Livres - Jeunesse / Young Adult

À contre-sens de Mercedes Ron

Titre : À contre-sens

Auteur : Mercedes Ron

Editeur vf : Hachette romans

Années de parution vf : 2018-2020

Nombre de tomes vf : 6 (série terminée)

Histoire : Il y a trois mois, ma mère m’a annoncé une terrible nouvelle : nous déménageons en Californie, chez son nouveau mari millionnaire. Non, ce n’est pas le rêve, c’est un cauchemar ! Je dois quitter mes amis, mon copain et, par-dessus le marché, j’hérite d’un « demi-frère »…
Nick a tout pour me déplaire. Surtout quand je découvre son secret, sa double vie : courses de voiture, filles, bagarres… En plus d’être un gosse de riches, Nick est dangereux. Et puis un jour je me retrouve mêlée à son univers malgré moi. Alors mes certitudes se mettent à vaciller et ma vie à basculer…

Mon avis :

Tome 1 : Noah

On prend les mêmes et on recommence, comme je le fais depuis deux semaines, je reviens vous parler d’une romance jeunesse qu’on m’a conseillée et qui s’est révélée tout aussi addictive que les précédentes malgré à peu près les mêmes faiblesses. Je ne suis pas sûre d’être le public indiqué pour en pondre des avis dithyrambiques même si je passe de bons moments de lecture avec ^^!

Premier roman publié d’une jeune autrice originaire d’Argentine, A contre-sens est une saga qui s’étale sur 6 tomes mettant en scène la romance compliquée mais passionnelle entre deux jeunes adultes dont les parents viennent de se remarier. Un schéma demi-frère demi-soeur éculé dans la new romance que l’autrice nous livre ici, avec certes pas mal de poncifs du genre, mais aussi un certain talent pour retenir notre attention.

L’addiction commence dès les premières pages avec une héroïne, certes classique comme le reste de ce roman, mais particulièrement bien campée. Noah vient de voir sa mère se remarier de manière fulgurante avec un riche millionnaire. Obligée de quitter ses amis, son équipe, son petit ami et son pays, forcément elle est un peu ronchon à l’idée de venir habiter dans sa nouvelle et immense demeure avec son beau-père et le fils de celui-ci Nick. Noah a du chien et elle ne s’en prive pas pour en faire profiter tout le monde. J’ai apprécié qu’elle n’accepte pas tout trop vite, qu’elle exprime son mécontentement mais qu’elle s’adoucisse également au fil du temps parce que c’est une gentille au fond. Dans ce premier tome, on la sent à fleur de peau sur certains points qui restent encore mystérieux et qu’on a hâte de découvrir. Pour l’instant, on sait que c’était une volleyeuse de talent, et que son père ayant été pilote de course, elle conduit à merveille.

Face à elle, dans une relation qui se veut pimentée, mais ne l’est pas tant que ça au final, nous avons Nick, le classique beau gosse blindé de fric un peu casse-cou qui aime jouer les bad boys dans le dos de son père. Je n’ai pas été totalement convaincue par lui, même si ça m’a fait plaisir d’avoir son point de vue et de découvrir certaines de ses failles. Il a mal vécu le départ de sa mère autrefois et a vrillé. Désormais, il boit trop, couche trop, se bat trop, risque trop sa vie, bonjour l’accumulation de clichés ! Mais, on lui découvre aussi une très belle relation avec sa petite soeur que sa mère a eu d’un second mariage, où il m’a déchiré le coeur. Et il sait aussi se montrer protecteur avec Noah malgré son comportement de sale type 99% du temps, il a donc un peu de potentiel, même si c’est le cliché du bad boy qui s’assagit au contact de la bonne fille…

Vous l’aurez compris si vous l’avez lu, c’est un peu une copie d’After avec un héros mâle qui se la joue et s’adoucit au contact d’une gentille fille pure, mais qui a du répondant, pour qui il ne comptait pas succomber. Leurs échanges sont plutôt houleux, les noms d’oiseaux et autres menaces étant bien présents au début. Mais très vite cela devient plus électrique entre eux au milieu des fêtes, courses et autres soirées de bastons où ils se rendent. Là aussi, on retrouve pas mal de clichés des séries pour ados américains. C’est cependant addictif à lire quand dès qu’ils commencent à se rapprocher, leurs corps parlent pour eux et ça fait des étincelles entre eux. C’est émoustillant de les voir ne pas pouvoir s’empêcher de se toucher alors que leur tête s’y oppose. L’autrice sait parfaitement mettre ces moments en scène.

