Séries Tv - Films

Visionnages de la semaine 2021 – 46

89197bbb-8d92-4bc1-955b-a6e9b7c15b3d

Merci semaine de reprise, j’ai encore profité de mon élan des vacances pour passer un bon moment devant les écrans, la motivation étant encore là ! J’ai donc alterner séries tv, animé et film avec pas mal de succès, ça me change. Du gros à côté d’un gros navet, j’ai aussi une jolie romance de Noël à vous présenter, et à côté d’une série sympa mais pour laquelle il vaut mieux que j’oublie le matériau d’origine, j’ai eu une bonne surprise bien addictive et j’ai retrouvé une série de mon enfance qui me fait revivre de belles aventures ! Un très joli bilan et ça devrait se poursuivre la semaine prochaine avec une certaine suite ^^

Bonne fin de weekend et bonne lecture à tous !

(Cliquez sur les titres pour voir de quoi ça parle)

 After : Chapitre 3 – After We Fell de Castille Landon et Sharon Soboil (2021) avec Josephine Langford, Hero Fiennes-Tiffin, Chance Perdomo…

Est-ce que je suis maso avec cette saga ? Totalement ! Car plus les épisodes passent plus je trouve ça particulièrement nul. Les acteurs sont médiocres, les dialogues guère mieux et ce n’est pas la réalisation qui les aide. Je n’en peux plus du couple principal, de ses déchirements, de la façon dont ils se blessent l’un l’autre et de leurs drames. C’est insupportable. Ici, Hardin revient la fleur au fusil et ne comprend pas que Tessa ait avancé sans lui. Tessa accepte trop qu’il la traite mal. Dès qu’ils ont un problème, leur solution c’est de se cacher les yeux et de coucher. J’en n’en pouvais plus des scènes de sexe à tout va ! Ils vivent trop dans leur bulle de privilégiés. Et quand la révélation finale tombe enfin, on n’est même pas surpris. Bref, je vais peut-être enfin m’épargner et m’arrêter là ^^!

Le troisième volet des aventures de Tessa et Hardin. Le quotidien de Tessa commence à basculer. Elle ne sait plus à qui faire confiance parmi ses amis et sa famille. La seule personne sur laquelle elle devrait pouvoir compter, Hardin, est furieux lorsqu’il découvre l’énorme secret qu’elle cache…

 Love Hard de Hernán Jiménez (2021) avec Nina Dobrev, Jimmy O. Yang, Darren Barnet… ❤️

Je suis assez difficile question film de Noël. J’ai souvent des déceptions, mais ici ce fut une super belle surprise ! Pourtant, ce n’était pas gagné, Nina Dobrev n’est pas mon actrice préférée, Jimmy O. Yang ne me fait pas franchement fantasmer et il faut quand même une dose de séduction pour que ça marche sur moi en général. Cependant, j’ai fondu devant l’originalité et le classicisme de cette histoire. J’en ai adoré la modernité et le discours actuel sur les sites de rencontres, les réseaux sociaux, la culture des apparences, etc. J’ai adoré la complicité du duo phare. J’ai adoré le grain de folie et la chaleur humaine de la famille de Josh. J’ai adoré le concept du métier de Nathalie. Toute l’histoire est ultra mignonne. Elle est bourrée d’humour et d’auto-dérision. Elle aurait pu mal tourner mais la fin est parfaite ! Vraiment top pour une romance de Noël !

Une jeune femme vivant à Los Angeles tombe amoureuse d’un charmant jeune homme rencontré sur une application. Elle décide de lui faire une surprise pour Noël et de lui rendre visite sur la côte Est des États-Unis, où il réside, mais se rend compte à son arrivée en ville qu’elle a été piégée et qu’elle communique depuis le début avec un usurpateur. Lorsqu’elle découvre que le véritable objet de son affection vit dans la même ville, celui qui a créé un faux compte sur l’application pour la séduire promet de tout faire pour leur organiser une rencontre… si elle accepte de faire semblant d’être sa petite amie durant les fêtes.

