Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Ookami Rise de Yû Itô

Titre : Ookami Rise

Auteur : Yû Itô / Yuu Itoh

Editeur vf : Panini (seinen)

Année de parution vf : Depuis 2021

Nombre de tomes vf : 2 / 5 (en cours)

Résumé : Dans un futur proche, l’État du Japon a disparu. L’île est désormais scindée en deux. Le nord est administré par la Russie et le sud par la Chine. La frontière entre les deux pays est délimitée par une zone tampon, démilitarisée et vidée de ses habitants. C’est là, dans cette zone interdite, que les Wolang ont trouvé refuge. Ces 49 fugitifs sont le résultat d’expérimentations ratées de l’armée chinoise, qui souhaitait les transformer en armes bactériologiques afin de les utiliser contre son voisin russe. Pris en tenaille par la Chine qui souhaite effacer les traces de ses expériences, et la Russie qui essaie de les capturer pour les étudier, les Wolang devront se battre pour leur survie.

Mon avis :

Tome 1

Ookami Rise est le nouveau titre poussé par Panini en cette rentrée littéraire, qui depuis sa reprise en main, choisit vraiment bien ses séries, celle-ci en est une fois de plus la preuve.

Ecrit par Yû Itô, une mangaka qui bosse chez Shueisha, pour le magazine Ultra Jump en l’occurrence ici, Ookami Rise comptabilisera 5 tomes. Le lecteur français se lance donc en sachant directement dans quoi il s’embarque, ce que j’apprécie, car les titres inutilement rallongés ont trop tendance à baisser en qualité au fil des tomes. Ici, j’ai l’espoir que ce ne sera pas le cas. 

Avec ce titre, Yû Itô, qui a surtout écrit des seinen depuis qu’elle a commencé dans les années 2000, nous offre un scénario à la base fort solide. Elle élabore ici une intrigue dans un monde futuriste où le Japon a été conquis et partagé en deux par la Russie et la Chine. Le pays désormais occupé, la population est reléguée au titre de 36e ethnie, les Wa, et les opposants aux nouveaux régimes totalitaires en place, sont rapidement placés dans des camps de redressement où ils se mettent à intéresser de mystérieux scientifiques…

Nous ne savons rien de cela quand nous démarrons la lecture. L’autrice nous plonge plutôt à l’aveugle dans un conflit sanglant qui semble opposer des militaires et des créatures canines autrefois humaines. Ça taille et canarde de partout sans qu’on en comprenne bien les enjeux, ce qui est fort immersif et efficace pour donner envie d’en apprendre plus. L’autrice nous immerge ainsi dans une SF militaire crue et violente où la pitié n’a pas lieu d’être, seul le plus fort et implacable l’emporte. Comment en est-on arrivé là ? C’est ce que la mangaka va se plaire à nous raconter dans les chapitres qui suivront avec une sorte de plongée de plus en plus profonde et lointaine dans cet univers dépaysant et complexe où SF et folklore se mélangent à merveille.

J’ai beaucoup aimé le ton froid et incisif dont elle fait preuve. Elle plante rapidement un décor dur et cruel, mais le rend peu à peu humain au fil des rencontres. On découvre ainsi des personnages terribles de premier abord mais qui vont révéler des situations et passés bien plus complexes dans chaque camp. Les premiers chapitres racontés depuis notre présent nous font découvrir rapidement ces derniers au fil de leurs combats mais par la suite la plongée dans leur passé permet de mieux appréhender l’ensemble et d’avoir une vision globale bien plus riche

On découvre ainsi un univers diablement bien écrit, classique pour qui a déjà lu de la SF militaire ou juste de la SF à base d’expérimentation sur les êtres humains et les animaux, mais parfaitement exploité ici. C’est solide, très solide, ce qu’on découvre au fil des chapitres et de la plongée dans la complexité de ce nouveau Japon. L’autrice s’inspire à merveille d’un futur hypothétique où les développements concernant l’attitude de la Russie et de la Chine sont malheureusement parfaitement crédibles, ce qui ajoute du poids au récit. Elle s’inspire aussi d’expériences scientifiques qui ne nous surprendraient pas quand on se réfère à ce qui a été fait par le passé. C’est ce qui surprend et prend à la gorge ici. Et en plus, elle mélange ça avec une touche de folklore typiquement japonais parfaitement réussie !

