives sur une humanité terriblement sectaire ne sont malheureusement pas totalement impossibles. Un très bon planet opera efficace comme j’aime avec de jolies surprises finales.

Je remercie beaucoup les éditions Pocket SF pour leur confiance et cet envoi.

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Les lectures du Maki, Un papillon dans la Lune, De l’autre côté des livres, Léa Touch, Vous ?

2 commentaires sur “Les Naufragés de Velloa de Romain Benassaya

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s