RDV Livresques

Throwback Thursday #2019-06

Voici ma nouvelle participation au rendez-vous livresque de BettieRose books, dont je vais vous rappeler les principes puisqu’ils ont changé avec la nouvelle année.

Qu’est-ce que ce rendez-vous livresque ?

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais version livres ! Chaque mois, nous tournerons autour d’un concept et de quatre de ses déclinaisons. Le challenge sera de ne pas reprendre le même livre pour les déclinaisons du concept. Aussi un genre littéraire pourrait être exploité et aussi dériver vers vos styles de prédilection à vous.

Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres aux lecteurs du blog, de se faire plaisir à parler de livres ! Comme nous « revenons en arrière », il s’agit de livres déjà lus. Sauf exception de thème.

Mars – Cycle 2 : Les couleurs

Elles sont au nombre de douze mais nous allons pouvoir le faire sur 5 semaines, en suivant le planning ci-dessous.

  • Semaine 5 : Noir, blanc, gris
  • Semaine 6 : jaune, orange, rouge
  • Semaine 7 : rose, violet
  • Semaine 8 : vert, marron, ocre
  • Semaine 9 : bleu

Lire la suite « Throwback Thursday #2019-06 »

Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Orange d’Ichigo Takano

tumblr_mdn1cms71M1rdk1qdo1_r5_500

Titre : Orange

Auteur : Ichigo Takano

Editeur vf : Akata (M)

Années de parution : 2014-2016 + 2018

Nb de tomes : 5 (série terminée) + 1 HS

Résumé du tome 1 : Un matin, alors qu’elle se rend au lycée, Naho reçoit une drôle de lettre… une lettre du futur ! La jeune femme qu’elle est devenue dix ans plus tard, rongée par de nombreux remords, souhaite aider celle qu’elle était autrefois à ne pas faire les mêmes erreurs qu’elle. Aussi, elle a décrit, dans un long courrier, les évènements qui vont se dérouler dans la vie de Naho lors des prochains mois, lui indiquant même comment elle doit se comporter. Mais Naho, a bien du mal à y croire, à cette histoire… Et de toute façon, elle manque bien trop d’assurance en elle pour suivre certaines directives indiquées dans ce curieux courrier. Pour le moment, la seule chose dont elle est sûre, c’est que Kakeru, le nouvel élève de la classe, ne la laisse pas indifférent…

tumblr_mdwhq9PRZ71rv78tf

Mes avis :

Tome 1 :

Quel plaisir de retrouver Orange en version française cette fois ! Même après plusieurs relectures, j’aime toujours autant cette série et ce qui s’en dégage. Je salue tout d’abord le très beau travail de l’éditeur français dans l’adaptation graphique de la série, ainsi que l’éditeur japonais pour son choix des couvertures, magnifiques et si représentatives.

En effet, elles illustrent bien qu’Orange est avant tout le manga d’une génération, d’un groupe d’amis ; que c’est un titre doux et mélancolique qui va droit au coeur. L’histoire oscille gentiment entre science-fiction et scènes quotidiennes de l’adolescence. La touche de science-fiction apportée par la lettre venant du futur est légère et bien amenée. Elle ne prend pas le pas sur la véritable histoire et est au contraire un moteur fantastique. Mais le coeur de l’histoire, c’est ce groupe de jeunes qui terminent le lycée dans une petite ville paisible de province et qui vivent insouciamment jusqu’à l’arrivée d’un nouveau camarade. Et sans cesse le titre balance entre cette douceur et cette insouciance propre à leur âge, et une réalité plus dure portée par le destin tragique de Kakeru. Celui-ci est d’ailleurs vraiment à part dans l’histoire, ni jamais dedans, ni jamais dehors, je le trouve plus effacé que les autres et pas vraiment bien défini par l’auteur, comme si elle lui laissait une plus grande possibilité d’évolution. Les autres, qui forment un groupe très soudé, m’ont tout de suite parlé. J’ai de suite apprécié le sens de l’amitié de Naho, la jovialité et l’entrain de Suwa qui ressemble beaucoup à Azu pour ça, mais qui est probablement derrière cette façade le plus mature du groupe, le côté cool et directe de Chino qui est très attachée à ses amis, par contre j’ai plus de mal avec le taciturne Hagita même si parfois il me fait rire, bien qu’à ses dépends ^^ Bref, j’aurais adoré faire partie de leur groupe.

