Livres - Romance / Romance historique

Les ducs préfèrent les blondes de Loretta Chase

Titre : Les ducs préfèrent les blondes

Auteur : Loretta Chase

Editeur vf : J’ai Lu (Aventures & Passions)

Année de parution vf : 2017

Résumé : Lassée des prétendants qui ne voient en elle qu’un ravissant visage, lady Clara Fairfax évite la haute société pour s’investir dans les bonnes œuvres. Afin d’aider une jeune fille en difficulté, elle contacte Oliver Radford, un avocat aussi brillant que misogyne, et le charge d’une enquête qu’elle entend mener à son côté. Le dédain narquois de Radford, dédaigneux et narquois disparaît peu à peu lorsque leurs pérégrinations dans les bas-fonds de Londres lui révèlent la vraie Clara, une femme cartésienne, intrépide, qui n’hésite pas à lui tenir tête et ne tarde pas à le rendre fou d’amour. Bien sûr, leur différence de classe lui interdit d’espérer l’épouser un jour. Sauf que rien n’est impossible au meilleur juriste de Londres…

Note : Cette histoire fait suite à Sur la soie de ta peau, Scandale en satin et La Vénus en velours.

Mon avis :

J’ai retrouvé avec plaisir l’univers des soeurs Noirot et de leur boutique de mode dans cette nouvelle histoire dans laquelle nous suivons la belle-soeur de l’une d’entre elle : Clara Fairfax. Celle-ci est la femme la plus en vue de la saison mais elle déteste ça. Elle en a assez de vivre dans un carcan étriqué qui l’empêche d’être elle-même. Intelligente, vive d’esprit et pleine de bonté, elle a envie de mettre ses connaissances aux services des autres et d’enfin se sentir utile. Elle aide donc des jeunes filles désœuvrées à se réinsérer et c’est en voulant aider l’une d’elle et son frère qu’elle va recroiser le chemin d’Oliver Radford, alias Maître Corbeau, qu’elle avait déjà rencontré étant enfant et qui semble être le seul homme à la hauteur de son intellect.

Ces deux héros vont très vite faire partie de mes couples préférés tant leurs prises de becs sont savoureuses. Chacun essaie de damer le pion de l’auteur en faisant preuve de réparties spirituelles montrant toute l’étendue de leur intelligence. Oliver est imbuvable, il est pédant et arrive souvent à se mettre les gens à dos à cause de ça. Il est très amusant parce qu’il considère son côté téméraire comme un deuxième moi à par entière qu’il essaie de museler. Clara est tout aussi amusante parce qu’elle a le chic de le faire sortir de ses gonds et ainsi de tomber le masque de froideur et calme qu’il s’est construit. J’ai vraiment adoré leur couple de bout en bout. Le sale caractère d’Oliver m’a complètement séduite, de même que son intelligence et son grand coeur qu’il essaie de cacher. J’ai aussi adoré les petits noms qu’ils se donnent et leur complicité.

Pour ne rien gâcher, c’est un avocat mais un avocat qui va sur le terrain et qui vit de folles aventures pour échapper aux criminels qui veulent sa peau. Cela donne des aventures vraiment rocambolesques auxquelles bien sûr vient se mêler Clara. Grâce à lui, elle mène enfin une vie trépidante et nous lecteurs nous amusons de leur duo. Leurs aventures sont très bien menées et orchestrées, que ce soit en voulant aider le frère de la jeune amie de Clara, puis quand Oliver aide Claira à guérir du typhus, ou encore quand la bande de criminel qu’ils ont mis en déroute essaie de se venger. J’ai passé un excellent moment à les suivre.

Enfin, mon petit plaisir coupable dans ce tome fut de retrouver les soeurs Noirot et leurs excentricités. En effet, Clara avait déjà eu l’occasion d’apparaitre dans leurs histoires, il était donc normal qu’elles fassent de même pour mon plus grand plaisir. Je me suis donc régalée de bout en bout et suis déjà triste de les quitter.

