Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Boys Run the Riot de Keito Gaku

Titre : Boys Run the Riot

Auteur : Keito Gaku

Traduction : Blanche Delaborde

Éditeur vf : Akata (M)

Années de parution vf : Depuis 2022

Nombre de tomes : 2 / 4 (en cours)

Histoire : Ryo, assigné femme à la naissance, se sent mal dans son corps et l’identité de genre qu’on cherche à lui imposer. Refusant de porter son uniforme de fille, il essaie autant que possible de se rendre au lycée en tenue de sport. Mais quand un nouvel élève débarque, son destin change ! Malgré le look de « voyou » de ce dernier, ils découvrent qu’ils partagent la même passion pour la mode. Aussi, passé un premier contact difficile, ils décident tous les deux de se lancer dans un grand projet : créer, ensemble, une marque de vêtements avec pour rêve et revendication de pouvoir s’affirmer et s’exprimer en dehors de ce que la société essaie de leur imposer !

Mon avis :

Tome 1

Akata est le seul éditeur de manga français à avoir un catalogue autant orienté diversité et recherche d’identité. Etant donné que ce sont des thèmes qui m’intéressent parce qu’ils touchent de près à l’humain et que ça pousse à des écriture fine sur notre nature et nos pensées, je m’intéresse à chaque fois aux titres qu’ils sortent avec cette visée. Boys run the riot avec son positionnement sur la question de la transidentité, question qui m’intéresse mais que je maîtrise for mal, ne pouvait donc que m’interpeler.

On peut avoir des craintes quand des auteurs s’attaquent à un thème pareil, mais avec Keito Gaku qui est lui-même une personne transgenre mes inquiétudes furent levées. Boys run the riot est ainsi sa première série et il y met tout ce qu’il aime : sa passion pour la street mais également ce qui le touche intimement, pas surprenant alors qu’elle ait eu un tel succès, notamment aux États-Unis, où elle a été sélectionnée, en 2021, dans la catégorie « Meilleur Manga » des Harvey Awards, et où elle figure parmi les 10 meilleurs mangas de 2021 du School Library Journal. Mais parfois un accueil peut être exagéré et on peut être déçu à partir de nos attentes : ce n’est pas du tout le cas ici !

Avec sa jaquette accrocheuse au concept intrigant où se mélangent question d’identité genrée mais également passion pour la rue et ses arts, le titre interpelait d’emblée. En enlevant la jaquette et en découvrant la couverture et son dessin qui nous explose au regard, un deuxième niveau était atteint. Puis en franchissant le cap et en commençant à lire ce manga, découvrant son héroïne/héros dès les premières pages à l’efficacité ravageuse, je savais que ce titre était pour moi.

Ryo est né femme mais ne sent pas bien dans son corps, il le rejette et ne sent bien que quand il est identifié comme homme. Dur alors de subir la vie au lycée au Japon. L’auteur qui a dû connaître cela nous raconte avec beaucoup de véracité ce quotidien où Ryo oscille entre deux sexes, celui que la société veut lui imposer et celui qu’il ressent être au fond de lui. C’est poignant et rageant. Obligé de porter un masque devant les autres, il tente tant bien que mal de se rebeller en ne portant pas l’uniforme féminin imposé et en commandant lui-même sur internet les fringues masculins qu’il aime et dans lesquels il se sent lui-même. Mais souvent son sexe de naissance le rattrape, notamment quand il est en société, en compagnie de camarade de son âge. Ryo est donc bouffé intérieurement et sa rage, il l’exprime ponctuellement dans les graff qui lui permettent de montrer ce qu’il a sur le coeur.

Tout bascule le jour où il fait la rencontre de Jin, un nouvel élève au look singulier qui interpelle, qui semble avoir la liberté qu’il aimerait avoir. En se découvrant la même passion pour les fringues, une idée germe : créer leur propre marque de vêtements, mais quand on est lycéens dans une société aussi rigide, ce n’est pas si facile.

J’ai beaucoup aimé la véracité que j’ai ressenti dans le récit de cette histoire à fleur de peau. Ryo est un personnage qui m’a d’emblée touchée et convaincue. L’auteur exprime à merveille sa rage vis-à-vis de son sexe de naissance et vis-à-vis de ce que la société lui impose à cause de cela. Il nous montre le parcours du combattant que c’est rien que de réaliser qu’on est transgenre au Japon et c’est sans parler encore de change de sexe, mais juste de vivre, s’habiller et se comporter comme un homme, quand on est né femme. On comprend donc bien cette poudrière sur laquelle vit Ryo.

