Séries Tv - Films

Visionnages de la semaine 2018 – 20

89197bbb-8d92-4bc1-955b-a6e9b7c15b3d

C’était LA semaine des fins de saisons et dans l’ensemble, j’en suis assez satisfaite. En plus, maintenant ça me fait bien de la place pour d’autres séries, genre 13 reasons why qui vient de sortir ^^ A côté, j’ai aussi regardé plusieurs films, c’est rare en cette période chargée de l’année, alors je suis fière de moi lol Je vous souhaite donc de bonnes découvertes !

Lire la suite « Visionnages de la semaine 2018 – 20 »

Séries Tv - Films

Le Vent se lève (film)

Titre : Le Vent se lève (The Wind that Shakes the Barley)

Réalisateur : Ken Loach

Année : 2006

Pays : Irlande – Royaume-Unis – Allemagne

Durée : 2h 07

Genre : Drame • Historique

Acteurs : Cillian Murphy, Padraic Delaney, Liam Cunningham…

Histoire : Irlande, 1920. Des paysans s’unissent pour former une armée de volontaires contre les redoutables Black and Tans, troupes anglaises envoyées par bateaux entiers pour mater les velléités d’indépendance du peuple irlandais. Par sens du devoir et amour de son pays, Damien abandonne sa jeune carrière de médecin et rejoint son frère Teddy dans le dangereux combat pour la liberté…

Lire la suite « Le Vent se lève (film) »

Séries Tv - Films

Brooklyn de John Crowley

23205121462_a939166d67_o

Titre : Brooklyn

Réalisateur : John Crowley

Année de sortie : 2015 (us) 2016 (fr)

Acteurs : Saoirse Ronan, Emory Cohen, Domhnall Gleeson, Jim Broadbent…

Histoire : Dans les années 50, une jeune Irlandaise part à New-York en espérant y trouver du travail. Employée dans un grand magasin, elle prend parallèlement des cours de comptabilité. Elle s’éprend d’un plombier italien, qu’elle épouse en secret. De retour dans son pays d’origine à l’occasion de l’enterrement de sa soeur, elle se retrouve à l’heure des choix : quelle vie veut-elle mener ?

Brooklyn_FilmPoster

Mon avis :

Brooklyn fait partie de ses films qui vous mettent le sourire aux lèvres et des papillons dans le ventre. Les acteurs et en particulier Saoirse Ronan, Emory Cohen rayonnent vraiment. La photographie est superbe, et l’histoire vraiment prenante.

J’ai énormément apprécié la première partie du film où Eilis part de son Irlande natale et découvre Brooklyn. Eilis est une jeune fille simple, timide et un peu effacée au début. Elle a dut mal à trouver sa place dans ce nouvel environnement et ceux qu’elle a laissés derrière elle lui manquent. C’est très touchant de la voir évoluer dans ce nouveau monde. Elle est à deux doigts de tout abandonner quand elle rencontre Tony. Ah, Tony ! C’est un garçon de rêve ! Il est honnête, travailleur, drôle, sensible, prévenant, sincère et il sait voir au-delà des apparences. J’ai énormément aimé ce personnage qui reste fidèle à lui-même de bout en bout. Sa famille m’a beaucoup plu et amusée aussi, notamment le petit dernier de la fratrie ^^ Ce que j’ai apprécié aussi, c’est la petite communauté qui s’est formée autour d’Eilis à Brooklyn entre les filles avec qui elle vit dans la pension de Miss Kehoe, sa patronne et le prêtre qui l’aide vraiment beaucoup parce qu’il croit en elle. C’est une ambiance à la fois douce et tendre qui se répand pendant toute cette première partie et qui m’a vraiment touchée. De même, la romance qui nait entre Eilis et Tony est simple et naturelle. On a quand même rapidement l’impression qu’il est plus attaché à elle, qu’elle à lui, mais c’est parce que lui rien ne le retient ailleurs contrairement à Eilis. Du coup, j’ai aimé la persévérance et la douceur de Tony pour la séduire et l’amener à accepter sa demande.

C’est pour ça que j’ai été d’autant plus déçue par l’attitude d’Eilis dans la seconde partie du film, que j’ai vraiment trouvé en deçà. Une fois, Eilis revenue en Irlande pour voir sa mère, j’ai perdu tout le côté lumineux du film. J’ai détesté la voir cacher son histoire avec Tony et même tout faire pour l’oublier. Je peux comprendre que ça lui fasse plaisir de retrouver tous ceux qu’elle avait quittés, et surtout avoir une place privilégiée qu’elle n’avait pas avant, vu qu’elle s’est affirmée entre temps. Mais ça ne justifie pas ce qu’elle fait à Tony et surtout les mensonges dont elle abreuve son entourage. C’est pourquoi malgré tout le charme de Jim, je n’ai jamais aimé le couple qu’il formait avec elle. Pour moi, Eilis était avec Tony, point. Je n’ai donc pas aimé la voir se rapprocher de Jim et lui faire croire qu’elle pouvait lui donner ce qu’il désirait alors qu’elle était prise ailleurs. Du coup, toutes les scènes qui se passent en Irlande m’ont laissée froide, je n’attendais qu’une chose, que le scandale éclate et qu’elle reparte. C’est un peu ce qui est arrivé et qui l’a poussé enfin à réaliser ce qu’elle faisait, puis à repartir. Et même si les dernières scènes la montrent sûre d’elle et confiante en son avenir avec Tony désormais, j’ai encore du mal à croire en la sincérité de ses sentiments après ce qu’elle a fait. Je continue à croire que ses sentiments à lui sont plus profonds que les siens à elle, c’est bien dommage ! Par contre, la scène de leurs retrouvailles est de toute beauté. Elle est simple et pleine de sentiments, c’est magique !

