Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Tokyo Alien Bros. de Keigo Shinzo

Titre : Tokyo Alien Bros.

Auteur : Keigo Shinzo

Editeur vf : Le Lézard Noir

Année de parution vf : Depuis 2017

Nombre de tomes vf : 1 (en cours)

Résumé du tome 1 : Deux extraterrestres sont envoyés sur Terre afin de déterminer si leur race pourrait s’y installer. Prenant la forme de deux étudiants baptisés Fuyunosuke et Natsutarô, ils posent un regard candide sur leur quotidien et tentent de dialoguer avec les autochtones avec un talent aussi fortuit que certain pour faire naître les quiproquos. Quelles conclusions ces visiteurs de l’espace vont-ils tirer de leurs observations, et comment parviendront-ils à préserver leur couverture ?

Mes avis :

Tome 1

Tokyo Alien Bros. est mon deuxième titre chez Le Lézard Noir et j’en suis bien plus contente que du premier (Chiikasobe). Ici, nous suivons les aventures deux frères, deux extraterrestres venus sur Terre pour voir si leur peuple pourrait venir s’y installer. Cela donne un titre tranche de vie très drôle où l’on revisite des petits moments de la vie quotidienne avec beaucoup d’humour.

Lire la suite « Tokyo Alien Bros. de Keigo Shinzo »

Livres - Album / Jeunesse / Young Adult

Koulkoul & Molokoloch d’Anne-Catherine De Boel

9782211078665

Titre : Koulkoul et Molokoloch

Auteur : Anne-Catherine De Boel

Editeur : L’école des loisirs (Lutin poche)

Année de parution : 2002 (2005 en poche)

Nombre de pages : 33

Histoire : Un jour Koulkoul rencontra Molokoloch. Ces deux-là s’entendirent très bien. Si bien qu’ils décidèrent de faire des projets ensemble, et de se reposer ensuite car, tout de même, c’est très fatiguant. Il faut dire que Koulkoul et Molokoloch sont deux paresseux et qu’ils vivent dans un arbre. Jusqu’au jour où…

Mon avis :

J’ai découvert Anne-Catherine De Boel avec ce petit album fort sympathique où elle revisite un conte populaire africain. J’ai l’impression que ce sont des histoires qui lui plaisaient tout particulièrement quand je vois sa bibliographie et je risque de m’y pencher dessus tant j’ai aimé celui-ci.

En effet, Koulkoul et Molokoloch est une histoire très drôle qui raconte avec une tranquillité affolante une journée de deux paresseux. Bien sûr cela rappelle ceux qu’on a pu voir dernièrement chez Disney dans Zootopie, alors ça parle aux enfants, mais ici cela se passe vraiment dans la nature africaine. C’est donc l’occasion à travers un petit conte en randonnée de découvrir quelques animaux de la savane, de voir qui mange qui et à quoi ressemble un guerrier africain. C’est amusant de par la présence des paresseux au début dont l’échange est savoureux mais aussi de par la chaîne alimentaire qui se créé et par la chute finale que je vous laisse le plaisir de découvrir. Je me suis vraiment beaucoup amusée lors de cette courte histoire.

J’ai également fortement apprécié le dessin très marqué de l’auteur qui n’est pas de ceux qu’on voit partout. Ici, il correspond parfaitement à l’histoire avec ses teintes sables et son côté ethnique. De plus, chaque entête de chapitre rappelle une statue africaine. C’est vraiment très réussi et immersif. Il me tarde de faire découvrir ce livre à mes élèves pour voir comment ils vont réagir.

Anne-Catherine De Boel, une auteure à découvrir !

Ma note : 17 / 20

Livres - Album / Jeunesse / Young Adult·Livres - Illustrations / BD

Les Trop Super : Jurassic poule de Nathalie Choux et Henri Meunier

couv59188482-gif

Titre : Les Trop Super : Jurassic poule

Auteurs : Nathalie Choux et Henri Meunier

Editeur : Acte Sud Junior

Année de parution : 2015

Nombre de pages : 25

Histoire : Une nouvelle série de petits albums en bande dessinée, mêlant aventure, humour et sensibilité à l’environnement. Super Tigre et Tortue Flash sont des super-héros mais aussi de vrais enfants qui ont l’âge de leurs lecteurs. Faire régner l’ordre et la justice, c’est après l’école ! Dans cette première mission, les Trop Super affrontent une poule monstrueuse dotée de dents énormes. Où l’on apprend que ces gallinacés sont bien des descendants des dinosaures.

