Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Tohu Bohu de Shin’ya Komatsu

Titre : Tohu Bohu

Auteur : Shin’ya Komatsu

Traduction : Aurélien Estager

Éditeur vf : IMHO

Année de parution vf : 2012

Nombre de pages  : 191

Résumé : Série de situations surréalistes, ce recueil d’histoires nous plonge dans des univers fantasmagoriques peuplés de personnages extravagants capables de contrôler le temps ou de parcourir le ciel sur des bicyclettes volantes… Cimetières de dinosaures, villes futuristes, stations spatiales, lotus aménagés en maisons troglodytes, nuages en sucre, l’univers de Tohu-Bohu laisse une sensation d’émerveillement qui nous hypnotise tout au long des pages et ravit par son inventivité et sa fraîcheur petits et grands. Un vieillard qui remonte les personnages d’une histoire comme des jouets mécaniques, un enfant qui défie les lois de la gravité, un géant avec une tête en forme d’horloge ravageant une ville, autant d’invitations au voyage et à la poésie.

Mon avis :

J’ai découvert Shin’ya Komatsu avec ses charmantes petites histoires estivales : Souvenirs de la mer assoupie et Un été à Tsurumaki qui furent deux coups de coeur grâce à un ton tendre et un dessin atypique. Cependant, ce n’était pas son premier titre à paraitre chez nous, il y avait eu Tohu-Bohu avant mais je voyais passer des avis plutôt mitigés sur cette oeuvre. Pourquoi ? Parce qu’elle est beaucoup moins facile d’accès. Fait-il m’en priver pour autant ? Absolument pas.

Shin’ya Komatsu est définitivement un auteur atypique avec son propre univers. C’était déjà le cas dans les histoires courtes regroupées dans le recueil qu’est Tohu-Bohu. Sous son trait très enfantin, il propose des histoires très loufoques et lunaires empruntant au surréalisme et à Méliès. Ce fut à la déstabilisant et enchanteur.

Au cours de ses histoires, je ne savais jamais à quoi m’attendre, dans quel univers j’allais embarquer et où j’allais atterrir. La surprise et le grain de folie sont au coeur de chacune. On se retrouve ainsi souvent soit avec des décors familiers qui peu à peu dérivent vers du fantastique pur, un fantastique onirique, étrange et décalé, soit des décors déjà totalement loufoques qui ne font que le devenir plus. Ses histoires sont souvent entre le tendre et le drôle, mais parfois elles flirtent également avec le drame, mais elles interpellent toujours.

Avec ses héros aux traits enfantins, j’ai eu l’impression de me retrouver avec les tout premiers mangas d’avant-guerre et d’après-guerre qui empruntaient au cartoon et étaient loin de ceux plus codifiés que démocratisera Tezuka plus tard. C’était un peu comme une plongée aux sources et un retour en enfance. Du coup, je peux comprendre que cela déstabilise car cela n’a rien à voir avec la norme actuelle et que l’auteur semble s’amuser à expérimenter en plus plusieurs styles, plusieurs types de narration, au fil des histoires, qui étaient parues justement dans la revue avant-gardiste Ax à l’époque, au Japon.

Certaines histoires sont forts courtes et empruntent à des registres variés, il y en a même des muettes, beaucoup sont oniriques et mettent en scène des situations délirantes de pluie d’ampoules, de fleuve hypnotisant les passants, d’arc en ciel à décrypter, de nuages transformés en cubes de sucre, etc. Ma préférée fut une histoire un peu plus longue sur un jeune garçon et son père partant à la chasse au Tectonosaure où l’auteur s’amuse à inventer tout un périple avec Vallée du Chamo Quirotte, Désert du Crapahutara, Mont Soupir, etc. C’est vraiment cocasse et on été en plein dans l’essence même de l’aventure pour enfant. Plus oniriques, j’ai beaucoup aimé les histoires muettes de Cycling Life et Sleep Walker.

Oui, c’est une lecture atypique qui ne plaira peut-être pas à tout le monde. Si vous cherchez quelque chose de typé manga comme à l’heure actuelle, je ne pense pas que le titre vous plaira. Mais si vous êtes ouvert aux expérimentations, aux rêves loufoques et aux aventures étranges et surréalistes, le trait et l’univers de Shin’ya Komatsu pourraient vous surprendre et vous séduire. Ce fut mon cas ^-^

> N’hésitez pas à lire aussi l’avis de : Kiraa, Vous ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

7 commentaires sur “Tohu Bohu de Shin’ya Komatsu

  1. Je ne connaissais pas du tout mais étant toujours ouverte à des expériences de lecture différentes, je suis bien tentée d’autant que j’aime bien le style avec ce décalage entre des personnages peu travaillés et des décors assez recherchés. Je suis également intriguée par le ton parfois décalé, quelque chose qui a le don de passer ou casser selon les lecteurs et les moments où on s’attelle à une lecture 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s