Livres - Fantasy / Fantastique

La Cité des Chimères de Vania I. Prates

Titre : La Cité des Chimère

Auteur : Vania I. Prates

Éditeur vf : Snag

Année de parution vf : 2019

Nombre de pages : 448

Histoire : Le monde tel qu’on l’a connu a disparu. Chaos, misère, famine … Les Hommes ont enfin trouvé un équilibre et se sont organisés en guildes, guidé par leur chi, leur nature profonde. Guilde des Marchands, des Inventeurs, des Alchimistes, des Gardiens ; tous demeurent fidèles à ce qu’ils sont afin de vivre en harmonie avec la nature et les animaux particulièrement respectés, créant une cité semblable à une ville sylvestre.
Dans ce monde proche de l’utopie, Céleste, une jeune fille de 17 ans, n’a pas de chi. Le jour où elle rencontre Calissa, mystérieuse contrebandière, elle est loin de se douter qu’elle va se retrouver embrigadée bien malgré elle dans une histoire complexe qui même non seulement le dirigeant de Lowndon Fields, mais également la très redouté « Confrérie des Sans-loi ».
Entre ruse, savoir, intrigues et faux-semblants, Céleste va devoir changer sa vision du monde.

Mon avis :

En ce mois de novembre, j’avais vraiment envie de lectures à ambiance et la couverture de La cité des chimères signée Aurélien Police (illustrateur que j’adore !) m’a très justement fait penser que je passerai un beau moment ici avec cette jeune femme qui semblait plonger dans la brume victorienne. Mélange de Harry Potter, A la croisée des mondes et Six of Crows, La cité des chimères a même dépassé mes espérances avec comme seul bémol que c’est un tome 1 dont on attend la suite depuis… 3 ans !

Comme à chaque fois avec un texte édité par une maison à destination des jeunes adultes et de la jeunesse, j’avais quelques réticences. La peur sempiternelle d’être à nouveau face à un texte inabouti qui ne serait pas allé jusqu’au bout de ses idées, de ses concepts, comme ce fut souvent le cas à une époque. Et bien plus mes lectures passent en ce moment, plus je me dis que j’ai été bien bête de penser cela, car il y a vraiment de superbes pépites comme ici !

Malgré une plume assez simple, l’autrice a de suite réussi à me captiver grâce à un univers sur lequel, on sent, elle a tout misé. Dans un monde à la fois futuriste, rétro et steampunk, elle nous présente une Londres rebaptisée Lowndon qui vit retranchée sur elle-même, où les écrits ont presque tous disparu après une grande catastrophe (mondiale ?) et où les gens développent à l’adolescence un Chi qui leur confère des pouvoirs et les range dans une catégorie. L’héroïne Céleste, n’a pas de chi et vit à près de 18 ans avec sa famille à qui elle rend bien des service à la place mais sans en recevoir la reconnaissance. Par un concours de circonstance, elle va faire la rencontre de Calissa, une contrebandière très habile, qui va lui révéler qu’en fait elle a un chi très particulier qui lui permet de s’immerger dans les histoires des livres qu’elle lit, ce qui va la faire entrer dans un lieu très sélect et secret : Septentria, sorte d’immense bibliothèque pour Immergeants où ceux-ci collectent, trient et diffusent une partie des informations recueillies. Son monde va basculer.

Avec un enchevêtrement de rebondissements assez classiques en soi, l’autrice nous embarque cependant dans une aventure qui n’aura de cesse de nous surprendre et nous entraîner. A l’aide de plusieurs points de vue, elle bâtit une intrigue en emboîtement où les révélations de l’héroïne sur elle-même vont la conduire à des révélations sur le monde qui l’entoure. Elle sera pour cela épaulée par d’autres détenteurs de chi, Immergeants comme elle ou parfois tout autre chose. Elle va aussi se retrouver mêlée à la mission de Calissa, la contrebandière, et ses amis de la Confrérie des Sans-loi, qui travaillent pour le nouveau chef de la ville à découvrir qui a tenté de l’assassiner à plusieurs reprises. Se mélange ainsi une quête personnelle de Céleste, qui se découvre le pouvoir unique de lire d’anciennes runes, qui adressent un message sur chaque Guilde de la ville, lui faisant également remonter le passé de celle-ci et questionner son fonctionnement présent, et la quête plus vaste de Calissa qui, elle, cherche des réponses sur un grand mystère de la ville : la disparition de la Guilde des Chimères et de ces dernières. Dans les couloirs de Septentria nous allons ainsi vivre de grandes aventures et de grands mystères.

