Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Baby-sitters de Hari Tokeino

gakuen

Titre : Baby-sitters

Auteur : Hari Tokeino

Éditeur vf : Glénat (shojo)

Années de parution vf : Depuis 2014

Nombre de tomes vf : 17 (en cours)

Résumé du tome 1 : Ryuichi et son jeune frère Kotaro se retrouvent orphelins suite au crash de l’avion qui transportait leurs parents. Ils sont recueillis par la directrice de l’Académie Morinomiya mais en échange, Ryuichi devra intégrer le “club des baby-sitters” et s’occuper de la crèche destinée à garder les enfants des professeurs. Habitué à garder son petit frère, Ryuichi se débrouille plutôt bien avec les enfants, mais veiller sur six bébés en même temps, c’est une autre affaire !

Lire la suite « Baby-sitters de Hari Tokeino »

Livres - Beaux-Livres / Arts·Livres - Jeunesse / Young Adult

Il était une fois… de Benjamin Lacombe

3743758408

Titre : Il était une fois…

Auteur : Benjamin Lacombe

Editeur : Seuil

Année de parution : 2010

Résumé : Une interprétation magistrale de contes traditionnels dans de véritables tableaux en volume.
Les volumes subliment le sens profond de chaque conte. La symbolique de Benjamin Lacombe fait écho à celle de Grimm et d’Andersen. Suivez le Lapin Blanc pour ce voyage au Pays des Merveilles…

Mon avis :

Une magnifique mise en mouvement des tableaux de B. Lacombe sur les contes, univers onirique et dramatique qu’il affectionne temps. Cela donne des tableaux vivants qui sont un vrai régal pour les yeux à tout âge. Cela fait rêver aussi bien les grands que les petits. Et on a le plaisir de retrouver les personnages de ces autres oeuvres. Un incontournable pour tout fan de l’artiste ! Mais il manque peut-être un appareil critique plus conséquent comme petit texte pour accompagner chaque tableau et y décrire la démarche de l’auteur. Mes préférés resteront ceux de Madame Butterfly, Alice au pays des merveilles, la Belle au bois dormant et Peter Pan ^^

 Ma note : 18 / 20

Mes illustrations préférées :

Livres - Jeunesse / Young Adult

Longs cheveux de Benjamin Lacombe

longscheveux Longs-cheveux-B.Lacombe-Les-lectures-de-Liyah

Titre : Longs Cheveux

Auteur : Benjamin Lacombe

Editeur : Talents Hauts

Année de parution : 2006

Résumé : C’est l’histoire de Loris, un petit garçon aux cheveux longs que l’on prend souvent pour une fille. Pourtant les héros aux cheveux longs ne manquent pas: Tarzan, les Indiens d’Amérique, Louis XIV… et surtout, le père de Loris, guitariste de flamenco. Un magnifique album de Benjamin Lacombe sur le droit à la différence.

Mon avis :

Une petite histoire toute mignonne dans laquelle B. Lacombe tente de lutter contre le stéréotype : garçon = cheveux courts. Si le propos est intéressant, il est traité un peu trop légèrement et surtout pas assez en profondeur. En effet, Loris ne cherche que des modèles masculins forts, pour ne pas dire dominant et viril pour justifier le fait qu’il porte des cheveux longs et qu’il n’est pas une femmelette… De plus, les références ne sont pas crédibles pour un enfant de cet âge (qui connait Samson et Dalila à cet âge là ?). Quant aux filles de l’histoire, elles sont, elles, en plein stéréotypes avec leurs jupes, leurs robes et leurs barrettes dans les cheveux. Et je ne parle pas du fait qu’elle craque pour le beau blond qui joue de la guitare. Bref, ça tombe un peu à côté. Surtout que la fin est très abrupte comme avec Cerise Griotte, qui fait une petite apparition dans les dernières pages (sympa le clin d’oeil).

N’empêche que les dessins sont toujours aussi beaux, j’aime beaucoup les couvertures. La palette des couleurs, un peu vintage entre bleus turquoises, rouges bordeaux et vieux orange et jaunes mordorés, me plaît.

Ma note : 13 / 20

Livres - BD / Illustrations·Livres - Jeunesse / Young Adult

Benjamin Lacombe

Il est temps de vous présenter celui que je considère comme le meilleur illustrateur français pour la jeunesse : Benjamin Lacombe.