Mon avis :

Sous sa couverture bien épaisse qui rappelle celle des premiers livres pour enfants, voici une façon amusante de se lancer dans la BD et de revisiter à la fois l’univers des super-héros et celui des dinos. Nathalie Choux et Henri Meunier avec un humour détonnant permettent aux plus jeunes de faire leurs premiers pas dans la BD grâce à cet album très simple à lire, peu de cases, peu de bulles, mais le tout avec un petit côté rétro très punchy. Les aventures de Super Tigre et Tortue Flash sont très drôles et rappellent celles des héros de romans d’aventures français comme Fantomette ou les Totally spies. En plus, les dialogues et les préoccupations des deux héros parlent complètement aux plus jeunes. Les dessins sont jolis, frais et dynamiques. L’histoire se passe sur peu de pages mais est bien complète et amusante, même si elle va à l’essentiel et fait parfois des raccourcis qui me dérangent un peu, moi fan d’Histoire. Mais j’ai passé un très bon moment et il me tarde de la faire découvrir à mes élèves.

Ma note : 16 / 20

 

Livres - Album / Jeunesse / Young Adult

Les nouveaux dinosaures de Noé Carlain et Klaas Verplancke

couv4156424-gif

Titre : Les nouveaux dinosaures

Auteurs : Noé Carlain et Klaas Verplancke

Editeur : Sarbacane

Année de parution : 2011

Nombre de pages : 48

Histoire : Tu sais tout sur le tyrannosaure et le diplodocus ? Mais connais-tu les nouveaux dinosaures, ceux qui vivent autour de nous, comme le bibliothécus, le vélociraptor, l’inspectosaure ou le bébécéros ? Bienvenue au pays des monstres modernes – et gare à toi : le plus terrifiant n’est pas celui qu’on croit…

Mon avis :

Prévoyant de travailler en littérature sur le temps qui passe et donc sur les dinosaures d’un point de vue historique et documentaire, je cherchais un album en complément qui serait plus ludique, le voici. Les nouveaux dinosaures permet de manière très ludique de revoir ce que l’on sait déjà sur les dinosaures et d’un imaginer de nouveaux, des nouveaux qui vivent parmi nous. C’est une façon de jouer avec les mots et d’en construire de nouveaux (comme Syllabozoo), le tout avec des dessins de monstres amusants qui ont aussi été construits à partir d’objet du quotidien, ce qui fait écho à un travail en autonomie que je fais. Cet album est vraiment très riche pour travailler aussi bien en littérature, qu’en vocabulaire, poésie ou arts visuels. Le texte est simple et accessible pour des CE1.

Ma note : 16 / 20

 

Livres - Album / Jeunesse / Young Adult

Bascule de Yûichi Kimura et Koshiro Hata

9782278054718_3

Titre : Bascule

Auteurs : Yûichi Kimura et Koshiro Hata

Editeur : Didier Jeunesse

Année de parution : 2005

Nombre de pages : 30

Histoire : Un pont sur une rivière. Un torrent de pluie. Du pont, plus qu’une planche en piètre équilibre. S’y élancent pourtant un lapin en cavale et un renard en appétit. Outch ! La planche bascule et devient balançoire. Pour survivre, pas le choix : il va falloir rester à deux et même… apprendre à vivre ensemble ! Une histoire d’équilibre, pleine d’humour, qui dit les rapports entre les grands et les petits. Servie par des illustrations pleines d’énergie, elle se raconte avec jubilation, tant les dialogues entre les personnages sont vivants et espiègles. Qui du renard ou du lapin aura le dernier mot ?

Mon avis :

Jolie histoire sur l’amitié naissante de deux animaux que tout oppose. Les dessins sont frais et changent de ce qui se fait habituellement. La mise en page dynamique plait aux enfants (et aux adultes ><) ainsi que la drôlerie de l’histoire. Les dialogues des deux animaux sont marrants et espiègles. La mise en scène de leur histoire est simple mais efficace. Je la verrais bien adaptée en petite pièce de théâtre pour les plus jeunes.  Je recommande !

