Livres - BD / Illustrations

Ce que nous sommes de Zep

Titre : Ce que nous sommes

Auteur : Zep

Éditeur : Rue de Sèvres

Date de parution : 16 mars 2022

Nombre de pages  : 88

Histoire : Grâce au projet DataBrain, les humains disposent à la naissance d’un second cerveau numérique où sont directement uploadées des connaissances et des expériences virtuelles plus vraies que nature. Avec de simples programmes à télécharger, apprendre de nouvelles langues ou même assimiler la totalité du savoir de l’humanité n’a jamais été aussi simple et rapide. Du moins si, comme Constant, on en a les moyens. Mais un jour, à la suite d’un piratage informatique, il s’évanouit et se réveille en forêt, loin de la ville protégée, en ayant perdu tout son savoir et ses souvenirs. Démuni, il est recueilli par Hazel, jeune femme vivant en marge de la société, qui va l’aider à se reconstruire et à retrouver son passé. Constant va donc partir sur les traces de son identité réelle et découvrir au passage les facultés extraordinaires de son cerveau… humain.

Mon avis :

Comme beaucoup, je connais surtout Zep pour son célèbre Titeuf et je dois avouer que je ne me suis jamais penchée sur sa production plus adulte. Mais quand j’ai vu qu’il nous proposait cette année, sous cette superbe couverture en apnée toute de bleue vêtue, une aventure à base d’humains augmentés, ma fibre de fan de SF a de suite vibrée, et je n’ai pas été déçue du voyage.

Alors certains pourront dire qu’il ne révolutionne pas le genre, que les thématiques qu’il aborde et les idées qu’il met en scène ont déjà été couchées sur le papier à plusieurs reprise, mais qu’importe quand cela est bien fait, on passe tout de même un très bon moment et ce fut mon cas, dans ce volume unique de près de 90 pages. J’ai découvert un Zep bien plus mature aussi bien dans son trait que dans ses propos, avec des réflexions pertinente sur le futur qu’il imagine pour notre Terre, qui ont trouvé écho en moi.

L’auteur nous embarque dans une véritable aventure passionnante et stressante dans un monde futuriste où une poignée d’individus, les plus riches bien sûr, se sont créés leur société idéale derrière des barrières électrifiées et loin de la plèbe. Ils y vivent en se faisant plaisir non stop, sans contrainte, en n’ayant plus besoin d’aller à l’école pour apprendre grâce à l’achat d’un deuxième cerveau, numérique lui, qui leur sert d’espace de stockage et dont chaque donnée participe à leur capital savoir. Ainsi ils savent instantanément lire, écrire ou parler n’importe quelle langue implantée de dedans, connaissent par coeur des livres et films entiers, l’Histoire et ses figures n’ont plus de secret pour eux. Ils peuvent vivre une vie d’oisiveté. Bien sûr, cela va prendre subitement fin pour notre héros, Constant, sans qu’il l’est cherché et nous allons vivre avec lui une sacrée aventure pour remonter à l’origine de tout cela.

J’ai beaucoup aimé le côté immersif de l’oeuvre de Zep. Il nous plonge d’entrée dans cet univers où les humains sont augmentés et vivent une vie qui ressemblent à la nôtre mais sans les contraintes liées au travail et à l’apprentissage. Puis quand survient le retournement scénaristique qui lance vraiment l’intrigue, le rythme s’approfondit, nous happe et ne nous lâche plus. C’est toujours jouissif dans ces moments-là de découvrir l’envers du décor derrière la belle vitrine qu’on nous a d’abord présenté et ici cela a des airs de dystopie et de roadtrip crade, sale et âpre avec la rencontre de « marginaux » à l’extérieur de la ville.

L’auteur met ainsi en scène des personnages au final très humains qui se posent des questions pertinentes sur l’inné et l’acquis, et l’importance de ce dernier. Il traite aussi de la sempiternelle question des puissants et de leur enrichissement et évolution jusqu’à quel point, quelle extrémité. Il évoque l’image de la société qu’on désire plus tard : est-ce qu’il faut céder à toutes nos envies de facilité notre quotidien ou cela nous apportera-t-il des désagrément ? Et si oui, à qui ? Bref, des questions récurrentes en SF d’anticipation mais qu’il fait toujours plaisir de voir traiter et remises sur le devant de la scène de temps en temps.

J’ai beaucoup aimé suivre l’aventure du héros d’un côté, fouiller avec ses nouveaux « amis » dans les poubelles de la société dans laquelle il vivait jusqu’à peu. Mais j’ai également apprécié tout le travail plus intime et psychologique sur son identité, sa découverte de l’altérité et de la vie réelle en dehors du virtuel dans lequel il s’était un peu enfermé et qui l’empêchait de faire de vraies expériences. J’y ai vu une jolie métaphore à notre tendance au repli sur nous et le virtuel depuis le premier confinement et l’appel de l’auteur à s’ouvrir à nouveau sur le monde extérieur pour s’enrichir de nouvelles expériences.

J’ai donc découvert avec grand bonheur cette facette inédite pour moi du travail de Zep et ce courant plus adulte m’a tout à fait parlé, alors que je n’ai jamais été une fan de Titeuf loin de là et que j’avais donc quelques a priori. J’ai découvert un auteur plus sensible, plus profond et plus engagé que je l’imaginais. J’aime quand on me renvoie dans mon carré comme ça avec force et simplicité. Il ne révolutionnera pas la SF avec cet album, mais il propose une aventure humaine honnête aux thématiques d’actualité et rondement menée où seule la fin est peut-être un peu trop rapide et aurait mérité un ou deux cahiers de plus. Merci à Rue de Sèvres pour cette découverte !

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Vous ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

©Rue de Sèvres, Paris, 2022

11 commentaires sur “Ce que nous sommes de Zep

  1. Comme toi je ne connaissais Zep que par Titeuf, pourtant ce livre semble vraiment intéressant, entraînant et cette couverture et vraiment sympa. Le sujet me rappelle un peu l’intrigue du roman « PK, Mes derniers mots » de Matthieu Biasotto. Avec cette manière de gérer les connaissances et l’identité, de manière informatique/virtuelle. Et les dérives que ça engendre. Je le note, merci Tachan ! 🙂

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s