Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Le chant des souliers rouges de Mizu Sahara

Titre : Le chant des souliers rouges

Auteur : Mizu Sahara

Editeur vf : Kazé (seinen)

Année de parution vf : Depuis 2017

Nombre de tomes vf : 2 (en cours)

Résumé du tome 1 : Kimitaka rêve de devenir basketteur et Takara danseuse de Flamenco. Malheureusement, l’un comme l’autre manque de talent pour exceller dans sa passion. Un jour, ils se retrouvent par hasard sur le toit du collège alors que Kimitaka est sur le point de jeter ses basket rouges et Takara ses souliers rouges de Flamenco. Bien qu’ils ne se connaissent pas vraiment, la conversation s’engage. Chacun dévoile son envie de changer de vie et, comme pour symboliser cette volonté, ils échangent leurs souliers et décident d’embrasser la passion de l’autre. Une nouvelle vie s’offre désormais à eux…

Mes avis :

Tome 1

Nouveau titre de Mizu Sahara, auteur du recueil de nouvelles Un bus passe que j’avais particulièrement aimé. J’ai retrouvé ici son trait de crayon si typique et l’ambiance poétique et un brin morose mais pleine d’espoir qui caractérise son oeuvre.

Lire la suite « Le chant des souliers rouges de Mizu Sahara »

Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Say I Love You de Kanae Hazuki

Suki-tte.Ii.na.yo..full.1686691

Titre : Say I Love You

Auteur : Kanae Hazuki

Années de parution vf : 2014-2017

Editeur vf : Pika

Nb de tomes : 17/18 (en cours)

Résumé du tome 1 : Mei, lycéenne, n’a jamais eu d’amis ni de copain en seize ans d’existence. Un jour, elle blesse involontairement LE beau gosse du lycée, Yamato. Mais, curieusement, celui-ci ne semble pas lui en vouloir, et parait surtout intrigué par cette étrange jeune fille…
Il cherche même à tisser des liens d’amitié avec elle par tous les moyens !
Lorsque Mei est suivie par un stalker, Yamato vient à son secours et l’embrasse…
Me début d’une relation entre deux êtres que tout oppose.

Mon avis :

Tome 1 :

Une romance classique mais bien racontée avec des personnages un brin atypiques et surtout follement attachant de par leur différence. Le petit groupe qu’on découvre sera j’en suis sûre bien soudé. L’auteur donne vraiment envie de tourner les pages. Et malgré la rapidité de la mise en place, ce n’est pas précipité. De plus, c’est agréable de retrouver un graphisme un peu josei. Bref, une réussite.

Tome 2 :

Dans ce nouveau tome, nous suivons désormais le couple nouvellement formé et différents personnages interviennent dans leur relation. On découvre tout d’abord l’intéressant « Yamato » qui permet à l’auteur de traiter du sujet sensible des « sex-friends ». Elle s’en sort d’ailleurs très bien, en expliquant pourquoi il en est arrivé là, et comment il va en sortir. J’ai beaucoup aimé ce passage. Puis vient ensuite, Aïko, qui revient « perturber » notre couple. Certes son passé n’est pas tout rose et les conséquences qui en découlent sont finement dénoncées par l’auteur, mais pour l’instant le personnage m’agace plus qu’autre chose par son égoïsme. Alors j’espère que quelqu’un va rapidement lui dire ses quatre vérités ! En résumé, toujours une série très plaisante à suivre où l’auteur sait dénoncer et aborder avec délicatesse bien des tracas des adolescents.

Tome 3 :

Même si j’ai beaucoup aimé les débuts de ce tome entre le passé d’Aïko que j’ai trouvé particulièrement touchant, et le mal être de Nagi, la petite soeur de Yamato, j’ai eu beaucoup plus de mal par la suite. Je n’ai pas aimé l’évolution entre Yamato et Mei, trop fleur bleue et clichée parfois. (Aah, le coup du « Aime-moi à en avoir le vertige ! »…) Mais j’ai bien ri devant les réactions de Yamato, style vierge effarouchée, alors qu’il est censé avoir pas mal d’expérience. En ce qui concerne l’arrivée de la « rivale », c’était beaucoup trop prévisible et classique, je n’ai pas du tout aimé, surtout que le personnage est très très agaçant, une vraie cruche, bête et méchante. En plus, Yamato se laisse manipuler avec une telle facilité, il me déçoit. J’espère que le prochain tome sera meilleur que la fin de celui-ci.

