Livres - Histoire·Livres - Jeunesse / Young Adult

Une pour toutes de Jean-Laurent Del Socorro

Titre : Une pour toutes

Auteur : Jean-Laurent Del Socorro

Éditeur : L’École des loisirs (Médium +)

Année de parution : 2022

Nombre de pages  : 304

Histoire : Julie Maupin ! Le nom de cette bretteuse émérite circule à la cour du Roi Soleil et dans toutes les salles d’escrime de Paris. Une femme ? Oui, une femme ! Il paraît qu’elle a appris à enchaîner les bottes et les parades à la Petite Écurie de Versailles. On raconte que la demoiselle s’habille parfois en homme, et qu’elle collectionne les amants et les maîtresses. Son goût pour les duels lui aurait valu quelques ennuis. Traquée par les agents de police du lieutenant général La Reynie, l’aventurière se serait réfugiée à Marseille, où elle aurait commencé une carrière de chanteuse lyrique. Mais on dit tant de choses… Pour une fois, tout est vrai !

Mon avis :

Jean-Laurent Del Socorro est un auteur de fantasy à veine historique dont j’ai beaucoup aimé les romans à destination des adultes, alors quand j’ai appris qu’il s’essayait à la pure fiction historique aux côté de L’École des loisirs et sa collection « Médium + », j’ai forcément eu envie de voir de quoi il en retournait.

Si comme moi, vous connaissez déjà la plume de l’auteur avec Royaume de vent et de colères, Boudicca ou Je suis fille de rage, vous ne serez pas surpris de le retrouver ici dans un récit de cape et d’épée en plein Grand Siècle. Vous serez peut-être un peu plus surpris de la modération de sa plume qui nous avait habituée à de belles envolées lyriques. Ici moins de fioritures, une écriture plus épurée, plus directe et un récit plus simple et concis mais non moins entraînant.

Avec lui, le lecteur découvre l’existence et de le parcours de vie d’une femme hors du commun ayant réellement existé : Julie Maupin, une amatrice d’escrime mais aussi de chant et de théâtre. L’auteur nous embarque dans l’aventure que fut la vie de cette femme hors du commun, qui a vécu bien des vies et porté bien des costumes, une femme libre qui est encore un modèle de nos jours. On est totalement dans la veine de ces ouvrages pour les jeunes visant à parler de l’émancipation des femmes et à leur redonner leur place dans l’Histoire, tels qu’on peut en avoir depuis Les Culottées de Pénélope Bagieu. Personnellement, j’adore l’intention.

Je serai un peu plus critique sur la forme. En effet, Julie vit ses aventures aux côtés de Méphisto, Méphistolès, un ange déchu, rappelant l’effet de style dont l’auteur avait fait preuve sur Je suis fille de rage où la mort était aussi aux côtés du héros, et c’est seulement avec lui qu’on retrouve la verve dont sait faire preuve l’auteur à l’aide de joutes verbales jouissives. Le reste du temps, j’ai trouvé l’auteur un peu timide par rapport à ce que je connais de lui et ça m’a déçue, même si je sais qu’on s’adresse à un public plus jeune que ce à quoi il a l’habitude et que ça l’a peut-être bridé, mais je ne vois pas pourquoi…

La narration, elle, en suivant d’assez près la vie de Julie est un brin répétitive, puisqu’on la suite dans une vie qu’elle s’invente jusqu’au moment de rupture qui provoque une fuite, un changement de lieu, et un cycle qui se répète à nouveau. A chaque nouveau lieu, une nouvelle rencontre, un nouvel amour, un nouveau masque, une nouvelle passion. Là où c’est sympa c’est qu’on voit Julie dans tout sauf son rôle de femme et d’épouse tel qu’on l’imagine au XVIIe. On est plutôt avec une femme indépendante, qui manie l’épée si elle en a envie, tout comme elle est capable de chanter dans un troquet ou de monter sur une scène de théâtre. On a aussi une femme très libre et passionnée en amour, aimant aussi bien hommes que femmes, et vivant tout avec emportement et naïveté.

J’ai aimé la figure que représentait Julie mais je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher au personnage décrit dans ces pages. Elle était par trop naïve et égoïste pour moi, ce qui m’a donné un sentiment de superficialité dans toutes ses attaches en dehors de Méphisto, figure indéboulonnable de sa vie. Je crois d’ailleurs que c’est lui que j’ai le plus aimé et qui m’a le plus fascinée dans son attachement imprévu à une mortelle. En revanche, tout comme Julie, les hommes et femmes qui passent dans sa vie m’ont laissée de marbre, tant ils ne sont que de passage.

