La Cité du futur de Robert Charles Wilson

Titre : La cité du futur (Last Year)

Auteur : Robert Charles Wilson

Editeur vf : Denoel (Lune d’encre)

Année de parution vf : 2017

Résumé : Pour cinq ans seulement, jusqu’en 1877, la cité de Futurity dresse ses immenses tours jumelles au-dessus des grandes plaines de l’Illinois. Depuis Futurity, des hommes du futur viennent visiter le XIXe siècle. Et, contre une fortune en métaux précieux, les autochtones peuvent dormir dans la tour n° 1, véritable vitrine technologique d’un incompréhensible XXIe siècle.
C’est dans cette cité, construite à partir d’un futur parallèle, que travaille, comme agent de sécurité, Jesse Cullum, un autochtone. Parce qu’il a sauvé le président Ulysse Grant d’une tentative d’assassinat, Jesse se voit proposer une promotion : assisté d’une femme du XXIe siècle, il va devoir mener l’enquête.
Mais que va-t-il réellement découvrir ? Un complot pour tuer le président… ou les inavouables secrets de Futurity ?

Mon avis :

Surfant sur la vague de la mode des voyages dans le temps de l’an dernier, Robert Charles Wilson nous revient avec un roman à la fois différent et très ressemblant à ce qu’il a fait par le passé. Avec La Cité du Futur, nous sommes propulsés dans la dernière année de colons du futur venus dans l’Amérique de la fin du XIXe siècle.

Lire la suite

Les affinités de Robert Charles Wilson

couv73353227

Titre : Les affinités

Auteur : Robert Charles Wilson

Editeur vf : Denoël (Lunes d’encre)

Année de sortie vf : 2016

Résumé : Adam Fisk s’est installé à Toronto pour suivre des études de graphisme que lui finance sa grand-mère. Là, il s’est inscrit à un programme payant pour déterminer à laquelle des vingt-deux Affinités il appartient. Adam est un Tau, une des cinq plus importantes de ces nouvelles familles sociales théorisées par le chercheur Meir Klein. Quand la grand-mère d’Adam, diminuée par une attaque, est placée dans une maison de retraite, le jeune homme n’a plus les moyens de suivre ses études. Mais être un Tau confère des avantages qu’il va vite découvrir : travail rémunérateur, opportunités sexuelles, vie sociale pleine et satisfaisante. Tout est trop beau, trop facile. Tout va très vite pour Adam… et il en est de même pour le reste du monde, car le modèle social des Affinités est en train de s’imposer. Malheureusement, dans l’histoire de l’Humanité, aucun changement radical ne s’est fait sans violence.

Mon avis :

Avec R.C Wilson les romans se suivent et ne se ressemblent pas. J’avais beaucoup aimé mes premières lectures de lui : la trilogie de Spin, Les Chronolithes, Mysterium ; mais moins aimé son dernier titre : Les derniers jours du paradis. Malheureusement Les affinités se classe dans cette dernière catégorie. C’est vraiment dommage parce que le concept est vraiment intéressant et le personnage, Adam, est intéressant à suivre mais le roman laisse un énorme sentiment d’inachevé.

L’idée de Wilson de parler du futur des réseaux sociaux, des conséquences de leur développement à outrances à travers le système des Affinités, est bien vu. Le traitement en plus est vraiment réaliste et crédible, mais Wilson ne va pas assez loin. Pendant les trois cents et quelques pages du roman, il se contente de survoler son sujet sans jamais vraiment le creuser une seule fois. On est plongé direct dans ce nouveau monde où le projet Affinité existe déjà. Au début, il n’est que peu présent, puis au fil des bonds dans le temps, on le découvre au contraire omniprésent dans la vie de chacun mais on ne perçoit pas du tout comment une telle chose est possible. En suivant l’histoire du point de vue d’Adam, cela rend l’histoire immersive et en même temps on perd tout le côté analytique dont on aurait besoin. On ne voit pas les Affinités prendre de l’ampleur, on constate juste le résultat. Les bonds dans le temps n’aident pas non plus, on a l’impression de passer d’une situation à une autre sans que le lien ait été fait. C’est presque comme si l’auteur avait écrit plusieurs nouvelles sur l’univers des Affinités avec Adam comme héros et les avait réunies ici. Le tout manque de liant, et surtout de profondeur. On ne suit au final vraiment qu’une des 22 affinités et on entend à peine parler d’une autre, ce qui rend la lecture très frustrante. Un autre auteur aurait pris le temps de développer son univers, il se serait peut-être un peu moins appesanti sur la vie d’Adam mais au moins on aurait eu un univers plus consistant à se mettre sous la dent.

