Livres - Jeunesse / Young Adult

Le Sang et la Cendre de Jennifer L. Armentrout

Titre : Le Sang et la Cendre

Auteur : Jennifer L. Armentrout

Traduction : Cécile Tasson

Années de parution vf : Depuis 2021

Éditeur vf : DeSaxus

Nombre de tomes : 1 (en cours)

Histoire : Alors que la rivalité grandit entre deux royaumes ennemis depuis toujours, une jeune femme dont le destin était tout tracé voit ses certitudes voler en éclats, et plus que tout… son cœur.
Une pucelle…
Choisie depuis sa naissance pour inaugurer une nouvelle ère de son royaume, la vie de Poppy n’a jamais vraiment été la sienne. Ses parents ont été tués quand elle était jeune et elle vit depuis recluse et surprotégée. Une vie solitaire, sans être touchée ni même regardée, sans contact avec l’extérieur et avec un seul moment à attendre : le jour de son Ascension.
Un devoir…
L’avenir du royaume tout entier repose sur les épaules de Poppy, mais elle n’est pas sûre de vouloir de cette destinée. Parce qu’elle a un cœur, une âme et qu’elle préférerait combattre les créatures qui ont causé son malheur. Et quand Hawke, un garde d’honneur chargé de la protéger jusqu’à son Ascension, fait irruption dans sa vie, il remet en question ses croyances, jusqu’à la tentation de l’interdit.
Un royaume…
Abandonné par les dieux et craint par les mortels, un autre royaume déchu se soulève, déterminé à reprendre ce qui lui est dû par la violence et la vengeance. Et alors que la menace se rapproche, Poppy est non seulement sur le point de perdre son cœur et d’être jugée indigne par les dieux, mais aussi sa propre vie à mesure que tout ce qui constituait son univers s’écroule inexorablement.

Mon avis :

Tome 1

J’ai une relation assez particulière avec les romans de l’éditeur DeSaxus qui souvent ont le chic pour m’agacer tant j’en attends une profondeur que je ne trouve pas. Il en va de même avec l’autrice Jennifer L. Armentrout, dont j’ai lu le premier tome de la saga Lux, il y a des années mais qui m’avait déçue. J’y allais donc un peu à reculons en commençant cette saga pourtant chaudement recommandée par mes amies les plus proches. La surprise fut au rendez-vous et j’ai passé un très bon moment face à cette romance croustillante et cet univers qui se révèle dans les derniers instants pour me mettre un uppercut !

Avec les réticences que j’avais en tête concernant l’éditeur et l’autrice, pour une fois, je n’ai pas commencé ma lecture avec trop d’espérances en tête. C’est peut-être pour cela que j’ai pu profiter pleinement du divertissement que les deux offraient. Certes nous sommes encore et toujours dans un roman Young Adult voire New Adult, genres auxquels je n’adhère pas toujours mais comme pour une fois, connaissant l’autrice, je savais à quoi m’attendre, c’est passé comme une lettre à la poste.

Dans un premier temps, j’ai été surprise de ne pas avoir plus de réticences que cela envers une héroïne qualifiée de « Pucelle », terme ô combien détesté chez moi qui me file de l’urticaire et une grosse envie de ruer dans les brancards. Heureusement, Poppy, semble avoir la même réaction que moi et c’est une héroïne qui n’a qu’une envie : sortir de la cage dorée où on la maintient. L’autrice l’a ainsi doté d’un père de substitution qui lui enseigne l’art de se battre et se défendre avec une épée, un poignard et toute autre arme qu’elle peut trouver. Et Poppy elle-même fait preuve d’un bel esprit frondeur sous ses airs obéissants.

L’univers dans lequel on tombe a les mêmes faux airs trompeurs. Nous découvrons un royaume très mystérieux dont l’autrice nous cache les trois quarts pendant quasiment toute l’histoire avant de nous asséner des révélations bien lourdes dans les dernières pages. On se retrouve ainsi longtemps à naviguer à vue à côté de l’héroïne dans ce qui semble être une cour élitiste très nocive où la caste dirigeante, les Élevés règnent en utilisant leur religion pour faire régner la peur et l’obéissance. Poppy est une élue, la Pucelle, celle qu’on doit sacrifier à leurs dieux, elle doit donc rester chaste, ne s’associer à personne et obéir même quand elle subit des brimades, mais elle ne sait pas pourquoi. Tout est sous clé. On ne comprend pas quel est vraiment la nature de son rôle. On ne comprend pas pourquoi cette société des Élevés semble si sclérosée et nocive avec ces hommes, comme le Duc et Mazeen, totalement fous. C’est étouffant et mystérieux. Pèsent sur eux une menace soi-disant portée par des créatures nocturnes aux ordres du Prince des ténèbres qui voudrait enlever Poppy et massacrer tout le monde pour régner. Ils sont régulièrement attaqués par ces Effondrés, Atlanciens et autres créatures dont on ignore tout. L’autrice garde bien le secret.

