Mes comptes Bookstagram préférés

Ça faisait un moment que je voulais présenter les comptes bookstagram que je suis et qui me font rêver. Je saute le pas après le très joli article des Chroniques de Totoro ^^

J’ai donc décidé de vous faire découvrir mes 5 préférés aujourd’hui. Ils sont aussi bien en anglais qu’en allemand (langue que je ne parle pas du tout mais je m’en fiche quand c’est beau ><). J’ai hésité à en mettre des français mais je n’aime pas trop les dernières photos prises sur ceux que je suis…

Sur ce, je vous laisse aller les admirer sans plus de cérémonie. Je pense que les images parlent d’elles-mêmes. (cliquez sur l’image pour découvrir leur compte) Et si vous avez d’autres comptes à me faire découvrir, n’hésitez pas à m’en parler en commentaires 😉

Lire la suite

Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs

couv5110998 couv8025140 couv12880603

Titre : Miss Peregrine et les enfants particuliers

Auteur : Ransom Riggs

Editeur vf : Bayard

Années de parution vf : 2012-2016

Nombre de tomes : 3 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Jacob est un ado comme les autres, excepté qu’il se pose des questions sur son mystérieux grand-père. Quelles sont ces étranges photos d’enfants qu’il lui montrait quand il était petit ? Les histoires qu’il lui contait sur eux étaient-elles vraies? Et pourquoi disparaissait-il aussi souvent ?
Tout s’accélère le jour où il le retrouve blessé dans son jardin. Jacob a vu des monstres, il en est sûr, et personne ne veut le croire. Il ne lui reste qu’à suivre les dernières instructions qu’a murmuré son grand-père avant de rendre son dernier souffle…

picmonkey-collage1

Mes avis :

Tome 1

Ça faisait un moment que j’étais intriguée par ce livre, tout d’abord parce que c’est un très bel objet (il manque juste une version reliée et ce serait parfait) mais aussi parce qu’il a été choisi par Tim Burton pour l’adapter en film. Je n’ai pas encore vu le film mais en général même si la réalisation est ratée, j’aime les choix de ce réalisateur.

Je m’attendais donc à être conquise dès les premières pages mais ce ne fut pas le cas. L’histoire est très bien écrite, j’ai beaucoup aimé le style de Ransom Riggs. Mais il y a un gros soucis, l’histoire met très très longtemps à démarrer. Franchement, il ne se passe pas grand-chose avant le dernier quart du livre et c’est long. L’auteur perd trop de temps à poser l’ambiance de sa saga. Il se répète et tourne un peu en rond. Le rythme est trop lent, trop mou, c’est vraiment dommage. La suite, elle, sans être follement rythmée et palpitante, est déjà bien plus intéressante. On a enfin un enjeu qui se dessine et un peu d’action même si l’ensemble reste assez simple.

Pourtant, j’ai beaucoup aimé le décor de cette histoire. C’est une histoire fantastique dans la plus pure tradition avec un garçon qui voit sa vie basculer d’un coup. J’ai beaucoup aimé la façon dont sa déprime et sa perte de repères étaient rendues. J’ai aimé voir ses parents s’inquiéter pour lui et chercher à l’aider, même maladroitement. Ce côté adolescent incompris est un grand classique mais c’est assez bien fait ici et ça rend bien service à l’histoire. Puis le changement de décor avec le départ pour la petite île britannique où a vécu son grand père est très bien amorcé. Là aussi, l’ambiance est très prenante, on sent bien le côté bizarre de l’île ainsi que son côté reculé, un peu hors du temps. Les habitants ne sont peut-être qu’esquissés mais ils peuplent parfaitement ce décor et le rendent plus crédible. La quête de Jacob pour comprendre son grand-père est touchante. J’ai aimé sa découverte progressive de la vieille bicoque, puis de ses habitants et de leurs particularités. C’était comme si un épais brouillard s’écartait enfin.

