Séries Tv - Films

Spotlight de Thomas McCarthy

affich_43091_1

Titre : Spotlight : Édition spéciale

Réalisateur : Thomas McCarthy

Année de sortie : 2015

Acteurs : Mark Ruffalo, Michael Keaton, Rachel McAdams, Stanley Tucci, John Slattery…

Histoire : Adapté de faits réels, Spotlight retrace la fascinante enquête du Boston Globe – couronnée par le prix Pulitzer – qui a mis à jour un scandale sans précédent au sein de l’Eglise Catholique. Une équipe de journalistes d’investigation, baptisée Spotlight, a enquêté pendant 12 mois sur des suspicions d’abus sexuels au sein d’une des institutions les plus anciennes et les plus respectées au monde. L’enquête révèlera que L’Eglise Catholique a protégé pendant des décennies les personnalités religieuses, juridiques et politiques les plus en vue de Boston, et déclenchera par la suite une vague de révélations dans le monde entier.

Mon avis :

Voici mon nouveau film coup de poing de cette année. Après l’excellent Philomena l’an dernier et le déchirant Magdalene Sisters que j’avais vu encore un peu avant, voici un nouveau film qui révèle les horribles méfaits des  institutions catholiques. Comme les deux films cités, Spotlight se veut la dénonciation d’un scandale que l’Eglise a tout fait pour cacher, mais cette fois, ce sont des journalistes qui sont aux commandes pour révéler les faits.

Ce film est avant tout l’histoire de l’enquête de ces quatre journalistes du Boston Globe qui en fouillant sur le passé d’un prêtre vont découvrir bien plus d’horreurs qu’ils ne le pensaient ! Cette enquête va leur prendre plus d’un an. Elle va accaparer tous leurs instants et pour nous spectateurs, elle va se révéler très très prenante. Le film en lui même est d’une réalisation très classique, presque celle d’un documentaire, mais il est astucieux de voir comment le réalisateur a su le rendre toujours prenant et dynamique. Pas un instant, on ne se lasse de leurs recherches qui sont pourtant longues. Sans en avoir tous les détails, l’essentiel du travail des journalistes a été gardé à l’écran afin que nous puissions les suivre d’autant plus facilement. C’est vraiment très bien fait. On a l’impression d’être avec eux dans leurs bureaux du Globe, mais aussi sur le terrain : dans les salles d’archives, les bibliothèques et les rues de Boston. L’enquête est très prenante à suivre notamment avec l’effet boule de neige qui suit les révélations qui tombent en cascade et qui font monter l’histoire et le suspense. On sent une vraie urgence pour arriver à sortir l’histoire face à tous ceux qui cherchent à les en empêcher.

Spotlight4798

Les acteurs qui ont été choisis : Mark Ruffalo, Michael Keaton, Rachel McAdams, Stanley Tucci interprètent leurs rôles à la perfection. Je donne quand même une mention spéciale à Mark Ruffalo qui vit littéralement son rôle. Il nous fait vibrer avec sa fougue et son implication dans l’histoire. Ça redore un peu le blason des journalistes qui ont tendance à être pas mal décriés ces derniers temps, mais il ne faut pas oublier que comme dans toutes les professions ils ne sont pas tous parfait et qu’ici en plus, l’histoire non seulement se passe en 2001, mais en plus que toute l’enquête a été récompensée d’un Pulitzer, c’est donc pas mal biaisé ^^ Il n’empêche que cela donne une belle image du métier de journaliste, pourfendeur des erreurs de la société mais aussi en rédemption de ses propres erreurs.

Parce que dans ce film, à côté ou même en parallèle de l’enquête, il y a aussi un procès des instance judiciaires et des journaux américains. Il n’y a pas que l’Eglise qui soit dénoncée pour avoir cachée, étouffée, minimisée des faits mais tout un système bien plus large. C’est ce qui montre à quel point toute cette histoire est horrible. Des enfants ont été agressés et personne ne les a écoutés ni eux, ni leur famille. On a détruit aussi bien leur corps, leur esprit que leur âme, certains qui étaient croyant (et soyons clair, ce n’est absolument pas mon cas ^^) ont même perdu leur foi ce qui est peut-être le pire pour eux. Mais en plus quand il a fallu dénoncer ce qui se passait, on les a ignoré ou payé pour se taire.

