Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Lovely Friend (zone) de Mamoru Aoi

 

Titre : Lovely Friend (zone)

Auteur : Mamoru Aoi

Éditeur vf : Kana (shojo)

Années de parution vf : Depuis 2022

Nombre de tomes vf : 2 / 5 (en cours)

Histoire : Alors qu’elle passe son temps à rêver du jour où elle aura enfin un petit ami, Hacchi fait la connaissance de Mizuno, un des beaux gosses du club de foot. Elle ignore pourquoi, mais ce garçon qu’elle admire tant semble la traiter d’une manière particulière… La jeune fille n’a aucune expérience en amour, et là, entre les espoirs et les doutes, autant dire que c’est le chaos dans sa tête ! Comment son coeur peut-il s’emballer à ce point alors qu’ils sont censés n’être que des amis ? Un pas après l’autre, la jeune lycéenne va vite découvrir la complexité de l’amour !

Mon avis :

Tome 1

Avec Akata, Kana fait partie des éditeurs en qui j’ai une confiance quasi aveugle dans le choix de leurs shojos. Je sais qu’ils auront à chaque fois un petit quelque chose de différents qui me les rendra attachants. Dans Lovely Friend (zone), c’est le travail sur le flou entre l’amour et l’amitié qui m’a séduite.

Pourtant en débutant ma lecture, l’autrice commettait quelques maladresses assez gênantes dès les premières pages avec des blagues grossophobes plutôt malaisantes qui me faisaient craindre le pire, de même qu’une vision très très caricaturale des ados en mal d’amour. Heureusement la suite, plus nuancée est venue me détromper. Ouf ! Cependant, cela m’avait fait croire à tort que Mamoru Aoi était une autrice débutante, alors qu’au contraire cela fait plus de 10 ans maintenant qu’elle officie dans le monde du shojo manga avec souvent des histoires assez courtes cependant, en 1 ou 2 tomes, ce qui fait de Lovely friend (zone) qui est toujours en cours eu Japon avec 5 tomes, sa série la plus longue à ce jour.

Comme son nom l’indique, le titre va donc nous parler de l’amitié et de l’amour à l’adolescence. L’autrice, pour cela, a fait le choix de mettre en scène deux héros très différents sur le papier comme c’est souvent le cas dans ce genre de titre. On retrouve d’un côté la classique héroïne archi banale amoureuse de l’amour qui rêve d’avoir son premier petit copain et s’en fait tout un plat ; et de l’autre le traditionnel héros beau gosse, populaire, doué en sport et riche de surcroit. Ce n’est pas ici qu’on trouvera la moindre originalité. Quoique, le héros : Mizuno, est bien différent de ce qu’Hacchi imaginait. Loin du cliché du BG, c’est en fait un garçon maladroit qui a eu peu de contacts, relations, avec les filles. Alors il est séduit par la fraicheur, malgré elle, d’Hacchi.

J’ai beaucoup apprécié dans ce premier tome que l’amorce de l’histoire se fasse par le biais d’une amitié naissante entre les deux héros. C’était drôle et frais de les voir se comporter comme des potes. J’y ai retrouvé des images de mon adolescence avec cette amitié fille-garçon possible, tellement bonne enfant, mais souvent jugée par les autres soit comme une fausse amitié, soit comme un déni de la féminité ou la masculinité des protagonistes. L’autrice capture très bien cela. On suit ainsi Hacchi et Mizuno dans leur petit quotidien dans et hors du lycée, entre discussion sur la bouffe et le foot. C’est rafraîchissant tout plein.

Cependant, on sent bien que l’autrice est partie dès le départ pour traiter du flou entre amour et amitié, donc un basculement va lentement se produire. Il y a d’abord Hacchi qui dès le début a des vues sur lui et chez qui des sentiments vont naître en apprenant à le connaître de façon amicale. Elle va se questionner, à travers le regard de la société et des autres, sur la façon dont Mizuno la voit dans la relation qu’ils entretiennent et elle va le forcer à la voir comme une fille et pas juste un individus lambda. Je ne suis pas forcément en phase avec cela… Quant à Mizuno, lui, il est plus sur un trip apprendre à devenir ami avec une fille, ce qui est une nouveauté pour lui, mais il semble encore cacher des choses. Ce n’est pas très clair.