Justement au niveau des personnages, là, je suis plus mitigée. Autant j’aime bien Jacob et son grand-père d’après ce que j’apprends de lui, ainsi qu’Emma Bloom – mon coup de coeur de l’histoire !-. Autant j’ai du mal à cerner les autres. Je trouve que Ransom Riggs passe trop rapidement sur eux, ne présentant en gros que leur particularité et les faisant intervenir quand ils sont nécessaires à l’intrigue. C’est un peu dommage qu’ils ne soient pas plus creusés mais peut-être cela viendra-t-il par la suite. – Je fais d’ailleurs une parenthèse ici. Il m’a semblé que dans le film, ils avaient échangé les personnages d’Emma et Olive. Est-ce juste une impression ou ai-je raison ? Si oui, je ne comprends pas le pourquoi de ce changement… –

Enfin au sujet de l’intrigue qui démarre si tardivement, j’ai été ravie de découvrir que leur monde ne se limite pas à cette boucle temporelle en 1940 et que les particuliers ont aussi en leur sein des dissidents qui veulent pouvoir vivre comme tout le monde. J’ai un peu peur qu’avec leur sortie de la boucle, les protégés de Miss Peregrine vieillissent trop vite mais j’ai espoir qu’ils trouvent refuge dans une autre boucle avant. Et même si l’histoire a été longue à commencer maintenant que leur quête contre les Estres et les Creux est partie, il me tarde de lire la suite pour savoir s’ils vont pouvoir soigner Miss Peregrine, sauver les autres Ombrunes et aider les autres particuliers.

hollow-city-photographs

Tome 2 : Hollow City

Tout comme avec le tome 1 mais pour des raisons différentes, je n’ai pas eu le coup de coeur que j’attendais pour cette suite. J’ai à nouveau trouvé des gros soucis de rythme dans ce deuxième tome. On passe de longs moments sans qu’il ne se passe grand-chose et d’un coup l’histoire avant rapidement et est pleine d’action. C’est vraiment dérangeant et cela freine régulièrement la lecture. De plus, au final, il n’y a de l’action et des surprises que dans les 100 dernières pages, exactement comme dans le tome 1. Le reste du tome est consacré au voyage des particuliers pour tenter de sauver Miss Peregrine et vu la longueur du récit, on ne dirait pas que seuls quelques jours sont passés… Il faut vraiment que l’auteur s’améliore sur ce point.

Surtout que comme précédemment, j’ai à nouveau beaucoup aimé l’ambiance de ce tome. C’est différent du précédent, cette fois on est dans une Angleterre en guerre et c’est parfaitement rendu. Entre la campagne ravagée où tout le monde est sur le qui-vive, le rationnement, les transports chaotique, la capitale bombardée, les enfants envoyés à la campagne ou laissés livrés à eux-mêmes, la ville en ruine, on y est parfaitement ! C’est ce qui fait toute la richesse du tome d’ailleurs.

Parce que sinon les sempiternels questionnements des particuliers sont assez pénibles à lire et relire. J’ai tout de même trouvé que les personnages secondaires étaient un peu mieux développés ici. On n’en a pas que pour Emma et Jacob même s’ils restent les héros bien sûr. On apprend aussi à apprécier les autres particuliers chacun ayant son petit moment de grâce dans la lutte contre les Creux ou leur de leur voyage. De plus, on en apprend aussi un peu plus sur leur univers en découvrant d’autres boucles, d’autres particuliers plus ou moins reconnus, et une autre ombrune. On sent vraiment que Ransom Riggs maîtrise bien son univers et ça fait plaisir, ça fait rêver.

Maintenant, la surprise des toutes dernières pages est vraiment inattendue et bien trouvée. Elle relance complètement l’histoire et nous embarque dans une autre direction, faisant encore faire un nouveau voyage aux particuliers. Du coup, forcément, j’ai très envie de lire la suite mais ça m’agace de m’ennuyer pendant les 3/4 du tome pour arriver à chaque fois sur une fin qui, elle, est palpitante.

Tome 3 : La bibliothèque des âmes

Dernier tome de la saga, la Bibliothèque des âmes ne m’a pas plus convaincue que les précédents et peut-être même moins. Ce tome est très long et en même temps il ne se passe pas tant de choses que ça.