Ma note : 16 / 20

Séries Tv - Films

Yves Saint Laurent de Jalil Lespert

1795831_273016669530888_1770069582_o-2

Titre : Yves Saint Laurent

Réalisation : Jalil Lespert

Année de sortie : 2014

Acteurs : Pierre Niney ; Guillaume Gallienne ; Charlotte Le Bon ; Laura Smet …

Histoire : Paris, janvier 1958. Yves Saint Laurent, 21 ans, vient de succéder à Christian Dior et présente sa première collection pour Dior. Ce jour-là, il rencontre un énorme succès en même temps que Pierre Bergé, patron des arts qui deviendra l’amour de sa vie et son partenaire d’affaires. Ils ne se quitteront jamais. Trois ans après, ils créent la compagnie Yves Saint Laurent, qui deviendra l’une des plus célèbres marques dans le milieu de la mode et du luxe. 

21055148_20131105185444458

Mon avis :

Avant tout, j’ai voulu voir ce film à cause de son sujet : Yves Saint-Laurent, grand couturier dont je ne connaissais que les créations et le fait qu’il avait été en couple avec Pierre Bergé avec qui il collectionnait des oeuvres d’art. Je voulais donc en apprendre plus sur son processus de création et sur sa vie également. Sur cette dernière, j’ai appris pas mal de chose mais sur le 1e par énormément malheureusement. En effet, le film est assez inégal dans ses promesses, il hésite sans cesse entre le YSL couturier et le YSL homme, sans jamais trancher ni aller à fond pour raconter leur histoire. Du coup, le film est assez bancal, on n’en apprend pas assez sur sa vie professionnelle qui est survolée à part quelques épisodes ponctuels, et sa vie personnelle est chaotique, parfois on s’y attarde longtemps, parfois on saute allègrement des passages. Ce n’est donc pas ce que j’attendais de ce biopic qui ne creuse pas assez les choses pour moi et reste trop superficiel. C’est ce qui fait que parfois on s’ennuie un peu dans ce film et qu’il y a quelques passages à vide.

Par contre, je salue vraiment l’interprétation des acteurs qui m’a énormément plu. Aussi bien Pierre Niney, qui pour son jeune âge, campe un Saint-Laurent magistral, entre folie douce et fragilité ; que Guillaume Gallienne qui est bien plus viril que dans toutes les fois où j’ai pu le voir, sont deux très grands acteurs. Le dernier, Guillaume Gallienne, m’a vraiment surprise, parfois je ne l’aurais presque pas reconnu tellement il est loin de ses rôles habituels. Il joue vraiment un Pierre Bergé très viril, sûr de lui, pilier du couple. Et c’est peut-être ce qui m’a gênée un peu, ce parti pris de présenter Bergé comme le « meilleur » des deux en quelques sortes, car à part sa petite incartade qui cause la 1e séparation du couple, il est le seul à rester droit dans ses bottes alors que YSL plonge peu à peu dans une douce folie faite de tout un tas d’expérimentations. YSL est vraiment la caricature de l’artiste qui part un peu dans tous les sens, tandis que Bergé est le roc nécessaire à la réalisation de ses créations. Je ne sais pas si ce fut vraiment le cas, mais j’ai trouvé que cela manquait singulièrement de nuance et cela m’a agacée au bout d’un moment.

Enfin, j’ai beaucoup aimé la bande-son qui est vraiment parfaite pour ce film, en particulier la 1e chanson du générique de fin. Les décors et les costumes étaient également magnifiques, de même que la façon dont le tout a été filmé.

Ma note : 14 / 20

Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Gokinjo, une vie de quartier (Deluxe) d’Ai Yazawa

Un ancien shojo d’Ai Yazawa qui est certainement mon préféré de l’auteur de par les thèmes qu’il développe mais aussi la richesse graphique. Je suis fan de ses design dans cette série et je conseille à tout le monde son artbook de la série pour les découvrir en plus grand encore !

 gokinjo

Titre : Gokinjo, une vie de quartier

Auteur : Ai Yazawa

Année de parution vf : 2004-2005

Editeur vf : Delcourt

Nb de tomes : 4 en version double (série terminée)

Résumé du tome 1 (double) : Mikako et Tsutomu sont amis depuis toujours, ils habitent le même immeuble, fréquentent le même lycée d’art : l’Académie Yazawa. Quand un soir Tsutomu rentre chez lui accompagné d’une fille, le cœur de Mikako vacille. Quel est cet étrange sentiment ? Pourquoi est-elle troublée à ce point ? L’amitié qu’elle partage avec son ami d’enfance ne lui suffirait-elle plus ?