Je l’ai découvert par hasard il y a quelques années et depuis je ne peux m’empêcher de suivre tout ce qu’il sort. Alors je ne lis pas forcément tous ces ouvrages, mais je les admire toujours parce que c’est avant tout son art qui m’intéresse. Et quel art ! Je vous laisse admirer…

couv49772586

Titre : La petite Sorcière

Auteur : Benjamin Lacombe

Paru en 2009 chez Seuil

Résumé : Alors qu’elle explore le grenier de sa grand-mère, Lisbeth découvre un étrange et poussiéreux grimoire. En tournant les pages, elle apprend que sa douce grand-mère Olga serait une sorcière. Et la petite fille n’est pas au bout de ses surprises.

Mon avis :

Une petite histoire très touchante sur les secrets de famille. B. Lacombe et S. Perez ont eu une très bonne idée d’écrire sur une famille de sorcières à notre époque, surtout à travers les yeux d’une petite fille qui n’est au courant de rien. Ça donne lieu à de très jolis moments, et à une belle réflexion sur les différences et le fait d’aimer quelqu’un qui n’est pas comme tout le monde. Les dessins sont toujours aussi beaux (magnifique vue des toits en ouverture) et envoûtants. Et l’on sent qu’ils ont créé ici un univers très riche à la portée aussi bien des enfants (pour une fois !) que des adultes, avec pas mal de références. Il me tarde maintenant de lire le Grimoire qui le complète ^^ Mais petit bémol : la fin est un peu abrupte comme souvent dans ses albums…

Ma note : 17 / 20

couv9950670

Titre : Grimoire de sorcières

Auteur : Benjamin Lacombe

Paru en 2009 chez Seuil

RésuméSi ce livre est tombé par erreur entre vos mains, refermez-le immédiatement et fuyez. Si toutefois vous décidez de le lire, réfléchissez bien car ce grimoire est un livre maudit !

Mon avis :

Livre qui complète à merveille la Petite sorcière où il en est fait référence. Ici, les auteurs revisitent notre histoire et ses grands personnages, de même que certains contes et mythes en donnant un aspect tragique au destin de ces femmes, transformant ainsi parfois l’histoire qu’on leur connaissait (le plus bel exemple pour moi est Méduse). Le tout est couplé avec de superbes illustrations une fois de plus que font presque plus tenir l’ouvrage de cabinet de curiosités que de livre. La richesse des détails est assez incroyable. On sent qu’ils cherchent à la fois à intéresser un jeune public curieux de tout, qu’un public adulte friand de références culturelles. En tout cas, c’est une grande réussite !

Note : Je recommande pour découvrir ces 2 ouvrages, le coffret Généalogie d’une sorcière qui les regroupe dans un beau cartonnage avec en prime une illustration qu’on peut encadrer.

Ma note : 18 / 20

couv29305753

Titre : Ondine

Auteur : Benjamin Lacombe

Paru en 2012 chez Albin Michel

Résumé : Benjamin Lacombe revient avec le mythe d’Ondine à ses amours romantiques et pré-raphaélites. Inspiré par les textes de Friedrich de La Motte-Fouqué et la pièce de Jean Giraudoux, il propose sa version du conte, où prédominent des images très picturales faisant écho aux peintures de Millais ou Waterhouse. Par un savant jeu de calques imprimés, il fait émerger toute la sensualité et la transparence de cet univers aquatique. Vibrant pour le beau chevalier Huldebrande, Ondine se noie dans les tumultes de l’amour, ses marivaudages et ses trahisons. Un grand conte, une épopée romantique dont les thématiques résonnent de manière étonnamment moderne.

Mon avis :

Magnifique album qui revisite d’une superbe façon l’Ondine de Giraudoux. Une fois de plus le travail de B. Lacombe est incroyable, entre calques élégamment utilisés, planches naviguant entre la passion et la tragédie, un trait toujours aussi doux et vif à la fois et des couleurs rayonnantes même dans leur noirceur. Il faudrait plus d’albums comme ça !