L’histoire démarre pile là où on l’avait laissé, alors qu’Emma, Jacob et Addisson sont poursuivis dans le présent par des Estres et des Creux qui souhaitent les capturer eux aussi. C’est alors que Jacob commence à prendre pleinement conscience de ses pouvoirs et à les utiliser, ce qui leur sort une belle épine du pied. Ils décident bien sûr ensuite de tout faire pour libérer leurs amis. Voilà en quelques lignes le début de ce dernier tome et comme le pressentiront certains, l’auteur use et abuse de toutes les ficelles qu’il connait pour faciliter les aventures de nos jeunes particuliers. Tout va très vite, les obstacles n’en sont jamais vraiment, ils s’en sortent toujours avec une grande facilité et l’ensemble fait donc un peu carton pâte. Bien sûr, on ne s’ennuie pas puisque l’action est au rendez-vous mais j’ai très vite trouvé qu’on prenait pas mal de temps et surtout de pages pour raconter des événements qui pourraient l’être bien plus rapidement.

L’auteur ne maîtrise vraiment pas sa narration et c’est dommage parce que à côté de ça, comme dans les précédents tomes, l’ambiance est au rendez-vous avec ce petit côté ancien qui peut rappeler l’Europe des années 30 avec la montée des extrêmes. C’est sale, c’est angoissant, c’est effrayant, c’est sombre et c’est glaçant aussi parfois, ce qui fait toute la réussite de ce tome. Ransom Riggs peint vraiment un portrait saisissant de la dernière boucle dans laquelle atterrissent les Particuliers. J’ai beaucoup aimé cela. J’ai aimé découvrir l’Arpent et sa noirceur. J’ai aimé découvrir les nouveaux personnages qu’on y a croisé : Sharon, Mère Poussière, Bentham. J’ai aimé découvrir ce qu’on pouvait faire de terrible aux Particuliers. J’ai aimé découvrir les expériences de Bentham mais aussi celles de Caul. J’ai aimé toute la mythologie derrière la folie de Caul, qui enrichit vraiment la genèse des Particuliers. Toute cette partie est très intéressante et saisissante, vraiment. Mais tant, tant de pages, juste pour ça, c’est dommage. Tout le reste des aventures de Jacob et Emma m’a très vite lassé parce que c’est plat et répétitif et leur relation aussi, voire pire quand ils jouent les amoureux transis séparés par le destin…

Bref, la fin est satisfaisante. L’auteur répond bien à toutes nos questions. Il va jusqu’au bout de son idée. Mais l’ensemble est bien trop inégal. L’univers est intéressant, l’ambiance géniale, mais la narration complètement ratée. Je ne me suis jamais vraiment attachée aux personnages et je n’ai pas aimé les facilités utilisées par l’auteur. La saga des Enfants particuliers était une jolie découverte et en même temps une petite déception vu tout le potentiel gâché. C’est dommage.

Ma note : 14 / 20

Bilan de mes lectures en Décembre

bilan-livresque-decembre-2013-10765194

Ah, voici enfin un mois comme je les aime avec de la quantité, de la variété et même de la VO. J’ai enfin réussi à la lire quelques ouvrages jeunesse mais aussi de la romance, du young adult, de la bit-lit et de la fantasy. J’ai aussi bien vidé ma PAL de mangas avec quelques jolis coups de coeur. (Cliquez sur les images pour lire ou relire mes avis)

 mincouv7797863   mincouv65437330   mincouv41823966   mincouv65598808   mincouv40078871   mincouv15940921-png
-/20                                  -/20                         -/20                      17/20                      17/20                     16/20

mincouv57963699   mincouv65138031   mincouv40391262   mincouv33752150   mincouv61534221   mincouv21986912   mincouv65998142
14/20                   16/20               16/20               14/20                 18/20              16/20               16/20

mincouv13990534   mincouv1972831   mincouv8649849   mincouv1629945   mincouv36427035   mincouv57100352   mincouv64470729
16/20                      16/20                   15/20               15/20                17/20                17/20               14/20

mincouv10136029   mincouv16463415   mincouv68175739   mincouv18510271   mincouv66882922   mincouv50549142   mincouv52996843
13/20                      15/20                  13/20                15/20                15/20                15/20             16/20