Mikako_Gokinjo_Monogatari_2_by_AmanoHikari

Mes avis :

Tome 1
Je suis vraiment ravie de relire cette série gaie, sincère et dynamique dans cette nouvelle édition. Celle-ci magnifie le travail de l’auteur grâce à un format un poil plus grand et surtout la conservation de toutes les pages couleurs originales ainsi que la galerie de fin. C’est vraiment un régal pour les yeux !

Tome 2
Toujours aussi sympathique notamment grâce à toutes les émotions engendrées par les histoires de famille de Mikako. J’adore !

Tome 4
Une fin magnifique à la hauteur de la série. Ils ont tous bien grandi aussi bien les parents que les enfants, une vraie leçon de vie ! Les personnages sont décidément bien attachants et l’auteur a su calmer ma soif avec un dernier chapitre qui se passe des années plus tard. Graphiquement, c’est aussi dynamique que beau. Maintenant que c’est fini, j’ai envie de relire Paradise Kiss !

299491

Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Runway of Lovers de Yuka Shibano & Wataru Tanaka

3206135533_1_4_TUzBOI1e

Titre : Runway of Lovers

Auteur : Yuka Shibano & Wataru Tanaka

Année de parution vf : 2013

Editeur : Soleil

Nb de tomes : 3 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Yui est un jeune mannequin en pleine gloire qui ne vit donc que pour son travail. Alors que son rêve de travailler à Paris est sur le point de se réaliser, son quotidien se trouve bouleversé par l’apparition de Aki, débutante dans le milieu, qui devient sa nouvelle colocataire. Cette dernière, naïve et enjouée, est en admiration totale devant Yui, qui la trouve empotée et stupide, jusqu’au jour où elle découvre son potentiel lors d’un shooting. Les regards sont ainsi de plus en plus portés sur cette dernière, et elle ne laisse pas indifférent le célèbre photographe Katsuki, qui n’est autre que l’ex de Yui dont elle est encore amoureuse. Aurait-elle trouvé à la fois la rivale et l’amie capable de lui rendre la joie de vivre ?

Mes avis :

Tome 1
J’ai été agréablement surprise pour les débuts de cette courte série. Les personnages me parlent, surtout Yui et Katsuki, dont le destin m’a touchée (j’aime les amours contrariés). J’ai plus de mal avec Aki, qui n’a pas encore été assez creusée. Par contre, j’ai été très déçue de voir que l’histoire principale s’arrêtait si vite pour laisser la place à un autre travail de l’auteur…

Tome 2
J’aime de plus en plus cette histoire et les sentiments à fleur de peau de Yui. Je trouve par contre Aki très agaçante, du coup je n’arrive pas à m’attacher au personnage. De même, Katsuki est bien trop gentil et passif à mon goût. Sinon, une bonne petite série sur le milieu de la mode avec de très beaux passages lors des défilés.

Tome 3
Une fin très convenue qui satisfera peut-être certains mais pas moi. Je n’ai pas aimé le tournant qu’a pris l’histoire en se concentrant sur la relation mère-fille d’un côté et l’amitié entre les deux mannequins de l’autre. Au final, Katsuki n’apporte rien à l’histoire et malgré les bons sentiments que l’auteur a voulu déployer la sauce n’a pas prise dans la relation entre les parents de Yui. Bof

runway-of-loverst3

Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Princess Jellyfish d’Akiko Higashimura

cover_princess_jellyfish_04_jp

Titre : Princess Jellyfish

Auteur : Akiko Higashimura

Années de parution vf : Depuis 2011

Editeur vf : Delcourt

Nb de tomes : 15 (en cours)

Résumé du tome 1 : Otaku pure et dure, Tsukimi vit en colocation dans une pension interdite aux hommes avec cinq autres filles toutes plus farfelues les unes que les autres.
Le petit grain de folie de Tsukimi : les méduses ! Une passion qui la plonge au-devant de déconvenues le jour où, en rendant visite à une méduse enfermée dans un aquarium, elle rencontre une fille bien trop distinguée pour être vraie.