Ma note : 19 / 20

couv17923252

Titre : Cerise Griotte

Auteur : Benjamin Lacombe

Editeur : Seuil Jeunesse (existe en poche)

Parution : 2006 (et 2014 pour la version poche)

Mon avis :

Petite histoire sympathique qui doit dater des débuts de Benjamin Lacombe. On retrouve son univers toujours un peu tristounet mais très émouvant. Cerise est une petite fille bien solitaire que le destin n’a pas gâtée. Heureusement, elle se trouve un bon ami en Griotte, le chien. Mais cette rencontre ne met pas vraiment fin à sa solitude, c’est plutôt l’évènement amené brutalement à la fin qui l’aidera, mais cela on ne le verra pas. On n’aura que l’espoir que cela arrivera. Du coup, j’ai quand même trouvé la fin trop abrupte, il me manque quelques pages. Quant aux dessins, ils m’ont rappelé ceux de Rebecca Dautremer par moment, notamment dans les robes des filles et leurs coiffures.

Ma note : 15 / 20

couv43204688

Titre : Léonard & Salaï

Auteurs : Benjamin Lacombe & Paul Echegoyen

Paru chez Noctambule en 2014

Résumé du tome 1 : Ce roman graphique atypique nous entraîne dans l’intimité d’un homme devenu l’incarnation du génie créateur, un artiste au talent jamais égalé.
Qui pourraient être mieux placés que deux hommes, deux artistes, pour vous conter l’histoire d’amour qui lia, pendant près de trente ans, Léonard de Vinci à un jeune apprenti qu’il baptisa Salaï (« petit diable »).
Immergez-vous au cœur de cette évocation romanesque qui présente une autre vision de Léonard de Vinci, de son entourage et de sa vie. Au-delà du mythe, de ses incroyables inventions et de sa modernité (fervent écologiste, végétarien, humaniste…), il était détesté par ses pairs, autant pour son immense talent que pour son physique avantageux, ou encore pour la cour qui l’encerclait.
Comment a-t-il vécu, aimé, souffert ? L’histoire s’intéresse à son amour pour Salaï, personnage oublié, écorché vif, petit voyou fainéant au grand talent, et dont on attribua certaines œuvres au Maître, à son Maître.
Réalisée à quatre mains, avec un grand soin du détail, cette tragédie en deux actes est servie par des graphismes somptueux au lavis et à la gouache signés Benjamin Lacombe – figure de proue en Jeunesse qui a rapidement connu la célébrité – et Paul Echegoyen.
Cet univers où règne la grâce, remarquable par son ampleur et sa profondeur, résonne à notre époque de façon étonnamment moderne. Un portrait sensible et fascinant d’un artiste jamais égalé…

Mon avis :

Tome 1
Un travail époustouflant entre deux artistes de grand talent, dont le mariage donne une grande richesse graphique au récit. Je suis ravie de découvrir avec eux ce pan de l’histoire de Léonard. Le rendu des décors, des scènes et des tableaux (revisités par B.Lacombe) est à couper le souffle. Et j’ai adoré le petit plus de l’interview sur l’envers des décors. Vivement le tome 2 !

Ma note : 19 / 20

lc3a9onard-salac3af-planche-2

A lire aussi, mes avis sur :

Les Amants Papillons

couv16171594

Blanche Neige

couv58088826.gif

Il était une fois

3743758408

Madame Butterfly

couv39335321

Marie-Antoinette, Carnet secret d’une Reine

couv32596407Longs cheveux

longscheveux

Facéties de chats

9782954115788

Et une oeuvre un peu à part où Benjamin est juste au texte :

Le carnet rouge

    couv22954624

Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Love so life de Kaede Kouchi

ch69previcarus

Titre : Love so life

Auteur : Kaede Kouchi

Années de parution vf : Depuis 2012

Editeur vf : Delcourt

Nb de tomes : 17 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Shiharu Nakamura est une orpheline de seize ans qui désire devenir puéricultrice ! Pour réaliser son rêve, elle travaille à mi-temps dans une garderie en plus de ses cours au lycée, jusqu’au jour où Seiji Matsunaga, un client de la crèche, lui propose de devenir la baby-sitter des jumeaux dont il a la garde. Shiharu accepte, ignorant alors que Seiji Matsunaga est une star de la télé…

love_so_life_by_eimin7-d784p2z

Mes avis :

Tome 1
Cette série est vraiment adorable. Les jumeaux sont ultra mignons (je veux les mêmes >.<), Shiharu est très attachante (un peu à la manière de Tohru dans FB mais sans le côté cruche) et Sei est craquant en homme parfait sans l’être tout à fait. Bref une réussite !