Comme je vous l’ai dit, l’histoire est pour moi un savant mélange de Harry Potter : pour la magie et les mystères de Septentria, A la croisée des mondes : pour les liens de certains possesseurs de chi avec animaux et chimères et Six of Crows : pour le côté rocambolesque et manipulateur de la Confrérie des Sans-loi ainsi que leur plan rocambolesque. Avec tout ça, j’ai adoré plonger dans les mystères des couloirs de Septentria où se déroule la majeur partie de l’intrigue. Ce lieu est fascinant. Il se présente comme un labyrinthe dont il faut la clé pour ne pas se perdre. Les élèves y évoluent librement, choisissant les livres qu’ils veulent. On ne leur explique pas les dangers de leurs missions avant qu’il ne soit trop tard et notre héroïne va y mettre le nez en plein dedans, avec la complicité de son colocataire bien moins problématique que prévu, mais aussi poussée par ses amis de l’extérieur qui la manipule tout autant. Passionnant.

Même si on coche pas mal des cases des classiques du genre avec une héroïne au début douce et naïve qui se transforme peu à peu et gagne en caractère, la lecture reste fort plaisante et surtout addictive. Je n’ai pas forcément ressenti d’attachement particulier pour elle ou pour ses amis, mais le groupe dans son ensemble dégage quelque chose. Il y a une belle camaraderie entre eux notamment, c’est une famille de coeur. J’ai aimé suivre leurs différents points de vue et entendre parfois celui des autres et pas seulement celui des deux héroïnes. J’ai aimé la variété des chi de chacun qui crée une belle alchimie et complétude pour la mission qu’ils portent. Ainsi l’une est une chimériste, un autre un manipulateur de première, une autre communique avec les animaux, un dernier est un ancien soldat et les deux nouveaux des immergeants ont des talents différents. Chacun a aussi sa personnalité bien à lui / elle qui colle bien avec son pouvoir. J’ai peut-être une petite préférence pour la colocataire de Céleste dont on apprend à apprécier le caractère caustique, qui fait écho au bracelet à humeur que porte l’héroïne (que j’adore également !) qui leur sort toujours d’excellentes répliques bien grinçantes, car l’autrice lui a écrit un passé intéressant dénonçant ce qui se passe à Septentria. Ça offre une belle variété de possibilités bien exploitées par l’autrice dans une intrigue dynamique.

Du début à la fin, je me suis laissée emporter par cette histoire entraînante, même si l’autrice prend parfois des raccourcis un peu rapides et à tendance à passer du coq à l’âne, parachutant ses personnages dans cette situation qui auraient nécessité plus d’explications ou de développements. Elle aime beaucoup les coïncidences fortuites faciles, mais c’est aussi ce qui permet à l’intrigue d’aller aussi vite et de raconter autant de choses avec un univers aussi détaillé en à peine 400 pages dans une édition avec de grandes marges… Au passage, malgré sa belle couverture à rabat et son papier de qualité, je ne suis pas fan de l’édition de Snag, je la trouve difficile à prendre en main, on n’ose pas ouvrir totalement le livre de peur de casser le dos, ce qui rend la lecture malaisée.

Fascinante intrigue sur un Londres futur rempli de citoyens aux pouvoirs mystiques grâce à de nouveaux dons, La cité des chimères est le premier tome d’une saga menée déjà tambours battants par son autrice, où derrière un certain classicisme rappelant des oeuvres cultes, se dégage une intrigue passionnante sur le poids des informations et de leur divulgation qui peut orienter la pensée des gens et l’écriture de l’Histoire. J’ai été embarquée par l’univers étrange et original du récit, les aventures rocambolesques de l’héroïne et sa bande, ainsi que le lieu de leur mission. Je n’ai maintenant qu’une hâte, que l’autrice écrive la suite, mais j’avoue une certaine inquiétude vu que rien n’a pointé le bout de son nez depuis 3 ans…

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Saiwhisper, Light & Smell, Sometimes, Alberte Bly, Noemie Julie Claudette, Vous ?

12 commentaires sur “La Cité des Chimères de Vania I. Prates

  1. J’avais vu passer ce roman à sa sortie et, sans savoir pourquoi, je n’ai jamais osé me lancer et je me dis que j’ai bien fait tant la suite ne semble pas être d’actualité même si cette série semble avoir de réelles qualités. Si un jour la tendance s’inverse, je me lancerais avec plaisir dans cette lecture qui a su créer un certain enthousiasme chez toi !

    Merci pour ton retour 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Et bien, tu le vends très, très bien. J’apprécie particulièrement quand un récit reprends des codes connus, réinvente des histoires déjà contées avec talent, et quand l’ensemble se double d’une ambiance propre, l’attrait se transforme en envie.
    Direct en Wish-list de Noël!
    Merci

    Aimé par 1 personne

  3. En te lisant, je réalise que j’ai quasiment tout oublié de ce roman, ce qui est troublant parce vu ses qualités, il aurait dû me marquer ! Ravie du coup de le (re)découvrir à travers ton avis qui m’a donné envie de le relire même si je m’en abstiendrai tant que la suite ne sera pas publiée…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s