Pendant longtemps, ainsi, on suit plutôt l’héroïne, Poppy, qui tente de vivre un peu au milieu de ce carcan qui pèse sur elle de tous les côtés. On a longtemps l’impression que le cadre de l’histoire et l’univers ne servent pas à grand-chose si ce n’est habiller l’histoire d’amour qui va naître entre Poppy et son nouveau garde du corps, le taquin et ravageur, Hawke, qu’elle rencontre un soir par hasard dans un lieu de plaisir où il lui donne son premier baiser, bien que ce soit interdit. L’autrice titille notre fibre romantique en les faisant rapidement se tourner autour. Chacun ayant une forte personnalité cachée derrière leur soi-disant obéissance aux règles, les échanges entre eux sont piquants et brûlants. La tension monte vite et les scènes sensuelles s’enchaînent où ils s’effleurent, se tentent et se rapprochent. C’est bouillant entre eux et Hawke a un charme ravageur, il faut l’avouer, que Poppy entretient bien en se montrant aussi rebelle et bagarreuse. Moi, en amatrice de romance, ça me plaisait beaucoup, je l’avoue, mais je trouvais quand même que ça faisait beaucoup de pages pour pas grand-chose et surtout qu’en dehors de cela l’histoire était bien vide. C’était mal connaître l’autrice !

En effet, après nous avoir glissé nombre d’indices au fil des pages, dans le dernier quart de son histoire, elle fait complètement exploser le cadre posé et quel bonheur ce fut ! Je me doutais depuis un moment de certains mystères ou plutôt d’une certaine identité cachée, les indices étaient trop flagrants, mais ça ne m’a pas empêchée d’être surprise tout de même par tout le reste. L’univers qui n’était qu’esquissé prend alors l’ampleur qu’il devait avoir. On comprend que l’autrice nous a volontairement laissé dans le flou comme l’héroïne pour mieux vivre l’histoire et ses révélations de son point de vue. C’était jouissif. J’ai un peu eu l’impression de me retrouver dans ACOTAR de Sarah J. Maas quand on rencontre Rhysand et qu’on découvre tout ce que cachait l’univers. C’est le même procédé ici et que c’est efficace. On découvre alors tout ce qui se cachait derrière cette ambiance malaisante, ces personnages au centre mais si étranges qu’ils nous dérangeaient et bien sûr la vérité que ça cachait. C’est très malin.

Ainsi Jennifer Armentrout n’a pas écrit qu’une romance addictive, bien que celle-ci soit LE moteur de l’histoire, en particulier avec le personnage de Hawke, pour moi, qui se révèle d’une grande richesse par ses secrets et son côté torturé d’une belle manière fort romantique. L’autrice a aussi imaginé tout un univers à la mythologie torturée compliquée où les apparences sont trompeuses et les ennemis pas forcément ceux qu’on croyait. C’est quelque chose que j’adore même si soyons honnête, c’est déjà vu, c’est cependant très bien fait ici. J’ai adoré l’ampleur que prend alors l’univers, les nouveaux personnages introduits me semblent fort prometteurs, notamment Kieran, et les nouveaux rôles que vont jouer Poppy et Hawke me mettent déjà l’eau à la bouche. Je suis totalement conquise, alors qu’avant je trouvais cela un peu tiède quand même.

J’ai du coup beaucoup aimé qu’on parle tout au long de l’histoire de la force de résilience de Poppy, du poids de son passé de survivante avec ses cicatrices, tout comme ce sera le cas pour Hawke ensuite. J’ai aimé découvrir lentement son rôle et ses pouvoirs ainsi que ce qu’ils apportent aux gens. J’ai aimé le beau regard qu’Hawke porte sur elle et qui lui permet de se trouver belle malgré tout ce qu’on a pu lui dire et de s’affirmer aussi comme femme courageuse et bagarreuse. Les relations interdites qu’elle entretient avec ceux qui l’entourent sont aussi un élément dont la dynamique m’a beaucoup plu. C’était touchant de voir sa belle amitié interdite avec sa servante, le lien quasi filial entretenu avec son protecteur Vikter, et tout l’altruisme qu’elle va montrer envers les petites gens subissant l’injustice des Élevés. Il y a vraiment un gros potentiel dans l’écriture de ce personnage et je pense que l’ajout des révélations finales qui vont porter un autre personnage en avant dès le prochain tome iront également dans ce sens.

