Livres - Jeunesse / Young Adult

Le parfum des grandes vacances de Thibault Prugne

Titre : Le parfum des grandes vacances

Auteur : Thibault Prugne

Éditeur : Margot

Année de parution : 2019

Nombre de pages : 33

Histoire : Je me souviens de sa cabane qui flottait dans les champs comme un phare sur l’océan ; des feuilles du vieux frêne scintillant au soleil, de l’odeur du linge qui séchait au fond du jardin, du bourdonnement des abeilles et du chant des mésanges.
Pépé Léon faisait partie de ces gens qui aimeraient que rien ne change jamais. Qui ne veulent pas refaire le monde, juste vivre au milieu et l’écouter respirer.
Je m’appelle Louise et ceci est mon histoire.
Le parfum des grandes vacances est une ode à la nature, une invitation à la regarder, à l’écouter ; à profiter des petits bonheurs simples. À travers cette histoire mélancolique basée sur le souvenir, l’auteur a également souhaité créer un contraste entre une période sombre de l’Histoire – la guerre – et l’insouciance de l’enfance et de la nature. L’été comme un moment suspendu, une bulle où tout est beau, paisible.
« À cet instant, je ne savais pas si je devais en vouloir à pépé Léon ou le remercier de m’avoir fait oublier l’époque dans laquelle nous vivions. »

Lire la suite « Le parfum des grandes vacances de Thibault Prugne »

Livres - Jeunesse / Young Adult

Le dompteur de vent de Bernard Villiot et Thibault Prugne

couv75397684

Titre : Le dompteur de vent

Auteurs : Bernard Villiot et Thibault Prugne

Editeur : Gautier-Languereau

Année de parution : 2016

Nombre de pages : 33

Histoire : Dans la grange abandonnée d’un vieil homme, Sam fait une découverte sensationnelle : la plus belle collection de cerfs-volants qu’il ait jamais vue… De quoi apprendre, peut-être, à devenir un jour, à son tour, « dompteur de vent ».

DOMPTEUR+VENT_08

Mon avis :

Dans la même veine que leur livre de l’an dernier, Le souffleur de rêves, Bernard Villiot et Thibault Prugne signent une très belle histoire, nostalgique à souhait, sur la passion naissante d’un jeune garçon. Ces deux auteurs aiment travailler sur la mémoire, le passé et prennent pour cela un objet ou un métier dans un lieu emblématique et mettent le tout en valeur dans une histoire toujours très lumineuse et pétrie de belles valeurs morales.

Ici, nous suivons Sam, qui à la mort de « El Loco » va visiter sa grange/maison et y découvre la passion de celui-ci pour les cerfs-volants. Il décide de devenir en quelque sorte l’exécuteur testamentaire d’El Loco et sauvant l’un de ses cerfs-volants et en prenant la décision de se rendre à un rassemblement où le vieil homme aurait aimé aller. Entre temps, il fait la rencontre de Sara qui accepte de l’y amener. L’histoire est abracadabrantesque. Comment un enfant peut partir ainsi avec une inconnue sans prévenir personne ? Mais c’est joliment raconté dans les paysages d’une Amérique obsolète et fantasmée avec de grands espaces autour de la route 66. Ça m’a rappelé certains ouvrages de Rebecca Dautremer où on retrouvait la même esthétique. J’ai trouvé l’histoire bien menée et c’est encore un beau témoignage au devoir de mémoire qu’on doit à tout un chacun et à ce qu’une passion peut apporter de positif dans la vie, le tout sur fond de road trip.

Je continuerai à suivre ce duo d’auteurs s’ils continuent sur cette voie l’an prochain.

Ma note : 16 / 20

Aperçu des superbes illustration de Thibault Prugne :

Ce diaporama nécessite JavaScript.