Pour l’instant, le tome un plante l’ambiance, le décor et les personnages. Il lance également quelques pistes pour la suite. Et malgré le fait qu’on semble connaître la fin, avec cette lettre venant du futur, il y a toujours la question de savoir s’ils vont réussir ou pas à changer le passé/présent et donc le futur. Ce qui amène à des réflexions très intéressantes sur les paradoxes temporels, le voyage dans le temps, etc. Donc, on est en présence d’un titre vraiment très riche aussi bien dans les thèmes que dans les émotions qu’il transmet. Une belle redécouverte !

Tome 2 :

Nouveau tome, nouvelle bouffée d’émotions et nouvelle réussite ! Décidément cette histoire est un chef d’oeuvre en puissance. On retrouve notre petit groupe toujours aussi soudé et surtout furieusement sympathique. Il est très drôle de voir leurs manigances pour caser Kakeru avec Naho, malgré la tristesse que cela me donne par rapport à Suwa. Suwa est vraiment un personnage que j’apprécie de plus en plus. Il aime vraiment Naho de tout son coeur, ainsi que Kakeru, au point de s’effacer pour les laisser se rapprocher. ça me fait d’autant plus mal au coeur quand je vois le futur qu’il pourrait avoir avec Naho (et leur petit garçon trop mignon ><). Ce type est vraiment un roc ! Du côté de Naho, elle m’agace franchement parfois avec ses hésitations même si je les comprends et les ai vécues aussi parfois. De la même façon, l’indécision de Kakeru m’agace aussi et j’aimerais qu’il se décide à faire face à ses sentiments en les déclarant plutôt qu’en continuant à jouer sur des périphrases. C’est d’ailleurs le personnage qui se révèle le plus ici avec Suwa. Ils forment un belle paire de copains, et Kakeru est a-do-ra-ble avec Naho (il me fait craquer quand il rougit timidement).

Vous aurez compris, je suis toujours prise à fond par leur histoire. De plus, l’auteur approfondit un peu ici les réflexion autour des voyages dans le temps et leurs conséquences. L’histoire autour de Kakeru se dévoile aussi, et on sait ce qu’il lui est arrivé et pourquoi. Enfin, la révélation à la fin, bien que pas très surprenante vu certains indices, aura sûrement le mérite de donner une nouvelle dynamique à l’histoire. C’est bien vu. J’ai juste un regret : ne pas avoir pu avoir les cartes offertes avec ce tome dans certaines librairie TT.TT

orange-takano-01-bonus

Tome 3

Nouveau tome, nouveau coup de coeur. Décidément, j’adore l’ambiance de cette série. J’ai eu une boule dans la gorge pendant tout le tome tellement j’ai ressenti d’émotions. J’ai été très émue par les interventions de Suwa qui se sacrifie de plus en plus pour le bonheur de celle qu’il aime et de son ami. J’ai trouvé d’ailleurs que les interventions du futur étaient très judicieusement placées car elles expliquaient bien les motivations des personnages. Le moment où le petit groupe avoue à la Naho du futur les sentiments que Kakeru avait pour elle est très beau et émouvant. Emouvant, c’est le mot clé de cette série et de ce tome. Les aveux de Kakeru à la fois sur ses sentiments pour Naho (tout en simplicité) et sur son mal être sont très beaux. Ce dernier moment est très dur à voir, et j’ai aimé l’intervention de Suwa à ce moment-là, parce que Naho était un peu trop passive à mon goût. Et c’est d’ailleurs bien ce qu’il m’embête chez elle. Elle est de plus en plus passive malgré les interventions de ses amis qui la poussent à ne plus l’être. Heureusement qu’ils sont là parce qu’elle ne comprend pas grand-chose et s’appuie trop sur la fameuse lettre. Il est intéressant d’ailleurs de voir comment ils essaient de s’en détacher, elle et Suwa, après s’être rendu compte que leurs changements dans le présent modifiaient le passé, ce qui m’embête un peu parce que j’aime bien le couple formé par Naho et Suwa dans le futur. Mais je vois mal comment concilier à la fois ce futur et le présent qui est en train de changer, Naho ne pouvant malheureusement pas être bigame ^^ La relation Naho – Kakeru est vouée à évoluer je pense et je l’espère, à l’image des dernières images où Kakeru a envie de lui prendre la main. Il ne pourra se contenter longtemps d’une relation platonique et j’espère que ça l’aidera à surmonter ses peines, et il me tarde de lire les prochains tomes pour voir si j’ai raison.