mincouv48052238   mincouv65576454   mincouv21968277   mincouv40655755   mincouv34098126   mincouv75554709   mincouv35806062
15/20                       16/20                15/20               12/20                16/20                  15/20             16/20

mincouv33565743   mincouv33918324   mincouv66053186   mincouv48978813   mincouv61612553-gif   mincouv38399219   mincouv39886260
13/20                      15/20                 15/20               15/20                14/20                  14/20             18/20

mincouv57138464 mincouv12675642 mincouv69479865 mincouv53095408 mincouv63381905 mincouv42303622 mincouv29718785
-/20                         -/20                  17/20               16/20                17/20                  16/20             16/20

Bilan : J’ai donc lu 7 romans, 5 albums jeunesse, 1 BD et 35 mangas (dont 6 nouvelles séries et 5 fins).

Mes coups de coeur sont : Côté manga : encore Le Monde de Ran, Ecole bleue du même mangaka et l’Histoire des 3 Adolf de Tezuka ; Côté roman : Lady Midnight, le tome 1 des Dark Artifices et côté beaux livres : Un petit tour avec Mary Poppins.

Mes déceptions : Assassins et Chiisakobé

pile-livre-e1421358705171

En janvier, j’ai prévu de lire :

  • Cinder de Marissa Meyer (en VO) que j’ai déjà bien entamé
  • Le tome 1 de Red Rising
  • Le tome 1 de Miss Peregrine et des enfants particuliers
  • La suite de l’Histoire des 3 Adolf
  • La suite d’Ecole bleue

Je ne sais pas si je vais pouvoir tout lire vu qu’en général j’ai toujours une baisse de régime en janvier, mais on verra bien.

Bonnes lectures à tous et bonnes découvertes ^-^

Culottées de Pénélope Bagieu

c0sv7vtxuaqml0f

Titre : Culottées – Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent

Auteur : Pénélope Bagieu

Editeur : Gallimard – Bande dessinée

Années de parution : 2016-2017

Nombre de tomes : 1 / 2 (le 2e est prévu pour janvier 2017)

Résumé : Quinze récits mettant en scène le combat de femmes d’origines et d’époques diverses, qui bravèrent les normes sociales de leur temps : Margaret, une actrice hollywoodienne, Agnodice, une gynécologue de l’Antiquité grecque qui se fit passer pour un homme afin d’exercer sa profession, Lozen, une guerrière et chamane apache, etc.

Mes avis :

Tome 1

J’ai connu Pénélope Bagieu il y a des années de ça à travers son blog BD et depuis je suis ses publications de Joséphine à California Dreamin’ en passant par Cadavre Exquis. J’ai donc été ravie de découvrir qu’elle s’embarquait dans un nouveau projet avec les Culottées, un ensemble de petits récits qui paraissaient chaque semaine sur le site du Monde.

Si le format sur le site était parfois peu agréable à lire (je trouvais certains récits très longs), cela passe bien mieux avec le format livre et en plus Pénélope nous offre en bonus une double page couleur à la fin de chaque histoire. J’ai donc beaucoup aimé ma lecture / relecture de ces 15 récits de femmes qui n’en font qu’à leur tête. L’objet livre est de toute beauté avec sa couverture turquoise et les reflets rouge cuivré des portraits de ses femmes. Le papier est de qualité et le grand format permet de mettre en valeur les dessins de l’artiste. J’ai tout particulièrement aimé les doubles pages couleur qui illustrent bien le nouveau style graphique de Pénélope, très vif, coloré, sorte de revisite du pop art américain avec ses jeux de découpages et de couleurs.

