Livres - Science-Fiction

Time Salvager de Wesley Chu

couv11529025

Titre : Time Salvager

Auteur : Wesley Chu

Editeur : Outrefleuve

Date de parution : 9 septembre 2021

Nombre de pages : 523

Histoire : Un roman d’aventures qui fait la part belle au voyage dans le temps !
La Terre n’est plus qu’un champ de ruines dépeuplé et toxique. Ses habitants l’ont quittée depuis longtemps pour s’établir dans le système solaire. Leur survie repose sur les ressources que les Chronmen, des voyageurs du temps, vont régulièrement chercher dans le passé.
James est l’un d’eux : désabusé, abîmé par chaque voyage, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Ses supérieurs, veillant au respect scrupuleux des Lois temporelles qui régissent chaque bond dans le temps, le trouvent de plus en plus ingérable. Si ce n’était son talent et son expérience inégalée, ils l’auraient mis dehors depuis longtemps.
C’est pourtant James qui est choisi pour exécuter une mission cruciale : on l’envoie effectuer une récupération sur la plateforme Nutris, juste avant l’explosion qui va ravager la Terre. James sait qu’il a peu de chance de réussir, mais s’il y parvient, il obtiendra une confortable retraite et pourra passer son temps à se saouler, seul, en ruminant le passé, son loisir préféré.
James accepte, mais sa rencontre avec Elise, une biologiste de génie qu’il sait condamnée, va changer la donne. Incapable de la laisser derrière lui, il brise la première et plus importante des Lois temporelles en ramenant la jeune femme dans son présent.
Désormais fugitifs, James et Elise vont trouver refuge auprès d’une tribu de sauvages, dans les ruines de ce qui fut Boston. C’est là-bas qu’Elise fait une découverte incroyable : la terre n’est peut-être pas condamnée. Elle échafaude un plan pour la sauver, mais pour cela, elle va avoir besoin que James brise un peu plus les fameuses Lois temporelles, risquant à chaque fois de les faire repérer par les intraitables Contrôleurs du temps…

Mon avis :

Comme tout lecteur, il y a certains tropes que j’affectionne tout particulièrement, les voyages dans le temps en font partie. Alors quand on me propose le premier tome d’une nouvelle saga vendue comme venant d’un auteur incontournable aux Etats-Unis et dont les droit ont déjà été acheté par Michael Bay pour une adaptation (oui, j’aime ses films grand spectacle ><), forcément je fonce ! Le résultat fut cependant bien plus nuancé que mes premières impressions.

Il faut d’abord savoir que contrairement à ce que pourrait laisser croire la couverture, Time Salvager n’est que le premier tome d’une duologie. Sa suite Time Siege est parue en 2016 outre-Atlantique et devrait donc arriver prochainement chez nous si tout va bien. Ce tome n’est absolument pas un stand-alone et se termine sur un gros appel du pied à la suite, ce que je ne savais pas en le commençant…

Ma première rencontre avec l’auteur s’est plutôt bien passée. Il a une plume facile d’accès et nous plonge dès les premières pages dans son univers futuriste fait d’une future Terre ravagée, d’une humanité qui a essaimée et de voyage dans le temps menés par des Chronmen, sorte de surhommes cabossés faits pile poil pour se rôle, à l’aide d’un technologie dont on ne sait plus trop grand-chose, mais dont on suit les règles à la lettre. Les premiers temps sont plein d’allant. La découverte de l’univers est très plaisant car on suit plusieurs Chronmen lors de leurs missions et on apprend ainsi à se familiariser à l’histoire avec eux.

Cependant passé les cent premières pages sur les plus de cinq cents du roman, on se rend compte que l’histoire peine un peu à décoller, puis quand cela se produit, vers la page 150, on bascule vers tout autre chose et le roman ne devient malheureusement que pur divertissement, survolant un peu son propos. Du coup, je ne peux pas dire que j’ai passé un mauvais moment, mais ce fut une lecture fort classique, sans la moindre surprise. L’avantage, c’est que ça n’a rien de complexe et que pour les amateurs de récits divertissants sur fond de course-poursuite et d’univers post-apo, ça peut même être fort sympathique.

Pour ma part, je m’attendais à quelque chose de plus profond que ce que j’ai eu. J’ai trouvé l’idée de ramener quelqu’un du passé alors que c’est interdit, vue et revue. L’implication bien sûr d’une mystérieuse corporation dans les drames qui se jouent dans le passé et le présent n’a rien d’innovant, de même que la personnalité un peu de baroudeur du héros et le rôle de scientifique de sa comparse. On est en plein dans les topos du genre, sans la moindre subtilité, ce qui m’a un peu fait lever les yeux au ciel. L’ambiance post-apocalyptique de cette Terre mourante, ravagée par une mystérieuse maladie, n’a rien de nouveau non plus.

Cependant, j’ai aimé le rythme insufflée dans l’histoire. On ne peut clairement pas dire qu’on s’ennuie ici et qu’il ne se passe rien, bien au contraire. Il y a toujours soit des gens qui mijote quelque chose dans les hautes sphères ou qui poursuivent le héros, ou celui-ci qui fuit, ou qui essaie de survivre, rencontre des gens, tire des plans sur la comète, etc. C’est très vivant. L’ambiance pesante de la Terre future est bien rendue. J’ai aimé le travail pour rendre celle-ci crédible, avec l’évolution de la langue, de la technologie mais pas trop. Le fait de développer une technologie qui n’a pas une avancée fulgurante sur le dernier moment passé croisé m’a plu, ça change un peu de cette idée parfois trop présente que le futur est forcément mieux, plus fort, plus pointu. Le côte crasseux, miséreux et désespéré un peu m’a plu également. J’aime ce genre d’ambiance pesante et dramatique, qui en plus est parfaite ici dans la dynamique souhaitée finalement.

Je ressors donc dans l’ensemble satisfaite de ma lecture qui, si elle ne me laissera pas un souvenir impérissable, fut un bon divertissement, avec une aventure bien menée, qui manque juste d’originalité et de parti pris fort. Les dernières pages et les derniers développement autour du héros, de sa comparse scientifique et de leurs avancées pour guérir la Terre me donnent cependant très envie de voir comment tout cela va se terminer, et c’est déjà pas mal.

(Merci à Outrefleuve pour cette lecture)

> N’hésitez pas à lire aussi les avis bien plus pointus de : Lianne, Songe d’une nuit d’été, Le nocher des livres, Vous ?

12 commentaires sur “Time Salvager de Wesley Chu

  1. Ah dommage que ce roman ne soit pas parvenu à combler tous tes espoirs même s’il est resté divertissant. Je ne connais de la plume de cet auteur que ce qu’il propose en collaboration avec Cassandra Clare sur leur saga à quatre mains, La Malédiction des Anciens qui n’est autre qu’un spin off de TMI.
    Malheureusement, vu le style et les retours, je ne pense pas tenter l’aventure avec ses propres œuvres.

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense que si j’avais su dès le début que c’était un tome 1, j’aurai vécu tout ça autrement.
      Après c’est déjà chouette un bon divertissement autour du voyage dans le temps et j’attends le tome 2 de pieds fermes 😁

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s