La sensation de liberté toute proche que va lui apporter Jin en arrivant est donc jouissive. J’ai adoré la façon dont celui-ci même sa vie en étant totalement ouvert. Jamais il ne s’interroge sur le pourquoi du comment Ryo est si différent en dehors du lycée, il l’accepte, point. Et quand il voit que leurs passions se rejoignent, peu importe le reste, il voit juste en lui en partenaire avec qui vivre une grande aventure. En fait, il voit juste les gens pour ce qu’ils sont, sans étiquette et ça fait un bien fou !

Le carcan du lycée et de ceux qui le côtoient profs comme élèves est parfaitement rendu, de même que la difficulté intrafamiliale à s’affirmer comme étant différent. Mais l’aspiration à la liberté, le besoin de créer, de s’exprimer l’est tout autant et apporte une vraie bouffée d’air frais. J’ai beaucoup aimé la représentation de la rue dans le titre, que ce soit avec les graff libérateurs de Ryo ou cette mode où on peut être à l’aise dans ses baskets loin des carcans de l’uniforme. On est libre.

On sent également que l’auteur ne va pas s’arrêter à nous montrer le petit projet des deux héros prendre forme, il va nous proposer une histoire plus globale autour de la différence, la transidentité n’en étant qu’un pan. Il commence ainsi dans ce premier tome à montrer la jeune amie de Ryo : Chika, qui est bien plus libre de penser que les autres et qui détonne. Il montre également sur la fin, leur ami photographe Itsuka, qui vient d’une famille bien plus modeste que ses potes et n’a rien d’un gars populaire contrairement à eux. Il y a aussi cette prof, entraîneuse de basket, à l’esprit archi ouvert. Et pour finir, on aperçoit le premier de la classe Kashiwabara avec son cousin qui semble également transgenre, qui va donc apporter un regard supplémentaire. Ça sent bon la diversité et le renversement des codes rigides de la société qu’on va bien pointer du doigt.

Dans une forme assez classique des récits seinen adolescents, Keito Gaku entreprend donc une remise en cause globale de notre société si peu inclusive. Il est prêt à ruer dans les brancards et nous aussi. Aux côtés de Ryo et Jin, un vent de liberté souffle, un vent qui n’est qu’une petite brise pour le moment mais qui va assurément se transformer en bourrasque et tout emporter sur son passage. Boys run the riot est un récit contestataire et libérateur âpre mais moderne et d’actualité qui est jouissif à lire derrière les difficultés qu’affrontent ses héros.

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Psylook, Vous ?

Tome 2

Après m’être fait limite alpaguer sur Twitter parce que je n’avais pas employé les bons termes pour parler d’une fille trans, je me rends compte à quel point un titre comme Boys Run the Riot, où la question du choix des mots pour parler du genre et de la sexualité des gens est hyper important, compte et doit être lu par le plus de monde possible.

Dans ce nouveau tome, Keito Gaku reprend les deux thèmes au coeur de sa série : la marque de vêtements que veulent créer les garçons et l’évolution de Ryo dans sa vie en tant que garçon trans. Ce sont deux sujets très différents et qui pourtant se rejoignent dans la liberté et la tolérance qu’ils promeuvent mais aussi le vent de révolte qu’ils font souffler.

J’ai d’abord été déstabilisée par la place prise par la marque des garçons dans un premier temps. Je trouve que ça occupait trop l’espace et mettait surtout en avant le côté rebelle et frondeur de Jin, alors que j’aurais voulu qu’on parte sur autre chose. Parler de ces méchants adultes qui ne comprennent pas la jeune plus évoluée et libre qu’eux m’a semblé une caricature grossière de la réalité, alors que jusqu’ici l’autrice avait été bien plus fine.

Heureusement la suite m’a donné tort en s’attardant longuement et avec brio sur Ryo, qui pour payer sa passion, prend un petit boulot où il va devoir se confronter aux autres et trouver comment parler de lui. J’ai beaucoup aimé les différentes étapes, que ce soit le premier entretien foireux où le patron ne comprend pas qu’il ne veut pas être genré comme une fille, où les débuts dans son boulot où tout le monde le voit comme une fille avant qu’il fasse une rencontre qui va tout changer, enfin tout, pas tout à fait.