Côté dessin, c’est là aussi où j’ai eu un doute sur l’ancienneté de la mangaka. En effet, je trouve son trait encore très maladroit à de nombreuses reprises. Si les pages d’ouverture de chapitres, la couverture et la jaquette sont très réussies, à l’intérieur c’est moins le cas, c’est plus inégal. Certes, Mamoru Aoi rend très bien la grande beauté de son héros et elle s’éclate bien avec les tenues et coiffure d’Hacchi, mais les autres personnages sont moins travaillés, les fonds font un peu vide et il y a clairement des problèmes de proportions jusque dans les visages parfois >< Dommage parce que c’est assez punchy autrement.

La nouvelle bluette de Kana surprend donc au début par son angle intéressant sur l’amitié fille-garçon au lycée. Elle propose ainsi des thématiques intéressantes rattachées à cela, avec des personnages attachants en plus, qui ont encore bien des choses à nous dévoiler. Tout cela se fait dans une bonne ambiance rappelant des souvenirs pour les anciens lycéens qu’on peut-être. En revanche, il y a aussi de nombreuses maladresses formelles et dans le ton qui parfois font trébucher. Étrange.

Tome 2

Je pense le dire régulièrement mais pour moi, Kana est un excellent pourvoyeur de romances lycéennes classiques et toutes mignonnes qui font battre mon petit coeur. Le genre a été surexploité chez nous et il est souvent difficile de trouver le petit truc en plus dans ceux qui sortent et pourtant ici, j’ai été agréablement surprise par la fraicheur et la pureté des héros, ce qui a fait de cette lecture un franc succès.

Hacchi est pourtant le cliché de la lycéenne qui se met à craquer pour le beau gosse de la promo; Oui mais dans ce tome, après « LA fameuse confession » à laquelle on a souvent droit, on découvre plutôt une jeune fille qui se met à regarder derrière la façade de beau gosse de celui pour qui elle craque. Et c’est charmant de voir la pureté et la franchise avec laquelle il va exprimer, certes maladroitement, ses sentiments. Mon petit coeur de fleur bleue a totalement fondu face à cette avalanche de bons sentiments qui lui fait dépasser le cliché du BG et apprécier le garçon plein de candeur qui se cache derrière.

Mizuno n’est d’ailleurs pas en reste. Ça m’a fait un bien fou de voir un garçon qui n’est pas effrayé par la confession qu’il reçoit mais qui y réfléchit vraiment et qui dit aussi vouloir rester ami avec elle malgré tout parce qu’il l’apprécie vraiment sur un plan humain. Une fois de plus c’est maladroit mais 100% honnête et je trouve ça génial. On se retrouve ainsi à suivre une relation entre deux ados qui osent se dire les choses et qui quand ils sont ensemble matchent comme deux vrais amis avec une complicité folle et touchante.

Bien sûr la mangaka ne peut pas s’empêcher de glisser des petits twists propres au genre, que j’aimerais parfois éviter, mais qu’elle doit juger nécessaire pour pimenter son histoire et ainsi elle introduit un autre garçon, Kuma, avec qui Hacchi s’entend à merveille. C’est amusant de voir la nouvelle dynamique sur laquelle cela débouche. J’ai trouvé ça chouette d’abord de lui voir un ami d’enfance garçon dont elle est hyper proche. Puis voir Mizuno jaloux a titillé ma fibre romantique en me disant « et si… ». C’était d’un charmant fou.

Les dessins de Mamoru Aoi jouent pour beaucoup dans cet effet étoile dans les yeux et bonbon sucré que je ressens à la lecture de chaque tome de Lovely Friend (Zone), car avec leur rondeur et leur bonhommie tout semble trop mignon. Certes, ils sont plein de petites imperfections quand on regarde de près mais n’est-ce pas aussi le propre de l’adolescence que de proposer des êtres en construction donc pas tout à fait parachever comme eux ?

Mamoru Aoi continue de parfaitement s’en sortir dans cette romance lycéenne aux allures classiques mais qui offre de charmants petits twists autour de l’amitié fille-garçon. J’adore la pureté des deux héros et la franchise dont ils font preuve dans leur relation et leurs sentiments. Pour l’instant certes il n’y a rien d’innovant mais les modèles positifs qui s’y déploient me font un bien fou !

(Merci à Kana et Sanctuary pour cette lecture.)

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Les instants volés à la vie, Floriane, Vous ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s