Livres - Jeunesse / Young Adult

Maroussia celle qui sauva la forêt de Carole Trébor et Daniel Egnéus

Titre : Maroussia celle qui sauva la forêt

Auteurs : Carole Trébor et Daniel Egnéus

Editeur : Little Urban

Date de parution : 8 octobre 2021

Nombre de pages : 40

Résumé : Maroussia habite avec sa grand-mère à l’orée d’un bois où vivent des créatures magiques.
Sa grand-mère les connaît bien. Maroussia, elle, ne les a jamais vues. Un jour, des soldats frappent à leur porte et leur ordonnent de quitter leur maison au plus vite. Une ligne de chemin de fer va traverser la plaine, passer par leur village, et détruire la forêt. Mais Maroussia ne baissera pas les bras devant leurs épées menaçantes et leurs uniformes pleins d’autorité. D’autant que les esprits de la forêt sont là pour l’aider…

Mon avis :

Après le très beau Fables du bois de Burrow d’hier, voici le second ouvrage de Little Urban pour lancer sa nouvelle collection qui sort aujourd’hui : Maroussia, qui sous ses dehors plus classique m’a en fait bien plus touchée, notamment grâce à un sacré coup de crayon !

Toujours en grand format comme je l’expliquais hier, vu que c’est le concept de cette nouvelle collection destinée aux grands enfants, pour ne pas dire adultes, amateurs de beaux ouvrages, belles histoires et beaux dessins, Maroussia cette fois est profondément ancré dans la tradition russe, à l’opposé du très mondain et presque british Fables du bois de Burrow.

L’histoire est tout aussi à la portée des enfants que des adultes, peut-être même encore plus à la portée des premiers que son prédécesseur, car il reprend parfaitement les codes des albums jeunesse avec une narration et une mise en page plus classique. Il m’a cependant plus frappé, car intégralement en couleur cette fois, il fut une vraie expérience graphique grâce aux dessins enchanteurs, très fleuraux et superbement colorisés de Daniel Egnéus, que je découvre ici.

Cet artiste né en Suède dans les années 70, a vécu entre Prague, Londres, Berlin, Bologne, Rome et Milan pendant 20 ans avant de s’établir à Athènes, où il vit aujourd’hui. Illustrateur prolifique, Daniel Egnéus a collaboré avec Häagen-Dazs, BMW, Pepsi Cola, Playboy, O2 UK, Marie Claire et Time Magazine. En 2017, il illustre la « Chanel Cruise Collection » pour le magazine American Express/Departures. Daniel Egnéus a également travaillé dans l’édition, avec Neil Gaiman (American Gods, Anansi Boys, Black Dog et The Monarch of The Glen).  Son avant-dernier album jeunesse, Lubna and Peebles (Dial Books) compte parmi les 10 meilleurs livres illustrés de 2019 du magazine TIME.

Dans Maroussia, il propose un voyage graphique très immersif où il a parfaitement su se plonger dans l’univers russe voulu par l’autrice Carole Trébor, qui murissait ce projet depuis des années. J’ai adoré son travail sur les couleurs et motifs typiques de la Russie, ainsi que le mélange des différentes techniques utilisées, notamment sur les planches avec les créatures folkloriques du récit. Il fait preuve d’une sacrée technique, variant les geste pour exploiter la variété des décors et des créatures et personnages. C’est sublimement poétique.

J’ai donc adoré ces dessins qui viennent souligner la mise en scène poétique du texte, qui lui-même résonne à nos oreilles. C’est très émouvant et cela accompagne une histoire poignante, une belle histoire de tradition, de culture et d’échange entre générations où la jeune Maroussia, qui vit paisiblement avec sa grand-mère dans un univers fait de traditions, se retrouve brutalement confronté à la réalité d’une invasion militaire russe.

L’autrice dit avoir totalement inventé l’histoire, personnellement elle n’est pas quand même pas sans me rappeler de loin Maroussia de P.-J. Stahl, où la fille d’un Cosaque Ukrainien, devient le guide d’un fugitif traqué et affronte bien des dangers pour lui permettre de remplir sa mission, alors que l’Ukraine est déchirée entre les ambitions russes et polonaises et lutte pour son indépendance. Ici, l’héroïne est aussi confrontée aux forces russes, mais cette fois elle cherche avant tout à préserver son lieu de vie et les traditions qui le peuplent à travers les créatures qu’elle côtoie, en empêchant une ligne de chemin de fer de tout raser.

On retrouve le même travail sur les contes et légendes, les superstitions et les peurs, la transmission entre les générations et la transition entre l’enfance et l’âge adulte, quand un jour des adultes s’introduisent brutalement dans sa vie toute tranquille d’enfant. Leur réalité est introduite brutalement dans cet univers enchanteur peuplé de créatures mythiques. L’héroïne doit alors vite grandir, mais l’autrice nous fait comprendre que l’on peut tout de même conserver son âme d’enfant et c’est ce qui est beau.

C’est à ce titre avec ce mélange de texte émouvant reposant sur une culture riche où le fantastique est de mise, et de dessins particulièrement poétiques sachant souligner toute la richesse de la plume de l’autre, que Maroussia fut une lecture coup de coeur pour moi. Certes l’histoire est déjà vue mais la puissance des émotions procurées par l’autrice et l’illustrateur fut plus fort que tout. J’aimerais lire d’autres histoires me faisant autant voyager.

(Merci à Little Urban pour sa confiance)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

12 commentaires sur “Maroussia celle qui sauva la forêt de Carole Trébor et Daniel Egnéus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s