Tome 3
Tout ce petit monde se rapproche mais c’est fait de manière si naturelle que c’est attendrissant. Un régal ! (Je veux encore voir les jumeaux et leurs drôles de tenues >.<)

Tome 4
Une série qui garde sa qualité au fil des tomes. Il est juste dommage que Shiharu nous parle encore et toujours de sa mère même si ça peut se comprendre…

Tome 5
Je ne m’en lasse pas même avec l’arrivée de nouvelles intrigues tournant plus autour de la vie de Shiharu dans sa globalité et non plus juste avec les jumeaux et Sei.

Tome 6
Toujours aussi adorable et prenant. L’auteur est douée pour nous accrocher avec un rien.

Tome 7
Un nouveau groupe se forme et les aventures repartent de plus belles. J’aime toujours autant.

Tome 8
Les jumeaux grandissent mais ils restent toujours aussi mignons >.< L’éloignement fait du bien à Shiharu et ça permet de la voir dans un autre cadre. On pourrait croire que l’auteur pourrait encore en faire de nombreux tomes sans que ça nous lasse.

Tome 9
Un peu moins de jumeaux et de Seiji dans ce tome et ça se ressent… Mais la fin avec l’arrivée des grands-parents en valait la peine, cela permet de faire bien avancer l’histoire même si on ne sait pas encore si ça se fera vraiment. Bref vivement la suite !

Tome 10
Superbe tome pendant lequel je suis passée par toutes sortes d’émotions. J’ai vraiment été touchée par la détresse de Shiharu, son manque de confiance en elle, son sentiment de ne pas trouver sa place et sa volonté de ne pas perdre ce qu’elle a si durement acquis. Bref, c’était très beau ! Et puis, j’adore Seiji *0*

Tome 11

Ahlala que j’aime cette série. Je ressens toujours une pleine bouffée d’émotions en la lisant et ce tome n’échappe pas à la règle. Il s’ouvre avec la fête des 3 ans des jumeaux qui sont plus craquants que jamais. Mais ce chapitre sert surtout d’introduction au passé de Sei et à sa « rencontre » avec les jumeaux. On découvre un pan de sa triste enfance, puis comment il a vécu des premiers temps difficiles avec les jumeaux quand il les a recueillis. C’était très émouvant de voir ce pauvre jeune homme qui a manqué d’affection essayer d’en donner aux deux petits pour se racheter de son absence en plus ! ça m’a vraiment donné envie de voir revenir son frère aîné. Puis vient la rencontre avec Chiharu et on voit tout ce qu’elle lui a apporté. Mais il faudrait vraiment qu’il se décide avec elle et j’espère que le ressort dont joue l’auteur à la fin (le retour de son ex-) va les pousser à agir aussi bien l’un que l’autre pour sortir de cette attente. Mention spéciale pour ce tome, j’ai adoré la mamie aux kakis ><

Tome 12

Même si c’est toujours un concentré d’émotions, j’ai moins aimé ce tome que les précédents. J’ai eu l’impression qu’il était là pour délayer l’histoire et retarder le moment de la séparation avec les jumeaux. Certes, nous avons pu en apprendre plus à la fois sur Seiji et sur Chiharu mais comme ils étaient séparés, j’ai moins aimé. Découvrir le passé de Seiji avec sa petite amie de la fac était intéressant, surtout que ça en dit beaucoup sur ses goûts en matière de femmes. Par contre, du côté de Chiharu, la parenthèse de sa relation avec Nao m’a laissée indifférente tant on savait comment ça allait se finir. Heureusement les jumeaux sont toujours aussi mignons même si on ne les a pas beaucoup vus. J’espère que le prochain tome sera meilleur et repartira sur une autre dynamique.

Tome 13

Encore un tome qui ne fait pas beaucoup avancer l’histoire malheureusement. Cela reste ultra mignon et plein de bons sentiments mais je ne suis pas touchée comme j’ai pu l’être. J’ai l’impression de tourner un peu en rond, l’histoire se répète énormément aussi bien au niveau des jumeaux qu’au niveau de Sei et de Chiharu. Même si j’ai beaucoup aimé le chapitre chez les grands-parents qui permet de reparler de la future séparation, ainsi que des parents des petits, les autres chapitres m’ont paru anecdotiques. Celui qui ouvre le volume avec Takeru m’a amusée mais sans plus. De même, celui qui se passe au parc d’attractions est ultra convenu et en plus, il fait pschit. J’attends maintenant que l’auteur se réveille pour le dernier acte, que leur relation évolue et que je retrouve les sentiments que j’avais ressenti il y a quelques tomes.