Tome 4

On reste malheureusement pas mal dans les clichés du shojo dans ce tome, mais en même temps, j’ai été touchée par le mal être de Mei et son impossibilité à l’exprimer. C’est vraiment douloureux à voir et ça remue des choses en nous. Heureusement, elle a de bons amis qui sont là pour l’aider à s’en sortir, Yamato étant quand même un peu trop naïf et passif. C’est ce qui m’agace le plus chez lui, il est trop complaisant et effacé, il manque de caractère. Même dans la 2e partie, où un ancien ami à lui apparaît, c’est une fois de plus Mei qui se bouge pour arranger les choses et non lui… Espérons que ce trait de caractère soit vite corrigé.

Tome 5

J’ai adoré la lecture de ce tome. Certes, il y a toujours cette fichue Megumi qui met le bazar et qui m’agace. Mais j’ai adoré voir l’évolution de Mei ici. Au début, elle se laisse malmener et c’est dur à voir. Elle commence même à se renfermer à nouveau sur elle sans que personne ne l’aide (ce qui m’a vraiment agacée, ce sont ses amis quand même !). Mais heureusement, grâce à Kaï, elle prend conscience qu’elle doit se battre et ne pas redevenir celle qu’elle était autrefois. Et c’est ce côté un peu maladroit, où les personnages sont fragiles et se cherchent qui me plaît profondément. Je trouve que le duo Kai-Mei fonctionne à merveille. Ils sont touchants tous les deux. Yamato, par contre, commence à m’agacer à rester en retrait comme ça, à se refermer dans sa coquille. Il lui faudrait un bon coup de pied aux fesses pour qu’il se bouge un peu. Il ne peut pas attendre que Mei fasse tout (oui, je sais, je me répète). Par contre, j’adore les petites interactions qu’on a par moment entre Yamato et ses potes, ainsi qu’entre Mei et ses copines, quand ils parlent de filles/de garçons, c’est amusant et ça me rappelle des souvenirs ^^

sukitte_ii_na_yo_listen_by_notmi-d4p6pyf

Tome 6

Même si j’aime beaucoup la série en temps normal, là j’ai été un peu agacée avec ce tome. Il y a eu trop d’éléments perturbateurs dans l’histoire entre Kai (que j’adore pourtant ><), Megumi (que je déteste) et la petite soeur de Yamato. Du coup, ça donne des tourments inutiles aux héros, surtout qu’on a l’impression qu’ils arrivent l’un après l’autre sans leur laisser de répit. C’est un peu agaçant, moi j’aime les romances lycéennes plus simples. Heureusement, la force de la série est dans le caractère de chacun des personnages et ils restent à la hauteur, on voit même un peu plus Yamato dans ce tome. On sent qu’il se dévoile peu à peu, enfin ! Avant, c’était surtout Mei qu’on découvrait, et ça fait du bien quand ça change. J’espère qu’au prochain tome, on se recentrera plus sur le couple et qu’on verra moins (plus du tout ?) Megumi qui m’agace.

Tome 7

La série reste toujours aussi agréable à lire mais je suis encore un peu déçue. J’aurais vraiment aimé voir plus de Yamato-Mei et ce n’est pas le cas, snif ! Alors certes leur relation avance bien. Yamato est toujours aussi gentil et attentionné avec elle. Il la comprend et est prêt à l’attendre et à faire des efforts pour elle. Mei aussi essaie d’avancer. Mais c’est trop trop lent et on ne les voit pas suffisamment dans ce tome T.T

Par contre, l’auteur a réussi un vrai tour de force avec moi ici. Elle a réussi à complètement me retourner par rapport à Megumi que je détestais. Elle a vraiment su creuser son personnage et à la rendre très intéressante. J’ai été touchée par l’âpreté de son parcours. Cette fille est vraiment une battante. Elle a plein de blessures et de cicatrices mais ça ne l’arrête pas pour avancer dans la voie qu’elle a choisi, même si elle a parfois besoin d’un petit peu d’aide. Elle fait preuve d’une grande maladresse dans ses relations avec les autres à cause du personnage qu’elle s’est construite. Mais j’ai aimé comment son amie de toujours est venue à son aide (ainsi que Yamato grâce à Mei) et l’intervention de Kai est rigolote. J’espère qu’on verra plus ces deux aspects dans la suite de l’histoire de Megumi, mais j’espère surtout une fois de plus que l’auteur remettra Yamato et Mei sur le devant de la scène !

