Livres - Romance

Promesse tenue d’Erika Boyer

Titre : Promesse tenue

Auteur : Erika Boyer

Éditeur : Hugo Romance (Poche)

Année de parution : 2020

Nombre de tomes : 2 (série terminée) – Mais existe de nombreux spin-off sur les Lost Souls

Histoire : Sandy a connu une enfance difficile auprès d’un père violent qui a détruit sa famille à force de coups et d’abus. Lorsqu’il meurt, le jeune homme croit qu’il pourra enfin tourner la page et ne plus avoir à s’inquiéter pour sa mère qui a été la première victime de son père. Jusqu’à ce qu’il découvre qu’elle est très malade et que celle qui pourrait l’aider à guérir est sa propre sœur, Alysson. Elle a fui le domicile familial il y a bien longtemps et n’a plus jamais donné signe de vie. Sandy décide de partir à sa recherche, même s’il ignore ce qu’elle est devenue. Il ne connait que le nom de la ville où elle vivrait : Lège-Cap-Ferret. Il part alors vers le sud-ouest de la France sur sa moto. Ce voyage a tout d’une quête : celle de sa sœur bien sûr, mais peut-être aussi d’un sens à sa vie. Des rencontres inattendues et l’amour pourraient se trouver au bout du chemin…

Mon avis :

Tome 1 : En chemin

Une de mes meilleures amies étant amie avec l’autrice, cela fait longtemps que j’entends parler des romances d’Erika Boyer. Mais étant assez réfractaire aux histoires se déroulant en France, on a tous des tropes qui nous plaisent moins, j’ai mis le temps…

Erika est donc une autrice française qui écrit déjà depuis quelques années. Dans un premier temps en auto-édition, désormais chez Hugo New Romance, elle a développé tout un univers autour d’une bande de pote : les Lost Souls, de jeunes bikers. Et c’est le singulier Sandy qu’on va suivre ici, celui qui a cadenassé ses émotions, mais qui va être obligé de leur redonner leur liberté.

J’ai toujours aimé les histoires avec des bandes de potes, donc forcément celle-ci ne pouvait que me plaire, même si au final, on voit assez peu les Lost Soul en dehors de Sandy et son meilleur ami Clément, ainsi qu’un rapide aperçu de Riley. Cela donne cependant très envie de les retrouver dans les autres romans de l’autrice car on sent qu’ils ont formé ensemble une nouvelle famille, une famille de coeur, et qu’ils sont très attachés les uns aux autres. Ils se soutiennent mais savent aussi remettre l’autre sur le droit chemin, ils s’aiment et se chambrent. Bref, tout ce que j’aime. La plume très franche et directe de l’autrice y contribue beaucoup.

Ma réticence d’avoir une histoire se déroulant en France a été totalement levée dès les premières pages. J’ai quand même eu le dépaysement que j’attendais, même si c’était dans des lieux connus, le Bassin n’étant pas si loin que ça de chez moi. C’était rafraîchissant sur suivre le héros dans sa virée au Cap Ferret et de se retrouver non pas du côté bourge du lieu, mais du côté populeux avec les amis qu’ils se trouvent et les soirées qu’il passe sur la plage et au camping. On a également arpenté les petits resto simples du coin, les boîtes et autres boutiques, dans un esprit très simple et estival, à la portée de tous, avec une ambiance entre potes rappelant les soirées étudiantes ou lycéennes. Cette ambiance m’a donc beaucoup plu.

