Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Bofuri : Je ne suis pas venue ici pour souffrir de Jirou Oimoto, Yuumikan et Koin

Titre : Bofuri : Je ne suis pas venue ici pour souffrir

Auteurs : Jirou Oimoto, Yuumikan et Koin

Éditeur vf : Mana Books

Année de parution vf : Depuis 2022

Nombre de tomes vf  : 1 (en cours)

Résumé : Kaede est invitée par son amie Risa à jouer avec elle à un MMORPG en réalité virtuelle. Si Kaede ne déteste pas les jeux, ce qu’elle n’aime vraiment pas, c’est avoir mal. Elle crée un personnage nommé Maple et décide de mettre tous ses points en Défense pour minimiser la douleur. En conséquence elle se déplace lentement, ne peut pas utiliser de magie et même un simple lapin peut avoir raison d’elle ! Cependant, il s’avère qu’elle acquiert une compétence connue sous le nom de « Défense absolue », ainsi qu’une « Contre-compétence » qui la protège des coups spéciaux. Sa constitution extrême la transforme en une forteresse ambulante, quasi invulnérable, que les concepteurs du jeu n’avaient pas vraiment anticipé…

Mon avis :

Tome 1

Je ne suis pas une amatrice de jeux vidéos et je n’avais pas demandé ce service presse, j’ai donc été surprise de le recevoir de la part de Mana Books. De ce fait, je n’en attendais pas grand-chose et je ne savais pas si j’en parlerais ici, mais ayant plus qu’apprécié ma lecture, il me fallait vous en faire un retour !

N’étant pas friande de jeux vidéos à la base, je ne connaissais Mana Books que de nom, mais je sais que les amateurs du genre apprécient cet éditeur qui offre aussi bien des mangas, des comics, des beaux livres que des mangas sur le sujet. Et j’ai découvert en cherchant un peu suite à cette réception qu’ils proposaient également des ouvrages sur les univers de l’animation et des séries télévisées. Je risque donc à l’avenir de surveiller un peu plus leur catalogue.

Le titre concerné ici, Bofuri est à l’origine une série de lights novels (c’est un type de roman japonais destiné à un public de jeunes adultes (équivalent lycéens et étudiants) écrits dans une optique de distraction populaire, avec un style souvent très différent des romans destinés aux seuls adultes.) écrite par Yuumikan et illustré par Koin, qui a débuté en ligne en 2016 sur le site Shôsetsuka ni narô, avant d’être publié en version physique en septembre 2017. L’adaptation du light novel en manga est prépubliée dans le magazine Monthly Comp Ace depuis 2018 et c’est Jirou Oimoto qui est aux dessins. Pour l’instant, le manga compte 6 tomes, tandis que le light novel a été adapté en série télé par le studio Silver Link en 2020 pour une première saison. Une deuxième saison a été annoncée pour 2022.

————————–

Quand j’ai reçu le premier tome de cette version manga, j’ai donc été surprise, car je ne m’estimais pas du tout la cible de ce genre de lecture, mais la curiosité étant là, je me suis lancée et la surprise fut au rendez-vous. Comme annoncé par sa couverture à l’héroïne très fraîche et pétillante, Bofuri est un très joli divertissement. C’est léger, amusant, entraînant et tout sauf prise de tête. Le trio des auteurs proposent d’emmener le lecteur dans ce qui pourrait être l’évolution dans le futur des RPG : une réalité virtuelle faisant totalement plonger le joueur dans le jeu, et j’ai adoré cela.

Il ne faut pas chercher un récit fouillé, une aventure ciselée et une tension à tous les étages. On est sur un registre plus léger et plus drôle avec une héroïne à contre emploi toute mignonne, qui aurait pu être moi, puisqu’elle n’y connaît rien ou presque en jeu vidéo et participe à celui-ci juste pour faire plaisir à l’une de ses amis, mais très vite elle se laisse prendre au jeu et nous aussi.

J’ai trouvé particulièrement savoureux de suivre une novice comme moi qui découvre cet univers et du coup ne se comporte pas comme le ferait un joueur chevronné. Pleine de candeur et de naïveté, Kaede participe à ce jeu en faisant un choix drastique lors de la création de son personnage, un choix qui influera sur toute la suite : privilégier uniquement la défense car elle n’est pas là pour avoir mal *rires*. C’est excellent ! J’ai trouvé ça très drôle de la voir déjouer les statistiques et idées reçues, ce qui déstabilisera aussi les autres joueurs. C’est un beau contre-pied.

L’histoire ensuite se déroule un peu comme un tranche de vie mais à l’intérieur d’un RPG. Chaque fois que Kaede se connecte, elle part à la recherche de bêtes et créatures à éliminer pour gagner en expérience, obtenir des poids, gravir les niveaux, débloquer des compétences secrètes. Nous assistons à cela le sourire aux lèvres car cela se passe souvent de manière assez inattendue et bien sûr, elle utilise tous ses gains pour la défense *rires*. Cependant, la trame est un peu répétitive au bout d’un moment et heureusement les auteurs introduisent alors un événement, lui font rencontrer d’autres personnages et sa meilleure amie IRL la rejoint également dans le jeu, ce qui permet de relancer l’histoire aux moments clés.

Pour ma part, j’ai aimé la légèreté de cette histoire qui rend un bel hommage aux jeux en ligne inspirés des univers de fantasy. Certes, c’est très classique, l’univers n’a rien d’extraordinaire en soi et on voit beaucoup Kaede se battre contre de petits animaux qui ont l’air insignifiant ou remporter des combats de manières assez faciles contre d’autres adversaires qui auraient dû la mettre plus à mal. Mais l’ensemble est tellement positif et bon enfant qu’on prend vraiment du plaisir à la suivre et qu’on devient curieux des compétences qu’elle va pouvoir débloquer et de l’utilisation qu’elle va en faire. Franchement ses compétences de « goinfre » et « d’atrocité humaine » m’ont bien amusée par exemple. J’ai aimé être gentiment prise à contre-pied.

————————–

Ainsi, alors que je n’attendais rien de cette lecture et que je ne l’avais même pas sollicitée, elle m’a en fait ravie et donnée envie de parfois laisser sa chance à ce genre de titres qui offrent d’excellents moments de détente avec des univers et des personnages simples mais amusants. Cet hommage aux RPG avec une héroïne inattendue et tellement différente des clichés habituels fut une très belle surprise. Merci à l’éditeur d’avoir pensé à moi !

(Merci à Mana Books pour ce joli service presse !)

> N’hésitez pas à lire aussi l’avis de : L’Apprenti Otaku, Vous ?

6 commentaires sur “Bofuri : Je ne suis pas venue ici pour souffrir de Jirou Oimoto, Yuumikan et Koin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s