Du côté des histoires, il n’y a pas vraiment de surprise. Nous suivons le récit de la vie de ces 15 femmes hautes en couleurs. Certains sont plus long que d’autres mais tous sont marqués par leur détermination à faire évoluer le monde. Certains m’ont aussi plus intéressés que d’autres, parmi mes préférés, je retiens les portraits de Nzinga (Reine du Ndongo), Margaret Hamilton (Actrice terrifiante), Annette Kellerman (Sirène), Delia Akeley (Exploratrice), Tove Jansson (Peintre, créatrice de trolls), Agnodice (Gynécologue), Giogina Reid (Gardienne de phare), Christine Jorgensen (Célébrité) et Wu Zetian (Impératrice). J’en connaissais déjà certaines, d’autres étaient de parfaites inconnues, mais j’ai aimé découvrir la vie de chacune d’elle. Ce n’est pas une oeuvre hagiographique mais juste le récit simple de leur vie et de ce qui fait qu’elles sortent de l’ordinaire.

Mon seul regret, c’est qu’il n’y ait pas un appareil critique qui accompagne chacune d’elle avec un petit texte d’historien ou bien des références bibliographiques, ça aurait été alors parfait.

Ma note : 16 / 20

Pour ceux qui souhaitent admirer le travail de Pénélope (désolée pour la pauvre qualité des photos ><) :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Frida de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez

couv12414154

Titre : Frida

Auteurs : Benjamin Lacombe et Sébastien Perez

Editeur : Albin Michel

Année de parution : 2016

Résumé : L’une des plus grandes figures de l’art mexicain du XXe siècle inspire Benjamin Lacombe et Sébastien Perez pour leur nouvelle collaboration. Pour lui rendre hommage, Benjamin Lacombe propose une immersion inédite dans le processus créatif de l’artiste. Une succession de pages découpées et un texte poétique nous entraînent dans les profondeurs de l’âme de Frida Kahlo. À la manière d’un recueil de pensées, le livre explore les thématiques qui sont chères à Frida : l’amour, la mort, la terre, les animaux… Sébastien Perez insère dans son texte des phrases extraites des correspondances de Frida pour restituer de la façon la plus sincère et vraie ce que l’artiste ressentait  » par-devers elle et face à elle « .

Mon avis :

Ce livre est avant tout un très bel objet avec sa couverture recouverte de tissu et ses pages découpées de façon artistiques. Mais c’est aussi un très bel hommage à l’artiste qu’était Frida Kahlo.

Les auteurs et amis ont parfaitement su retranscrire l’univers de l’oeuvre de Frida, la complexité qui se cachait derrière ses tableaux et les thèmes récurrents qui l’obsédaient. J’ai donc trouvé ce livre particulièrement beau et poignant. La tragédie et la douleur qui sont au coeur de l’oeuvre de Frida ont résonné dans mon coeur à la lecture de cet ouvrage. J’ai ressenti sa grande souffrance aussi bien physique qu’émotionnelle. En cela, j’ai trouvé que les pages consacrées à sa relation avec Diego étaient les plus belles et les plus saisissantes que ce soit concernant leur amour et leur désir d’avoir un enfant. En cela, ce livre est le parfait complément au film qui était sorti il y a quelques années sur elle. L’idée d’utiliser des citations de celle-ci et de retravailler ses tableaux est très ingénieux, un peu comme l’avait déjà fait B. Lacombe dans son livre sur Marie-Antoinette et sa BD sur Leonard de Vinci. De même, j’ai beaucoup apprécié la postface où il relate sa relation à Frida. C’est vraiment un livre très beau et très riche, indispensable pour tous les amateurs d’art ou de Benjamin Lacombe.

Ma note : 17 / 20

Et je vous laisse admirer ci-dessous quelques illustrations tirées du livre :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Harry Potter and the Chamber of Secrets – Version illustrée – de J.K. Rowling

couv12676443

Titre : Harry Potter et la chambre des secrets / Harry Potter and the Chamber of Secrets

Auteur : J. K. Rowling

Illustrateur : Jim Kay

Editeur : Arthur A. Levine Books / Scholastic (version américaine)

Année de parution : 2016

Résumé : Une rentrée fracassante en voiture volante, une étrange malédiction qui s’abat sur les élèves, cette deuxième année à l’école des sorciers ne s’annonce pas de tout repos ! Entre les cours de potion magique, les matches de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry trouvera-t-il le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets ? Un livre magique pour sorciers confirmés.

hp2_snowscene

Mon avis :

Tout comme pour le tome précédent, j’ai choisi pour cette réédition d’Harry Potter de prendre la version américaine dont je préfère vraiment la police d’écriture. Cette fois le couverture joue à fond dans les couleurs de l’automne et ça tombe bien puisque c’est le moment que j’ai choisi pour le lire.