J’ai également aimé découvrir les personnages qu’on croise. Je suis fan de Sandy, ce biker au coeur fermé à cause de l’enfance qu’il a vécu, et qui part quand même sur les routes pour aider sa mère malade, malgré ce que ça lui coûte. Il m’a beaucoup touchée. J’ai aimé voir son coup de foudre en direct pour Danny, le voir tomber amoureux et surtout le voir ensuite s’ouvrir et lâcher les vannes. En plus, c’est un fan de séries télé et les petites phrases dont il parsème ses échanges avec les autres sont truculentes ! Danny avait tout pour me plaire aussi. C’est une femme forte, qui sait ce qu’elle veut et qui a le coeur sur la main. Mais j’ai du mal à en dire plus, tant j’ai l’impression qu’elle ne s’est pas ouverte dans ce tome. Quant à leurs amis du camping, ils avaient l’air fun et sympa, mais n’étant pas adepte de leur mode de vie entre alcool et fumette, je n’ai pas plus adhéré que ça. J’ai cependant apprécié que l’autrice offre de la diversité dans leurs profils avec un couple libre et des LGBTQ+.

Quant à l’intrigue, j’ai apprécié d’avoir une sorte de mini-enquête, avec Sandy qui est à la recherche de sa soeur disparu il y a longtemps pour trouver, peut-être, un rein compatible pour sa mère. Cette recherche a rendu la lecture assez dynamique, l’autrice faisant régulièrement rebondir l’enquête entre deux soirées de sexe, alcool et fumette. Le souci, c’est que pour faire rebondir son histoire, elle a trop souvent choisi des éléments scénaristiques exagérés selon moi et ce dès le début. Comme par hasard, Sandy ne peut pas donner son rein. Comme par hasard, il y a une espèce de vieux mafieux qui peut lui filer des indices mais seulement en échange d’autre chose. Comme par hasard, sa copine cache quelque chose… Et j’en passe. Ça fait beaucoup.

En plus, l’autrice a voulu ajouter bien trop de mélodrames à mon goût et là aussi, j’ai eu un sentiment de too much. Entre le passé de Sandy, celui de Danny, leurs addictions, les problèmes de couple du meilleur ami de Sandy, la soirée qui dégénère, la mère malade et la soeur disparue, l’accident… Ça fait à nouveau beaucoup voire trop pour moi. Au bout d’un moment, j’avais juste envie que ça s’arrête, qu’on arrête de maltraiter les personnages et qu’on leur offre un peu d’espoir. J’aime ressentir des choses, je n’aime pas les personnages lisses, mais il y avait déjà suffisamment à faire, je trouve, avec l’histoire de Sandy sans rajouter tout cela. Bref, j’ai trouvé cela exagéré et maladroit, ce qui m’a fait décrocher sur la fin, j’avoue.

Pour une première rencontre avec l’autrice, j’ai été contente de découvrir son univers et ses personnages phares. J’avais peur de ne pas aimer ces bikers, ils m’ont fait craquer. J’avais peur de ne pas aimer ce décor français, ça ne m’a pas du tout gênée. J’ai même aimé suivre cette petite enquête familiale dans un décor à la tonalité inattendue, même si l’autrice a glissé bien trop de mélodrame pour moi. Mon petit coup de coeur est pour Sandy, un garçon comme j’aime, dont j’ai aimé assisté à la métamorphose. Et si l’autrice me promet de ne pas trop le malmener, je ne suis pas contre le retrouver dans le second et dernier tome de cette courte histoire.

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Kiriiti, Luxnbooks, Home sweet read, Pixie Dust, Calysse, Games of Books, Carole 94p, Vous ?

Tome 2 : Sur la route – Fin

Après un premier tome compliqué mais qui m’avait permis de découvrir la plume d’Erika Boyer, autrice de romance amie d’une amie dont j’entendais parler depuis des années, j’avais quelques appréhensions quant au degré de mélodrame de cette suite et fin des aventures de Danny et Sandy. Même si l’autrice propose parfois une histoire un peu mièvre pour moi, j’ai passé un bien plus beau moment ici et l’émotion a vraiment su me saisir cette fois !

Pourtant en ouvrant ce tome et en voyant qu’on allait y vivre un road-trip tous mes signaux d’alarme s’étaient allumés. Les road-trips et moi, ça fait deux ^^! Alors quelle ne fut pas ma surprise de me régaler au fur et à mesure de celui-ci. Après avoir découvert la bande de Lège, qui n’avait pas été sans me pauser problème avec leur passion pour l’alcool et la drogue, ainsi que leur addiction au mélodrame, ce fut presque reposant de tomber sur la chouette bande de potes de Sandy, même si eux aussi ont leurs histoires.