(Cliquez sur les titres pour voir de quoi ça parle)

Nadia et le secret de l’eau bleue – Épisodes 1 à 18 ❤️

Cette semaine, c’est au tour de Nadia de passer à la moulinette du revisionnage et je dois dire que je ne me rappelais vraiment pas grand-chose alors c’est un bonheur de la re-regarder. Les premiers épisodes sont plein d’aventure. On rencontre rapidement l’ensemble des personnages : Jean, Nadia, Atila, la petite Marie, Némo, Electra et les membres du Nautilus, Gladys et ses sbires. C’est vif, dynamique et entraînant, un peu léger au début. Les mystères entourant Nadia saupoudre légèrement l’oeuvre de temps en temps, entre les course-poursuites avec Gladys, puis la découverte du Nautilus. Les liens se font tout doucement entre Nadia, sa pierre, Némo et la secte qui les poursuit. On sent avec ces derniers la patte d’Anno, le réalisateur d’Evangelion, qui participe aussi ici. J’ai adoré les parties plus sombres de l’oeuvre même si on les a peu vues pour le moment. J’ai aussi adoré les parties plus légères et comiques où chacun apprend à connaître l’autre et où ils tissent tous de jolis liens entre eux. J’ai aimé que l’héroïne soit engagée et défende la cause animale et l’antimilitarisme. A ce jour, je n’ai donc vu que la moitié de la série, mais je la trouve déjà géniale et j’ai hâte de poursuivre pour percer tous ses mystères.

Foundation (Fondation) – Saison 1 Épisodes 1 à 8

Après le visionnage d’un premier épisode fort convaincant puis d’un deuxième décevant, j’ai décidé de reprendre la série depuis le début et d’essayer de la regarder indépendamment de mes souvenirs des romans. Il faut dire que les scénaristes s’éloignent de trop des idées et de la pensée en quelque sorte d’Asimov, entre les changements de sexe des personnages, les lois de la robotique bafouées, la vision des robots et de notre rapport à eux détournées, et son histoire simplifiée pour la rendre bien manichéenne, sans parler des pouvoirs ajoutés à certains, cela n’a plus grand-chose à voir… Le rythme est de plus assez lent quand on imagine qu’on est toujours sur les toutes premières crises Seldon, soit dans le premier siècle d’une histoire qui se compte en millénaires…

Bref, si on oublie tout ça, on a une histoire de SF au décor exotique attirant, une intrigue narrativement bien plus alambiquée qu’elle ne le devrait tant le fond est simple : l’affrontement entre les gentils de Fondation et les méchants de l’Empire, pendant que des planètes autour demandent leur indépendance. C’est de la bonne SF politico-militaire, avec peut-être un poil (enfin une louche !) trop de religion, mais c’est prenant à regarder. La photographie que j’avais trouvée parfois kitch sur l’épisode 2, l’est un peu moins par la suite, sauf quelques dérapages parfois avec trop d’écrans verts visibles. J’aime beaucoup l’intrigue développée autour des Cleon, moins celle avec Hardin où je trouve qu’on patauge, et c’était très bien avec Hari avant l’ajout de pouvoirs à Gaal. Ce n’est pas la meilleure série de SF que j’ai vue mais ça se suit sans déplaisir et on enchaine facilement les épisodes ^^

 Germinal – Épisodes 5-6 *Fin* ❤️

Suite et fin de cette très bonne série française. Je n’ai pas lu le roman pour comparer, alors je ne sais pas si c’est une bonne adaptation. Mais en revanche, je sais que c’était une bonne histoire solide, portée par un bon casting, de belles idées, une photographie top et un final marquant. J’ai adoré chacun des instants de l’histoire. J’ai aimé la part belle qui fut accordée aux femmes, à leur sororité, mais aussi à leur façon de soutenir les hommes et de s’entraider avec eux. C’est vraiment une belle histoire sur l’univers des mines, sur la classe ouvrière et sur la grève. Oui, c’est dur parfois, même souvent, mais que le résultat est beau. Top !

 Blood & Water – Saison 1 Épisodes 1 à 6

Après l’avoir croisée à une fête, une ado du Cap cherche à savoir si la championne de natation d’une école privée est bien sa sœur qui a été enlevée à la naissance 17 ans auparavant.

J’aime de plus en plus la façon dont ils revisitent les séries pour ado en en faisant des thrillers. Le mélange histoire d’ado + enquête à résoudre fonctionne très bien sur moi, encore plus ici quand le concept est inédit avec la soeur perdue enlevée quand elle était bébé et qu’on cherche encore. Si le côté ado a parfois été un peu trop présent et un peu lourd, j’ai aimé suivre de jeunes ados de tous les horizons dans cette école privée américaine. J’ai trouvé la plupart d’entre eux assez chouette à suivre, du fils de la dirlo, en passant par le rappeur en herbe, la championne de natation, la black revendicatrice, le pansexuel, ou la vendeuse de petits cachets. Ça parait cliché sur le papier mais ça fonctionne très bien pour créer des intrigues dynamiques à coup de vacheries, tromperies et autres romances, avec en prime l’héroïne qui débarque au milieu de tout ça en cherchant secrètement sa soeur perdue pendant que son père est accusé de l’avoir vendue. Je n’ai pas vu défiler les épisodes et j’ai direct enchaîné sur la saison 2 après le terrible cliffhanger qui la termine.