Cependant quand on y réfléchit à tête reposée, leur relation est tout sauf saine et je trouve un peu dommage que les adolescents (et d’autres plus vieux aussi) soient autant fascinés par des schémas aussi malsains et tordus plutôt que par des romances positives. Je comprends que ça apporte du dynamisme, du piment et une certaine dose de mystère à l’histoire pour les novices mais je préfèrerais qu’on procède autrement. Surtout qu’ici tout est fort prévisible dans l’évolution de leurs relations actuelles et futures, ce premier tome ne faisant qu’introduire l’univers mais présentant déjà pas mal de tropiques du genre dont on imagine facilement le développement avec les parents et les rivaux de l’un et de l’autre, ou encore leur passé qui les rattrape.

Alors oui, c’est bien fait pour nous donner envie de faire défiler les pages. Le bad boy montre juste ce qu’il faut de tendresse et de repentir, celle qui l’attire a juste ce qu’il faut de mystère. Il y a la bonne électricité entre eux. Il y a le bon cadre rebelle avec les courses de voitures et bagarres illégales, les fêtes avec drogue et alcool, les types et les filles qui tournent autour d’eux pour attiser la jalousie ou les amis un peu fou fou pour rendre le tout plus léger, ou encore la peur de se faire attraper par leurs parents. Rien à dire, l’autrice sait mener sa barque et même si j’ai pointé plein de défauts, comme on m’a prêté la saga, je la poursuivrai avec plaisir car les héros ne m’ont pas agacée comme dans After. Je regrette juste que l’autrice utilise, elle aussi, des clichés éculés maintenant. J’aimerais qu’à la place elle développe la passion de l’héroïne pour la course auto, par exemple.

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : La pomme qui rougit, L’Antre de luciole, Les lectures de Mylène, Vous ?

Tome 2 : Nick

Malgré les défauts que j’ai souligné dans ma chronique du tome 1, impossible de ne pas céder aux sirènes de la suite de l’histoire de Noah et Nick, surtout quand on a les tomes sous la main. J’ai donc enchainé directement et dévoré ce tome encore plus vite, même si les défauts n’en sont pas moins prégnants ^^!

Dans cette suite, centrée sur Nick comme l’indique le titre, nous assistons à une bien belle évolution de ce dernier. De plus en plus attiré par Noah, il avait tenté de mettre un stop à ses sentiments, mais il n’y parvient pas. Très vite, il craque et sa possessivité se transforme en autre chose. L’autrice nous permet ainsi d’assister aux débuts compliqués de la relation Noah-Nick faits de cachoteries, de cajoleries aussi mais surtout de sentiments à fleur de peau.

J’ai beaucoup aimé ce tournant plus passionné et romantique. Certes le désir est toujours au coeur de leur relation, mais Nick sait se montrer suffisamment patient et attentionné pour me plaire et sortir peu à peu de son profil de bad boy pour devenir quelqu’un de meilleur pour Noah. Il ose s’ouvrir et se confier à elle. Il devient plus tendre et moins violent. Bref, il se bonifie à son contact.

Noah, elle, est plus difficile à appréhender. J’ai plus de mal avec son profil de pauvre petite fille maltraitée, pure, qui a du mal à s’assumer. Ce n’est pas de la méchanceté de ma part, juste un schéma vu et revu qui a du mal à passer et me convaincre. J’ai trouvé les révélations sur son passé vraiment exagérée. L’autrice a poussé le drame assez loin, trop pour moi pour que ça sonne juste et c’est pareil dans le présent.

En effet, même si c’était addictif, les menaces qui pèsent sur Noah pendant tout ce tome vont trop loin pour moi. Il y a la menace de Ronnie, le chef de la bande rivale, mais aussi le bizutage au lycée et les lettres de menaces. Cela donne un climat clairement ultra malaisant et poussif, too much pour de jeunes adultes de leur âge. C’est totalement exagéré et je ne comprends pas ce besoin de menacer physiquement et sexuellement les femmes ainsi. On se croirait dans les vieilles romances historiques d’un autre temps et j’en ai un peu marre du schéma du héros sur son cheval blanc venant sauver la damoiselle en détresse. Beurk !

C’est franchement dommage parce qu’autrement tout le travail d’ouverture aux autres des personnages m’a plu. Leur romance est vraiment séduisante, faite de piquant et de compréhension mutuelle pour guérir de leurs blessures. Ils s’apprivoisent telles des bêtes sauvages sous le regard de leurs amis qui ne sont pas dupes mais cherchent à prendre soin d’eux. Les relations à leurs parents (ceux avec qui ils vivent), que je craignais un peu, sont finalement plutôt bien gérés. On n’a pas de drame parce qu’ils sont presque frère et soeur à cause de leur remariage. Ouf. Il y a même une jolie rencontre avec la petite soeur de Nick.