Tome 14

Super tome, on continue à voir les jumeaux grandir et le premier chapitre est vraiment parlant pour ça. Ils sont adorables quand ils décident d’aller faire une course seuls pour aider Chiharu, notamment Aoi qui endosse à merveille son rôle de grand frère. Puis vient le moment de la grande révélation, Sei leur dit enfin qu’ils vont aller habiter chez leurs grands parents. On sent alors à quel point l’histoire à avancer depuis les débuts. Le restant du tome tourne autour de ce départ, de cette séparation et de sa préparation aussi bien pour les enfants que pour les adultes. Chacun des jumeaux a désormais sa propre personnalité et l’affirme. Ils en sont d’autant plus attachant. J’ai aimé que l’histoire se resserre autour d’eux, de Sei et de Chiharu dans ce tome. Les chapitres où ils vont  brièvement chez leurs grands parents sont aussi très forts. Ils montrent bien les futures relations qu’ils pourront avoir entre eux et avec leur famille. Encore un dernier effort pour faire avancer l’histoire avec le couple Sei-Chiharu qui se dessine de plus en plus, et je serai comblée.

Tome 15

Un nouveau tome dans la lignée du précédent et qui en plus comble toutes mes attentes. Il y a juste les interférences de Nao et la folle qui le poursuit qui m’agacent. Mais sinon, j’ai adoré le retour des jumeaux, ils sont toujours aussi trognons. J’ai trouvé très mignonne la façon dont l’auteur montrent qu’ils grandissent avec leurs chaussettes. Mais surtout, c’est enfin le moment de la déclaration et Sei se montre toujours aussi sérieux, ce qui m’a bien fait rire. On voit vraiment qu’on est dans un shojo quand on lit ça ^^ Mais en même temps, ça correspond tellement à son caractère. J’espère juste que ce ne sera pas l’occasion de faire encore traîner les choses. Surtout que maintenant que le père des jumeaux repointe le bout de son nez, on doit se rapprocher de la fin. En effet, on rencontre enfin celui-ci et je l’ai trouvé vraiment intéressant. Mais plus que lui, c’est la réaction des jumeaux qui m’a interpelé. D’abord, ils se rappelaient de lui et puis ils l’ont protégé ce qui montre qu’ils sont désormais assez grands pour se faire leur propre opinion. Il me tarde maintenant de voir les répercutions de tout ça, surtout que ça risque d’être tendu avec Sei qui n’a pas l’air prêt à lui pardonner.

Tome 16

A un tome de la fin, cette série reste une petite merveille. Je ne peux pas m’empêcher de devenir gâteuse face aux jumeaux que je trouve de plus en plus mignons au fur et à mesure qu’ils prennent conscience du monde qui les entoure >< J’aime aussi la tendresse, la douceur mais également le sérieux qui se dégage de la série. L’auteur ne fait pas n’importe quoi de son histoire. La complexité de la situation des jumeaux est traitée avec justesse et on ne se dit pas « C’est n’importe quoi ! Pas grave on est dans un manga… », au contraire. Ainsi, j’ai beaucoup aimé la façon dont est abordée le retour du père. On voit bien que ce n’est simple pour personne et que chacun y travaille, ce qui rend les personnages d’autant plus attachants et touchants. J’ai aimé voir les réactions de chacun, Chiharu avec son passé d’orpheline, Sei avec son impulsivité et sa grande gentillesse ensuite, le père avec sa souffrance qui reste à fleur de peau, et les jumeaux dont chacun à sa vision de la chose. Il est d’ailleurs amusant de voir comme Aoi est bien plus mature qu’Akane. Mon seul regret dans ce tome, c’est qu’à se concentrer sur les jumeaux, la romance Chiharu-Sei passe complètement au second plan, du coup j’ai peur que la fin soit précipitée pour eux…

Tome 17

Snif déjà la fin, je suis très triste de quitter Chiharu, Sei et les jumeaux. J’ai eu une petite larme à l’oeil pendant tout le tome. En effet, celui-ci s’ouvre sur le départ des jumeaux pour aller vivre chez leurs grands-parents. On vit leurs derniers instants avec Chiharu et les adieux sont déchirants. Akane comprend enfin ce que cette séparation signifie et elle est alors extrêmement touchante, de même qu’Aoi qui décide de l’aider à aller de l’avant. J’adore ce petit >< Même si ça fait des tomes qu’on en parle, j’avais encore envie que ça dure et que leur départ n’ait pas déjà lieu parce que j’adorais les voir avec Chiharu et Sei. Au passage, ceux-ci se mettent vraiment en retrait pour le bien des petits ce qui témoigne bien des sentiments qu’ils leur portent.