Tome 8

Je suis un peu partagée après avoir lu ce tome. J’ai une fois de plus était ravie par l’évolution des rapports entre les personnages mais j’ai été gênée par l’ampleur qu’a pris un pauvre concours de beauté. Il faut déjà dire que je suis assez réfractaire à ce type de concours que je trouve rétrograde, dégradant et malvenu. C’est souvent l’occasion de se moquer allègrement de certains, et de mettre en avant des qualités physiques plus que discutables puisque dépendant de la norme du moment. Je ne suis donc pas très fan, alors le fait que l’auteur y consacre tout un volume m’a gênée. Cependant, je dois dire que le traitement qu’elle en fait est surprenant. C’est l’occasion pour montrer que Mei change grâce aux gens qui l’entoure, qu’elle s’ouvre aux autres et prend conscience d’elle-même. Alors certes, je préfèrerais que ce ne soit pas juste au niveau de son apparence, mais cela passe souvent par là au début, alors je peux comprendre. En tout cas, j’ai beaucoup aimé la façon dont Yamato l’a épaulée, il est tellement adorable avec elle. J’ai bien aimé le grand frère de celui-ci aussi, qui a de vrais principes. Les copines de Mei ont été d’une grande aide aussi. Et surtout, encore une fois, j’ai été surprise en bien par Megumi. J’espère que cela va longtemps continuer ainsi ^^

Tome 9

Très joli chapitre d’ouverture où l’on voit le rendez-vous annoncé entre Yamato et Megumi. Celle-ci se révèle encore une fois bien meilleure qu’on aurait pu le croire. Elle comprend enfin quels sont ses sentiments pour Yamato et c’est beau de voir qu’elle veut juste être aimée comme Mei par Yamato. Mei est aussi très mature d’accepter sans broncher ce rendez-vous et de faire confiance à Yamato, ça ne doit pourtant pas être simple pour elle. Ensuite, on enchaîne avec plusieurs chapitres qui nous parlent enfin du frère de Yamato, personnage que j’aime beaucoup. C’est d’abord très intéressant de le voir à travers les yeux de son assistante. Puis ensuite découvrir son passé et les raisons de ses choix en matière de clientes est éclairant. Son histoire est vraiment poignante, ce type est juste génial. On rêverait toute d’avoir un homme comme ça dans notre vie qui sait voir au-delà des apparences. J’ai vraiment été touchée par son histoire et je suis ravie d’avoir eu cette parenthèse qui lui est consacrée.

Tome 10

Aussitôt acheté, aussitôt lu, ce tome n’aura pas fait long feu. Il était très riche en événements et aurait même très bien pu clôturer la série ^^ Nous voici arrivés au moment de Noël et on voit bien à quel point Mei a pu changer depuis celui de l’an passé. Elle s’est vraiment ouverte aux autres comme elle le dit, et elle continue à avancer et progresser encore. C’est mignon tout plein de retrouver le petit groupe chez Yamato pour faire la fête. J’aime beaucoup l’idée du cadeau de Yamato pour Mei : des polaroids de la soirée. Chacun est heureux et s’amuse avec les autres. On sent bien l’amitié qui les relie et surtout on voit à quel point ils sont là pour s’aider les uns les autres. C’est pour ça que j’ai été ravie de la petit incursion du frère de Yamato, Daichi, et de Kyoko, chacun d’eux doit beaucoup à Mei. Mais LE grand moment de ce tome, c’est quand Mei et Yamato couchent enfin ensemble. C’est bien amené. On sent bien toute la gêne que chacun ressent lors de cette première fois. Les interrogations qu’ils ont sont légitimes et touchantes. Le tout est amené très naturellement, sans faire dans le voyeurisme comme font certain titre. J’ai beaucoup aimé. Maintenant, j’ai peur que l’auteur tombe dans la surenchère et leur ajoute des problèmes qui n’ont pas lieu d’être ou qui seraient exagérés, comme par exemple par rapport à leur futur (cf l’annonce en fin de tome), mais on verra bien ^^

Tome 11

J’ai eu peur pour rien, finalement l’auteur gère bien la transition des personnages vers leur dernière année de lycée et les choix qu’ils vont devoir faire. Même s’il est classique de voir Mei perdue quant à son avenir, finalement ce vers quoi elle se dirige ne me surprend, de même que pour Yamato. Ça leur correspond bien. J’ai aussi beaucoup aimé toute la partie où Mei se trouve trop grosse et décide de se mettre au sport. Grâce à elle, on rencontre de nouveaux personnages qui me plaisent déjà. J’aime beaucoup la fraicheur et la franchise de Rin. J’aime la maladresse de son frère jumeau et je m’amuse de les voir tous les deux craquer respectivement pour Mei et Kai. Je suis sûre que ça va apporter plein de petits moments sympa dans les prochains tomes.

Tome 12

Bon malheureusement, je n’ai pas du tout accroché à ce tome. Les problèmes persos de Mei et Yamato me laissent froide. Oui, ils se posent des questions sur leur avenir, mais je ne sais pas, je ne trouve pas que ça sonne juste. Du coup, je me suis ennuyée pendant les trois quarts du tome. Seules les histoires des jumeaux m’ont un peu plu surtout celle de Ren qui doit apprendre à faire confiance aux autres pour se faire des amis.