Non, ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est vraiment son décor historique. L’auteur a vraiment capturé l’essence de ce siècle sous le règne de Louis XIV avec sa place de plus en plus grande accordée aux arts de la scène mais aussi ses figures féminines indépendantes à l’image de sa cousine La Grande Demoiselle. Il retranscrit cela à merveille dans ce récit romancé avec une autre grande figure féminine indépendante à la vie tellement haute en couleur.

Ainsi même si je n’ai pas retrouvé toute la force et la folie que je connais à la plume de Jean-Laurent Del Socorro, Une pour toutes fut tout de même une bien belle lecture, édifiante pour les plus jeunes, mettant en scène une figure historique méconnue qui nous offre un sentiment de liberté puissant et communicatif qu’on a nous même envie de connaître. Un bien beau roman historique au féminin.

(Merci à L’école des loisirs pour cette lecture et leur confiance)

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Au pays des cave trolls, Ombre bones, Bianca, Nom d’un bouquin, Vous ?

13 commentaires sur “Une pour toutes de Jean-Laurent Del Socorro

  1. C’est intéressant de voir comment ce roman a été perçu ailleurs ! Je n’avais pas encore lu d’autres critiques à son sujet.
    Quand je l’ai lu à sa sortie j’avais adoré la forme justement. Je trouve d’ailleurs que Jean Laurent n’est pas un auteur de fantasy, c’est un auteur de fantastique historique qui le fait tomber dans une forme d’uchronie bien qu’il reste toujours très fidèle à l’Histoire. Il faudrait demander à Apophis si ça porte un nom particulier 🤔
    Mais comme toi Julie en elle même m’a moins séduire que Méphisto et leurs échanges. Je pensais d’ailleurs que c’était de la fiction en entamant ma lecture et je trouvais qu’il en faisait un peu trop… Mais non en fait, c’est bien sa vie 😱

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis assez d’accord sur ta définition de l’auteur, la magie étant extrêmement discrète voir absente de ses relectures historiques.
      Je suis aussi allée regarder le peu qu’on sait de la vie de Julie car je trouvais aussi ça toi much, mais non lol Quelle vie pour une femme de cette époque !

      Aimé par 1 personne

  2. Il me tente toujours beaucoup même si je vais revoir un peu mes attentes suite à ton avis, notamment sur le manque d’attache que tu as ressenti vis-à-vis de l’héroïne.. Heureusement, tu sembles avoir trouvé d’autres atouts à ce roman, à commencer par un cadre historique parfaitement croqué.

    Aimé par 1 personne

    1. Disons que les autres excellentes lectures de l’autre ont un peu joué contre lui… Je sais que ce n’est pas pareil d’écrire pour la jeunesse mais ça reste frustrant. Heureusement qu’il y a quelques belles envolées et surtout le personnage de Mephisto ❤️

      Aimé par 1 personne

    1. Disons que c’est légèrement différent de ce à quoi il nous a habitués. Il y a toujours parfois sa plume très leste mais moins que d’habitude et ça m’a manqué. Après si la vie de Julie t’intrigue, tu auras ici un beau récit enlevé de celle-ci 😁

      Aimé par 1 personne

  3. Voici un avis moins élogieux mais malgré tout pertinent. J’apprécie ce que tu dis du cadre historique et de ces décors. Cela dit le manque d’attache me laisse quelque peu songeur même si je reste toujours curieux et désireux de découvrir cette oeuvre ainsi que son auteur.

    Aimé par 1 personne

    1. J’avoue que pour découvrir l’auteur, ce n’est pas forcément le premier titre que je citerais et en même temps, si on aime celui-ci, on ne peut qu’adorer les autres tant ils sont plus forts et développés.
      Mais dans tous les cas, c’est une jolie prouesse que de redonner vie à cette femme dont on a trop peu parlé.

      J’aime

    1. Si tu veux découvrir l’auteur et ce titre, je pense qu’il vaut mieux commencer par lui avant d’aller vers ses autres romans plutôt que l’inverse, qui risque comme chez moi de desservir Une pour toutes 😉
      Mais clairement, Royaumes de vent et de colères est celui qui me reste imprimé en tête !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s