Concernant l’objet, il est toujours aussi beau et soigné. On retrouve la jaquette avec le titre en relief. On retrouve le signet assorti à la couleur de la reliure (orange) et on retrouve les jolies illustrations à l’intérieur des rabats du livre avec la serre du professeur Chourave, élément central de l’histoire de ce tome. Les illustrations à l’intérieur sont toujours aussi belles et aussi raccord avec l’histoire (cf celles que j’ai mises plus bas) mais le gros bémol c’est que j’ai vraiment eu l’impression d’en avoir moins proportionnellement au nombre de pages que dans le tome 1, notamment dans les derniers chapitres où j’aurais bien aimé voir un dessin de Tom par exemple ce qui n’est jamais arrivé. Je suis donc un peu déçue de ce côté-là.

Concernant l’histoire, j’ai vraiment aimé redécouvrir celle de la Chambre des secrets que je ne connaissais que par son adaptation au cinéma. J’ai trouvé celle-ci plus angoissante et mieux ficelée dans le livre de J. K. Rowling. Au cinéma tout allait un peu trop vite. Ici, l’auteur prend le temps de poser son histoire. Le début est assez lent, on retrouve les personnages tels qu’on les a connus mais l’auteur élargit aussi son univers grâce à l’arrivée de Dobby et de Gilderoy Lockart entre autres. Elle nous entraîne aussi assez vite vers quelque chose de plus sombre à l’image du moment où Harry atterrit dans l’Allée des Embrumes et cela dure tout au long de l’histoire. L’ambiance se fait plus sombre, plus menaçante et les angoisses qu’avaient ressenties Harry, Hermione et Ron dans le premier tome gagnent l’ensemble des élèves et des professeurs cette fois. La menace qui plane se fait de plus en plus concrète même si tout le monde ne sait pas encore que cela vient de Voldemort. J’ai beaucoup aimé la façon dont J. K. Rowling développe peu à peu cette peur insidieuse. On retrouve une nouvelle fois Harry au centre des rumeurs et il n’a vraiment pas une position facile. Mais en même temps, l’auteure ménage des petits moments assez sympathiques et drôles notamment dès que ça touche le nouveau professeur en Défense contre les forces du mal ou le nouveau et chatouilleux Préfet, Percy. J’ai beaucoup aimé ces petits moments qui sont vraiment nécessaires pour alléger l’histoire.

Après malgré le début assez lent, l’histoire monte en puissance peu à peu en même temps que la tension augmente. La fin est bien rythmée mais moins précipitée que dans le tome précédent. J. K. Rowling prend plus le temps de conclure les choses. On sent que sont histoire a été mieux développée et d’ailleurs elle commence aussi à élargir sa mythologie. La preuve, elle commence à évoquer aussi bien le passé de Voldemort, que celui de Dumbledore ou de la création de Poudlard. Il ne s’agit plus juste de créatures et de formules magiques mais d’un vrai monde magique bien plus crédible. De même, j’ai été contente de découvrir de nouveaux lieux comme la demeure des Weastley (j’en suis totalement fan ><), l’Allée des Embrumes, la serre de Mme Chourave ou encore le bureau de Dumbledore.

Comparé au film, il y a bien sûr de nombreux ajouts et des scènes sensiblement différentes. Ainsi j’aurais bien aimé que le film conserve la fameuse fête de la Mort de Nick ou encore qu’il marque plus le temps qui passe aussi bien après la « transformation » d’Hermione, qu’après l’arrestation d’Hagrid. Dans le livre, j’ai aimé que tout ne s’enchaîne pas et que parfois plusieurs mois passent. Après, je ne vais pas lister ici toutes les différences entre ces deux médias, chacun a ses qualités et ses défauts, moi je n’ai pas de préférences particulières pour l’un et l’autre et je trouve qu’ils se complètent bien au contraire.