Ma note : 16 / 20

9782278054718_1

 

Livres - Album / Jeunesse / Young Adult

Viens jouer avec moi, Petite Souris ! de Robert Kraus, José Aruego et Ariane Dewey

couverture

Titre : Viens jouer avec moi, petite souris !

Auteurs : Robert Kraus, José Aruego et Ariane Dewey

Editeur vf : L’école des loisirs

Année de parution vf : 1987

Nombre de pages : 32

Histoire : Au fil des jours, le chat invite la petite souris à jouer. Le samedi se prête à cette invitation. Elle lui propose des jeux, mais le chat n’en connaît qu’un: le jeu du chat et de la souris. Les illustrations d’Aruego et d’Ariane Dewey sont originales, expressives et colorées.

Mon avis :

Très joli album sur l’histoire d’un chat et d’une petite souris où le premier essaie chaque jour de l’attirer pour jouer avec lui. J’ai aimé les dessins naïfs et colorés, notamment le pelage du chat et du chien qui font très mexicains. La petite histoire avec les jours de la semaine est sympathique, parfaite pour travailler dessus et faire écrire les enfants. Le final, lui, est très drôle et fera rire les plus jeunes et sourire les adultes, rappelant les aventures de Bugs Bunny and Co.

Ma note : 16 / 20

 

Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Ugly Princess de Natsumi Aida

couv35235341

Titre : Ugly Princess

Auteur : Natsumi Aida

Editeur vf : Akata (M)

Années de parution vf : 2016-2017

Nb de tomes vf : 7 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Mito Meguro est en dernière année de collège et a un physique peu flatteur. Son quotidien est un enfer mais elle peut compter sur ses amis, Maru et Haru. Elle est amoureuse de Kunimatsu, un des beaux gosses de la classe et décide de se prendre en main : moche ou pas elle veut connaître l’amour.

news-kengai-princess2

Mes avis :

Tome 1

Comme avec toute série de Natsumi Aida, ça passe ou ça casse. Ici, j’ai bien aimé le concept de cette fille complexée par son apparence, qui vit dans un monde un peu fantaisiste mais qui souhaite s’en sortir et aller de l’avant.

Le problème, c’est que comme à chaque fois avec la mangaka, elle pousse le concept trop loin au point qu cela devient très vite lourd. J’ai eu bien du mal avec l’humour et les situations très très répétitives qui en plus ressemblent beaucoup à ce qu’elle avait fait sur Switch Girl avec le mode off de Nika et qui m’avait fait abandonner la série au bout d’un moment. Cependant, je trouve Mito et ses copines super sympa et attachantes. Elles m’amusent bien. Il faudrait juste les canaliser un peu pour que ça passe mieux.

J’ai bien aimé aussi le traitement assez réaliste de la façon dont les filles complexes pour pas grand-chose, puis s’enferment là-dedans et se coupent un peu des autres par peur qu’on se moque d’elles. J’ai aussi aimé la façon dont elle relate comment, elle s’est enfermée dans son monde imaginaire pour se protéger une fois de plus. Ici, c’est avec les jeux vidéos de romance mais ça aurait très bien pu être avec n’importe quel autre média ou passion. De ce point de vue, l’auteur maîtrise bien son sujet et on comprend assez bien pourquoi quand on lit son interview et son avant-propos présents dans l’édition collector.

Après, j’ai trouvé l’histoire un peu plus digeste sur la fin, alors peut-être que si Natsumi Aida dose mieux ses effets de style et son humour, la série passera, mais si elle reste sur le même niveau que les premiers chapitres, la suite va vite se faire sans moi malheureusement…

Du côté des dessins, sans que ce soit révolutionnaire, j’aime la facilité avec laquelle la mangaka passe d’un mode à l’autre : classique, réaliste, fantasmé. Le découpage des planches est énergique mais il y a beaucoup trop de texte ce qui les alourdit. Les personnages sont bien croqués par rapport à leur rôle. J’aime beaucoup le côté « félin » qui se dégage de Kunimatsu notamment aussi bien dans le dessin que dans l’attitude. Enfin, la couverture inédite de la version deluxe d’Akata est vraiment très jolie avec ses teintes bleues, violettes, vertes et en plus l’originale est conservée à l’intérieur avec les pages couleurs, alors c’est une très bonne initiative !

