Livres - Jeunesse / Young Adult

Nouvelle année à l’Ecole des Loisirs : Renoir Imagier / Suzy Boude / Une surprise pour Amos McGee

La nouvelle année est là et les beaux albums de L’Ecole des loisirs son de retour avec de la douceur, de l’humour et de très belles expériences graphiques. Encore une fois, leur programme éclectique m’a régalée et j’ai gardé le meilleur, du moins je l’espère, pour la fin avec un court roman féminin signé Jean-Laurent Del Socorro, un auteur de Fantasy que j’adore ! J’ai hâte mais en attendant, place aux albums !

Bonne découverte à vous !

Titre : Renoir imagier


Auteur : Grégoire Solotareff

Éditeur : École des loisirs

Date de parution : 12 janvier 2022

Nombre de pages : 40

Résumé : Une première approche des œuvres d’Auguste Renoir à travers un imagier alphabétique.

Mon avis :

Il est des livres qui nous charment dès la première page, dont la forme dépasse le fond, dont le contenu dépasse le cadre.

D’habitude quand on me dit « Imagier », je vois juste un livre pour enfant, utile pour leur apprendre du vocabulaire, mais c’est tout. Ici, Grégoire Solotareff, lui-même auteur des 3 sorcières, en piochant dans les tableaux du peintre Auguste Renoir, nous offre à son tour un très beau livre d’art accessible aux petits comme aux grands.

J’ai beaucoup aimé son choix de ne saisir que des bouts de tableaux de Renoir pour en ressortir la substantifique moelle d’un côté et de l’autre montrer aux petits comme aux grands qu’on peut apprendre énormément de choses à travers les tableaux. Ces choix de mots et d’illustrations tirés des tableaux de Renoir sont empris de tendresse et de douceur, ils font rire et sourire à la fois également, ils sont très émouvants. L’auteur n’a pas choisi la facilité de ne montrer que les tableaux les plus connus de l’auteur, il a aussi été pioché dans des oeuvres plus modestes mais toujours avec la qualité incroyable qu’on connaît au peintre.

D’un point de vue formel, j’ajoute que l’impression est vraiment de qualité et rend à merveille les couleurs des tableaux, que le petit format façon carnet presque carré m’a plu, et surtout j’ai apprécié d’avoir en fin de volume la représentation en entier du tableau dont est tiré l’extrait ainsi que son cartel. Ça permet de bien saisir sa démarche mais aussi de s’instruire en découvrant de nouvelles oeuvres et de donner envie d’en découvrir d’autres.

Faisant vraiment oeuvre d’ouverture sur le monde de l’art, ce petit livre est un petit bijoux. J’ai adoré le concept de l’auteur. J’ai trouvé l’objet très qualitatif aussi. Si l’éditeur renouvelle la démarche avec d’autres artistes, notamment contemporain (un courant avec lequel j’ai tant de mal), je serai curieuse et preneuse !

(Merci beaucoup à L’école des Loisirs pour leur confiance et cet envoi)

Titre : Suzy Boude

Auteurs : Angélique Leone et Stéphane Henrich

Editeur : L’École des loisirs (Kaléidoscope)

Date de parution : 12 janvier 2022

Nombre de pages : 32

Résumé : C’est plus fort qu’elle : Suzy aime bouder.
Elle boude le matin, elle boude le midi, et la nuit, elle boude aussi. Ses frères et soeur se moquent d’elle et personne ne la comprend…
Jusqu’au jour où elle rencontre Florian, un matou taciturne.

Mon avis :

Avec ce chat chafouin en couverture, le duo Angélique Leone et Stéphane Henrich a de suite attiré mon attention. Il faut dire que, moi, j’aime quand les personnages principaux sont antipathiques ou à contre-courant parce que ça change. Et ici, les auteurs m’ont totalement convaincue avec un concept qu’ils tiennent de bout en bout.

C’était la première fois que je découvrais la plume drôle et piquante de Angélique Leone. En revanche, Stéphane Henrich, lui, ne m’était pas inconnu puisqu’il a illustré une dizaine de romans/albums jeunesse dont le truculent : Clafoutu, la sorcière la plus moche du monde. J’ai donc beaucoup aimé l’alliance des deux.

Pour Suzy boude, tout est dit dans le titre et l’illustration de couverture ! Nous suivons un chat de salon, Suzy, qui boude. Elle passe littéralement ses journées à cela et n’aime que cela. Ses compagnons sont bien en peine de la comprendre. Eux, ils sont heureux de leur vie de patachon et en profitent un maximum. Ils ne parviennent pas à comprendre que celle-ci est heureuse en boudant.

Nous suivons avec humour et tendresse des tableaux de la vie de chats en appartement dans un décor d’immeuble haussmannien où les uns s’éclatent à faire toutes les bêtises qu’on imagine faits par les chats en notre absence, tandis que Suzy reste imperturbable dans sa bouderie. Le décalage est vraiment savoureux.

Mais ce n’est que le premier temps de l’album, la force des auteurs est d’avoir trouvé ensuite un amoureux à Suzy et celui-ci, tout comme elle, aime bouder ! Dans un second temps, nous suivons donc notre duo de ronchons dans les débuts de leur romance entre rendez-vous râleurs et observations chafouines du voisinage.