Elle imagine ainsi un récit particulièrement sombre et immersif à lire où peut-être le seul défaut notable vient du manque de lisibilité des dessins par moment, car elle souhaite tellement rendre la violence de ce qui se passe qu’elle en oublie que le lecteur doit comprendre ce qui se passe… En revanche, son dessin se prête à merveille à ce type de récit avec un armement et des tenues militaires parfaitement designer ou encore des créatures, qui filent vraiment des frissons dans le dos. 

Ookami Rise n’est donc pas un pétard mouillé. C’est bel et bien un excellent titre de SF militaire qui débarque chez nous, sa réputation n’est pas usurpée. Tout y est très bien fait et l’immersion promise est au rendez-vous grâce à une narration et un sujet parfaitement maîtrisés, ce qui donne l’espoir d’une suite du même acabit. J’espère juste que 5 tomes suffiront à tout raconter tant l’univers est prometteur. Pour ma part, je suis conquise !

 >> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : L’Apprenti Otaku, Last Eve, Gohan, Vous ?

Tome 2

Yu Ito continue de nous proposer une série à l’univers puissant et marquant, dégageant une force peu commune, où l’injustice est prégnante et la lutte pour la liberté essentielle.

Dans ce nouveau tome où la narration est à nouveau un peu fouillis et déstabilisante, nous repartons dans le présent avec les affrontements entre humains armés et Wolang. L’auteur s’ingénie à nous faire suivre plusieurs lignes parallèles de l’intrigue mais en ne leur conférant parfois pas assez de pages pour qu’on en saisisse bien les enjeux et surtout pas assez de pages pour rendre le tout compréhensible. Les premiers chapitres sont donc un peu brouillon.

Heureusement au milieu de tout ça, on comprend qu’il y a eu une grande avancée pour les Wolang. Une des militaires femmes, Emi, contaminée par leur sang a survécu, ce qui n’était jamais arrivé. Alors pour la survie de leur espèce, ils sont prêts à tout pour la protéger. Cela intensifie encore les combats avec les troupes chinoises chargées de les éliminées car celle-ci aussi aimerait récupérer Emi pour en faire une cobaye.

J’ai beaucoup aimé à nouveau le mélange entre cette grande violence des affrontements, parfaitement rendu par le trait très crayeux de l’auteur, où chaque coup est parfaitement rendu sous son crayon, c’est sale et ça se sent. Cela se marie très bien avec les magouilles en sous-main des militaires que l’auteur nous dévoile en relatant des bribes des origines de ce qui a donné les Wolang et c’est fascinant. Ce n’est que quelques brèves pages mais c’est exactement le genre de SF avec virus mutant venant de l’espace que j’adore !

Enfin, le mangaka ajoute une belle touche d’humanité à cela avec à nouveau l’histoire du trio d’amis : Ken, Akira et Isaku, qui bien que discrets semblent au coeur de tout ça. On voit Isaku graviter autour de Ken. On voit Akira tenter de sauver Emi. On voit Ken tenter de protéger tout le monde avec son grand coeur. Mais cela ne suffit pas, ce présent est bien trop flou, on repart donc une nouvelle fois en arrière aux sources de tout cela et là, frustration, l’auteur nous coupe à un moment charnière et poignant où les amis sont terriblement en danger. On aimerait vraiment avoir le fin mot de cette histoire.

A nouveau dans un univers de SF militaire politique sombre, marqué par l’ostracisme, Yu Ito développe son histoire entre trois amis que la vie, la politique et sûrement les expériences ont séparé. Chacun mène désormais sa vie en poursuivant les idéaux du groupe mais les tensions sont telles que le lecteur a besoin de savoir ce qui s’est passé. Un mystère parfaitement géré qui donne envie de se jeter sur la suite, en espérant qu’on y retrouvera la même puissance évocatrice qu’ici !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

© 2021 Panini

 

 

5 commentaires sur “Ookami Rise de Yû Itô

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s