Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Horimiya de Daisuke Hagiwara

Titre : Horimiya

Auteur : Daisuke Hagiwara

Éditeur vf : Nobi Nobi

Années de parution vf : Depuis 2022

Nombre de tomes vf : 2 / 16 (en cours)

Histoire : Hori est une lycéenne normale, mais elle devient une personne complètement différente après l’école. En l’absence de ses parents elle doit s’occuper de son petit frère. Pour Hori, son camarde de classe Miyamura est un otaku « MOE ». Un jour elle, rencontre ce camarade de classe, par hasard, mais il est extrêmement différent. Que va-t-il se passer entre eux, maintenant que chacun connaît le « côté secret » de l’autre ?

Mon avis :

Tome 1

Voilà une série que je n’avais pas forcément l’intention de lire à l’origine parce que dans les comédies romantiques shonen très peu ont trouvé grâce à mes yeux. Seulement plusieurs amies m’en ont dit du bien et quand l’une d’elle m’a prêté les premiers tomes sorties, je me suis dit que c’était l’occasion.

Horimiya est donc un shonen composé de 16 tomes qui adapte un animé du même nom et propose de nous divertir avec les histoires sentimentales de tout un groupe de lycéens. Rien de neuf sous le soleil vous en conviendrez et pourtant dès les premières pages j’ai été séduite. Séduite par le ton drôle, doux et bienveillant de cette histoire mettant en scène deux ados qui cachent leur vraie apparence l’un sous des allures de garçon falot, l’autre sous celle d’une belle fille pétillante et populaire. Mais quand ils vont se rencontrer sans ses oripeaux ça va de suite coller entre eux.

Les auteurs de cette comédie romantique n’ont donc pas inventé l’eau chaude. Pour autant, est-ce nécessaire pour passer un bon moment ? Clairement non. J’ai d’entrée eu beaucoup de sympathie pour Hori, une lycéenne, qui une fois rentrée chez elle se transforme en parfaite femme d’intérieur et s’occupe de son petit frère parce que ses parents bossent trop. Un trip typiquement japonais qui en dehors de son improbabilité pour nous fonctionne à merveille car c’est plein de bons sentiments. On ne sent pas de rancoeur de la part d’Hori mais juste un peu de lassitude, normal, et surtout beaucoup d’amour pour son frère.

De la même façon, j’ai d’entrée accroché à Miyamura, ce beau gosse avec piercings et tatouages, qui les cache sous un look totalement passe partout au lycée pour ne pas faire de vague, car on sait combien il faut entrer dans le moule au Japon. Alors oui, ici aussi, c’est totalement improbable pour ne pas dire rocambolesque mais ça passe, parce que Miyamura est la gentillesse incarnée lui aussi. Et quand les deux se rencontrent grâce à l’intermédiaire du frère d’Hori et bien ça passe crème !

J’ai adoré suivre les débuts de leur amitié, les voir évoluer dans le petit cocon de la maison d’Hori, prendre soin de son jeune frère et apprendre à se connaître et à lever des barrières. Tous les deux sont archi naïfs et ça contribue au bon moment qu’on passe car on rit de leurs maladresses et de leurs caractères extrêmes.

Ils évoluent en prime dans un lycée lambda avec des amis lambda mais où là aussi ça respire la fraîcheur et la joie de vivre. On s’amuse de tout ce qu’ils déploient pour cacher leurs secrets. On est un peu triste quand même qu’ils en viennent à de telles extrémités pour ne pas perdre la face. Ce poids des apparences au Japon est terrible, encore plus que chez nous, j’ai l’impression. Cependant, on se plaît à les voir peu à peu tomber le masque avec certains et on devine que cela va continuer, le tout dans une ambiance pleine de camaraderie à la japonaise entre voyage scolaire, cours de sport ou sorties chez le glacier.

Cependant comme je le disais le titre a quelque chose d’assez banal et cela se retrouve énormément dans le dessin ultra lisse de la série qui a tout de ces dessins « animables » que je trouve sans personnalité. C’est mignon, c’est bien fait, mais ça ne résonne pas en moi. Les traits sont archi simples. Il n’y a pas vraiment de recherche. C’est juste mignon et à la mode, point. Les compositions des pages sont tout aussi fades et banales avec un enchaînement de cases rectangulaires bateau, sans recherche d’angle ou de point de vue percutant.