Tome 2

J’ai préféré ce nouveau tome au précédent car je l’ai trouvé bien moins bavard et plus centré sur l’amitié entre les filles. J’ai aussi trouvé que l’auteur partait moins dans ses délires, du coup les quelques fois où c’est arrivé, c’était plus percutant. La narration et les thèmes abordés restent tout de même très classiques et convenus. La sortie au parc est assez barbante dans le genre. Kunimatsu reste finalement assez froid et lointain, parfois trop parfait même et n’a rien de naturel. Il fait vraiment personnage de manga ou jeux vidéos, dommage… J’ai aussi du mal avec la sempiternelle idée que les filles doivent « se faire belle » pour plaire ou du moins que l’amour les fait changer et leur donne envie de devenir plus belle. Cela fait vraiment très superficiel et je comprends la réaction de l’amie de Megu qui se sent peu à peu mise à l’écart. C’est d’ailleurs plus son évolution et son histoire qui m’ont intéressée dans ce volume.

Tome 3

Malheureusement pour moi, on lâche très vite l’histoire des trois copines pour repartir à nouveau sur les amours de Mito/Megu. J’ai vraiment été déçue que le problème entre les trois filles soit si vite réglé. Il y avait meilleur d’en faire quelque chose de bien plus intéressant mais Natsumi Aida reste vraiment en surface sur ce titre. Rien n’est vraiment creusé, tout est fade et artificiel. Les amours de Megu occupent les trois quarts du tome et sont encore on ne peut plus classiques. Je m’ennuie même tellement c’est prévisible. L’auteur ne parvient pas vraiment à rendre son histoire touchante ni fondamentalement drôle comme elle avait su le faire sur Switch Girl. C’est assez tiède au contraire avec des personnages qui restent en surface.

Tome 4

Ce tome est à la césure de la série, nous passons du collège au lycée avec Mito, et heureusement parce que la partie collège commençait à me lasser. La seule chose qui m’y plaisait encore, c’était de voir l’ex rivale de Megu, Matsuki, devenir sympa avec elle, l’aider et l’encourager pour qu’elle déploie ses ailes. Megu quitte enfin le collège en se prenant un beau vent au passage. Je n’aurai jamais été convaincu par Kunimatsu qui  représentait trop son petit ami idéal pour être réel. A la place, on se concentre maintenant sur sa nouvelle vie au lycée et je sens que je vais beaucoup aimer la nouvelle bande de camarades qu’il va y avoir autour d’elle.

Tome 5

Même si l’histoire devient de plus en plus classique et similaire aux tonnes de shojos publiés par ailleurs en France, j’ai préféré ce tome aux précédents. Je l’ai trouvé plus drôle, plus frais, plus léger. Je me suis amusée de voir que Natsumi Aida avait donné à trois nouvelles personnes de l’entourage de Mito l’apparence d’un des types de son jeu vidéo, tout en leur donnant une personnalité radicalement différente ^^ Cela donne des situations drôles et cocasses où la force de caractère de Megu ressort bien. Bien attendu son meilleur ami qui est gay, je l’avais vu venir gros comme une maison, de même que je vois venir son crush pour Kanata qui serait moins superficiel que ce qu’il fait croire, mais au moins je m’amuse à lire cette série maintenant.

Tome 6

Oh ! Probablement le meilleur tome de la série jusque là. J’ai adoré voir le rapprochement entre Mito et Kanata. Celui-ci est vraiment un perso comme je les aime. On sent qu’il cache bien des fêlures derrière ses airs de Casanova sans coeur et j’aime voir Mito le titiller et le pousser dans ses retranchements. Ces deux-là vont bien ensemble, ils se poussent à devenir meilleurs et à oublier leurs complexes. J’adore les voir se chamailler et leur premier rendez-vous est une révélation. C’était très drôle de les voir arriver habillés presque pareil et de les voir si bien s’entendre tout du long. Kanata perd peu à peu son masque et devient plus naturel avec elle, devenant une personne de chair et de sang, ce que n’avait pas réussi à faire Kunimatsu. Mito évolue elle aussi et j’espère qu’elle va bientôt réaliser que c’est avec Kanata qu’elle vit quelque chose d’authentique alors qu’avant ce n’était que dans son imagination.