Le ton est juste tordant, les situations quotidiennes savoureuses à souhait et les auteurs gardent leur ligne directive du début à la fin, ce qui est un très gros plus pour moi, qui n’aime pas quand l’amour transforme les gens, leur faisant perdre leur saveur >< Les dessins, eux, ont ce petit je ne sais quoi de vieille dame aux chats que j’adore, à la fois british et parisien, un peu comme dans Les AristochatsC’est fin, coloré façon boudoir, tendre et plein d’un humour caustique comme dans les dessins humoristiques qu’on trouve dans la presse. Je suis fan !

Avec un décor pourtant maintenant fois vu et une énième histoire de chat, les auteurs ont pourtant su tirer leur épingle du jeu grâce à une héroïne au caractère atypique, loin des valeurs qu’on a tendance à promouvoir. J’ai aimé ce décalage qui apprend à être tolérant et à s’ouvrir à ceux qui sont différents de nous et peuvent avoir leur propre forme de bonheur même si ce n’est pas la nôtre. J’ai tout aimé de l’ambiance au ton en passant par l’humour. Je frôle le coup de coeur !

(Merci beaucoup à L’école des Loisirs pour leur confiance et cet envoi)

                                                          

 

 

Titre : Une surprise pour Amos McGee

Auteurs : Philip C. Stead et Erin E. Stead

Editeur : L’École des Loisirs (Kaléidoscope)

Date de parution : 26 janvier 2022

Nombre de pages : 32

RésuméAmos le gardien de zoo n’a pas fermé l’œil de la nuit, trop occupé à organiser une sortie surprise pour ses protégés. Le lendemain matin, il est si fatigué qu’il rate son bus et arrive en retard au travail. Quelle déception de devoir renoncer à ses projets ! Mais c’est compter sans le soutien indéfectible de ses précieux amis.

Mon avis :

Dernier album de cette belle fournée de début d’année, j’ai de suite été interpelée par la poésie des illustrations d’Erin E. Stead et la présence d’une personne âgée sur le devant de la scène, quelque chose que j’aime beaucoup. Ai-je eu raison de ne pas chercher plus loin ? Tout à fait, l’histoire était vraiment charmante.

Le duo familial Philip C. et Erin E. Stead, nous proposent dans ce court album une très belle odyssée sur la vieillesse et la bienveillance à avoir envers les personnes plus âgées que nous. Sous forme de fable animalière, ils nous content l’histoire d’Amos, un gardien de zoo, qui se fait un peu vieux et qui trouve de l’aide dans les animaux dont il prend soin d’habitude.

J’ai de suite été frappée par le trait et la colorisation très douce des dessins d’Erin E. Stead qui m’ont rappelé ces eau-fortes, gravures en taille-douce sur une plaque métallique, qu’on colorisait autrefois. Cela donne énormément de douceur et de poésie à cette histoire déjà pleine de charme, ainsi qu’un petit air désuet qui s’y prête bien. Tout y est réussi, du portrait de ce vieux gardien à celui des animaux, plus vrais que nature malgré les accessoires humains qu’on leur prête. J’adore ! Ça me donne très envie de découvrir ses précédents titres.

Mais cerise sur le gâteau, les dessins ne supplantent pas l’histoire. Celle-ci est toute aussi belle et charmante que les tableaux de la dessinatrice. L’ensemble se marie à merveille pour nous raconter la journée d’un vieux gardien de zoo fatigué, dont les animaux vont prendre soin et qu’ils vont aider pendant qu’il se repose. Le tout est fait l’air de rien, comme si c’était tout à fait normal, ce qui fait vraiment chaud au coeur. On y voit une entraide naturelle envers quelqu’un aime beaucoup et qui a déjà tant fait pour nous. Ça m’a émue et j’ai aimé le parallèle avec ce que la jeune génération devrait faire pour l’ancienne qui le mérite. C’est un très beau message.

En plus, le ton n’est absolument pas moralisateur, mais au contraire tendre et léger, voire amusant. Le vieux monsieur est adorable, plein de gentillesse et de recul critique et drôle sur lui-même. Les animaux sont touchants et je me suis amusée des caractéristiques humaines qu’on leur a données. L’histoire en plus se révèle être une tendre aventure avec quelques passages auxquels on ne s’attend pas.

L’École des loisirs a encore réussi à me faire découvrir un très bel univers graphique voire plus avec la rencontre du duo Philip C. et Erin E. Stead. J’ai beaucoup suivre un héros âgé avec une histoire tendre et touchante pleine de belles valeurs, mise en avant par des dessins désuets et modernes à la fois pleins de charme.

(Merci beaucoup à L’école des Loisirs pour leur confiance et cet envoi)

12 commentaires sur “Nouvelle année à l’Ecole des Loisirs : Renoir Imagier / Suzy Boude / Une surprise pour Amos McGee

  1. Nous avons tout à fait repéré les mêmes titres dans les nouveautés du mois 😉 Je pense offrir l’imagier Renoir à mon petit neveu qui adore déjà les livres à même pas un an 🙂 Et j’ai encore plus hâte après t’avoir lue de découvrir les dernières aventures d’Amos McGee !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s