En tout cas, cela reste une nouvelle déception pour ma part avec un titre récent de Wilson, je vais peut-être reprendre ses anciens ouvrages ^^

Ma note : 10 / 20

Les derniers jours du Paradis de Robert Charles Wilson

couv52699712

Titre : Les derniers jours du Paradis

Auteur : Robert Charles Wilson

Editeur vf : Denoël

Année de parution vf : 2014

Résumé : Alors que l’Amérique se prépare à fêter les cent ans de l’Armistice de 1914, un siècle de paix mondiale, d’avancées sociales et de prospérité, Cassie n’arrive pas à dormir. Au milieu de la nuit, elle se lève et va regarder par la fenêtre. Elle remarque alors dans la rue un homme étrange qui l’observe longtemps, traverse la chaussée… et se fait écraser par un conducteur ivre. L’état du cadavre confirme ses craintes : la victime n’est pas un homme mais un des simulacres de l’Hypercolonie, sans doute venu pour les tuer, son petit frère et elle. Encore traumatisée par l’assassinat de ses parents, victimes sept ans plus tôt des simulacres, Cassie n’a pas d’autre solution que fuir de nouveau.

Citation :

Notre génie de l’amour nous a presque tués.

Mon avis :

Du bon mais pas du grand Wilson, malgré le bonheur de retrouver le style si typique de l’auteur, je n’ai pas eu autant de plaisir que lors de mes autres lectures de l’auteur.

Ici, le style est toujours aussi simple et épuré, mais il est pollué par de trop nombreuses répétitions (explications sur la radiosphère et les sim.). On retrouve les mêmes thèmes chers à l’auteur, mais cela commence vraiment à sentir le réchauffé surtout que c’est moins bien fait que dans un Chronolithes ou un Spin. Encore des jeunes paumés qui se cherchent à travers une quête qui pour eux relève plus de leur quotidien que d’une vrai SF enlevée et mystérieuse. Mais cette fois, ils sont bien moins attachants et détaillés. J’ai toujours du mal à les cerner à la fin du roman. Encore un quotidien bouleversé par un évènement clé révélateur d’un phénomène plus vaste mais qu’on ne perçoit qu’à peine tellement on le suit du bout de la lorgnette des personnages. Du coup, cela donne une mythologie pas aboutie car pas assez creusée… J’ai été très déçue de ne pas en apprendre plus sur l’Hypercolonie (pas son fonctionnement, ça on nous en a assez parlé) ainsi que sur ce monde uchronique où la guerre aurait disparu ou presque.

D’ailleurs du côté de l’histoire, celle-ci tarde vraiment à démarrer, j’ai eu beaucoup de mal sur la première partie, je n’accrochais ni aux personnages antipathiques et fades, ni à l’histoire très molle. Heureusement ensuite quand cela démarre, on se laisse vite emporter et la fin arrive presque trop vite, mais celle-ci a le mérite d’être froide et sans concession loin du happy end.

Bref un Wilson qui ne se renouvelle pas et reprend toujours les mêmes ingrédients mais en faisant de moins en moins bien…

Ma note : 12 / 20

Robert Charles Wilson

Petit article regroupant mes lectures de ce grand auteur de S.F.

wilsonkronolit

Commençons pour ce que je considère comme son meilleur livre :

Les Chronolithes paru chez Denoël en 2003
Pour l’instant, le meilleur que j’ai pu lire de l’auteur. Ici il mêle à la perfection la Grande intrigue tournant autour des Chronolithes et celles plus modestes des personnages, qui sont très touchants et humains. Une vraie réussite !

chronolithesPuis La Trilogie Spin parue chez Denoël entre 2007 et 2012

Spin
Auteur qui a su revisiter le genre en lui apportant un côté très réaliste. On pourrait croire que leur histoire et la nôtre. Un intrigue rondement menée, de personnages attachants même si parfois un peu trop caricaturaux.

Axis
Encore mieux que Spin. J’ai bien plus apprécié les personnages que je trouve moins superficiels, plus réels. Une intrigue menée tambour battant, on ne sent pas les pages défilée et le mystère plane toujours, le meilleur tome de la série. Vivement la suite !

Vortex
Une suite bien décevante. J’ai eu l’impression qu’il reprenait les mêmes ficelles que dans les tomes précédents notamment au niveau des personnages. Je n’ai pas réussi à me plonger dans l’histoire sûrement à cause du découpage adopté que j’ai trouvé bien superficiel. Quand à la révélation finale, je l’ai trouvée trop facile et peu satisfaisante, comme s’il avait  voulu ébaucher une idée sans l’approfondir, son univers est inabouti.

wilson_trilogie-spinEt enfin quelques nouvelles :

La Cabane de l’aiguilleur paru en 2008 chez Denoël
Un premier roman assez réussi, bien que quelques longueurs et lourdeurs, l’auteur a su rendre l’atmosphère bien particulière de ce petit village banal des Etats-Unis qui peu à peu bascule dans la folie. Par contre, j’ai plus eu l’impression de lire du fantastique que de la science-fiction…

Mysterium paru en 2008 chez Denoël aussi
Roman plus abordable peut-être que les autres de l’auteur. On est beaucoup plus plongé dans un monde de science-fiction avec ce passage dans un monde parallèle au nôtre. On retrouve les sujets phrases de l’auteur : religion dangereuse, science et destinée extraordinaire pour des gens ordinaires.

    51RQyfi8G6L._SY300_

A bientôt pour son dernier roman en date paru cette année en français : Les Derniers Jours du Paradis

Edit : Roman lu, pour voir sa chronique, cliquez ici.