Visionnages de la semaine 2017 – 23

89197bbb-8d92-4bc1-955b-a6e9b7c15b3d

Heureusement que pas mal de séries s’étaient terminées parce que je n’ai pas regardé grand-chose cette semaine faute de temps. J’ai quand même réussi avec plaisir à regarder les animes diffusés sur Arte dont Marnie que je connaissais déjà et que j’ai été ravie de revoir ^^ Et vous, quel est votre bilan ?

Lire la suite

Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs

couv5110998 couv8025140 couv12880603

Titre : Miss Peregrine et les enfants particuliers

Auteur : Ransom Riggs

Editeur vf : Bayard

Années de parution vf : 2012-2016

Nombre de tomes : 3 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Jacob est un ado comme les autres, excepté qu’il se pose des questions sur son mystérieux grand-père. Quelles sont ces étranges photos d’enfants qu’il lui montrait quand il était petit ? Les histoires qu’il lui contait sur eux étaient-elles vraies? Et pourquoi disparaissait-il aussi souvent ?
Tout s’accélère le jour où il le retrouve blessé dans son jardin. Jacob a vu des monstres, il en est sûr, et personne ne veut le croire. Il ne lui reste qu’à suivre les dernières instructions qu’a murmuré son grand-père avant de rendre son dernier souffle…

picmonkey-collage1

Mes avis :

Tome 1

Ça faisait un moment que j’étais intriguée par ce livre, tout d’abord parce que c’est un très bel objet (il manque juste une version reliée et ce serait parfait) mais aussi parce qu’il a été choisi par Tim Burton pour l’adapter en film. Je n’ai pas encore vu le film mais en général même si la réalisation est ratée, j’aime les choix de ce réalisateur.

Je m’attendais donc à être conquise dès les premières pages mais ce ne fut pas le cas. L’histoire est très bien écrite, j’ai beaucoup aimé le style de Ransom Riggs. Mais il y a un gros soucis, l’histoire met très très longtemps à démarrer. Franchement, il ne se passe pas grand-chose avant le dernier quart du livre et c’est long. L’auteur perd trop de temps à poser l’ambiance de sa saga. Il se répète et tourne un peu en rond. Le rythme est trop lent, trop mou, c’est vraiment dommage. La suite, elle, sans être follement rythmée et palpitante, est déjà bien plus intéressante. On a enfin un enjeu qui se dessine et un peu d’action même si l’ensemble reste assez simple.

Pourtant, j’ai beaucoup aimé le décor de cette histoire. C’est une histoire fantastique dans la plus pure tradition avec un garçon qui voit sa vie basculer d’un coup. J’ai beaucoup aimé la façon dont sa déprime et sa perte de repères étaient rendues. J’ai aimé voir ses parents s’inquiéter pour lui et chercher à l’aider, même maladroitement. Ce côté adolescent incompris est un grand classique mais c’est assez bien fait ici et ça rend bien service à l’histoire. Puis le changement de décor avec le départ pour la petite île britannique où a vécu son grand père est très bien amorcé. Là aussi, l’ambiance est très prenante, on sent bien le côté bizarre de l’île ainsi que son côté reculé, un peu hors du temps. Les habitants ne sont peut-être qu’esquissés mais ils peuplent parfaitement ce décor et le rendent plus crédible. La quête de Jacob pour comprendre son grand-père est touchante. J’ai aimé sa découverte progressive de la vieille bicoque, puis de ses habitants et de leurs particularités. C’était comme si un épais brouillard s’écartait enfin.

Justement au niveau des personnages, là, je suis plus mitigée. Autant j’aime bien Jacob et son grand-père d’après ce que j’apprends de lui, ainsi qu’Emma Bloom – mon coup de coeur de l’histoire !-. Autant j’ai du mal à cerner les autres. Je trouve que Ransom Riggs passe trop rapidement sur eux, ne présentant en gros que leur particularité et les faisant intervenir quand ils sont nécessaires à l’intrigue. C’est un peu dommage qu’ils ne soient pas plus creusés mais peut-être cela viendra-t-il par la suite. – Je fais d’ailleurs une parenthèse ici. Il m’a semblé que dans le film, ils avaient échangé les personnages d’Emma et Olive. Est-ce juste une impression ou ai-je raison ? Si oui, je ne comprends pas le pourquoi de ce changement… –

Enfin au sujet de l’intrigue qui démarre si tardivement, j’ai été ravie de découvrir que leur monde ne se limite pas à cette boucle temporelle en 1940 et que les particuliers ont aussi en leur sein des dissidents qui veulent pouvoir vivre comme tout le monde. J’ai un peu peur qu’avec leur sortie de la boucle, les protégés de Miss Peregrine vieillissent trop vite mais j’ai espoir qu’ils trouvent refuge dans une autre boucle avant. Et même si l’histoire a été longue à commencer maintenant que leur quête contre les Estres et les Creux est partie, il me tarde de lire la suite pour savoir s’ils vont pouvoir soigner Miss Peregrine, sauver les autres Ombrunes et aider les autres particuliers.

hollow-city-photographs

Tome 2 : Hollow City

Tout comme avec le tome 1 mais pour des raisons différentes, je n’ai pas eu le coup de coeur que j’attendais pour cette suite. J’ai à nouveau trouvé des gros soucis de rythme dans ce deuxième tome. On passe de longs moments sans qu’il ne se passe grand-chose et d’un coup l’histoire avant rapidement et est pleine d’action. C’est vraiment dérangeant et cela freine régulièrement la lecture. De plus, au final, il n’y a de l’action et des surprises que dans les 100 dernières pages, exactement comme dans le tome 1. Le reste du tome est consacré au voyage des particuliers pour tenter de sauver Miss Peregrine et vu la longueur du récit, on ne dirait pas que seuls quelques jours sont passés… Il faut vraiment que l’auteur s’améliore sur ce point.