Tome 7

Encore un très bon tome qui conclût joliment la série. J’ai beaucoup aimé l’évolution du couple Kanata-Mito. Natsumi Aida nous offre ici un shojo classique où elle a su maîtriser sa propension à faire trop parler les personnages et à les faire partir dans des délires sans fin. Ici, la drôlerie de l’obsession de Mito pour son jeu vidéo est peu à peu remplacé par l’idée que celle-ci grandit, s’ouvre aux autres et donc elle s’en détache pour entrer dans la vraie vie. Elle devient ainsi quelqu’un qui attire les autres sans s’en rendre compte et crée autour d’elle un chouette groupe d’amis. J’ai eu un peu peur quand j’ai vu Kunimatsu revenir mais la mangaka a bien gérer ce retour pour justement montrer le chemin parcouru par Mito. J’ai trouvé les petits moments romantiques avec Kanata très très mignons et choupinous, montrant bien à quel point celui-ci ne s’arrête pas aux apparences. Bref, j’ai vraiment beaucoup apprécié la deuxième partie de cette série lorsque Mito est au lycée, même si je pense qu’on s’est pas mal éloignés de l’idée de départ de l’auteur et que cette série marquera moins les esprits que sa précédente malheureusement.

Ma note : 15 / 20

cover kengai-princess-7-jp

Livres - Album / Jeunesse / Young Adult

Ne m’appelez plus Chouchou ! de Sean Taylor et Kate Hindley

nemappelezpluschouchou

Titre : Ne m’appelez plus Chouchou !

Auteurs : Sean Taylor (texte) et Kate Hindley (illustrations)

Editeur vf : Little Urban

Année de parution vf : 2016

Histoire : Je suis peut-être petit, mais je ne suis pas un de ces chiens stupides. Alors, j’aimerais qu’on me traite comme un chien digne de ce nom. Et surtout, surtout, ne m’appelez plus Chouchou !

IMG_20160312_173914

Mon avis :

Encore une recommandation de ma gentille libraire qui m’avait promis que je passerai un bon moment et elle ne s’est pas trompée !

C’est une petite histoire qui ne paie pas de mine mais mon dieu que c’est drôle. Chouchou est un petit chien dont sa maîtresse adore prendre soin à coup de corbeille ridicule, petit bain parfumé, mini-friandises en forme de coeur et ruban rose ridicule autour du cou. Le pauvre, lui, il déteste ça. Il en a marre que les autres chiens se moquent de lui. Il voudrait être comme eux, un vrai chien. Un jour, il décide de braver tous les interdits et d’aller jouer avec eux.

IMG_20160312_173936

J’ai d’abord beaucoup aimé le sujet que je trouvais amusant et forcément d’actualité. Qui n’a jamais eu honte à un moment de sa vie à cause de ses parents, ses enfants, d’une bourde qu’on aurait commis, etc. En plus, les auteurs sont vraiment drôles dans leur façon de raconter l’histoire à travers les yeux et la voix de Chouchou. Il a beaucoup de répartie ce petit. Pour ne rien gâcher, les dessins sont frais et dynamiques, bourrés de couleurs et ils jouent bien avec la mise en page, la rendant elle aussi amusante. Le décor so british avec le look de la maîtresse m’a fait me tordre de rire parfois.

Vraiment une chouette découverte que je vais vite partager avec mes élèves !

Ma note : 18 / 20

IMG_20160312_173953

Livres - Romance / Romance historique

L’agence de Mme Evensong de Maggie Robinson

couv53534055  couv55283522 

Titre : L’agence de Mme Evensong

Auteur : Maggie Robinson

Editeur vf  : J’ai lu (Aventures & Passions)

Années de parution : 2015-2016

Nombre de tomes : 4 (série terminée)

Résumé du tome 3 :  » Je sais que vous aimez votre travail à l’agence Evensong, Eliza. Mais mon beau-frère a besoin d’une gouvernante et je n’ai que vous sous la main. »

Comment refuser ce service à lady Raeburn ? Eliza se laisse convaincre et s’en va sonner chez Nicholas Raeburn, jeune peintre excentrique récemment débarqué à Londres avec sa fille. Elle découvre une étrange maison, où déambulent en plein jour des modèles nus. Quel endroit épouvantable pour une fillette de cinq ans ! Nicholas, fidèle à sa déplorable réputation, n’a que faire de ses sermons. Et la suite des événements tourne au cauchemar : tentative de meurtre, scandales, complots… Eliza serait-elle tombée dans l’antre du diable ? Il faut dire que Nicholas a un charme aussi sulfureux qu’irrésistible…

Mes avis :

Tome 3 : Les couleurs d’Eliza

Voici une saga que j’ai entreprise de commencer par le tome 3. Je n’avais pas été séduite par les résumés des tomes précédents mais ici je l’ai de suite été. J’ai d’abord été amusée de débarquer dans cet univers des agences intérims avant l’heure qu’était alors un peu ces agences de placement, mais ici, celle de Mme Evensong va encore plus loin et promet de réaliser nos rêves les plus fous.