Tome 4

Orange, ma petite série chouchou du moment >< Elle ne baisse pas en qualité dans ce tome mais emprunte une voie qui ne me satisfait pas totalement. En effet, la relation Naho-Kakeru m’agace profondément. Ils sont trop lents, top niais et ça m’énerve parfois ! Surtout quand même que Naho sait ce qu’il risque d’arriver, alors elle pourrait se bouger un peu. Quand elle a dit à Kakeru que leur relation telle qu’elle, c’est-à-dire floue et inaboutie, lui convenait j’ai cru m’arracher les cheveux ! Ce qui est aussi la preuve du talent d’Ichigo Takano qui arrive à m’embarquer totalement dans leur bluette. Mais ce qui fait définitivement le fort de la série et de ce tome encore, c’est leurs amis et en particulier Suwa. On sait désormais qu’ils veulent tous aider Naho et Kakeru et on ne voit d’autant plus maintenant, ce qui donne lieu à des moments cocasses. Et en même temps, on voit de plus en plus les sacrifices que fait Suwa par amour pour Naho et amitié pour Kakeru, ce garçon est fantastique ! Si elle n’en veut pas, moi je le prends. Par contre, j’ai trouvé abusé de voir à la fin du tome qu’en fait il savait aussi pour le fils qu’ils auraient dans le futur et que ça ne l’empêche pas de continuer. Du coup, j’espère vraiment que comme ça avait été le cas la première fois, il va lui faire sa déclaration le moment venu. Ce qui fait que je suis partagée, j’aimerais que Suwa et Naho restent ensemble comme dans le futur parce que Suwa le mérite vraiment, et en même temps, j’aime bien Kakeru, je trouve qu’il a assez souffert avec la perte de sa mère, alors j’aimerais qu’il trouve le bonheur avec Naho. Donc, je rêve que les univers puissent cohabiter en parallèle pour que les 2 couples puissent exister ^^ (non, non, je n’en demande pas trop lol)

Tome 5

Je viens à peine de terminer ma lecture de ce dernier tome et je suis encore sous le coup de l’émotion. Cette série fut une réussite de bout en bout et ce dernier tome encore plus.

Les premiers chapitres sont très durs émotionnellement et psychologiquement. J’ai vraiment eu très peur pour Kakeru qui a enfin dévoilé toute sa fragilité mais aussi sa haine et sa rage. Du coup, jusqu’au dernier moment je n’ai jamais su s’ils allaient vraiment réussir à le sauver ou pas (et je ne vous le dirai pas non plus pour vous garder la surprise). J’ai été ravie de découvrir enfin un chapitre lui étant consacré. Voir les choses de son point de vue change grandement la lecture qu’on a pu faire du titre et ça me donne envie de le relire même. Kakeru a su cacher énormément de choses mais là tout son mal être ressort d’un coup et on en prend plein la tête. Heureusement, la force de cette série, c’est l’amitié qu’a su développer cette jolie bande de potes. Et ici, c’est vraiment elle qui est mis en avant tout au long au tome, entre la bande de lycéens et la bande de jeunes adultes. Les deux cohabitent et se complètent bien. Nous avons même droit grâce à Hagita à une explication quant à leur coexistence lol Je me rends compte qu’en fait, même si certains sont plus développé que d’autres, je me suis attachée à chacun d’un et que j’ai énormément aimé cet aspect de la série. C’est vraiment bien plus une histoire d’amitié que d’amour romantique, et si Kakeru doit être sauvé c’est par cette amitié que cela devra passer. Mon chouchou restera toujours Suwa, je pense. Il a tellement sacrifié dans cette histoire et a toujours su soutenir les autres sans se mettre en avant. Naho m’a bien plu elle aussi au final parce qu’elle a su lutter contre elle-même sans cesse pour se dépasser et avancer et ce n’est pas facile vu son caractère. Le trio de tête a vraiment été bien choisi, mais les autres aussi ont toujours bien présents pour les aider et les soutenir.

Orange est vraiment un shojo hors normes. A partir d’une histoire qui aurait pu sembler banale, l’auteur a su se jouer des codes des romances lycéennes pour faire un grand titre sur l’amitié, le dépassement de soi et l’acception de soi et des autres. Il restera un des titres de mon top 5 pendant longtemps, je crois !