La seconde et dernière partie est celle qui aurait mérité d’être un peu plus développée. On sent que l’auteur a manqué de pages pour tout faire rentrer. Elle veut nous raconter ce qu’il se passe dans leur vie 6 ans plus tard, quand les jumeaux sont bien installés dans leur nouvelle vie et que Chiharu a bien avancé dans la sienne. Elle nous rappelle ainsi plein d’instants trop choupis de quand ils étaient petits, et nous montre qu’ils le sont toujours. Même en ayant grandi, ils ont encore des bouilles trop mignonnes et ils ont conservé leurs caractères : franc et direct pour Akane, plus réservé et appliqué pour Aoi. J’ai beaucoup ri de voir que celui-ci craquait toujours autant pour Chiharu et voulait l’épouser >< Je me suis amusée du côté nature d’Akane surtout à 9 ans. J’ai aimé leurs retrouvailles avec tout le monde. Mais ce qui m’a manqué c’est clairement le développement de la romance entre Sei et Chiharu qui a été très mal géré. Ils ne se sont quasiment pas vu en 6 ans, mais se sont attendus ?! Non, c’est pas crédible pour un sou, il aurait vraiment fallu prendre le temps de mieux poser les choses de ce côté. C’est ma seule petite déception sur la série, avec laquelle j’ai passé un excellent moment !

Ma note sur la série : 16,5 / 20

Livres - Jeunesse / Young Adult

Peter Pan de Mellie Theïs

couv17897178

Titre : Peter Pan

Auteur/Illustrateur : Mellie Theïs

Année de parution : 2012

Editeur : Auzou

Résumé : Wendy, John et Michael vivent heureux avec leurs parents, M. et Mme Darling. Chaque nuit, ils s’envolent en rêve pour le pays de l’Imaginaire. Sur cette île merveilleuse peuplée de pirates, d’Indiens et de sirènes, vit un enfant du nom de Peter Pan. Malicieux et intrépide, il est aussi le capitaine des garçons perdus. Mais surtout, il a décidé de ne plus jamais grandir pour pouvoir s’amuser sans répit.

Mon avis :

Un de mes contes préférés desservi par des illustrations sublimes et adapté aux plus jeunes. J’ai adoré le relire et je le conseille vivement aux amateurs de contes illustrés. Je pense me pencher sur les autres oeuvres illustrées par Mellie Theïs.

Livres - Jeunesse / Young Adult

Rebecca Dautremer

Je vous présenterai dans cet article certains albums jeunesses pour lesquels j’ai eu un coup de coeur, grâce aux illustrations de Rebecca Dautremer  *v*

 couv69244009

Titre : L’amoureux

Auteur : Rebecca Dautremer

Année de parution : 2006

Editeur : Gautier-Languereau

Résumé : Ernest n’arrête pas d’embêter Salomé. Il lui tire les cheveux, fait tomber ses lunettes exprès…  La maman de Salomé dit que, peut-être,  Ernest est amoureux d’elle. Mais ca veut dire quoi, amoureux ?  Sur ce sujet, tous les copains  de Salomé sont bien  enseignés et chacun a son mot à dire :  amoureux, c’est…

Mon avis :

Cette fois, Rebecca Dautremer est à la fois au texte et à l’image pour proposer cet album empreint de poésie où chacun cherche à donner sa définition d’un amoureux. Et venant des enfants, cela donne quelque chose de vraiment très drôle. Beaucoup de fraicheur se dégage de cet album où texte et dessin se mélangent dans un accord parfait. Un dessin tout en rondeur malgré les fils qui cherchent à emprisonner Salomé et un texte qui le suit grâce à une superbe mise en page. Un très beau livre et un très beau récit pour les enfants pour aborder cette question parfois épineuse.

Exemple d’un passage plein de poésie enfantine :

Emilie a ri parce qu’il faut s’embrasser quand on est amoureux !

« Se donner la main !

– Amoureux, c’est pour faire les bébés !

– Oouuh ! Ouuuh !

– Il ne faudrait pas être tout nu, par hasard, pour faire l’amoureux ? » a suggéré Salomé.