Mes avis :

Tome 1
Une vraie bonne surprise. J’ai lu le début en scans sans accrocher mais les excellents commentaires un peu partout m’ont poussée à retenter l’expérience et j’ai adoré l’humour, la tendresse et la justesse de l’auteur. Elle traite un sujet assez sensible et s’en sort à merveille. Certes, c’est parfois un peu trop bavard et barré mais ce n’est pas grave, le positif l’emporte largement !

Tome 2
J’aime toujours autant. J’avais peur que l’histoire garde un côté un peu anecdotique mais apparemment l’auteur a su trouver un fil rouge. Il y a toujours autant d’humour et j’apprécie de plus en plus le personnage de Kuronosuke, il est vraiment tordu tant il est aveugle et de mauvaise foi. Tsukimi, elle, est adorable et puis, elle me fait rêver avec ses méduses qui ont l’air magnifiques.

Tome 3
Un petit bémol sur ce tome avec l’arrivée de « la méchante » même si l’auteur détourne son rôle avec brillot. Kuranosuke est toujours aussi excellent et on voit un peu plus les autres Amars, chouette. Leur projet pour sauver leur maison est excellent. En fan de Paradise Kiss, je ne pouvais qu’aimer. Il me tarde de voir ce que ça va donner. Et mention spéciale pour le père et l’oncle, tordants !

Tome 4
L’auteur a parfaitement su trouver son fil directeur dans cette série alliant humour, sentiments, réflexion sur la différence, le tout avec une pointe de mode. Comment ne pas craquer surtout quand on voit certains rapprochements s’amorcer. C’est un super shojo dont l’humour et l’histoire ne faillissent pas contrairement à d’autres qui se sont vite essoufflés sur ce registre.

Tome 5
Encore un tome plein de délires. J’ai adoré la rencontre entre les deux mondes et ce qui en est ressorti ! L’auteur parvient à nous attacher vraiment à ce petit groupe si enthousiaste. Une réussite à chaque tome.

Tome 6
Toujours aussi drôle avec encore une mention spéciale au père et à l’oncle, vraiment je les adore ! Le personnage de Kuranosuke prend aussi de l’ampleur et heureusement qu’il est là pour remuer tout ce petit monde. Par contre, je ne suis pas fan de mettre en avant une mannequin limite anorexique comme Mayaya surtout avec des tenues faites à la va vite :s

Tome 7
Un tome palpitant avec au centre un défilé surréaliste mais très plaisant pour les yeux. La petite entreprise se développe et l’on découvre également les conséquences sur la vie de Kuranosuke. Encore un tome très riche qui nous tient en haleine surtout avec l’apparition d’un nouveau personnage à la fin.

Tome 8
Tome moins passionnant que les autres, on ressent nous aussi un coup de mou comme les Amars… Les difficultés qu’elles rencontrent sont réelles mais plombent le rythme de l’histoire. J’espère que ça repartira dans le prochain tome.

Tome 9
Un tome où l’humour refait surface avec le grand moment qu’est le rendez-vous entre Tsukimi et Shû. Entre gaffes et quiproquos, j’ai passé un excellent moment, c’était tordant. Et la jalousie de Kuranosuke qui pointe le bout de son nez est la cerise sur le gâteau. Vite, la suite !

Tome 10
En dessous du précédent car moins d’humour et une histoire trop centrée sur le nouveau « couple », de plus on retrouve les difficultés liées à leur jeune entreprise qui plombe un peu le rythme et l’histoire. Par contre, Kuranosuke gagne en intérêt en décidant de jouer les « sorciers » pour Tsukimi et Inarii dans un genre différent me fait toujours autant rire. A voir la direction que prend l’histoire

Tome 11
Nouveau tome très intéressant avec l’exposition de la nouvelle collection et l’arrivée d’un nouveau personnage haut en couleur. On retrouve toujours autant d’humour et de situations cocasses. Après le twist final m’intrigue et je me demande ce qu’il annonce.