L’autrice nous décrit avec justesse le côté impitoyable de la vie en société qui veut nous faire rentrer dans des cases et qui nous piège nous-même. Ryo veut qu’on le considère comme un garçon mais il véhicule lui-même des clichés du genre pour cela, comme si quelqu’un qui n’aimait pas une fille ne pouvait pas être un garçon, etc. L’autrice décortique avec justesse tout cela, montrant les fausses idées qu’on se fait, les éléments de genre que la société nous impose, les images et jugement qu’on porte à tort sur les autres. C’est très fort.

Pour cela, elle utilise de manière très fine les relations que Ryo va nouer au travail. Il y a d’abord cette fille, Mizuki (dont je me demande si elle n’est pas elle-même une trans), qui va l’aider à s’intégrer comme garçon et l’aider quand ça ne marchera pas. C’est un très beau modèle de grande soeur. Puis, il y a les garçons du travail qui voit d’abord en lui la fille qu’il était à la naissance, avant de le considérer comme un garçon manqué, d’apprécier cela et de tenter leur chance, pour réaliser que non, et alors les explications vont être compliquées et dures. Mais ce sur quoi tout cela va déboucher va être très puissant et j’ai adoré voir Ryo se battre, se tromper, lutter, se relever pour finir par nouer quelque chose de vrai avec Shimada.

L’autrice montre bien toute les difficultés à se faire accepter en tant que personne trans, à faire comprendre aux autres ce que ça signifie, mais aussi à démêler personnellement ce qui tient du genre et de la sexualité, deux choses complètement différentes. C’est un sacré embrouillamini mais c’est nécessaire de passer par là. Et la postface de la traductrice qu’Akata a inséré pour encore affiner la question, avec le choix des mots pour genrer, est un excellent choix, car cela apporte un éclairage essentiel.

Ce nouveau tome de Boys Run the Riot aura démarré calmement pour moi avec un focus sur la marque des garçons qui ne me passionnait pas, mais quand il prendra un virage plus radical pour évoquer l’intégration de Ryo, en tant qu’homme trans, dans une société mal à l’aise et maladroite avec le sujet, on sera alors dans le coeur du sujet. J’ai adoré la finesse de l’autrice pour décortiquer ces phénomènes, poser des mots et faire réfléchir. Le prochain volume s’annonce tout aussi fort autour du thème de l’outing, j’ai hâte d’y être !  

Ce diaporama nécessite JavaScript.

© Editions Akata – 2022

 

11 commentaires sur “Boys Run the Riot de Keito Gaku

  1. Je suis entièrement en accord avec ton analyse qui soulève je dois dire les mêmes chose que j’ai pu soulever. J’avais également peur que le sujet soit mal traité, ou trop dans la caricature, mais ici ce n’est pas du tout le cas et c’est très plaisant. En plus comme tu le dis, la problématique de genre n’est qu’un pan de l’histoire et c’est intéressant, car n’importe qui se sentant à la marge peu y trouver de l’intérêt. En tout cas j’ai pour ma part été séduite et j’attend la suite avec grande impatience.

    Aimé par 2 personnes

      1. Le thème de base fait un peu peur oui vu qu’il peut très vite être traité maladroitement mais je n’ai entendu que des retours élogieux pour le moment! C’est vrai qu’on ne parle que trop rarement des arts de la rue.. Bon j’ai hâte de le lire maintenant^^

        Aimé par 1 personne

      2. Oui, on a l’air d’avoir tous bien apprécié ce titre malgré les réserves qu’on pouvait avoir, c’est plutôt bon signe pour ceux qui ne l’ont pas encore lu 😉
        J’espère que tu aimeras toi aussi !

        Aimé par 1 personne

  2. « de notre société si peu inclusive.  » +1

    « L’autrice nous décrit avec justesse le côté impitoyable de la vie en société qui veut nous faire rentrer dans des cases et qui nous piège nous-même.  » +1

    « L’autrice décortique avec justesse tout cela, montrant les fausses idées qu’on se fait, les éléments de genre que la société nous impose, les images et jugement qu’on porte à tort sur les autres. C’est très fort. » +1

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s