Or, Nicholas à qui on offre une gouvernante pour sa fille naturelle, n’en avait jamais rêvé, lui. Il ne s’attendait pas du tout qu’un petit bout de femme comme Eliza chamboule à ce point sa vie. En effet, celle-ci débarque dans la maison d’un artiste on ne peut plus excentrique ou des calamités n’arrêtent pas de lui tomber dessus. Alors entre passage à tabac pour aider une modèle, maladie intestinale dans toute la maison, maison qui se retrouve entourée de journalistes sans scrupule, gouvernantes inrecrutables et ancien ami qui veut les faire chanter, Eliza et Nicholas ont quand même réussi à se rapprocher et appris à faire connaissance. Au début, aucun n’était attiré par l’autre qui est tout le contraire de ce qu’il/elle aime, et pourtant. Nicholas se révèle bien plus que l’étiquette d’artiste excentrique qu’il porte. Eliza est bien moins froide et coincée qu’elle croyait l’être. Et même si honnêtement, j’avais du mal à les voir ensemble, j’avais du mal à croire parfois que leurs sentiments étaient autre chose que du désir, j’ai beaucoup aimé cette romance. Les piques qu’ils se lancent au début, ainsi que les situations rocambolesques dans lesquelles ils tombent sont très drôles. L’action est sans cesse présente. L’entourage de chacun d’eux joue un rôle important, aussi bien la famille que les amis. Je regrette juste de ne pas avoir assez vu Sunny/Domenica qui avait pourtant du potentiel pour agiter tout ce petit monde ^^ Je me lance donc dans l’aventure de cette série et je compte bien lire les épisodes qu’il me manque.

Ma note : 16 / 20

Tome 2 : Accordez-moi une nuit

Comme annoncé, me voilà à lire le tome 2 après le 3 et j’en suis ravie. Je me suis beaucoup amusée lors de cette lecture ce que je n’aurais pas cru en lisant le résumé la première fois. L’histoire tourne autour du frère aîné de Nick : Alec, et de la patronne d’Eliza : Mary. Celle-ci a pris la place de sa tante à la tête de leur agence de placement où Alec va venir demander de l’aide pour piéger l’homme responsable de la mort de sa femme. Débute ainsi une aventure rocambolesque pour piéger le dit docteur.

J’ai beaucoup aimé tout le début de l’histoire et la première partie pendant laquelle Alec et Mary s’allie pour piéger le docteur  Bauer dans sa station thermale. Le décor est haut en couleur, il rappelle des établissements hôtelier que nous connaissons encore de nos jours et il a vraiment de quoi faire rêver. De plus, il est vraiment amusant de voir les multiples rôles que Mary joue à la fois pour piéger Bauer, mais aussi pour masquer ses identités à Alec. Il se développe un vrai jeu du chat et de la souris entre eux, Alec n’arrivant pas à rester loin d’elle comme il le devrait. Il arrive donc toujours à point nommé et dans des situations vraiment gênantes comme lors de la séance de massage (moment le plus drôle de l’histoire sûrement ><). Autour d’eux, nous avons la Grand-mère de Mary qui gagnerait aussi à être connue, j’en suis sûre, et surtout le charmant Oliver, un véritable ami. J’ai beaucoup aimé suivre les aventures de tout ce petit monde et le plan qu’ils mettaient en place. Quand celui-ci s’est concrétisé, par contre, j’ai vraiment eu peur pour Mary.

Dans la seconde partie par contre, le souffle retombe. Tout va un peu trop vite. L’attirance de Mary et Alec se concrétise trop vite et cela manque de romantisme. Je n’aime pas trop quand les héros couchent ensemble sous le coup de la colère. J’aurais aimé que l’auteur accorde plus de temps aux personnages pour se connaître. Là, quand Mary démolit les défense d’Alec, ça fait vraiment superficiel. On a l’impression qu’on final ce n’était pas grand-chose à faire, dommage. Par contre, une fois de plus le décor m’a plu entre la campagne écossaise, le château en travaux et la petite maison du gardien.