Tome 12
Je suis un peu plus mitigée quant à ce tome. Autant j’aime bien que les filles soient confrontées à la réalité et que tout ne soit pas tout rose. Autant le côté « je me sacrifie pour les autres » de Tsukimi m’agace, de même que la passivité de Kuranosuke. J’espère que ce petit monde se réveillera dans le prochain tome. En attendant, j’aime toujours autant les nouveaux personnages dont M.Fish !

Tome 13
Découverte du nouveau monde de notre petite Tsukimi et c’est toujours aussi déjanté, j’adore ! Kuranosuke entre aussi en action mais toujours pas assez à mon goût. Je voudrais vraiment qu’il fasse dégager son frère ^^! J’ai adoré le chauffeur dans ce tome. Par contre, la dose de mélo avec le passé du patron de Tsukimi ne m’a pas intéressé des masses… A voir la suite

Tome 14

On continue à explorer le nouveau monde dans lequel a atterri Tsukimi. Pour cela, j’ai aimé les flashback sur son patron et son assistance, qui expliquent bien des choses et ne sont pas intrusifs pour autant. L’auteur gère parfaitement le rythme de son récit, comme elle le montre avec les allers-retours entre l’endroit où est désormais Tsukimi et l’endroit où sont les autres amars. De plus, Kuranosuke est toujours aussi excellent. C’est attendrissant et drôle à la fois de le voir faire tout ça pour Tsukimi sans réaliser ses sentiments. Le grand frère, le père et le chauffeur m’ont aussi bien fait rire une fois de plus. Ils apportent toujours une bonne dose de fraicheur au récit, c’est agréable, surtout face à la surabondance de texte et de détails parfois. Bref, une série toujours au top !

Tome 15

Les aventures de Tsukimi et Kuranosuke deviennent complètement loufoques dans ce tome ! Nous voilà en effet pris dans un plan rocambolesque pour récupérer la demoiselle. Et entre un travesti qui se transforme en mannequin avant de monter plus de 20 étages en prenant les escaliers, et un vieux dandy flambeur dans un casino, les occasions pour rire sont nombreuses. A côté de ça, on a aussi un sérieux aperçu du fonctionnement d’une entreprise fabriquant des vêtements et de la dure loi du marché du luxe. Il est aussi plaisant de voir Hwayoung s’inquiéter pour son ami de toujours et chercher indirectement de l’aide pour le retrouver en le faisant couler. La vie est vraiment dure dans Princess Jellyfish xD Par contre quelle déception du côté des amars… On s’ennuie sans Tsukimi et Kuranosuke. Et quelle mauvaise idée que ces chapitres bonus à la fin du tome qui ampute l’histoire d’un bon tiers des pages qui devraient lui être dédiées. J’en veux plus !

Ma note globale : 15 / 20

Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Love Zipper de Yuki Shiraishi

lz

Titre : Love Zipper

Auteur : Yuki Shiraishi

Année de parution vf : 2012

Editeur vf : Panini

Nb de tome : 1 (série terminée)

Résumé : Une robe peut-elle changer votre vie ? Eh bien oui ! Une belle robe, dans laquelle on se sent bien, peut en effet avoir une incidence notoire sur votre existence. D’ailleurs, toutes les filles éclairées courent chez Rose Fan Fan. Dans cette boutique fashion, les employés, hyper pro, transforment votre vie en vous conseillant LA robe qui changera tout. Parmi eux, notre héroïne, Airi. Belle et élégante, elle est la vendeuse que tous les clients de RFF s’arrachent. Elle est, en effet, la meilleure en conseil vestimentaire et amoureux.

Mon avis :

Une suite de petits oneshots bien sympathiques. Bien sûr rien de tout ça n’est très crédible mais c’est ce qui fait le charme de l’univers développé par l’auteur. J’ai eu une petite préférence pour les histoires avec les deux garçons manqués que j’ai trouvé assez juste dans leur traitement. J’ai plus une impression d’inachevée avec celle d’Airi, dommage.

