Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Soldats de sable de Susumu Higa

couv72200242

Titre : Soldats de sable

Auteur : Susumu Higa

Editeur vf : Le Lézard noir

Année de parution vf : 2011

Nombre de pages  : 252

Résumé : Soldats de sable est un recueil dont la plupart des histoires se passent à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Higa nous fait découvrir de l’intérieur cette bataille d’Okinawa, des premiers signes aux conséquences, à travers différents regards, différents points de vue d’habitants, de soldats, japonais et américains, dans cette guerre où il n’y a ni bien ni mal, ni bons ni méchants, seulement un cruel sentiment d’absurdité. Les hommes se montrent tour à tour accablants de bêtise, pleins de sagesse ou encore infiniment touchants d’humanité. Car l’œuvre de Higa a quelque chose de profondément généreux, ce que l’on ressent aussi dans son trait, simple et précis. Soldats de sable est une œuvre qui ne laisse pas indifférent et qui est absolument essentielle pour le devoir de mémoire.

Mon avis :

Il y a une dizaine d’années, Le Lézard noir s’était intéressé à des titres à consonance historique, ça tombe bien puisque je suis en plein là-dedans en ce moment. Il n’en fallait pas plus pour découvrir : Soldats de sable de Susumu Higa, un recueil revenant sur la guerre à Okinawa.

Susumu Higa est un auteur né à Okinawa qui s’est de tout temps intéressé au passé de son île et en particulier à celui lié à la Seconde Guerre Mondiale, puisque sa famille était concernée. Il regroupe ici dans ce recueil plusieurs histoires dont certaines venant tout droit des souvenirs de ses parents.

Au cours des six récits composant ce recueil – un septième est présent mais n’a rien à voir avec les autres -, l’auteur revient sur la façon dont les civils ont vécu l’importation de la guerre sur les petites îles de l’archipel d’Okinawa. Le récit de l’auteur se veut à la fois réaliste et intimiste. Il ne cherche pas à glorifier les soldats japonais comme ce fut le cas dans une certaine littérature d’après-guerre. Au contraire, il veut rendre compte de ce qu’il s’est vraiment passé en beau mais également en très très moche.

Nous suivons ainsi à travers ces six récits différents points de vue, celui de civils avec plus ou moins de responsabilités (maire, mère, professeur, traducteur…), mais aussi celui de soldats. Avec eux, nous croisons des soldats japonais et américains et contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce ne sont pas ces derniers qui ont le mauvais rôle. Non, l’auteur raconte plutôt le jusqu’au-boutisme de certains soldats japonais qui avaient subi un véritable lavage de cerveau par l’Empire et qui avaient le patriotisme un peu trop chevillé au corps, ce qui les a poussés aux pires horreurs. On découvre ainsi des soldats qui se servent de civils comme d’otages ou de boucliers, des soldats qui les tirent à vu les considérant comme des traitres, des soldats qui les privent de leur abri et de leur nourriture. Bref, des soldats qui sous prétexte qu’ils ont un uniforme s’en prennent aux plus faibles et jouent de leur autorité pour asseoir une autorité qu’ils ne devraient pas avoir. C’est révoltant.

Mais j’aime que ces faits de guerre peu glorieux soient portés à la connaissance de tous sous forme de témoignages qui plus est, car si on se doute souvent que ce genre de choses ont eu lieu, cela a toujours plus de poids quand c’est tiré d’une histoire vraie que raconté de manière fictive.

Cependant l’auteur n’a pas que ça à raconter, il nous offre aussi de beaux moments d’abnégation de la part des populations. On découvre la façon brusque dont la guerre leur est tombée dessus et le courage dont beaucoup de civils ont fait preuve pour se sauver, sauver leur famille et sauver également ceux qu’ils croisaient. A l’absurdité des militaires, l’auteur oppose la vaillance à toute épreuve de la population, qui ne voulait qu’une chose, c’est la paix pour eux et leurs îles. Cela résonne très singulièrement en moi après avoir lu juste avant une réinterprétation moderne de ces souvenirs dans les tomes 9-10 de Basara de Yumi Tamura.

Le seul défaut de ce titre est qu’en nous proposant un format court, de six nouvelles qui ne se suivent pas forcément et où les personnages sont bien souvent des anonymes, on peine à vraiment s’y attacher, à les trouver marquantes. Il y a en plus une certaine forme de répétition dans les actes dénoncés qui peut lasser. Dans les recueils, j’aime avoir plus de variété, surtout quand il y a matière à. On sent donc ici une certaine forme de maladresse dans l’écriture sûrement due à la jeunesse de l’auteur alors, puisque c’était la première oeuvre qu’il signait. Cette maladresse se retrouve dans le graphisme très simple lui aussi, où il semble s’économiser, répétant les mêmes décors, motifs, visages à l’infini. Cela appauvrit malheureusement l’oeuvre, la rendant maladroite surtout que la narration est on ne peut plus classique.

Soldats de sable est une oeuvre fort intéressante pour le témoignage qu’elle propose, mais une oeuvre pleine de maladresse dans la forme que cela prend. A lire, elle est intéressante. A regarder, elle est assez pauvre et l’amatrice de beaux dessins et de belles compositions graphiques que je suis le regrette fortement. J’ai adoré découvrir ce pan de l’Histoire tragique du Japon mais en temps que BD j’ai été un peu déçue par cette lecture.

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Chez Mo, D’une berge à l’autre, IDDBD, Le grenier à livres, Vous ? 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

B lecture

3 commentaires sur “Soldats de sable de Susumu Higa

  1. Je l’ai lu il y a un moment mais j’avais beaucoup aimé perso! Je crois me souvenir de maladresses dans l’écriture mais j’ai trouvé que le point de vue et la manière dont sont montrés les évènements sont très intéressant.
    Après ce style de dessin c’est mon dada et ça joue beaucoup dans l’expérience de lecture :/

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s