Tome 13

Je ne pensais pas aimer ce tome vu comme j’ai eu du mal avec les précédents, mais comme pour une fois ça ne tourne pas autour de Yamato et Mei et de leur avenir, mais autour de celui de Megumi, j’ai bien aimé. Ça change de voir celle-ci mise en avant tout au long d’un tome et c’est intéressant de la voir galérer pour se faire sa place dans un nouvel endroit. J’ai aimé la voir trimer et trouver de l’aide auprès de personnes inattendues, ce qui l’a obligée à s’ouvrir.

Tome 14

Je suis assez mitigée concernant ce nouveau tome. J’aime les thèmes qui sont développés mais je trouve que la mangaka manque de talent pour le faire. L’ensemble reste trop plat et ça se répète encore. Toute la partie sur Mei et Kai me saoule assez. J’ai pas besoin qu’on insiste autant pour me montrer qu’ils ont changé et qu’ils avancent vers leur avenir. J’ai bien plus aimé le bref passage sur Kai et Rin, surtout sur ce premier chez qui les complexes n’ont pas disparu malgré son évolution. C’est bien aussi de montrer qu’il ne suffit pas d’être grand, beau et populaire pour oublier les blessures du passé. J’espère qu’on reviendra encore sur ce personnage qui me touche beaucoup. Enfin, j’ai été contente de retrouvé Meg, elle est rayonnante désormais.

Tome 15

Tome de transition, il ne se passe pas grand-chose ici. L’auteure en profite juste pour refermer avec une certaine émotion leurs années lycée. On a donc droit à tout plein de flashbacks pour nous rappeler combien ils ont changé les uns et les autres. On voit également que peu ou prou chacun a trouvé sa voie. J’avoue que je ne suis pas très fan, je trouve l’ensemble assez lisse et fade, sans relief. Je me suis un peu ennuyée. Par contre, j’ai bien aimé la déclaration de Ren à Mei et la réaction de celle-ci, je les ai trouvés très touchants tous les deux. De même, j’aime bien la relation Kei – Megumi et j’aimerais vraiment qu’ils ouvrent les yeux sur ce qu’ils semblent éprouver l’un pour l’autre. Ils formeraient un bien joli couple. Maintenant direction vers les années fac, la vie d’adulte et ça commence déjà par la rencontre des parents et la bague de fiançailles (?). Plus cliché, tu meurs !

Tome 16

La série continue à être en perte de vitesse pour moi. Je n’aime pas du tout le basculement des personnages dans leur vie d’étudiants. Je trouve que tout fait cliché. Je n’aime pas la façon dont tourne Yamato à tout cacher à Mei, ça ne lui ressemble pas. Elle, elle reste plus fidèle à elle-même en essayant de se faire des amis. Mais elle avait réussi à plus s’ouvrir et à moins garder ses inquiétudes pour elle, elle a reculé sur ce point. En tout cas, c’est vraiment chiant de voir leur couple se déliter comme ça. Je préfère largement l’intrigue avec Rin et Megumi. Cette dernière est peut-être l’un des personnages les plus réalistes. Elle nous montre que malgré tout ce qu’elle fait, elle ne parvient pas à atteindre son rêve. Du coup, ça ne m’étonne pas qu’elle soit jalouse de Rin qui en faisant bien moins d’efforts arrive à vivre la vie dont elle-même rêve. Mais dans l’ensemble ce tome a un ton très pessimiste et une ambiance bien plombante qui ne correspond absolument pas à mon souvenir de mes études supérieures. De plus, je ne ressens aucune empathie pour les personnages et il me tarde juste que ça s’arrête…

Tome 17

Heureusement qu’il ne reste plus qu’un tome après parce que je n’aime vraiment pas cette partie de Say I Love You. Je ne trouve pas leur passage par la vie étudiante très réaliste, loin de là. Il y a beaucoup trop de drame et de mélo à mon goût. D’ailleurs on sent vraiment qu’on arrive à la fin du truc ici, puisque l’auteure commence à boucler toutes les intrigues. Yamato et Mei se parlent enfin et se rassurent, concluant de tout ça qu’ils doivent plus communiquer même s’ils ne se voient pas beaucoup, idem pour Asami et Nakanishi. La mangaka se paie même le bonus d’un petit saut dans le temps pour les voir quelques années plus tard avec Mei qui a sa coupe des débuts (que je n’aime pas ><) et Aiko va fonder une famille. Chacun a réalisé son rêve ou est en passe de le réaliser, c’est ultra classique et cul cul et j’avoue ne plus du tout ressentir l’émotion des débuts, c’est triste.

Tome 18

A venir

Ma note : 13/ 20

f2cae2000b34f1dee709da97f57b8733