En tout cas, ce tome marque pour moi le choix de l’auteure d’entrer dans quelque chose de plus sombre et plus sérieux, ainsi que de creuser son univers, et c’est en soit une vraie réussite malgré ma déception quant au manque d’illustrations notamment sur la fin.

Ma note : 17 / 20

Comme pour le précédent voici une petite galerie des illustrations qu’on peut trouver dans ce nouveau tome :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le bois dormait de Rebecca Dautremer

couv44126274

Titre : Le bois dormait

Auteur : Rebecca Dautremer

Editeur : Sarbacane

Année de parution : 2016

Nombre de pages : 64

Histoire : Un prince et son compagnon de voyage découvrent une ville comme figée dans le temps. Au cours de leur progression ils trouvent tous les habitants plongés dans le sommeil. Une relecture de «La belle au bois dormant».

Mon avis :

Mon achat annuel de Rebecca Dautremer. C’est encore un très beau livre et une belle découverte. L’objet en lui-même est superbe. On retrouve le style si typique de Rebecca Dautremer dans la veine de Yéti ou de sa Bible illustrée avec des illustrations dans des tons sépia par endroit mais avec également des touches de couleurs qui les rendent très lumineuses. Une ambiance mélancolique se dégage de l’ensemble des dessins qui sont ici mis en avant comme ils le seraient dans un artbook.

L’oeuvre, elle, est originale. L’auteure a choisi de revisiter à sa façon le conte de La belle au bois dormant, en le transposant dans une petite ville « Le Bois » où tout le monde est endormi et dans laquelle se promènent deux personnages qui s’interroge sur ce qu’il se passe. Ce sont tous les deux le fil directeur de l’oeuvre. D’ailleurs elle nous les présente au tout début de l’ouvrage à l’aide d’un petit message fort original et on les suit comme s’ils étaient deux observateurs extérieurs, un peu comme des personnages de BD, ou bien des personnages qui viendraient se rajouter par-dessus. C’est très original à lire mais malheureusement il y a fort peu de texte, ce que j’avais déjà déploré dans Yéti. J’ai l’impression que plus ça va, plus ses livres tendent à être avant tout de beaux objets avec un petit grain d’originalité, le tout pour mettre en avant ses illustrations, mais le tout au dépend d’une vraie et belle histoire. C’est un peu dommage. J’avais pourtant beaucoup aimé sa relecture de Cyrano, celle de Babayaga ou encore l’originalité de son titre : L’amoureux.

Ma note : 17 / 20

N’hésitez pas aussi à aller lire le très bon avis de Lupiot : ici

Un petit aperçu de l’intérieur :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

The very hungry caterpillar d’Eric Carle

HungryCaterpillar

Titre : The very hungry caterpillar

Auteur : Eric Carle

Editeur vo : Puffin Books

Année de parution vo : 2006 (pour cette édition) 1970 (pour l’édition originale)

Nb de pages : 24

Histoire : On suit une petite chenille de sa naissance à sa transformation en papillon.

Mon avis :

Lu en version originale pour préparer un travail en classe avec mes élèves, j’ai beaucoup aimé le travail graphique réalisé sur ce titre ainsi que la petite histoire de cette chenille affamée.Il y a une vraie réflexion sur la mise en page, le choix du format ou encore le découpage des pages. Les dessins qui font penser à un travail de papier déchiré/collé me donnent très envie pour une exploitation en Arts visuels l’an prochain. La petite rengaine autour de ce que mange chaque jour cette jeune chenille est parfaite pour travailler aussi bien les jours de la semaine, les nombres que la nourriture en anglais. Un régal ! J’ai commandé d’autres titres de l’auteur pour tester.