Note : Ne pas oublier les dessins très beaux et retranscrivant très bien les émotions des personnages. Les paysages sont réalistes et donnent vraiment envie. De plus, il y a un joli travail sur les trames tout au long des tomes. Un régal pour les yeux aussi ^-^

or_pc_l

Tome 6 (Tome HS)

Ce n’était pas prévu mais l’auteure a décidé de revenir sur sa série pour quelques chapitres supplémentaires. Si cela reste excellent et très émouvant, je n’ai pas ressenti la même émotion que dans la série principale vu que pour moi l’histoire était close et qu’on savait en quelque sorte ce qui était arrivé à Kakeru, ça enlevait un gros poids. Il n’en reste que les deux parties de ce tome sont tout de même très bonnes.

Dans la première, nous revivons en quelque sorte en accéléré l’histoire du point de vue des Suwa, le Suwa du présent et celui du futur, et nous allons au-delà de la fin du tome 5. J’ai eu un peu de mal avec cela. Ça m’a donné une impression de trop peu, de superficialité. J’ai été touchée par l’histoire de Suwa, son sacrifice, sa gentillesse, mais pas autant que dans la série principale. Seules les dernières pages avec le fils de Naho et l’espèce de rêve éveillé dont Suwa sort m’ont émue.

La seconde partie est pour moi la plus riche de ce tome. On suit l’histoire du Suwa du futur, comment il a vécu la mort de Kakeru, comment il s’est à nouveau rapproché de Naho et surtout comment il a fait son deuil. C’est en mon sens bien plus fort et audacieux que le reste. J’ai trouvé l’auteure très juste ici. Suwa montre à la fois combien Kakeru lui manque mais aussi combien il manque de confiance en lui. Il croyait être le plus sûr des deux mais c’est peut-être lui le plus fragile. C’est un très beau personnage et j’ai aimé qu’on revienne sur lui. J’ai adoré les flashbacks relatant son amitié avec Kakeru. Ce sont de très beaux moments de nostalgie adolescente. J’ai été touchée par sa maladresse avec Naho. Celle-ci méritait vraiment d’être secouée par moment, alors je suis contente que finalement elle se reprenne et s’ouvre à lui, il le mérite tellement. La naissance de leur relation est touchante parce qu’elle repose sur le deuil que chacun d’eux doit faire et Ichigo Takano raconte cela avec beaucoup de tact et de talent.

Ma note : 18,5 / 20

Un Printemps dans les étoiles (Haruiro Astronaut) :

Je tenais également à dire que j’aime beaucoup la petite histoire développée à chaque fois en fin de tome par le biais d’un court chapitre. Elle est drôle et touchante. Elle change également par la façon dont y sont abordées les relations les relations amoureux pour ces deux soeurs jumelles. Par contre, les personnages masculins sont surtout là pour la figuration pour l’instant ^^ A voir sur le long terme.

Dans les deux premiers tomes, j’aimais bien l’évolution simple et rapide de l’histoire. Mais dans le tome 3, j’ai moins aimé. J’ai trouvé ça moins subtile et je n’ai pas aimé non plus, le rapprochement de Chiki avec l’idiot de l’histoire. J’espère que le niveau va vite remonter.

Ce n’est malheureusement pas trop le cas dans le tome 4. Le rapprochement avec l’autre idiot se poursuit au détriment du copain de la soeur de Chiki, et ça m’embête, parce que je l’aime bien. Comme son ami, j’aimerais qu’il arrête de toujours céder face aux autres et qu’il s’impose un peu. A suivre, il ne reste plus qu’un tome/chapitre.

Bon, pas de chance, même si le propos de l’auteur me plaît bien, surtout pour une historie aussi courte, je suis quand même déçu du choix de Chiki et je continue à trouver Mami trop effacée et trop naïve pour ne pas dire autre chose. Heureusement que c’était un bonus à la fin de chaque tome parce que je ne l’aurais pas lu/acheté autrement ^^!

large

Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Dreamin’ Sun : Vis tes rêves ! d’Ichigo Takano

537745

Titre : Dreamin’ Sun (Yume Miru Taiyou)

Auteur : Ichigo Takano

Années de parution vf : 2014-2017

Editeur vf : Delcourt

Nb de tomes : 10 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Shimana est une lycéenne mal dans sa peau depuis le décès de sa mère. N’arrivant pas à trouver sa place au sein de sa nouvelle famille, elle décide alors de fuguer. Chemin faisant, elle rencontre un drôle de jeune homme qui lui propose de lui louer une chambre dans sa maison, mais uniquement sous trois conditions : expliquer les raisons de sa fugue, retrouver les clés égarées de la maison et surtout… révéler son rêve le plus précieux ! Mais Shimana, elle, n’a pas de rêve… Commence alors pour la jeune lycéenne une collocation qui changera sa vie à jamais !