Love zipper

Livres - Romance / Romance historique

Loretta Chase

Nouvelle auteur de romances historiques que j’affectionne particulièrement et qui assez prolifique ^^

couv36992189.gif couv22256009 couv50433001

Mes avis :

Les Carsington, tome 5 : Lady Carsington
Un tome comme je les aime avec deux héros qui ont du caractère et n’arrêtent pas de se chamailler ; une intrigue drôle et un peu loufoque par moment ; de jolis passages romantiques et audacieux. En gros, que du bonheur. L’auteur a eu une très bonne idée de nous faire retrouver Peregrine et Olivia.

Les Débauchés, tome 1 : La fille du Lion
Une histoire en 2 temps. La première est drôle, rythmée, enlevée, les deux héros n’arrêtent pas de se chamailler et les paysages sont idylliques. Je me suis un peu plus ennuyée après leur retour en Angleterre et j’ai eu l’impression de sentir l’auteur piétiner malgré l’humour des frères de Varian.

Les Débauchés, tome 2 : Le Comte d’Esmond
Pour la première fois avec un Loretta Chase, j’ai eu bien du mal à entrer dans l’histoire. La passion des personnages est très surfaite et les regrets d’Ismal ne m’ont pas touchée. Heureusement l’enquête était amusante et l’excentricité de Leila m’a plu, contrairement à ses pseudos faiblesses morales

 couv72618408 couv25261545 

Sur la soie de ta peau
Malgré une 1e partie à Paris peu intéressante, une belle romance avec des personnages aux caractères tranchés s’installe ensuite. J’ai aimé l’esprit d’entreprendre de Noirot et son association avec Clevedon a fonctionné à la perfection (même un oisif peu se révéler entreprenant). Coup de coeur pour la petite Erroll !

Scandale en satin
Encore une réussite. J’ai beaucoup aimé suivre Sophia. Elle est intelligente, piquante, sûre d’elle et ne se laisse pas marcher sur les pieds, j’adore. Tandis qu’Harry sous ses dehors insouciant et tête brûlée est vraiment attentionné. Deux personnages comme je les aime et une belle romance qui les réuni avec pas mal de piquant et d’aventures. J’en redemande !

Les ducs préfèrent les blondes –> cliquez ICI pour lire mon avis.

Livres - Beaux-Livres / Arts

Fashion : Une histoire de la mode du XVIIIe au XXe siècle

 couv63133446.gif  couv23486732

Titre : Fashion, Une histoire de la mode du XVIIIe au XXe siècle (en 2 tomes)

Auteur : Collectif

Editeur : Taschen

Résumé : Quatre siècles de mode.
Le Kyoto Costume Institute fondé en 1978 possède l’une des collections de vêtements les plus complètes au monde. Principalement intéressé par la mode féminine occidentale, il a amassé un nombre impressionnant de vêtements historiques, de sous-vêtements, de chaussures et d’accessoires de mode du XVIIe siècle à nos jours. Fashion History présente quatre siècles de mode féminine à travers une sélection de photographies tirées des archives du Kyoto Costume Institute. On y découvrira des trésors rares allant du corset en fer avec son cache-corset brodé jusqu’aux vêtements modernes de designers tels que Yves Saint-Laurent et Calvin Klein. Le Kyoto Costume Institute considère que le vêtement est le reflet de notre personnalité, de notre époque et de la société à laquelle on appartient.

Les auteurs : Akiko Fukai (Conservateur en chef du Kyoto Costume Institute), Tamami Suoh (Conservateur du Koto Costume Institute), Miki Iwagami (Maître de conférence au Sugino Fashion College, Tokyo), Reiko Koga (Professeur à la Burka Women’s University) et Rii Nie (Conservateur adjoint du Kyoto Costume Institute).

Mon avis :

Tome 1 : XVIIIe et XIXe siècles
Enfin un livre où j’ai pu découvrir comment s’habillaient certaines de mes héroïnes préférées ^^ De très belles illustrations, j’ai adoré le fait qu’ils aient couplé gravures de l’époque et vêtement exposé à Kyoto. De plus, les commentaires sur l’époque étaient passionnants.

Tome 2 : XXe siècle
J’ai moins accroché à ce volume qu’au précédent, sûrement parce que la mode à partir du XXe et surtout dans la deuxième partie de ce siècle, prend un tournant qui ne me plait pas. Les femmes devant servir de faire-valoir au vêtement alors que ces derniers ne devraient être là que pour les embellir.