 Grey’s Anatomy – Saison 18 Épisode 5

Drame à Seattle pendant que ça capote du côté de Mer et de son projet de labo Alzheimer à cause de Tom ou du moins ça complique les choses. Les scénaristes alternent entre les deux pour alléger le premier drame. C’est dur de voir ce qui se passe à Seattle, une nouvelle lourde perte, un Hunt qui repart avec ses symptômes de stress post-traumatique, une décision lourde de conséquence prise par Ben. Mais c’est exactement ce que j’aime dans Greys pour une fois. Du côté de Mer, c’est plus léger, plus drôle. On a l’impression de voir la série repartir à zéro en suivant sa nouvelle vie là-bas. J’aime bien les nouvelles interactions avec son chef, les membres de son labo, son nouveau chéri… C’était vraiment un épisode sympa et dynamique.

 Station 19 – Saison 5 Épisode 5

Ne faites pas la même erreur que moi, regardez cet épisode avant celui de Greys sous peine de voir faire spoiler ! Cela commence tout doucement, voire même un peu mollement, en faisant le lien avec tout ce qui est arrivé d’un peu merdique ces derniers temps pour chacun d’eux. Le calme avant la tempête. En effet, ils partent en intervention et très vide un premier couac arrive. On sent que ça ne va pas être le seul et quand le grand drame tombe, on se sent terriblement impuissant, revoyant le film de ce qu’il s’est passé avant et comprenant vite que c’est grave. J’ai beaucoup aimé la sobriété avec laquelle ç’a été mis en scène, avec peu de musique, focalisant le spectateur sur les émotions. C’est brut, c’est douloureux et ce sera lourd de conséquences, mais c’est une belle fin à la hauteur du personnage et au moins il aura eu une meilleure fin que ce qu’ils étaient en train de faire à son personnage qui tournait sérieusement en rond. Adieu Miller !

Bons visionnages à vous aussi. A la semaine prochaine.

clap-de-fin-i-love-cinema-potzina

13 commentaires sur “Visionnages de la semaine 2021 – 46

  1. Je crois que je suis maso moi aussi parce que je pense regarder un jour After 3, mais pas tout de suite, j’ai eu tellement de mal à regarder le 2 déjà… Je comprends pas qu’il y ait le budget pour continuer ces adaptations complètement nulles…
    Finalement, je n’ai pas eu l’envie de reprendre Fondation cette semaine mais je vois que tu as été moyennement convaincue. Bafouer les lois de la robotique d’Asimov, un comble ! Ca me choque mais c’est parce que j’ai lu le Cycle des robots ^^

    Aimé par 1 personne

    1. Haha on se comprend alors pour After. Et clair, je préférerais voir ce budget allouer ailleurs !
      Pas encore lu le Cycle des robots mais je compte bien le faire un jour. Du coup, faut vraiment oublier le matériel d’origine pour apprécier un minimum ><
      Courage à toi alors !

      Aimé par 1 personne

  2. C’est drôle mais je suis un des rares défenseur d’After. Ce qui me donne bien envie de réaliser une relecture voir si j’aime toujours autant qu’à ma première lecture.
    J’avais aussi apprécié le premier malgré quelques libertés dues à l’adaptation.

    Aimé par 1 personne

  3. Tu m’as trop fait marrer avec After 😂 Cette saga ne m’a jamais fait envie que ce soit en livre ou en série et je ne peux qu’être confortée dans mon idée de ne jamais m’y mettre, sauf si je veux souffrir !

    J’ai vu aussi Love Hard et j’ai beaucoup aimé ! J’étais dans le mood parfait pour une romance de Noël et il a parfaitement fait son œuvre. Il est fort probable que ça soit mon film de Noël de cette année parmi les nouveautés !

    Aimé par 1 personne

    1. Comme chaque année à cette période, j’ai envie de romances, mais je peine à en trouver, d’où mes choix parfois hasardeux. Heureuse de t’avoir fait rire parce que moi j’ai bien souffert lol
      Idem pour Love Hard, surtout que je suis assez difficile alors vu que c’est le premier et qu’il est passé super bien, forcément il va sortir du lot pour moi 😀

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s