Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Anne… la maison aux pignons verts (manga) de Lucy Maud Montgomery et Crystal S. Chan

Titre : Anne… la maison aux pignons verts (manga)

Auteur :  Lucy Maud Montgomery et Crystal S. Chan

Éditeur vf : Nobi Nobi (Les classiques en manga)

Année de parution vf : 2022

Nombre de pages  : 324

Résumé : Matthew et Marilla Cuthbert, frère et sœur, souhaitaient adopter un orphelin afin de les aider dans leurs travaux du quotidien. Par erreur, ils se retrouvent avec Anne Shirley, une pétillante fillette rousse à l’esprit vif et à l’imagination débordante. Sa personnalité particulièrement attachante transforme alors la monotonie de la vie aux Pignons Verts ! Elle se lie d’amitié avec sa voisine Diana, cultive une rivalité avec son meilleur ennemi Gilbert Blythe, obtient d’excellents résultats à l’école… Ainsi, Anne se fera petit à petit une belle place dans le village d’Avonlea.

Mon avis :

PRENEZ UNE DOSE DE BONHEUR !

Depuis que j’ai redécouvert l’univers d’Anne avec son adaptation sur Netflix en 2017 (Anne with an E…), je suis à nouveau une inconditionnelle de ce récit de mon enfance. J’ai donc été ravie de le voir se glisser dans le catalogue des classiques en manga édité par Nobi Nobi.

Cette collection de l’éditeur est riche en oeuvres importantes de la littérature occidentale. Dans un format vraiment souple et agréable en main, il propose de faire découvrir aux plus jeunes par le biais du manga des textes classiques qu’ils n’auraient peut-être pas lu autrement, le tout dans une jolie collection harmonieuse avec un petit appareil critique sur l’oeuvre et l’auteur toujours bienvenu. Alors après des textes d’Alexandre Dumas, des soeurs Brontë ou de Jane Austen, place au chef d’oeuvre de Lucy Maud Montgomery.

Ayant lu l’oeuvre originelle, je peux dire que cette adaptation lui est plutôt fidèle. Les mangakas à l’oeuvre ici ont saisi la substantifique moelle du récit d’origine et l’ont parfaitement retranscrit ici avec un trait très pétillant et frais qui respire bon la campagne canadienne du début XXe. C’est lumineux. 

J’ai adoré retrouver la rayonnante et bavarde petite Anne et suivre ses aventures au sein de la famille des Cuthbert et du village d’Avonlea qu’elle a adoptés et qui l’ont adoptée à l’aube de ses 11 ans. Comme dans le roman, on prend le temps de s’attarder sur cette adoption et la découverte du nouvel environnement d’Anne ainsi que du frère et de la soeur qui vont l’accueillir. Avant de nous voir raconter plus rapidement les aventures de ses premières années dans le village.

Ainsi, tout comme dans le roman, j’ai été charmée par la beauté de ses relations humaines qui se mettent en place, par l’imagination folle d’Anne, stratégie qu’elle a très tôt mis en place pour se protéger de la dureté de la vie, elle petite orpheline rousse de surcroît. C’était enchanteur.

Cependant comme dans le roman, j’ai aussi été frustrée par le déséquilibre encore la première partie fort longue et la suite fort courte. Cela se traduit par des chapitres de plus en plus courts sur la fin, par des relations trop vite présentées et pas assez creusées entre Anne et ses amis, et un vrai survol de ses années d’école pourtant si riche en péripéties et propices à de belles histoires, comme a réussi à le mettre en scène la série télé. Mais ici, on passe en un rien de temps de l’enfance à la veille de l’âge adulte d’Anne et c’est un peu frustrant car on aurait la suivre plus pendant qu’elle grandissait. 

Il faut dire qu’Anne est un personnage vraiment singulier auquel les lecteurs peuvent prendre plaisir à s’identifier. Elle a du caractère, elle est intelligente, elle est pleine d’imagination et a un très grand coeur. Son amitié avec Diana est charmante, tout comme l’attachement indéfectible qu’elle va ressortir pour « son père et sa mère » d’adoption. C’est une jeune fille très humaine et pétillante. Ainsi, on aime la voir s’emporter pour se défendre et défendre ses proches. On aime la voir s’imaginer tout plein de films avec son âme romantique. On aime voir l’excès de ses sentiments parfois jusqu’à l’entêtement. Elle est attachante.

J’espère donc que la suite des romans de la série, il y a 8 tomes en tout, sera adapté en manga pour pouvoir suivre les débuts d’Anne comme institutrice, puis comme étudiante, fiancée, jeune mariée, mère de famille, etc.

J’ai adoré cette adaptation fidèle d’un roman cher à mon coeur. J’ai beaucoup aimé l’objet livre vraiment très agréable, avec un joli dessin et un appareil critique concis mais pertinent. Cela m’a donné envie de me pencher sur les autres classiques de la collection s’ils sont de la même qualité et cela m’a fait penser que ce serait de jolis objets dans un bibliothèque qu’elle soit personnelle ou publique pour découvrir avec plaisir des oeuvres classiques. Bravo à Nobi Nobi pour cette belle initiative !

(Merci à Nobi Nobi et Sanctuary pour cette lecture)

>> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Floriane, Vous ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

12 commentaires sur “Anne… la maison aux pignons verts (manga) de Lucy Maud Montgomery et Crystal S. Chan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s