Ma note : 16 / 20

brooklyn_banner-image-1243x701

Séries Tv - Films

Philomena de Stephen Frears

Philomena_poster

Titre : Philomena

Réalisateur : Stephen Frears

Année de sortie vf : 2014

Acteurs : Judi Dench ; Steve Coogan ; Sean Mahon ; Peter Hermann

Histoire : Irlande, 1952. Philomena Lee, encore adolescente, tombe enceinte. Rejetée par sa famille, elle est envoyée au couvent de Roscrea. En compensation des soins prodigués par les religieuses avant et pendant la naissance, elle travaille à la blanchisserie, et n’est autorisée à voir son fils, Anthony, qu’une heure par jour. À l’âge de trois ans, il lui est arraché pour être adopté par des Américains. Pendant des années, Philomena essaiera de le retrouver.Quand, cinquante ans plus tard, elle rencontre Martin Sixmith, journaliste désabusé, elle lui raconte son histoire, et ce dernier la persuade de l’accompagner aux Etats-Unis à la recherche d’Anthony.

Mon avis :

Voici un film qui ne peut pas laisser insensible. Il dénonce une fois de plus les méfaits d’une Eglise qui au nom de la bien pensance commet des horreurs et ne s’en repend jamais. En effet, c’est ici le drame de ces milliers de jeunes irlandaises dont l’Eglise a pris les bébés pour les vendre au plus offrant (souvent des américains) que l’on raconte. Et je pense qu’il est très important de faire la lumière sur ce genre de fait pour arrêter de croire que l’Eglise n’est que paix et amour. Ses membres, à l’esprit étriqué, ont commis des actes ignobles et il serait temps de les dénoncer à la face du monde.

Vous l’aurez compris, le thème de ce film a remué beaucoup de choses chez moi et j’admire d’autant plus la nuance dont a su faire preuve le réalisateur pour raconter cette histoire, puisque j’en suis moi-même incapable. Je suis révoltée par ce qui est arrivé à Philomena (et toutes ces autres femmes) et j’ai beaucoup de mal à comprendre les réactions bien trop douces de celle-ci. A sa place, je ne pourrais pas me contenter juste de savoir ce qu’est devenu mon fils, je ne pourrais pas pardonner à ceux qui m’ont fait comme elle, et je l’admire d’autant plus. Je parle d’elle ainsi, car il faut savoir que le film est tiré d’une histoire vraie.

Le duo d’acteurs qui a été choisi pour incarner Philomenia et son compagnon de route, le journaliste-écrivain Martin Sixmith est particulièrement judicieux. La première incarne parfaitement la vieille dame toute en retenue et émotion. Le second représente à merveille le journaliste engagé et en colère qui oublie son sujet pour aider cette femme et accepte ses décisions même si ça va à l’encontre de ses convictions.

Le film en lui-même est très bien réalisé, les plans sont de toute beauté. La narration est fluide et nous emmène d’un lieu à l’autre, d’un pan de l’histoire à l’autre sans faiblir. On va de révélations en révélations mais avec un vrai naturel, comme si on remontait l’histoire de la vie d’Anthony avec eux. J’avais peur de m’ennuyer au début mais ce ne fut jamais le cas.

Un très bon film, qui restera longtemps dans ma mémoire.

Ma note : 17 / 20

Livres - Romance

Le guerrier irlandais de Kris Kennedy

couv21224556.gif

Titre : Le guerrier irlandais

Auteur : Kris Kennedy

Année de parution vf : 2011

Editeur vf : J’ai lu

Résumé : Capturé par l’impitoyable lord Rardove, le légendaire guerrier irlandais, Finian O’Melaghlin, réussit à s’évader grâce à l’aide de Senna de Valery, également prisonnière. Le guerrier a promis de protéger celle qui lui a sauvé la vie et qui détient un trésor inestimable que des hommes avides de pouvoir et de puissance tentent de récupérer.

Mon avis :

Une histoire insipide et complètement irréaliste qui je n’ai pas trouvé crédible une seule seconde. Les deux héros sont agaçants au possible. Le style de l’auteur est loin d’être recherché et en plus elle a un cruel problème de rythme, cherchant à raconter trop de choses en peu de pages. Décevant !

Livres - Romance

Les soeurs d’Irlande de Laurel McKee

Petite série en trois tomes mêlant romance, aventure et histoire irlandaise.

 couv58415977 couv74359910 couv12802273.png

Les soeurs d’Irlande, tome 1 : Eliza, la rebelle
Ce premier tome qui ouvre une saga consacrée à une Irlande en quête d’indépendance installe bien les personnages que nous allons suivre. L’histoire du premier couple sans être originale est intéressante grâce à leurs personnalités engagées, mais le sujet est traité un peu trop superficiellement.

Les soeurs d’Irlande, tome 2 : Anna, la bohème
Comme Winifred je trouve ce tome bien meilleur que le précédent où tout était trop facile. Ici on a deux héros hauts en couleurs et passionnés. En plus c’est très agréable de suivre en parallèles les histoires de la soeur et de la mère. J’accroche moins par contre à l’intrigue « historique » irlandaise

Les soeurs d’Irlande, tome 3 : Caroline, la passionnée
Pareil que Winifred, je pense que comme l’auteur nous avait déjà présenté les personnages, elle a un peu expédié les choses et au final on ne comprend pas le lien qui les unit. De plus, la grande histoire sert vraiment trop de prétexte, elle est mal exploitée (pas assez développée et ennuyeuse). Bref une belle déception !