css_yume_miru_taiyou_ch28_150_151

Mon avis :

Tome 1

Super lecture. J’ai adoré le début de cette histoire où les personnages sont à la fois drôles et attachants. Ce sont tous des gens qui se cherchent et donc qui avancent dans la vie en tâtonnant mais sans se laisser aller. Shimana a du mal à se faire à sa nouvelle vie et cherche à la fuir. Pour les autres, on ne sait pas encore vraiment mais on devrait le découvrir. Et j’adore l’humour de l’auteur. Les dessins sont également plein de peps’ et très jolis (notamment en couleur) et j’aime l’utilisation qu’elle fait des trames aussi bien pour les décors que pour les bulles. Une auteur à suivre !

Tome 2

Je suis un peu moins fan de ce deuxième tome où l’histoire se met vraiment trop à tourner autour des romances des différents habitants de la maison. A vouloir donner du pep’s à ses personnages, l’auteur en fait une caricature parfois, c’est dommage. Cela manque de sensibilité dans l’ensemble alors qu’il y a des petits moments intéressants pourtant. Les sentiments de Shimana sont trop superficiels, sa déclaration va trop vite. Par contre, j’ai aimé la réaction mature d’Asahi qui reste fidèle à lui-même avec elle. J’ai aussi aimé qu’elle cherche conseil auprès du proprio avec qui elle a vraiment une relation à part qui me plaît.

Tome 3

Malgré une histoire somme toute classique et au déroulement trop rapide puisque Shimana s’est déjà remise de son premier chagrin d’amour pour retomber amoureuse d’un autre membre de la collocation, je continue à apprécier cette série. La mise en page et les dessins sont de toute beauté. Ils ont un petit côté frais et pêchu que j’adore, on sent tout le potentiel d’Ichigo Takano. Elle continue à développer le thème des adolescents (et des jeunes adultes) qui se cherchent et veulent vivre leur rêve. Cette fois, c’est au tour du frère de Zen d’arriver dans l’histoire et de nous permettre d’en apprendre plus sur leur famille et leurs rêves à lui et à Zen.

Tome 4

Après les histoires des deux frères, c’est au tour du passé de Taiga de pointer le bout de son nez. Je n’aime pas trop la façon dont l’auteure en fait des caisses comme si c’était un secret honteux alors que franchement ce n’est rien du tout. Il cache juste le fait qu’il a dû abandonner son rêve sous la pression de son père. Par contre, j’ai trouvé qu’elle présentait assez bien ce fossé qu’il y a entre les rêves des ados et la dure réalité du monde des adultes qui sont forcés de devenir bien plus pragmatiques en vieillissant. C’est fait de manière assez fidèle. De plus, j’aime bien l’alchimie qui se développe dans le groupe et le chapitre bonus qui révèle un pan des années lycée de Ken et Taiga (ou Taiyo) a accentué cela.

Tome 5

Ichigo Takano ayant un peu dépoussiéré le caractère et les secrets de chaque personnage, il est temps de se consacrer à la principale histoire d’amour de la série, celle de Taiga et Shimano. J’ai encore un peu de mal à les voir ensemble à cause de la différence d’âge. C’est pas naturel pour moi, surtout que Taiga est quelque d’assez mature et posé qui a une vision réaliste de ce que doit être un adulte selon moi, alors ça me perturbe de le voir avec une lycéenne. En plus, la façon dont ils se sont mis ensemble n’est pas très saine, je trouve. Il y a donc du chemin à faire mais il y a déjà des moments adorables entre eux et Taiga fait de vrais efforts pour se rapprocher d’elle. En fait, j’aime bien ce personnage, ce qu’il transmet et pense, contrairement à Shimano que je trouve encore trop immature et qui a un peu un coeur d’artichaut. J’attends de voir comment  leur relation va évoluer mais j’espère vraiment qu’elle va se poser et que Taiga va continuer à s’ouvrir.

Tome 6

Après avoir mis le couple ensemble, il fallait s’assurer des sentiments de chacun, c’est ce à quoi s’est occupée la mangaka ici. Cela donne un tome un peu cul cul par moment où on tourne en rond assez souvent mais où j’ai été contente de voir Zen et Asahi aider nos deux amoureux. C’est aussi mignon de voir Taiga montrer petit à petit ses sentiments. Il est tellement maladroit. Je suis toujours gênée par la différence d’âge et de maturité, ça risque de mettre du temps à passer. En parallèle, on a l’impression qu’il se prépare quelque chose du côté du boulot de Taiga, c’est distillé par de petits indices discrets mais répétitif donc j’attends de voir ce qu’il va se passer.

