Livres - Fantasy / Fantastique

Bloodsilver de Wayne Barrow

Titre : Bloodsilver

Auteur : Wayne Barrow (= Johan Heliot et Xavier Mauméjean)

Éditeur : Mnémos

Année de parution : Réédition 2022 (1e édition 2006)

Nombre de pages : 308

Histoire : 1691 : un bateau transportant de mystérieux passagers aborde la côte est du continent nord-américain. Les vampires viennent de débarquer de la vieille Europe. Ils forment bientôt le Convoi, longue colonne de chariots recouverts de plaques de plomb, et se lancent à la conquête de l’Ouest, anticipant le trajet du chemin de fer dans une lente et implacable progression… 1692 : à Salem, une poignée d’hommes impitoyables fonde la Confrérie des Chasseurs, bien décidés à stopper l’avancée du Convoi et à en découdre avec les créatures des ténèbres. De Fort Alamo aux territoires sioux, de Wounded Knee à Silver City, les hommes du Nouveau Monde, Billy le Kid, les frères Dalton ou encore Doc Holliday mêlent le sang à l’argent, luttant sans merci contre les vampires, ou formant avec eux d’improbables alliances…

Mon avis :

Amatrice de beaux livres et d’objets littéraires un peu WTF, il m’était impossible de résister à cette réédition de Bloodsilver, uchronie fantastique mélangeant western et vampires et signé sous pseudonyme par deux grands auteurs français de la scène imaginaire. Le dépaysement fut totalement au rendez-vous même si ce n’est pas été totalement comblée par l’aventure proposée.

Même si je n’ai encore rien lu de ces auteurs, malgré leur présence dans ma PAL, je connais leur goût commun pour la fiction historique. Je n’ai donc pas été surprise que le cadre de l’histoire soit aussi fouillé ici. J’ai même adoré cela. Ce fut un vrai plaisir de suivre cette grande Histoire américaine revisitée sous un prisme original : le débarquement au XVIIe siècle en Amérique d’une communauté de vampires avec lesquels il va falloir cohabiter. Les auteurs ont pris plaisir ainsi à replacer des événements clés de cette histoire mais aussi des acteurs majeurs, qu’on connaît bien souvent grâce à la pop culture (cinéma, séries, romans ou BD), en twistant la chose grâce à la présence des vampires, sortent de nouveaux amérindiens/nouveaux noirs dans cette histoire, c’est-à-dire nouvelle communauté à exclure et avec qui être en rivalité ou opposition. C’est génial !

Pour nous aider dans ce voyage qui aurait pu être complexe, il y a d’abord en fin de tome une chronologie essentielle, google bien sûr pour confirmer qui est un personnage fictif ou inspiré d’un personnage ayant réellement existé, et enfin la plume des auteurs. Bien qu’ayant été écrit à quatre mains, il fut impossible pour moi de le déceler. Les auteurs dans une belle symbiose ont écrit un récit qui saute d’une époque à l’autre, d’un lieu à l’autre (merci la carte en début de tome au passage !), d’un acteur à l’autre, où le lecteur suit sans la moindre difficulté, c’est assez chouette pour le souligner, ce qui est possible grâce au fait que chaque époque est comme une mini-histoire mettant en lumière une facette des relations vampires-humains et leur évolution.

Le revers de cette trouvaille, et c’est l’un des éléments qui a pêché pour moi, c’est qu’il est assez difficile de ressentir de l’attachement pour ces personnages qu’on ne fait au final que croiser. Alors oui, c’est amusant de retrouver des figures connues et des événements clés comme le premier procès de Salem, le règlement de compte de OK Corral, la fin des Dalton à Coffeyville ou l’entreprise de Sarah Winchester, mais que sait-on vraiment des personnages qu’on croise ? Pas grand-chose si ce n’est ce que disait déjà les livres d’Histoire. Il n’y a pas de réel approfondissements psychologiques ou c’est bien trop léger à mon goût. J’ai donc plutôt regardé passer ces grandes figures.

De la même façon, alors qu’ils sont l’élément déclencheur et l’élément agitateur, on n’a aucune figure vampirique / Brooke (le nom qu’on leur donne) qui ressort vraiment et ceux-ci n’ont la plupart du temps qu’une existence à travers le regard des humains, ce qui est fort frustrant. J’aurais aimé qu’on développe aussi des personnages, des figures chez eux, leur société et l’évolution de celle-ci. C’est bien trop léger. J’ai eu l’impression que les auteurs prenaient bien plus de plaisir à développer une ambiance western et qu’ils s’étaient focalisés là-dessus oubliant le côté uchronique porté par les vampires. Oui, il y a des événements différents à cause d’eux. Oui, les tensions en Amérique ont d’autres origines à cause d’eux. Mais ça se limite à ça…

J’ai pourtant adoré cette ambiance poussiéreuse qui nous poursuit de bout en bout, des premiers instants au XVIIe jusqu’au basculement au début XXe. J’ai aimé plonger dans cette Amérique profonde pas encore vraiment civilisée puis avec un cran de retard par rapport à nous européen, toujours en décalage. Les auteurs nous font vivre cette époque de la conquête de l’Amérique, de ses droits et ses devoirs, de son indépendance et sa liberté de penser et d’entreprendre, puis de sa tolérance. C’est très bien rendu. On sent bien les tensions que ça occasionne. Ils décrivent bien les différents camps et leur façon de voir les choses. Mais j’attendais une part de fantastique plus importante.

Je comprends donc le prix reçu par l’ouvrage en 2008 (Grand Prix de l’Imaginaire) car c’était une sacrée gageure. Cependant en tant que lectrice, j’avais certaines attentes et toutes n’ont pas été comblées. J’ai adoré ce portrait différent et pourtant connu de l’Amérique. J’ai aimé cette ambiance poussiéreuse et reculée. Mais je suis frustrée par le faible espace occupé par les Brookes (= vampires) dans l’histoire. J’aurais aimé avoir des figures plus fortes dans leur communauté, des figures plus mises en avant, une société et une culture plus creusée. Le fantastique m’a manqué tandis que j’ai adoré l’uchronie historique. Il me faut maintenant vraiment découvrir chaque auteur séparément.

(Merci à Mnémos pour cette découverte et leur confiance).

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Black Wolf, Kactuss, Océan de pages, Ultima Taupe, Cécile, Naufragés volontaires, Vous ?

16 commentaires sur “Bloodsilver de Wayne Barrow

  1. Dommage pour les manques car la couverture m’a plus que charmé tout comme le mélange des genres mais; au vu de ta chronique et de mes attentes en termes de lectures, je préfère ne pas prendre de risque et passer mon chemin.

    Merci pour ton avis.

    Aimé par 1 personne

    1. Je te rejoins, on dirait une anthologie sur le thème du : et s’il y avait des vampires aux États-Unis ^^
      Je ne suis pas surprise que tu aies aimé, il le semble que t’aimes bien les westerns, non ?

      J’aime

  2. Ah bah ta chronique me conforte dans le fait de ne finalement pas avoir lu ce livre ! Je ne suis déjà pas très western mais ce qui l’aurait intéressé c’aurait plutôt été le côté vampire, absent donc en dehors du regard humain… Merci à toi 😊

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s