Je regrette maintenant qu’il n’y ait pas un quatrième livre qui serait consacré au dernier des frères Raeburn puisqu’on a à peine le temps de l’apercevoir ici et qu’on ne le voit pas du tout dans le tome 3.

Ma note : 16 / 20

Tome 4 : Sous le charme d’Harriet

Ce 4e et dernier tome est vraiment placé sous le signe de l’humour et de l’amour. Nous suivons les aventures d’Harriet, secrétaire dans l’agence de Mme Evensong, qui va se faire embaucher pour aider à canaliser les idées du turbulent sir Thomas, mécène dispendieux à ses heures perdues. Leur rencontre est un coup de foudre pour lui, qui perd tous ses moyens devant elle. Il va dès lors sans le vouloir se faire mener par le bout du nez pour notre plus grand plaisir.

J’avais rarement rencontré un héros aussi sympathique de Thomas. Sous ses airs de Dom Juan, c’est un homme encore très naïf et qui dégage donc une vraie fraicheur dans ce type de titre. Il se laisse vite emporter par ses idées et ses sentiments. L’aide d’Harriet lui est donc indispensable pour mener ses projets à bien. Celle-ci est une organisatrice terriblement efficace. Elle a la tête sur les épaules, forcément avec la famille qui est la sienne, ça n’a rien de surprenant. Elle doit aider son père, veuf, à élever ses deux jeunes frères jumeaux. Mais une mystérieuse faiblesse l’empêche de s’adonner pleinement à sa passion : son travail.

Entre Harriet et Thomas, une vraie entente et complicité va rapidement se nouer, teintée d’une bonne dose d’humour, Thomas (dont le surnom est Calamity) enchainant les bourdes et autres maladresses en sa présence. J’ai beaucoup ri tout au long de leur romance. J’ai beaucoup aimé leur rencontre, les premiers temps où ils travaillent ensemble et même le moment où Thomas avoue son délicat secret à Harriet, puis la relation qu’ils nouent ensuite. Ce sont deux personnes encore très fraiches et naïves, pleine de bons sentiments et de douceur. Leur histoire est intéressante parce qu’elle mêle plusieurs thèmes comme la différence de statut social, le travail des femmes et leur place dans la société du début du XXe, le monde de l’art et du mécénat…

Je me suis régalée de bout en bout aussi bien grâce au contexte de la fondation de Thomas, que grâce à l’humour et au piquant de leur histoire. Ce tome est drôle, frais et pétillant. Il conclut à merveille la série même si je suis triste que l’auteur abandonne déjà cet univers.

Ma note : 16 / 20

Livres - Album / Jeunesse / Young Adult

Je suis revenu de Geoffroy de Pennart

Je_suis_revenu

Titre : Je suis revenu

Auteur : Geoffroy de Pennart

Editeur : L’école des loisirs

Année de parution : 2001

Histoire : Quelques séances de remise en forme, et voilà le terrible loup fin prêt pour son grand retour dans la forêt. Ses victimes sont toutes désignées : les petits cochons, les sept chevreaux et autre chaperon rouge… Mais aucun d’entre eux ne montre le bout de son nez ! Tel sera pris qui croyait prendre… Une version facétieuse du célèbre Loup est revenu, cette fois-ci racontée par le loup lui-même.

Mon avis :

Voici la version du Loup sur son retour vu et annoncé dans l’autre histoire de G. de Pennard : Le Loup est revenu. Cette histoire est tout aussi drôle et espiègle, peut-être même encore plus grâce au personnage du Loup. Il est amusant de voir celui-ci jouer les fier à bras et échouer à chaque dans sa recherche de victimes, pour au final se retrouver non dans la position de l’agresseur mais de la victime ^^

Comme toujours chez G. de Pennart, les illustrations foisonnent de détails. J’aime notamment suivre en parallèle l’histoire des petites souris qu’on aperçoit sur certaines pages. J’aime aussi voir à chaque fois les personnages s’échapper dans un coin de la page tandis que le loup arrive chez eux.

J’ai encore passé un excellent moment avec cet album.

Ma note : 17 / 20