Livres - BD / Illustrations

Le Printemps suivant de Margaux Motin

Titre : Le Printemps suivant

Auteur : Margaux Motin

Éditeur : Casterman

Année de parution : 2020

Nombre de pages : 144

Résumé : Après une vie de mère célibataire un peu chaotique mais libre et indépendante, Margaux replonge à pieds joints dans la vie de couple. Mais cela ne se passe pas sans heurts et des perturbations se profilent à l’horizon. Et si c’était l’occasion de chercher à comprendre ce qui provoque ces nuages qui viennent de si loin ?
Sept ans après La Tectonique des plaques, Margaux Motin reprend avec humour et émotion le fil du récit de son parcours de femme moderne toujours en quête d’épanouissement personnel et de connaissance de soi.

Mon avis :

Tome 1 : Vent lointain

Je suis Margaux Motin depuis le temps reculé où elle tenait un blog BD racontant de manière assez rigolote sa vie de maman parisienne, de dessinatrice et de fashion addict. J’ai suis les débuts de sa relation avec Pacco, dessinateur tout comme elle, mais je n’avais pas encore lu la BD raconteur leurs compliqués débuts de famille recomposée. J’avoue que c’était un sujet qui me semblait moins pétillant et assez éloigné de ce que j’aimais chez elle avant. Sauf que moi aussi, j’ai changé et j’ai voulu m’y lancer.

Margaux et Pacco avaient effectivement une vie chacun de leur côté avant de se rendre compte de leurs sentiments mutuels et de se mettre ensemble, puis d’aller emménager avec leurs filles dans le Pays basque. Ils représentent donc à merveille cette version moderne du couple qui a déjà vécu et qui cherche à construire quelque chose de nouveau avec les contraintes de ce cadre différent et non vierge.

Avec l’humour qui la caractérise, Margaux revient au cours du premier tome de cette bande dessinée sur les débuts de leur emménagement à 4 et les difficultés pour eux de trouver leurs marques et en particulier pour elle. J’ai beaucoup aimé le ton cru, intime et franc de cette oeuvre. L’autrice s’y livre vraiment sans fard voire même en insistant un peu trop lourdement sur ses défauts. Elle se montre sous son pire jour, jeune femme pénible, égoïste, dictatoriale, face au calme, à la nonchalance et à la flexibilité de son conjoint qui semble toujours avoir la bonne réponse, lui. On est face à une femme qui va mal.

J’ai beaucoup aimé ce coup d’oeil dans le rétro dont a su faire preuve l’autrice. Elle ose se montrer comme une femme qui va mal, qui sous ses dehors de maman cool et fun, n’est pas bien dans ses baskets. On sent subtilement le glissement au fil des pages de la jeune femme qui croyait tout maîtriser, vers la jeune femme à la recherche d’elle-même pour enfin arriver à respirer et à lâcher prise.

Ce n’est pas facile de lire une oeuvre avec une héroïne aussi horripilante, mais c’est d’autant plus jouissif de la voir chercher des solutions. Ce n’est pas facile de lire une oeuvre où le héros est beaucoup trop montré à travers les yeux de l’amour et donc trop parfait pour être vrai, mais c’est d’autant plus sympa de réaliser qu’on peut compter sur lui et de voir poindre ses défauts quand le regard d’éclairci. Ce n’est pas facile de lire une oeuvre sur une famille qui s’engueule et se fâche au moindre problème, mais c’est jouissif de les voir se réconcilier ensuite et avancer. Le titre oscille vraiment sans cesse à travers ces deux sentiments.

Ainsi au cours d’une multitude de petites scénettes de quelques pages de leur quotidien apprend-t-on à connaître ceux qui se cachent derrière leur nom de plume et derrière leur masque de joyeux lurons à l’époque sur les réseaux. On rentre dans leur intimité de monsieur et madame tout le monde et c’est apaisant pour nous aussi de voir que la vie n’était pas facile pour eux, mais on se dit que si elle écrit désormais dessus avec un tel recul, c’est que ça va mieux, et on a de l’espoir aussi pour nous, on peut se dire qu’il y a peut-être des solutions à grappiller ici.

Ce premier tome se dévore donc entre l’agacement de cette héroïne qui va mal et le contraste avec des dessins vraiment pop et lumineux, très modernes, pleins de couleurs et d’inventivité avec de très beaux moments rendant hommage à la nature et à la côté basque. On prend plaisir à ce format où on peut lire une histoire de temps en temps mais cela se dévore aussi très bien. On sort juste frustré de s’arrêter pile au moment où il ne faut pas et de devoir attendre la suite. (Je croise les doigts pour que ce soit pour bientôt justement vu que ça fait 2 ans ><)

J’ai été surprise de retrouver Margaux Motin dans ce nouveau registre et en même temps c’est dans la continuité de ses textes précédents où elle se mettait déjà en scène. Elle creuse juste plus profondément pour non plus amuser le lecteur en permanence mais aussi lui livrer un peu d’elle-même, une part plus sombre et plus complexe, mais tellement plus riche. Quel bel exercice !

>> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Little Pretty Books, Mallou, Lou, Laure, Sydouce, Vous ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s