Alors que je m’attendais juste à être distraite par la romance addictive et piquante de Jennifer L. Armentrout dans Le sang et la cendre, j’ai été ravie de recevoir une grosse surprise en mode uppercut dans la dernière partie qui a changé du tout au tout mon opinion sur ce titre, pour le placer aux côtés d’ACOTAR dans les très bonnes surprises et les univers tortueux malins et bien pensés pour nous prendre à contre-pied. Je suis fan du duo de héros et je pense que les dernières révélations vont leur donner encore une autre dimension dans les prochains tomes. J’ai très très hâte de les retrouver et d’être à nouveau surprise, je l’espère.

13 commentaires sur “Le Sang et la Cendre de Jennifer L. Armentrout

  1. J’avais abandonné le premier tome de Lux alors je t’avoue que je ne partais pas confiante mais l’autrice a su, comme toi, me séduire avec ce roman 🙂
    Je te rejoins complètement sur l’univers, la révélation et la personnalité de Poppy qui n’a eu de cesse de m’impressionner…

    Aimé par 1 personne

  2. Une bonne romance fantasy peut avoir son charme, j’avais bien aimé Promesse de feu de Amanda Bouchet récemment.
    Lux était bien trop « ado » pour moi, j’avais abandonné le second tome genre à 15 pages de la fin xD
    Mais je sais que cette autrice est capable d’écrire de la romance plus adulte parce que sa série de romances contemporaine m’avait bien plu à l’époque.
    Je me suis notée celui ci dans un coin, on verra bien si l’envie vient (et si je le trouve pas cher xD)

    Aimé par 1 personne

    1. Tu avais déjà été plus loin que moi lol
      Je ne savais pas pour ma part qu’elle avait une production adulte, je m’étais arrêtée à Lux, me disant que c’était encore une autrice pour un public dont je ne faisais pas partie lol
      J’espère que tu auras l’occasion de tester pour comparer nos ressentis 😉

      J’aime

  3. Une chronique que j’attendais avec impatience et qui vend à merveille ce délicieux et succulent premier tome !
    Ce dernier a le mérite de me réconcilier avec l’auteure que j’avais trouvé par le passé beaucoup trop simple et opportuniste dans son art et bien trop clichée dans sa plume.
    Vivement la suite 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ! Il faut dire qu’on se rejoint pas mal ici. J’ai vraiment aimé être surprise ici aussi bien avec l’autrice qu’avec ce pitch pas du tout séduisant de base pour moi lol
      Oui, vivement que le 2 sorte cet été !

      J’aime

  4. Comme toi, j’ai souvent un problème avec cette ME, là encore je m’attendais à un récit adulte, et ça m’a gonflée. J’aurais peut-être dû le terminer, apparemment la dernière partie du livre offre pas mal de révélations. Mais je n’en pouvais plus de l’héroïne et du personnage masculin qui m’a semblé trop stéréotypé. La rétention d’informations dans la première moitié de livre m’a achevée.

    Aimé par 1 personne

    1. Et je te comprends entièrement car si les copines ne m’en avaient pas dit autant de bien, peut-être n’aurais-je pas eu la patience ni les bonnes dispositions pour apprécier.
      Quant aux stéréotypes, ils sont effectivement bien présents, mais j’ai l’impression que c’est le cas pour tous les romans de cette ME et de ce genre littéraire…

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, ils sont souvent présents mais ça fait justement un moment que je ne me suis pas tournée vers cette ME, et ce livre ne m’a pas donné envie d’y retourner (bon, juste pour Nevernight pour l’instant quand même).
        Quand je me dis que j’ai acheté Lore… J’ai de moins en moins envie de le lire malgré le thème de la mythologie grecque.

        Aimé par 1 personne

      2. Je peux te comprendre, mes copines ne me l’auraient pas mis entre les mains, j’aurais fait pareil.
        Bon courage avec Lore, j’ai pas du tout accroché perso 😅

        J’aime

  5. Ça m’encourage clairement à continuer ! Franchement, j’en suis mentalement exactement à ce que tu dis à un moment dans ton article, à savoir que je me dis : « c’est un cadre interchangeable pour une romance teintée de fantasy », ce qui me frustre beaucoup. Mais je me retrouve dans ce que tu dis au sujet d’ACOTAR ; donc si on a un « twist » similaire ici, je garde espoir ^^.

    Aimé par 1 personne

    1. Je vais être mauvaise langue mais je trouve quasiment toutes les romances YA et NA assez basiques… Mais oui, j’ai adoré le twist et j’ai trouvé le choc top pour relancer la lecture. Ça vient juste un peu tard et j’espère que tu ne lâcheras pas avant 😅

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s