Tome 7

Ça y est nous voici à l’étape des complications. C’était trop beau de les voir se rapprocher, il fallait compliquer les choses. Je ne suis pas fan de ce genre de ressort scénaristique même si j’avais un peu vu venir celui-ci. Le père de Taiga est une vraie crapule à faire espionner son fils et à vouloir lui dicter sa vie. Ce dernier se laisse un peu trop faire à mon goût aussi, c’est agaçant. En parallèle, j’ai aimé en apprendre plus sur Miura et son passé et j’ai été touchée par sa situation. Le chapitre bonus sur lui qui ouvre le tome est adorable.

Tome 8

Dans ce tome un peu plus épais que les précédents, l’histoire commence à se répéter et à me lasser. On n’en a toujours pas fini avec les mauvais tours que joue le père de Taiga. En plus, ce type est une vraie pourriture avec ses fils. Du coup, la romance avance par moment pour mieux reculer à d’autres, c’est agaçant. J’en ai assez de voir Taiga taire ses sentiments. Le seul point positif, c’est que tout commence à se révéler. Il y a de moins en moins de secret comme celui d’Asahi qu’on apprend assez brusquement et que je trouve trop gros pour être vrai, c’est dire la maladresse de l’auteure ici. On sent vraiment qu’elle manque encore de maîtrise au niveau de la narration malgré tous les bons sentiments qu’elle met dans son récit.

Tome 9

A un tome de la fin, l’histoire commence mollement ici par un voyage à la plage qui loin de tout régler montre à quel point les personnages peuvent être immatures et agaçants parfois. Ça m’a agacée de voir Taiga renoncer et vouloir pousser Shimana dans les bras de Zen. Et ça m’a agacée aussi de voir Zen et Shimana penser qu’il suffit qu’il démissionne et devienne prof pour tout résoudre. C’est tellement gros que ce n’est pas passé. Heureusement la seconde partie est plus réussie. On voit Taiga se réveiller avec l’aide d’Asahi (décidément je l’aime bien même s’il est souvent plus en retrait que les autres), et surtout Shimana et lui sortent enfin ensemble pour de bon, ce n’est pas trop tôt. Bien sûr rien n’est résolu parce que comme dans la vraie rien n’est aussi simple quand on est adulte et qu’on travaille, mais au moins Taiga est plus honnête avec lui-même et les autres. On découvre aussi sa mère qui a l’air d’une femme vraiment haute en couleur et qui me plaît du coup ^^ Seul point négatif dans cette fin, la petite Saeko qu’on nous balance comme ça pour que Zen ne finisse pas tout seul, bof.

Tome 10

La fin aura été un peu rocambolesque, à l’image de la série. La première partie consacrée aux au revoir avec le Proprio était assez longue et inégale. J’ai trouvé le chapitre où il se déguise pour aller au lycée ridicule. On nous présente un Taiga tellement différent de ce qu’il est d’habitude que je n’ai pas accroché. La suite est plus mignonne et plus riche en émotions. Chaque personnage a droit à sa fin heureuse. Zen finit par trouver l’amour et être publié mais reste un très bon ami pour Shimana et je l’aime beaucoup pour ça. Asahi fait la paix avec sa situation familiale (inutilement) compliquée et la fin ouverte qui le concerne me plaît bien. Shimano trouve sa voie (si on peut dire) en suivant Taiga à la fac et en l’épousant. C’est peut-être la partie qui me dérange le plus car ça montre l’image d’une jeune fille tout sauf indépendante qui ne se réalise que parce qu’elle suit et épouse son copain (très peu pour moi). Taiga, lui, avec l’aide de ses amis finit par vaincre son père qui est quand même le pire salaud de l’histoire et je ne comprends pas que l’auteure essaie rapidement à la fin de nous le faire passer pour un gentil è_é Même les personnages secondaires ont droit à leur happy end, Saeko avec Zen, Miura avec sa copine du lycée et Ren qui devient champion du monde.

Ichigo Takano nous a livré une petite histoire d’amour mais surtout d’amitié drôle et rafraichissante. Elle balbutie encore pour trouver son style mais c’est graphiquement très beau et plein d’énergie. J’ai passé un bon moment avec cette petite troupe.

Ma note : 15 / 20

Yume.Miru.Taiyou.full.385372