Livres - Classique

Les histoires de fantômes d’Edith Wharton

Titre : Kerfol et autres histoires de fantômes

Auteur : Edith Wharton

Éditeur vf : Le Livre de Poche

Année de parution vf : 2011

Nombre de pages : 251

Histoire : Les fantômes whartoniens se glissent dans ces interstices de silence oppressant, minéral ou granitique, dans « ce trou, béant, surgi soudain dans notre expérience ». Ils n’effraient plus, comme les fantômes anciens, par leurs apparitions spectaculaires et leur attirail gothique, mais par leur passage secret et discret, le frôlement furtif de leur « immense absence » et de leur palpable présence, en bas de l’escalier, derrière la porte de la bibliothèque, ou bien à l’autre bout de la table – si près qu’on pourrait presque les toucher.

Lire la suite « Les histoires de fantômes d’Edith Wharton »

Livres - Classique

Le temps de l’innocence d’Edith Wharton

Titre : Le temps de l’innocence

Auteur : Edith Wharton

Édition vf : J’ai lu (roman)

Année de parution vf : 1985

1e année de parution vo : 1920

Nombre de pages : 308

Histoire : Newland Archer, symbole de toute une société imbue d’elle-même, devient, sous la plume d’Edith Wharton, l’incarnation d’un espoir avorté. A la veille de ses fiançailles avec la chaste May Welland, appartenant comme lui à la plus haute caste new-yorkaise des années 1870, il rencontre Ellen Olenska, comtesse désargentée, sensuelle et éprise de liberté. Mais il ne trahira jamais ses principes ; sa passion le condamne donc à une vie d’amertume. Dans ce conflit entre l’individu et le groupe, Wharton maîtrise à merveille l’art de la suggestion. Sans frasques, subtilement, sur un ton qui mêle ironie et observation clinique, la romancière invite le lecteur à relire le thème de l’innocence sous un jour nouveau et le surprend sans cesse, jusque dans l’ultime ressort dramatique par lequel elle ramène au premier plan le souvenir de May, signifiant ainsi que Le Temps de l’innocence est révolu et qu’une ère de liberté est désormais envisageable.

Lire la suite « Le temps de l’innocence d’Edith Wharton »