Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Lil’ Leo (Leo-kun) de Moto Hagio

Titre : Lil’ Leo (Leo-kun)

Auteur : Moto Hagio

Editeur us : Denpa

Années de parution us : 2021

Nombre de pages : 192

Résumé : Two-year-old Leo is not your average house cat. One day he notices his young neighbor Tatsuru on his way to elementary school and he then decides to follow him and enroll himself! After receiving his own backpack and school supplies, young Leo realizes that anything Tatsuru can do, he can do as well! Leo can go to school! Leo can find a part-time job, become a mangaka or even be actor! Eventually Leo’s life is full of wonderful memories, but it could have taken a very different turn if not for those who love him.

Léokun est un chat oisif qui vit avec une mère célibataire et son fils. Tous les chats du quartier sont anthropomorphiques comme Leokun, et ensemble, ils vivent des aventures

Mes avis :

Moto Hagio et une autrice particulièrement célèbre dans son pays depuis les années 70 et encore de nos jours, que nous n’avons malheureusement pas la chance de beaucoup retrouver chez nous et l’euphémisme est faible. En effet, cette autrice de SF et de drames culte dans son pays, n’a eu le droit qu’à la parution d’une Anthologie et de son célèbre Coeur de Thomas chez nous, c’est dire… Alors même si c’est à l’occasion d’une sortie américaine, je voulais continuer à lire celle-ci.

Lil’ Leo est sorti chez nous également il y a quelques années, mais de manière totalement confidentielle à l’occasion d’un festival. Il est donc introuvable. Denpa l’éditant aux Etats-Unis, j’ai sauté sur l’occasion. C’est déjà grâce à ce pays que j’ai pu lire son excellent Otherworld Babara et son cultissime Poe Clan.

Malheureusement contrairement à ses aînés, j’ai été très déçue par Lil’ Leo. Ce titre n’est au final qu’une suite d’histoires fort anecdotiques autour d’un chat qui parle comme un être humain et aimerait parfois vivre comme l’un d’entre eux, même s’il préfère bien souvent revenir à son état de chat entretenu. Les 8 chapitres qui composent l’oeuvre sont ainsi l’occasion de le voir à l’école, à des rendez-vous pour un mariage arrangé ou lors du bouclage d’un chapitre de manga… des situations imminemment connue par l’autrice qui nous livre ici plutôt son regard caustique à elle sur ces moments.

J’ai parfois souri lors de ces situations car c’était cocasse de voir le décalage entre les attentes de Leo et la réalité, entre ce qu’il croyait bien faire et ce qu’on attendait de lui. Le regard décapant de l’autrice n’y est pas pour rien non plus. Ainsi, elle critique ouvertement une école qui ne supporte pas des élèves inventif, un peu remuant et différent. Elle critique également cette foire au mariage que sont les rendez-vous arrangés où l’ouverture d’esprit est rarement de mise. Elle nous raconte avec amusement ce qu’est le bouclage d’un chapitre de manga, notamment quand un assistant n’est pas au niveau et ne fait que des bourdes. Ça, c’est parfaitement réussi !

Pour le reste, c’est on ne peut plus banal, que ce soit l’histoire où Leo ne veut pas utiliser sa litière, où il cherche à retrouver le goût des aliments qui lui plaisent tant, où il veut passer pour un chat de race ce qu’il n’est pas, où encore chaque petit moment passé auprès de sa maîtresse où on voit celle-ci prendre soin de lui. Le problème, c’est qu’il manque le petit truc en plus pour que ce soit drôle ou attachant. C’est juste vu et revu, point. Cela conviendra peut-être à un public jeunesse pour lequel ça semble avoir été écrit mais pas pour un public adulte plus exigeant.

Je n’ai pas accroché non plus au graphisme de l’autrice sur ce titre. Si c’est bien son trait habituel, quoique dessiné un peu trop hâtivement parfois, il manque les envolées lyriques que je trouvais dans les autres histoires que j’ai lues d’elle. La mise en page est de plus totalement classique, il n’y a pas le moindre petit angle de vue novateur ou la composition qui ferait mouche et embarquerait mon coeur, comme c’est pourtant le cas habituellement chez elle. Non, c’est très plat et conventionnel.

Je ressors donc un brin déçue par cette lecture. Ça me faisait plaisir de retrouver l’autrice mais ce titre est totalement banal et donc dispensable. Que ce soit les dessins ou les histoires, aucun n’a le petit truc en plus pour le démarquer des dizaines et dizaines d’histoires de chats qui pullulent sur nos étagères. Je me contenterai donc à l’avenir de ses titres sur orienté SF ou fantastique car c’est là qu’elle excelle !

>> N’hésitez pas à lire les avis sur la version français écrits par : Yinism, Herbv, Koiwai, Vous ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

PS : Les pages couleurs et sous-titrées sont celles de la version française.

4 commentaires sur “Lil’ Leo (Leo-kun) de Moto Hagio

  1. J’étais curieuse de lire ton avis sur ce manga que sans toi, je n’aurais pas connu.
    Si je ne supporte pas les clichés utilisés sans la patte personnel d’un auteur, le vu et revu ne me dérange pas outre mesure même si ça empêche tout éventuel coup de cœur. Du coup, malgré le côté banal du manga, j’avoue que je suis super tentée. Les thématiques abordées ont l’air sympa et j’apprécie que l’autrice les aborde à travers un chat mais ça tu t’en doutes 😉
    Ce n’est pas une priorité d’achat, ayant d’autres mangas que j’attends avec plus d’impatience et qui ne cessent d’être reportés d’ailleurs, mais je pense le prendre à l’occasion. Par curiosité, tu as un site particulier à me conseiller ? Je n’ai jamais commandé de mangas aux États-Unis…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s