Ce fut ainsi très chouette de partir sur les routes avec eux à la recherche de la mère de Danny. J’ai beaucoup aimé ce trope, assez inédit pour moi. J’ai vraiment voyagé à travers toute la France avec eux, à dos de moto, et j’ai adoré aussi bien sentir le vent dans mes cheveux sur la route, que me poser à leurs côtés dans leurs villes étapes. C’était très chouette, même si un peu rapide, de découvrir Lyon, l’Alsace, le Médoc. Il y avait une super ambiance entre eux et pas de soirée où on se met minable cette fois, ce que je préfère à titre perso. C’était du coup bien plus chaleureux et on sentait bien toute l’affection qu’ils avaient les uns pour les autres. En plus, ils ont parfaitement intégré Danny à leur petit groupe. On avait l’impression qu’elle en faisait partie depuis toujours.

Bien sûr, le mélodrame fut quand même au rendez-vous, rendant certains passages un peu mièvres. Je pense que le fait d’avoir été quasiment tout le temps dans la tête de Danny n’a pas aidé. J’ai trouvé leur romance, certes fusionnelle et sexy, mais un brin agaçante et facile. Ils le disent eux-même, ce sont deux gosses, et moi, ça ne me fait pas particulièrement rêver malgré leurs échanges piquants et plein d’humour car ça s’associe à une romance un brin immature. De la même façon, je trouve toujours que l’autrice en fait trop. Plutôt que de se concentrer sur un seul élément à problème dans ses histoires, elle donne l’impression de vouloir en donner à tous ses personnages. Ainsi, la relation entre la mère et la soeur de Sandy n’est pas réglé. Clément, lui, va toujours mal à cause de ses histoires de couple mais pas que. Leur ami Pat’ a des sentiments refoulés, on dirait bien. Et surtout l’organisatrice du voyage Violette cache quelque chose de grave. Alors certes, c’est moins tiré par les cheveux que la dernière fois, mais ça fait toujours trop pour moi…

Heureusement, l’enquête, elle, pour aller à la recherche de la mère de Danny m’a procuré l’émotion attendue et même plus. Je ne suis pas une grande fan des histoires de famille de cet ordre. Ce n’est pas quelque chose qui me fait vibrer habituellement. Mais ici, j’ai trouvé de la justesse derrière le rocambolesque de l’histoire et les grosses ficelles déployées pour faire en sorte que tienne ce voyage. J’ai été touchée de voir Danny découvrir le talent de sa mère autrefois pour la danse. J’ai aimé les rencontres qu’elle fait ainsi, surtout à travers ces cartes postales que sa mère lui a laissées, tel un message, sans parler de la petite surprise découverte par Luigi. Quant au final, il a sonné très juste pour moi. Pas de conclusion facile, une décision calme et réfléchie pour tourner la page comme il faut, sans en faire trop. C’est très bien écrit.

Ma rencontre avec Erika ne fut pas le coup de coeur attendu, mais j’ai croisé ici une belle plume et une belle âme pour écrire des histoires aussi touchantes avec des âmes aussi torturées et imparfaites. L’autrice n’aime pas les choses lisses, elle préfère les imperfections et elle les rends terriblement belles et touchantes. Je suis définitivement fan de Sandy et j’ai apprécié apprendre à aimer ses amis et sa compagne. Ça me donne envie de découvrir l’histoire de chacun, en espérant quand même un poil moins de drames ><

6 commentaires sur “Promesse tenue d’Erika Boyer

      1. D’un côté oui parce que c’est dans celui-là que tu découvres tous les persos et leurs problèmes mais les autres sont aussi un peu sombre et lent sur certains points. Mais bon les personnages sont vraiment attachants alors ça passe quand même ! ><

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s