Surtout que comme précédemment, j’ai à nouveau beaucoup aimé l’ambiance de ce tome. C’est différent du précédent, cette fois on est dans une Angleterre en guerre et c’est parfaitement rendu. Entre la campagne ravagée où tout le monde est sur le qui-vive, le rationnement, les transports chaotique, la capitale bombardée, les enfants envoyés à la campagne ou laissés livrés à eux-mêmes, la ville en ruine, on y est parfaitement ! C’est ce qui fait toute la richesse du tome d’ailleurs.

Parce que sinon les sempiternels questionnements des particuliers sont assez pénibles à lire et relire. J’ai tout de même trouvé que les personnages secondaires étaient un peu mieux développés ici. On n’en a pas que pour Emma et Jacob même s’ils restent les héros bien sûr. On apprend aussi à apprécier les autres particuliers chacun ayant son petit moment de grâce dans la lutte contre les Creux ou leur de leur voyage. De plus, on en apprend aussi un peu plus sur leur univers en découvrant d’autres boucles, d’autres particuliers plus ou moins reconnus, et une autre ombrune. On sent vraiment que Ransom Riggs maîtrise bien son univers et ça fait plaisir, ça fait rêver.

Maintenant, la surprise des toutes dernières pages est vraiment inattendue et bien trouvée. Elle relance complètement l’histoire et nous embarque dans une autre direction, faisant encore faire un nouveau voyage aux particuliers. Du coup, forcément, j’ai très envie de lire la suite mais ça m’agace de m’ennuyer pendant les 3/4 du tome pour arriver à chaque fois sur une fin qui, elle, est palpitante.

Tome 3 : La bibliothèque des âmes

Dernier tome de la saga, la Bibliothèque des âmes ne m’a pas plus convaincue que les précédents et peut-être même moins. Ce tome est très long et en même temps il ne se passe pas tant de choses que ça.

L’histoire démarre pile là où on l’avait laissé, alors qu’Emma, Jacob et Addisson sont poursuivis dans le présent par des Estres et des Creux qui souhaitent les capturer eux aussi. C’est alors que Jacob commence à prendre pleinement conscience de ses pouvoirs et à les utiliser, ce qui leur sort une belle épine du pied. Ils décident bien sûr ensuite de tout faire pour libérer leurs amis. Voilà en quelques lignes le début de ce dernier tome et comme le pressentiront certains, l’auteur use et abuse de toutes les ficelles qu’il connait pour faciliter les aventures de nos jeunes particuliers. Tout va très vite, les obstacles n’en sont jamais vraiment, ils s’en sortent toujours avec une grande facilité et l’ensemble fait donc un peu carton pâte. Bien sûr, on ne s’ennuie pas puisque l’action est au rendez-vous mais j’ai très vite trouvé qu’on prenait pas mal de temps et surtout de pages pour raconter des événements qui pourraient l’être bien plus rapidement.

L’auteur ne maîtrise vraiment pas sa narration et c’est dommage parce que à côté de ça, comme dans les précédents tomes, l’ambiance est au rendez-vous avec ce petit côté ancien qui peut rappeler l’Europe des années 30 avec la montée des extrêmes. C’est sale, c’est angoissant, c’est effrayant, c’est sombre et c’est glaçant aussi parfois, ce qui fait toute la réussite de ce tome. Ransom Riggs peint vraiment un portrait saisissant de la dernière boucle dans laquelle atterrissent les Particuliers. J’ai beaucoup aimé cela. J’ai aimé découvrir l’Arpent et sa noirceur. J’ai aimé découvrir les nouveaux personnages qu’on y a croisé : Sharon, Mère Poussière, Bentham. J’ai aimé découvrir ce qu’on pouvait faire de terrible aux Particuliers. J’ai aimé découvrir les expériences de Bentham mais aussi celles de Caul. J’ai aimé toute la mythologie derrière la folie de Caul, qui enrichit vraiment la genèse des Particuliers. Toute cette partie est très intéressante et saisissante, vraiment. Mais tant, tant de pages, juste pour ça, c’est dommage. Tout le reste des aventures de Jacob et Emma m’a très vite lassé parce que c’est plat et répétitif et leur relation aussi, voire pire quand ils jouent les amoureux transis séparés par le destin…

Bref, la fin est satisfaisante. L’auteur répond bien à toutes nos questions. Il va jusqu’au bout de son idée. Mais l’ensemble est bien trop inégal. L’univers est intéressant, l’ambiance géniale, mais la narration complètement ratée. Je ne me suis jamais vraiment attachée aux personnages et je n’ai pas aimé les facilités utilisées par l’auteur. La saga des Enfants particuliers était une jolie découverte et en même temps une petite déception vu tout le potentiel gâché. C’est dommage.

Ma note : 14 / 20