L’autrice a donc bien compris comment retenir notre attention avec une relation tendre et piquante, ainsi que des drames non-stop menaçant les héros à deux ou individuellement, le tout avec une dose de tension liée à leur passé. Malheureusement tout cela manque de justesse, de nuance et de retenue. C’est too much dans tous les sens du terme et à chaque instant ou presque de l’histoire. Alors oui, la lecture est addictive mais ce n’est clairement pas de la grande littérature, juste un peu bon divertissement à lire en connaissance de cause.

Tome 3 : Jalousie

On prend les mêmes et on recommence. Mercedes Ron nous fait retrouver ses héros quelques temps après le drame de la mort du père de Noah qui l’avait séquestrée et c’est maintenant avec une dynamique de couple maudit que les drames les touchent.

C’est toujours avec la même fébrilité que j’ai enchaîné les pages de ce nouveau tome des aventures romantico-sentimentales de Noah et Nick, mais toujours aussi avec le même sentiment de malaise. J’ai beau dévorer leur histoire, je ne peux m’empêcher de voir tout ce qui cloche chez eux. L’autrice veut vraiment mettre trop de drames dans leur relation et ça devient presque étouffant.

Dans cette suite, en fait j’ai l’impression que les tomes vont 2 par 2 dans cette saga comme s’ils avaient été coupés, bref, les thèmes au coeur des chapitres sont la relation de N & N non acceptée par leurs parents et les complications liées à l’avancement de celle-ci. Les deux m’ont fait levé les yeux au ciel, mais les deux étaient addictif à lire. Ça faisait très soap américain de voir leurs parents leur mettre des bâtons dans les roues sous prétexte qu’ils sont trop jeunes ou que Nick n’est pas assez bien pour Noah. C’était aussi très mélodramatique de voir Noah souffrir de stress post-traumatique avec des cauchemars ou encore Nick avoir du mal à se défaire de son image de mauvais garçon pour offrir quelque chose de stable et authentique pour eux deux.

Mais j’ai aimé les voir avancer bon gré mal gré chacun à leur tour. Nick fait vraiment des efforts et c’est triste qu’à chaque fois tout lui retombe dessus. Il a cependant un côté néandertalien dans sa relation avec Noah avec qui il est bien trop possessif à l’ancienne à mon goût. J’apprécie cependant qu’il montre plus ses sentiments et cherchent à les faire progresser. J’ai aimé voir Noah finir ses études et avancer vers son futur même s’il reste beaucoup de choses à régler et qu’elle n’est pas assez ferme dans ce qu’elle désire. J’ai aimé retrouver également les mêmes personnages sans que l’autrice ait le besoin d’en rajouter encore et encore comme le font certains. Elle conserve les mêmes dynamiques et cherche à les faire évoluer c’est bien.

Reste que ce tome est plus comme la première partie amorçant l’histoire et que je sens que la plupart des sujets ne seront traités au fond que dans le tome suivant, ce qui est assez frustrant, pour ne va dire maladroit. J’aimerais aussi que l’autrice perde cette tendance à en faire des caisses dans le mélodrame, c’est tout sauf naturel et ça casse l’attachement qu’on pourrait avoir envers les personnages qui en plus couchent à tout va lol Alors je remercie celle qui me les a prêtés, mais clairement sans elle je n’aurais pas été bien loin dans la saga ><

Tome 4 : Confiance

Malheureusement on réitère la mauvaise impression du précédent tome car comme je le pressentais, tous les drames explosent ici et c’est un vrai festival ^^!

Le début est particulièrement laborieux avec un enchaînement d’éléments que je n’aime pas. La jalousie et le manque de confiance en soi de chacun des héros les poussant à faire chacun n’importe quoi, ce qui est assez lourd. Chacun fait des reproches à l’autre qui en soit sont justifiés mais ce n’est pas joli joli du coup comme ambiance. Leur relation vire assez vite à la relation toxique pour moi, chacun étant nocif pour l’autre et l’empêchant d’avancer. Ils ne savent pas du tout gérer cette première relation pour chacun d’eux. A chaque dispute, la solution c’est juste de coucher. Du coup, ils couchent comme des lapins mais ne résolvent rien. C’est triste.

Les prises de becs sont cependant une des dynamiques qui fait avancer le titre et donne envie de tourner les pages, tout comme les nouveaux personnages qui pointent enfin le bout de leur nez : la collègue de Nick (Sophia), la colloc de Noah (Briar) et son psy (Mcihael) mais ils rajoutent surtout du drame au drame, ce dont on a pas forcément besoin. Il y a beaucoup de réactions épidermiques et de jalousie chez chacun montrant qu’ils ne font pas confiance à l’autre et n’ont pas confiance en eux. Ils ont beaucoup de choses à résoudre en lien avec leurs traumas passés et je regrette que l’autrice ne s’en occupe pas préférant verser dans le mélo.