En voici un petit aperçu :

Bilan de mes lectures en Décembre

bilan-livresque-decembre-2013-10765194

Dernier bilan de l’année qui vient de s’écouler. Comme chaque mois, je ne suis pas pleinement satisfaite. J’ai l’impression de ne pas avoir bien gérer mon temps pour lire tout ce que j’aurais aimé, mais j’ai quand même lu tout ce qu j’avais prévu et j’ai même fait de jolies découvertes ^^

Les Duchesses, tome 6 : Le duc de Villiers –> ma note 17 / 20

Stratagème amoureux –> ma note : 14 / 20

Noir : Histoire d’une couleur –> ma note 13 / 20

Le déjeuner des loups –> ma note 16 / 20

Afterschool Charisma, tome 12 (FIN)–> ma note : 10 / 20

Brainstorm’ Seduction, tome 3 –> ma note 13 / 20

 Le chemin des fleurs, tome 14–> ma note : 15 / 20

Six Half, tome 08 –> ma note 16 / 20

Innocent, tome 5 –> ma note 17 / 20

Yéti de Rebecca Dautremer –> ma note 14 / 20

La meute du phénix, tome 4 : Marcus Fuller –> ma note 17 / 20

Le club des survivants, tome 3 : L’échappée belle –> ma note 15 / 20

Yona, princesse de l’aube, tome 10 –> ma note 10 / 20

Noël ce n’est pas sorcier –> ma note 15 / 20

Charles, prisonnier du cyclope –> ma note 15 / 20

La fleur millénaire, tome 12 –> ma note 13 / 20

My teen love, tome 4 –> ma note 9 / 20

Meg Corbyn, tome 2 : Volée noire –> ma note 14 / 20

Silver Diamond, tomes 24 à 27 (série terminée) –> note moyenne 16 / 20

L’attaque des titans, tomes 15 et 16 –> ma note 16 / 20

Bilan : J’ai donc lu seulement 5 romans, 1 essai, 4 albums pour la jeunesse  et 14 mangas (dont 2 séries terminées)

Encore un petit bilan, mais bon vacances de Noël égal plutôt films que lectures chez moi 😉

Mes coups de coeur sont : Innocent et Six Half (catégorie manga), et Les Duchesses tome 6 et La meute du phénix tome 4  (catégorie roman).

Mes déceptions (et possible abandons pour les séries en cours) : My Teen Love et Yona pour les séries en cours et Afterschool Charisma, une série terminée, qui n’aura jamais su exploiter tout son potentiel.

pile-livre-e1421358705171

En janvier, j’ai prévu de lire :

Charley Davidson, tome 7 (lecture déjà en cours ^^)

Les Hussards de Halstead Hall (que je dois au moins commencer)

Oona et Salinger ou bien Le cas Eduard Einstein (qui me tentent depuis un moment)

Chihayafuru, tome 14

Real, tome 14

et probablement d’autres mangas qui sortiront et dont je n’ai pas les titres en tête 😉

J’en profite maintenant pour vous souhaiter à tous une très bonne année 2016 qui j’espère sera riche en découvertes livresques ^0^

TP155(1)

Le souffleur de rêves de Bernard Villiot et Thibault Prugne

41axhJOgOrL._SX351_BO1,204,203,200_

Titre : Le souffleur de rêves

Auteurs : Bernard Villiot et Thibault Prugne

Editeur : Gautier-Languereau

Année de parution : 2015

Résumé : Au nord de Venise, sur l’île de Murano, célèbre dans le monde entier pour ses maîtres verriers, un mystérieux souffleur fit une nuit le bonheur d’un enfant en lui offrant un cadeau extraordinaire : une bulle de rêve. Dès lors, tous les enfants de l’île réclamèrent des rêves merveilleux.
Mais qui était donc ce souffleur magicien ?

Mon avis :

Très joli livre sur le handicap, la tolérance, la lutte contre les préjugés, en plus dans un cadre magnifique : Murano. Les dessins sont doux et poétiques mais ils ressemblent diablement à ceux de Rébecca Dautremer parfois, notamment au niveau des nez. L’histoire est prenante et très bien menée de bout en bout. On se laisse emporter par la triste histoire de Zorzi et sa jolie rencontre avec Giacomo. La représentation de Murano et du métier de maître verrier est magnifique. Elle fait vraiment rêver. C’est une superbe idée que ces bulles de rêves en verre. Cela donne lieu à des pages aussi belles que des tableaux. C’est une vraie réussite.

Ma note : 16 / 20

Quelques images pour le plaisir des yeux :