Ma note : 19 / 20

couv75368132

Titre : Cyrano

Auteur : Rebecca Dautremer

Année de parution : 2008

Editeur : Gautier-Languereau

Résumé : Cyrano avait un gros nez. Cyrano était amoureux de sa cousine Roxanne. Mais il n’osait le lui dire (à cause de son gros nez). Heureusement, Cyrano était poète. Voici les aventures tumultueuses de Cyrano racontées très librement (et même d’une façon un peu cavalière*), d’après Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand. * Une façon cavalière est une façon de cheval. Une façon un peu cavalière est une façon un peu de cheval.

Mon avis :

Jolie histoire mise en texte par Taï Marc Le Thanh qui respecte bien l’œuvre originale dans ses grandes lignes. Il n’y a donc pas de surprise de ce côté-là, l’histoire et les personnages sont tels que nous les connaissons. Mais il a en plus la bonne idée de jouer avec le texte et les événements, comme le montre les définitions fantaisistes qui peuplent le récit (ex. Fourbe = « Celui qui est fourbe n’est pas droit. Il se répand en courbettes mais, dans le dos donne des coups de fourchette. »). De plus avec le talent de Rébecca Dautremer l’histoire est transportée dans un monde asiatique somptueux fait de magnifiques robes et kimonos dans des paysages aux fleurs délicates, un régal pour les yeux !

Il faudrait plus d’ouvrages de jeunesse comme celui-ci, revisitant les classiques pour les rendre plus abordables.

Ma note : 18 / 20

couv28842896.gif

Titre : Le loup de la 135e

Auteurs : Rebecca Dautremer et Arthur Leboeuf

Année de parution : 2008

Editeur : Seuil

Résumé : Un gamin tout de rouge vêtu traverse la forêt pour aller porter quelques paquets chez le grand-père Johnson. En chemin, il rencontre le loup… de la 135e ! Car c’est une forêt de brique et de ferraille, dans les rues de New York, que ce petit va parcourir : de son quartier de Harlem, droit vers le sud de Manhattan, et jusqu’au pont de Brooklyn. Mais laissons-le raconter lui-même ce souvenir d’enfance…

Mon avis :

Cette fois, Rébecca Dautremer n’est pas derrière les crayons pour illustrer cette histoire, mais pour l’écrire, et c’est à nouveau une grande réussite. Quelle magnifique façon elle a trouvé de revisiter un conte aussi traditionnel que le Petit chaperon rouge. Elle le replace dans la New York des années 60 avec un grand brio. Nous suivons les pas et les aventures d’un petit garçon noir, pauvre et fan de baseball qui doit traverser la ville pour faire une course, et qui rencontre le caïd du coin, le Loup de la 135e. C’est amusant de suivre à la fois le récit de ses souvenirs par le texte, mais également par les dessins, qui sont un peu une histoire dans l’histoire, car ils racontent des choses qui n’apparaissent pas dans le texte lui-même. Il y a un double degré de lecture très plaisant et cela foisonne de clin d’oeil et références à l’Amérique de ces années-là. Un vrai bonheur à lire, et je vais m’empresser de le faire découvrir à mes élèves.

Ma note : 18 / 20

couv54621828.gif

Titre : Sentimento

Auteur : Rebecca Dautremer

Année de parution : 2008

Editeur : BilOquet

Résumé : Un cirque passa au loin. La voix dans le haut-parleur cria : « Sentimento, le cirque des pays chauds ! Venez réchauffer vos coeurs glacés par l’hiver au cirque Sen-ti-men-to ! »

Mon avis :

Une histoire un peu triste qui change des autres que j’avais lues illustrées par cette artiste. Les dessins sont toujours aussi beaux et mélancoliques, notamment du fait d’avoir choisi le bleu comme couleur dominante dans cet album. De plus, le thème choisit contribue aussi à cette ambiance un peu triste avec ce pauvre pantin rejeté par son « père » parce qu’il ne ressemble pas à ce qu’il voulait. C’est une histoire assez dure sur le rejet des autres, de la société, quand on ne ressemble pas à ses codes. Heureusement, il y a tout de même une pointe d’espoir grâce au personnage de Selma, mais c’est bien bref par rapport au reste, et je ne sais pas ce qu’en retiendrait un jeune public, mais moi j’ai bien aimé.

Ma note : 16 / 20

Petite galerie sélective ^^

Ce diaporama nécessite JavaScript.