Alors oui, Nick joue au con en mentant à Noah, c’est normal que ça lui explose au visage. Oui, Noah est bien trop dépendante de lui et devrait se construire sa propre vie. L’autrice montre ainsi que parfois quand on est jeune, on est aveuglé par ses sentiments, on veut aller trop vite et on se perd, on s’oublie dans ce qu’on croit être une relation super forte. Le message me touche mais il est exprimé bien maladroitement et les parents de chacun n’aident en rien, tant ils sont horribles les uns et les autres, trompant, mentant et menaçant sans arrêt. Pauvres enfants au milieu de tout ça.

Au final tout vole en éclat et ce n’est que normal après tous ces drames, ces mensonges et ces sentiments à fleur de peau. Je suis triste pour eux car je m’étais attachée à eux. L’histoire est écrite de telle sorte qu’on ne peut que les apprécier malgré leurs faiblesses et leurs défauts. Cependant pour qui veut lire une petite romance légère, pimentée avec juste une pointe de drame, mieux vaut s’arrêter au tome 2, qui conclut ce que je considère comme la première partie, qui se suffit et évite tous les mélo insupportables de cette suite ><

Tome 5 : Promesse

On aurait pu croire au vu de mes critiques que je me serais arrêtée là, mais ayant la suite sous la main, il me fallait voir comment cela allait tourner après que tout ait volé en éclat. Malheureusement, cette suite est encore plus indigeste pour qui, comme moi, a du mal avec le mélo ^^!

J’ai donc pas mal souffert et je suis assez heureuse qu’il forme avec le prochain tome la fin de la saga, je n’aurais pas pu supporter plus de drames, j’ai déjà dépassé ma limite ^^!

On retrouve nos héros quelques mois plus tard, après leur séparation. Rien ne va. Ils sont plein de rancoeur et d’amertume. Ce n’est pas très beau à voir et leurs amis et famille qui tentent d’améliorer et d’apaiser les choses ne s’y prennent pas super bien. J’ai l’impression que Nick et Noah se font encore plus de mal malgré leur séparation et ce tome n’est qu’une longue suite d’embrouilles où aucun des deux n’a vraiment avancé…

En plus, l’autrice en rajoute en faisant de Nick un riche héritier désormais à la tête d’une vaste entreprise. Elle le fait redevenir le coureur collectionneur de filles d’avant. Elle le met dans une relation encore plus toxique avec Sophia avec qui il fait semblant d’être en couple. Beurk !

Noah ne va pas bien non plus. On voit très peu d’interactions entre elles et les autres, et tout comme Nick, on passe plus de temps à l’entendre se plaindre qu’elle ne va pas bien et qu’il lui manque, qu’à la voir avancer. Certes, elle dégote un job d’assistance, mais bof.

La dynamique du tome est donc une suite de rencontres qui les poussent dans les bras l’un de l’autre alors qu’ils disent ne pas le vouloir et c’est normal vu qu’ils n’ont rien posé à plat. Alors ils se repoussent, s’attirent, se repoussent à nouveau. Ils entraînent des pauvres gens dans leur spirale comme Sophia ou Simon, le collègue de Noah. C’est nul. Leur famille ne vaut pas mieux et l’arrivée de Maddie au milieu de tout ça m’a fait beaucoup de peine tant cette petite est un rayon de soleil.

Ne reste plus maintenant dans la dernière partie, que je compte bien lire malgré tout, à ce que l’autrice évacue toute cette noirceur et ce marasme. Bon courage à elle. Ça va être dur d’en faire quelque chose de lumineux tant c’est poisseux et pesant… Je suis assez déçue que les éditeurs aient pu proposé ce genre de romance aux jeunes. C’est vraiment le type d’histoires dites romantiques que je trouve à éviter tant elles sont toxiques, à moins qu’on ait le recul pour s’en rendre compte, et je ne pense pas que ce soit le cas de beaucoup d’ado ^^!

4 commentaires sur “À contre-sens de Mercedes Ron

  1. Je n’ai lu que la chronique du premier tome ainsi que la conclusion et alors que cela semblait bien parti, l’auteure m’a l’air de partir dans quelques choses de sombres et qui ne semble pas t’avoir fortement convaincu. Il va être temps que je me fasse mon propre avis, histoire de savoir si je vais faire de la place sur mes étagères 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s