Livres - Jeunesse / Young Adult

Les Little Urban de la Rentrée : Hibou Chou / Mon nom à moi… c’est Billy

 

Juste avant la reprise, Little Urban nous avait concocté deux jolies aventures pour nous préparer à celle-ci que ce soit pour savoir se défendre intelligemment face aux brimades ou pour accueillir avec joie la découverte d’une nouvelle école. Deux titres qui m’ont amusée et mis en joie !

Titre : Hibou Chou

Auteurs : Sandra Le Guen et Maurèen Poignonec

Éditeur : Little Urban

Année de parution : 2022

Nombre de pages  : 40

Histoire : C’est la rentrée. Allure pimpante et plumage rutilant, Hibou-chou se dirige joyeusement vers les enfants. Il est impatient de les rencontrer. Quand la cloche sonne, Hibou-chou et Chouette-maîtresse tapent dans leurs ailes : une nouvelle année va commencer !

Mon avis :  

Depuis que j’ai découvert le singulier portrait de famille inventé par le duo Sandra Le Guen et Maurèen Poignonec, je prends un grand plaisir à chaque album de deviner lequel sera croqué. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant cette fois un membre en dehors de leur cadre familial !

Avec leur truculence habituelle, les deux jeunes femmes traitent d’une question cruciale pour le jeune enfant : sa première journée d’école. Alors pour désamorcer toute crainte, elles ont décidé de mettre en scène avec humour et joie de vivre celle de Juno qui entre au CP.

Le lecteur fan de Sandra et Maurèen reconnaîtra sans peine la famille qu’il avait eu l’occasion de découvrir lorsque la mère enceinte était vue comme une baleine et le grand-père vieillissant perdant la mémoire comme une tortue. C’est donc sans surprise qu’il va découvrir la maîtresse de Juno sous les traits d’un hibou trop chou !

J’ai beaucoup aimé retrouver cette douceur innée chez les deux jeunes femmes. Leurs dessins tout en rondeur et pétillance avec cette colorisation à la gamme toute douce entre pastel et chaleur, sont charmants. J’adore les petits ronds tout rose sur les joues des personnages, de même que ce dessin faussement naïf. Mais surtout, c’est la joie de vivre qui se détache de la mise en scène qui me plaît.

Tout est fait pour rassurer l’enfant et lui donner envie à lui aussi d’aller à l’école. Juno est pleine d’entrain, son école est un lieu enchanté. Il y a plein de petits coins et recoins qui donnent envie de les découvrir et d’aller jouer parmi eux. La classe est vraiment accueillante, colorée, pétillantes, pleine d’activités où l’on se sent libre d’apprendre tout ce que l’on souhaite. C’est adorable.

Ainsi après avoir adoré Taxi Baleine et Tortue Express, c’est à nouveau une superbe lecture pleine d’humour chaleureux et de pétillance que nous offrent Sandra et Maurèen pour nous accompagner en ces premiers jours d’école parfois difficile. Ce sera probablement l’une de mes futures lectures pour débuter l’année scolaire dans les années à venir.

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Bianca Lit, Un bouquin et un café, Vous ?

Titre : Mon nom à moi… c’est Billy

Auteurs : Loïc Clément et Clément Lefèvre

Éditeur : Little Urban

Année de parution : 2022

Nombre de pages  : 40

Histoire : Mon nom à moi, c’est Billy. Je suis un kid du Far West et je peux vous dire que c’est pas toujours facile. Heureusement que dans la vie, il y a les tartes aux pommes de Mrs Fox, les histoires de cow-boys au coin du feu, et surtout les copains et les copines. L’ombre au tableau, c’est cette brute épaisse de Loveless qui nous rackette…

Mon avis : 

Les univers de Western ont toujours une saveur très particulière. J’avais adoré Wanted – Un crime insoutenable d’Olivier Dupin et Séverine Duchesne que je relis encore régulièrement. Je suis donc ravie que le duo Loïc Clément et Clément Lefèvre viennent y ajouter leur touche.

Nous avons ici deux auteurs chevronnés mais c’est surtout le premier que je connais grâce à ses collaborations avec Anne Montel qui m’ont à chaque fois enchanté par leur délicat humour et leur univers enfantin légèrement rétro réveillant mon âme d’enfant.

Ici, j’ai été surprise de trouver un album avec autant de texte. Je pensais avoir entre les mains une petite aventure, peut-être légère, du moins accessible rapidement aux plus jeunes. J’ai été agréablement surprise de découvrir un texte plus riche et une histoire à l’intrigue plus complexe. En effet, sous ses dehors enfantins, le titre parle en fait de sujet sérieux : le harcèlement et les brimades à l’école, ainsi que la perte des parents et la vie auprès de parents adoptifs.

Dans un décor de l’ouest américain plus vrai que nature avec école perdu au milieu d’une flore bien rare, étoile de shériff et chapeau de cowboy, ils ont réussi à camper un jeune héros qui semble préfigurer celui qui sera Billy the Kid ou du moins qui lui emprunte à la manière de. Loin d’être manichéen, le récit de son enfance nous compte comment avec une certaine forme d’astuce, il est parvenu à tenir la dragée haute à un élève plus vieux qui les embêtait ses amis et lui. Le texte parle ainsi pas mal de moral et propose au lecteur de se faire sa propre opinion sur les actions des uns et des autres. Ainsi pour ma part, je ne suis pas convaincue du choix fait par Billy et ses amis que je ne trouve moralement pas acceptable.

Cependant la narration en vue de raconter cette histoire est un peu lourde à la lecture, je trouve. Je préfère moins quand le texte est plus succinct et directe dans ce type d’ouvrage. J’aurais aussi aimé que les compagnons de Billy prennent plus part à l’histoire et ne soient pas juste des fers valoir. J’espère qu’ils auront une part active dans ses prochaines aventures.

Les dessins de Clément Lefèvre qui accompagnent ce riche texte sont de très beaux portraits de cette époque-là. J’en ai beaucoup aimé le soin et les détails, des barrières en bois, à ces bottes de foin, en passant par ce sentiment de désert qui peuple les pages malgré les quelques animaux qu’on croise, le tout dans des teintes très terres de sable. Leur colorisation façon « crayons de couleur » a un charme qui fonctionne toujours à merveille pour moi. Et leur manière de précéder le texte en l’encadrant au-dessus leur donne un côté très cinématographique, je trouve.

Même si j’ai trouvé la narration parfois un peu pesante et que j’aurais souhaité plus d’allant et de rythme, les premières aventures de Billy dans cet ouest américain furent un très joli moment sous la plume et les pinceaux des deux Clément. J’aime quand on se sert d’un décor connu pour proposer une histoire inattendue et moderne. Puisqu’il s’agit des débuts d’une série d’albums apparemment, il me tarde de voir quels autres sujets les auteurs sauront mettre en scène dans ce farwest, en utilisant, je l’espère, un peu plus ses compagnons pour cela.

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Vous ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s