Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Immortal Rain de Kaori Ozaki

Titre : Immortal Rain

Auteur : Kaori Ozaki

Editeur vf : Doki Doki

Années de parution vf : 2011-2013

Nombre de tomes : 11 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Depuis des siècles, Rain Jewlitt parvient à échapper aux assassins et aux chasseurs de primes qui souhaitent percer le secret de son immortalité. Machika, une jeune femme pleine de vie, s’est fait le serment de venger son grand-père, « Zol le faucheur », décédé dans cette quête. Mais sa rencontre avec Rain, tourmenté par le poids des siècles, va lui révéler que l’amour n’est pas toujours bien loin de la haine…

Mes avis :

Tome 1

Après avoir lu et beaucoup aimé Our Summer Holiday de la même auteure, il me fallait tester sa série plus longue parue il y a quelques années : Immortal Rain. Celle-ci est dans la veine des shojos des années 90 que j’aimais beaucoup. C’est un récit plein d’aventures et de bons sentiments avec un dessin agréable mais un peu daté, le tout dans un univers fantasy bien maîtrisé à première vue.

Lire la suite « Immortal Rain de Kaori Ozaki »

Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Dragon Ball d’Akira Toriyama

187ca46864523816921935d1fd746478_large

Titre : Dragon Ball

Auteur : Akira Toriyama

Editeur vf : Glénat

Années de parution vf : 1993-2000

Nb de tomes : 42 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Goku vit seul dans la montagne depuis la mort de Gohan, son grand-père adoptif. Il y mène une vie insouciante jusqu’à l’arrivée de Bulma, qui parcourt le monde à la recherche des Dragon Ball, les 7 boules de cristal.
Celles-ci, une fois rassemblées, permettent d’invoquer le Dragon Shenron, capable d’exaucer n’importe quel vœu.rnrnPlutôt que de lui donner la boule aux quatre étoiles laissée par son grand-père, Goku décide de suivre Bulma dans sa quête.
Ils ne tarderont pas à croiser Pilaf, qui veut utiliser les boules de cristal pour devenir le maître du monde.

6836_dragon_ball_z_hd_wallpapers

Mon avis sur la série :

Certainement le premier manga que j’ai lu et celui qui m’a fait découvrir le genre. J’ai d’ailleurs chez moi la première édition sortie chez Glénat et malgré les nombreuses lectures que j’en ai faite et l’usure du temps, je ne compte pas m’en séparer.

Dragon Ball est une petite bouffée de fraicheur et de franche rigolade à chaque relecture. J’aime l’humour « panpan culcul » de l’auteur, j’aime le graphisme déjanté de son univers et les nombreuses inventions qui le peuplent – souvent grâce à Bulma. Ce qui fait que j’ai un gros penchant pour la première partie, celle où Sangoku est encore enfant. Ensuite avec l’arrivée des tournois et leur répétition, on perd peu à peu l’âme de la série. Et selon moi, celle-ci aurait dû s’arrêter avec Freezer où l’on a atteint des sommets, ensuite ce ne sont que rajouts inutiles. On perd en inventivité à chaque chapitre. Car ce qui a fait le sel de la série, l’humour et le côté décalé, a disparu.

En effet dans la première partie est vraiment hilarante avec un Sangoku qui découvre le monde et les autres, et qui du coup est souvent à côté de la plaque donnant lieu à des répliques et des actions savoureuses. Ceux qu’il rencontre ne sont pas en reste, entre Bulma et ses réactions disproportionnées, Tortue Géniale un brin obsédé, Krilin qui voudrait être calife à la place du calife et j’en basse. Toute la petite bande est très amusante. Ce n’est que par la suite qu’ils se prennent un peu trop au sérieux et que ça devient moins drôle. Mais je me rappelle avec grand plaisir les premiers entraînements de Sangoku, les combats contre l’armée du Ruban rouge, et même les premiers tournois.

Ce que j’aime aussi dans cet univers, ce sont effectivement toutes les inventions, les gadgets et les artéfacts. Qui ne rêverait pas d’avoir un nuage et un bâton magique, des capsules pouvant contenir n’importe quel véhicule et même une maison, un radar qui localise les boules de cristal pouvant exaucer tous nos vœux ! Toriyama sait vraiment nous faire rêver. Et c’est cette capacité qui m’a fait aimer la série.

Quant au reste de la série, quand elle devient plus sérieuse, ce n’est plus qu’entraînement, montée en puissante et affrontement, même s’il reste quelques pointes d’humour parfois avec Chichi ou le couple Bulma/Vegeta, mais j’aime moins. Du coup, je retiens surtout la 1e partie et ne relis presque que celle-là. Mais c’est une série qui reste très chère à mon cœur et qui n’a jamais été égalée depuis à mon sens.

 9p55ns07

A noter : Je n’ai pas du tout aimé la nouvelle traduction proposée par Glénat dans sa « version perfect ». Elle fait perdre tout humour à la série à cause de sa volonté de coller à l’originale. Dans une traduction, il faut adapter et ne pas faire du mot à mot, ce qui a été fait ici malheureusement. Ça donne une traduction très lourde, avec plein de renvois en bas de page, ce qui casse les gags. De plus, pour quelqu’un habitué aux anciens noms, qui a été bercée dedans avec le manga et l’animé, c’est très désagréable de les voir changer. Bref, malgré les superbes couvertures et les pages couleurs, je n’en ai acheté que le tome 1 et je ne pense pas faire la suite un jour.