Ainsi, Horimiya est pour moi une petite surprise dans le sens où c’est une série mignonne qui se lit très facilement et où j’ai bien accroché au côté farfelu des personnages et à leur joli rapprochement. Elle n’a cependant rien de bien original, ni dans le fond, ni dans la forme et je peine à comprendre son succès face à d’autres romances lycéennes que je trouve bien plus uniques mais sûrement moins formatée. Cela reste cependant un bon divertissement sympathique qui a toute sa place au catalogue jeunesse de Nobi Nobi.

Tome 2

Avec quand même 16 tomes à son actif et un mécanisme qui déjà perd un peu de sa fraîcheur pour devenir répétitif, il y a quand même de quoi s’inquiéter un peu pour la suite d’Horimiya, même si ça reste mignon et sympa à lire.

En effet, dès ce deuxième tome, j’ai eu l’impression d’être face à des chapitres plus courts et plus anecdotiques. J’ai été moins prise par ce qui se passait à plusieurs reprises et j’ai même eu l’impression que l’ensemble manquait de liant, ce qui n’était pas le cas sur le tome 1.

Je pense que c’est parce que les auteurs ont tenté de diversifier ce shonen romantique en développant à la fois la partie vie au lycée de leur titre et la romance. Ce n’est pas une mauvaise idée en soi, mais ça aboutit un peu trop sous leur plume à des scènes clichées, passe partout et anecdotiques.

Dommage parce que c’est sympathique de voir Miyamura prendre ses marques avec maladresse dans le groupe d’amis d’Hori, qui deviennent peu à peu les siens. Et c’est surtout encore plus mignon de suivre l’évolution de leur relation à tous les deux, une relation très maladroite mais adorable tout plein.

En effet, j’adore la fraîcheur qui se dégage de ces deux personnages quand ils sont réunis. Les auteurs prennent le temps de leur faire réaliser leurs sentiments et invitent des scènes toutes mignonnes pour cela, souvent chez Hiori. Il faut dire que l’effet cocooning y joue à fond.

Cependant des questions un peu plus sérieuses viennent aussi se greffer et ce n’est pas plus mal. Classiquement on parle d’orientation, mais aussi d’évolution d’une relation amicale vers peut-être autre chose. C’est déjà vu mais ça n’empêche pas la chose d’être bien faite.

Même si Horimiya n’est pas la romance lycéenne de l’année, elle continue d’offrir un divertissement charmant centré sur un couple d’ado naïfs et maladroits qui me parle totalement. Il faut juste espérer que les auteurs sauront se renouveler sans nous lasser ou nous perdre sur les 16 volumes que compte la série, ce qui je l’avoue me fait un peu peur vu déjà le nombre de scènes banales ici….

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Vous ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

©Editions Nobi Nobi 2022

 

8 commentaires sur “Horimiya de Daisuke Hagiwara

  1. J’ai passé un très bon moment devant l’animé et avec la lecture de ces deux tomes mais j’ai exactement la même peur que toi, 16 tomes …. c’est horriblement long pour ce genre de shonen romantique. Après comme tu dis, c’est mignon tout plein, a la mode, y’a de beaux messages … A voir où tout cela nous mènent !

    Aimé par 1 personne

  2. Horimya, Here I go again !

    Oui, depuis le début je pense à cette blague (j’espère que la référence ne te passe pas au-dessus).

    Cette série m’intrigue du fait des retours super élogieux que je vois ailleurs, le tien apparaissant comme très mesuré en comparaison.

    Aimé par 1 personne

    1. J’avoue à ma grande honte que je ne l’ai pas non, la référence 😭
      Pour revenir au titre, il est sympa, mais clairement j’ai lu vachement mieux en romance lycéenne. Là, c’est juste mignon et frais mais rien qui casse trois pattes à un canard en matière de psychologie, dessin ou mise en scène.

      J’aime

      1. Oula effectivement, j’en étais loin. Je m’étais doutée que ça avait un rapport avec la musique, mais ABBA je ne l’avais pas du tout xD
        Tu vas loin, toi !

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s