J’ai voulu voir ce film parce qu’il venait d’être primé aux Oscars. Je ne connaissais pas son sujet mais dès que j’ai compris, j’ai été happé. C’est une histoire prenante et magnifiquement racontée du point de vue des journalistes. Il manque peut-être justement le point de vue des victimes qui apporteraient plus d’émotion encore. J’espère en tout cas qu’il permettra de ne pas oublier ce qu’il s’est passé et qu’on continuera à dénoncer de tels scandales s’ils ont lieu !

Ma note : 17 / 20

Séries Tv - Films

Philomena de Stephen Frears

Philomena_poster

Titre : Philomena

Réalisateur : Stephen Frears

Année de sortie vf : 2014

Acteurs : Judi Dench ; Steve Coogan ; Sean Mahon ; Peter Hermann

Histoire : Irlande, 1952. Philomena Lee, encore adolescente, tombe enceinte. Rejetée par sa famille, elle est envoyée au couvent de Roscrea. En compensation des soins prodigués par les religieuses avant et pendant la naissance, elle travaille à la blanchisserie, et n’est autorisée à voir son fils, Anthony, qu’une heure par jour. À l’âge de trois ans, il lui est arraché pour être adopté par des Américains. Pendant des années, Philomena essaiera de le retrouver.Quand, cinquante ans plus tard, elle rencontre Martin Sixmith, journaliste désabusé, elle lui raconte son histoire, et ce dernier la persuade de l’accompagner aux Etats-Unis à la recherche d’Anthony.

Mon avis :

Voici un film qui ne peut pas laisser insensible. Il dénonce une fois de plus les méfaits d’une Eglise qui au nom de la bien pensance commet des horreurs et ne s’en repend jamais. En effet, c’est ici le drame de ces milliers de jeunes irlandaises dont l’Eglise a pris les bébés pour les vendre au plus offrant (souvent des américains) que l’on raconte. Et je pense qu’il est très important de faire la lumière sur ce genre de fait pour arrêter de croire que l’Eglise n’est que paix et amour. Ses membres, à l’esprit étriqué, ont commis des actes ignobles et il serait temps de les dénoncer à la face du monde.

Vous l’aurez compris, le thème de ce film a remué beaucoup de choses chez moi et j’admire d’autant plus la nuance dont a su faire preuve le réalisateur pour raconter cette histoire, puisque j’en suis moi-même incapable. Je suis révoltée par ce qui est arrivé à Philomena (et toutes ces autres femmes) et j’ai beaucoup de mal à comprendre les réactions bien trop douces de celle-ci. A sa place, je ne pourrais pas me contenter juste de savoir ce qu’est devenu mon fils, je ne pourrais pas pardonner à ceux qui m’ont fait comme elle, et je l’admire d’autant plus. Je parle d’elle ainsi, car il faut savoir que le film est tiré d’une histoire vraie.

Le duo d’acteurs qui a été choisi pour incarner Philomenia et son compagnon de route, le journaliste-écrivain Martin Sixmith est particulièrement judicieux. La première incarne parfaitement la vieille dame toute en retenue et émotion. Le second représente à merveille le journaliste engagé et en colère qui oublie son sujet pour aider cette femme et accepte ses décisions même si ça va à l’encontre de ses convictions.

Le film en lui-même est très bien réalisé, les plans sont de toute beauté. La narration est fluide et nous emmène d’un lieu à l’autre, d’un pan de l’histoire à l’autre sans faiblir. On va de révélations en révélations mais avec un vrai naturel, comme si on remontait l’histoire de la vie d’Anthony avec eux. J’avais peur de m’ennuyer au début mais ce ne fut jamais le cas.

Un très bon film, qui restera longtemps dans ma mémoire.

Ma note : 17 / 20